AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1952
Biographie :

Pierre François Souyri est un historien français spécialiste de l'histoire du Japon.

De 1985 à 1999, Pierre François Souyri enseigne l'histoire du Japon à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). De 1993 à 1996, il est directeur des études de l'Ecole française d'Extrême-Orient. De 1999 à 2003, il dirige la Maison franco-japonaise de Tokyo. Il fait partie des fondateurs de la revue Cipango, Cahiers d'études japonaises, fut secrétaire de rédaction de la revue Annales (Économies, Sociétés, Civilisations) de 1991 à 1993, puis en fut l'un des codirecteurs. Il est actuellement professeur à l'Université de Genève, directeur de la Maison de l'histoire de l'Université de Genève et du Festival Histoire et Cité, à Genève.

Il a reçu en 2014 le prix littéraire de l'Asie pour son ouvrage : "Samouraï, 1000 ans d'histoire du Japon".
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Les Kamikazes japonais (Seconde Guerre mondiale) | Au cœur de l’histoire | Europe 1
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PegLutine   12 mai 2015
Samouraï de Pierre-François Souyri
Ninja (ou shinobimomo) signifie gens "cachés ou personnes "endurantes", le terme dérivant d'un verbe, shinobu, qui peut signifier soit "se dissimuler", soit "supporter, souffrir". A l'origine, il s'agit de gens qui pratiquent des formes d'ascèse dans les montagnes et développent des techniques de combat particulières, fondées sur l'endurance et la dissimulation.(...)

Discrets et efficaces, les ninja n'étaient guère aimés ni par le peuple qui les redoutait, ni par les guerriers qui les méprisaient. Ils deviendront l'objet au XXè siècle d'un engouement dans le roman historique d'abord, puis dans le cinéma et la bande dessinée qui les transformeront en "Robin des bois", bien loin de ce que fut leur condition réelle.
Commenter  J’apprécie          50
PegLutine   12 mai 2015
Samouraï de Pierre-François Souyri
Le moment de la mort devient ainsi l'occasion de manifester sa dignité, sa renommée, sa réputation posthume. Mieux vaut la mettre en scène. De là vient cette obsession de la mort honorable esthétisée qui imprègne la culture guerrière de l'honneur. Le suicide au moment de la défaite est la dernière carte que peut jouer un samouraï vaincu.
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2   11 octobre 2018
Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d'aujourd'hui de Pierre-François Souyri
D’une certaine façon, l’histoire de l’archipel japonais au cours de la période de transition de la fin du XIXe du début du XXe siècle, qui correspond à peu près à l’époque Meiji (1868-1912), peut être perçue comme un moment de l’expansion territoriale des « grandes puissances » correspondant à une nouvelle poussée de la mondialisation. Et le mouvement interne de la société japonaise relève sans doute des conséquences directes de la connexion accélérée du Japon au reste du monde à partir des années 1850. Celle-ci s’est opérée dans le cadre d’une logique qui n’est pas neutre, sur la base d’un rapport de forces, que de nombreux historiens japonais expriment en évoquant, à propos du Japon des années 1850-1900, un « sentiment d’urgence », une « conscience de crise » qui obligèrent à des recompositions politiques ou à des réaménagements sociaux rapides au cours de la période. La modernité japonaise a été représentée, ou s’est longtemps elle-même représentée, tant l’idée semblait forte, « comme rattrapant, imitant, traduisant, s’opposant à, dépassant ou renversant la modernité occidentale », mais cette dernière restait la seule valable, l’incarnation même de la Modernité avec une majuscule. On prenait l’histoire de l’Europe, on considérait tout ce qui a été un succès au Japon comme en Europe, le reste représentant des « mauvais choix ». L’historiographie japonaise au XXe siècle, toutes tendances confondues, a en effet longtemps cherché à penser l’écart qui séparait le Japon du modèle, faisant, consciemment ou pas, du « comparatisme eurocentré », de la lack history, montrant tout ce qui avait fait défaut, ce qui avait « manqué ». La vision européenne de la modernité, y compris celle provenant des interrogations comparatives de Weber sur les succès européens et les retards chinois, imprégnait les discours japonais, au point que certains y voient présente comme une « colonisation spirituelle de l’intérieur » qui aurait pollué leur imaginaire historique pendant plus d’un siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
benleb   23 novembre 2015
Kamikazes de Pierre-François Souyri
Kuwahara Yasui, pilote kamikaze, raconte une scène évocatrice qui a lieu en janvier 1945. Le capitaine réunit ses hommes pour leur proposer de participer à des missions sans retour.



- Ceux d'entre vous qui ne veulent pas donner leur vie pour notre empire du Grand Japon n'y seront pas forcés. Qu'ils lèvent la main, ceux qui ne se sentent pas capables d'accepter cet honneur... Maintenant...



On n'entend plus que le bruit de la pluie... L'atmosphère parait étouffante : il me semble que la mort nous dévisage l'un après l'autre, avec ironie. Puis hésitante, timide, se lève une main. Une autre suit, puis une autre... Cinq, six en tout...



Ah, c'est ainsi ! Le capitaine Tsubaki fixe les hommes qui ont levé la main. Nous savons donc exactement ce que valez, continue-t-il. Voici six hommes qui reconnaissent ouvertement leur manque de loyauté, en se retournant vers ceux qui n'ont pas fait un geste. Six hommes qui manquent complètement d'honneur, de courage. Eh bien, puisqu'il en est ainsi, ils feront partie du premier groupe d'attaque des kamikazes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PegLutine   12 mai 2015
Samouraï de Pierre-François Souyri
A propos de Tomoe Gozen, femme samouraï:



"D'une force et d'une adresse rares à l'arc, que ce fût à cheval, que ce fût à pied, le sabre à la main, c'était une guerrière capable d'affronter démons ou dieux et qui seule valait mille hommes." (Dit des Heiké)
Commenter  J’apprécie          20
SebastienCreo   05 mai 2018
Kamikazes de Pierre-François Souyri
"Monsieur le journaliste, le Japon est foutu s'il fait tuer des pilotes d'élite comme moi. Je suis parfaitement capable d'envoyer une 50 (une bombe de 500 kg) et non de 250 comme prévu sur le pont d'envol d'un porte-avions sans avoir à m'écraser dessus ! Je n'y vais pas pour l'Empereur, ni pour l'Empire du Japon. Moi, j'y vais pour celle que j'aime le plus au monde, pour ma femme. Je n'y peut rien, ce sont les ordres. Si le Japon perd, ma femme risque de se faire violer par les Amerloques. C'est pour la protéger que je vais mourir. Mourir pour sa bien-aimée... Alors ce n'est pas superbe ça ?"
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreo   05 mai 2018
Kamikazes de Pierre-François Souyri
Presque tous les idéogrammes chinois peuvent être lus en langue japonaise de deux manières au moins: la manière sino-japonaise ("à la chinoise") et la manière proprement japonaise. Shinpu est composé de deux idéogrammes, shin pour dieux, divinités et pu ou fu pour vent. Shin peut aussi se prononcer kami et pu ou fu peut se prononcer kaze. Cette double lecture peut parfois correspondre à un niveau de langage plus recherché, le sino-japonais étant plus abstrait que le japonais. Shinpü est donc la lecture sino-japonaise plus littéraire de kamikaze.
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreo   05 mai 2018
Kamikazes de Pierre-François Souyri
Pourtant personne au Japon n'évoque des kamikazes en référence aux attentats du 11 septembre ou à ceux du Moyen-Orient. L'expression consacrée en japonais est jibaku et renvoie à l'idée de se faire "exploser soi-même". On ne peut ici évoquer une quelconque particularité japonaise car, en coréen ou en chinois, c'est la même expression qui est utilisée.
Commenter  J’apprécie          00
Aurelien38   06 septembre 2018
Samouraïs de Pierre-François Souyri
Mais si les samouraïs ne combattent pas pour la gloire de Dieu, quelles sont donc leurs motivations ? Dans le Dit des Heiké, on voit bien que la plupart se battent pour ce qu'on peut désigner de manière concise comme "la renommée" (kômyô).

Se faire connaître, telle est leur ambition.
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreo   05 mai 2018
Kamikazes de Pierre-François Souyri
sur l'ensemble des campagnes auxquelles ont participé les kamikazes, le taux d'appareils ayant provoqué des dégâts est de 14,3 %. On est donc loin des calculs de l'état-major japonais, qui espérait que chaque appareil pourrait couler un navire important.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Pierre-François Souyri (93)Voir plus


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur