AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.99 /5 (sur 409 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Clamecy , le 29/01/1866
Mort(e) à : Vézelay , le 30/12/1944
Biographie :

Romain Rolland est un écrivain français.

Issu d'une famille de notaires, il trouve dans son ascendance des paysans et des bourgeois aisés. Ancêtres qu'il met en scène dans un truculent récit bourguignon, "Colas Breugnon", paru en 1919.

Reçu à l'École normale supérieure en 1886 et agrégé d'histoire en 1889, il devient professeur d'histoire aux lycées Henri-IV et Louis-le-Grand, membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de la musique à la faculté des lettres de l'université de Paris et professeur d'histoire de l'art à l'École normale supérieure.

Il passe ensuite deux ans à Rome, de 1889 à 1891, comme membre de l'École française de Rome. À son retour en 1895, il passe un doctorat de lettres en présentant une thèse sur "Les origines du théâtre lyrique moderne, histoire de l'opéra en Europe avant Lulli et Scarlatti".

Passionné par la musique et excellent pianiste, il envisage un moment de devenir musicien ; ce goût pour la musique marquera son œuvre. Ce jeune homme exigeant mais timide n'aime pas l'enseignement. Il est surtout un homme d'écriture. Dès que la littérature lui assure de modestes revenus, il donne sa démission de l'Université, en 1912.

Il est en Suisse lors de la déclaration de la Première Guerre mondiale, dont il comprend qu'elle est un "suicide" de l'Europe. La série de pamphlets à l'encontre des pays belligérants, "Au-dessus de la mêlée", paru au Journal de Genève et la publication d'articles, à Paris, ont un large écho dans la seconde moitié de la guerre. Ils contribuent largement, avec son roman "Jean-Christophe", à l'attribution du le Prix Nobel de littérature en 1915.

En 1924, il s'installe au bord du lac Léman pour se consacrer à son œuvre (dont "L'Âme enchantée"). Malgré des problèmes de santé, il voyage à l'occasion de manifestations artistiques. Son voyage à Moscou en 1935, à l'invitation de Gorki, fait exception : il s'agit de rencontrer Staline pour agir comme ambassadeur des intellectuels français de l'Union soviétique.

En 1937, Romain Rolland revient s'établir à Vézelay, qui fait partie de la zone occupée en 1940. Pendant l'Occupation, il reste dans une solitude totale et silencieuse et termine ses "Mémoires". Sa dernière œuvre, "Péguy", parait en 1944.

Fondateur en 1923 de la revue Europe, a profondément marqué la littérature française de la première moitié du XXe siècle.
+ Voir plus
Source : Bnf.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
« Un soir, dans sa chambre, les larmes le prirent ; il se jeta désespérément à genoux devant son lit, il pria. Qui priait-il ? Qui pouvait-il prier ! Il ne croyait pas en Dieu, il croyait qu'il n'y avait point de Dieu. Mais il fallait prier, il fallait se prier. Il n'y a que les médiocres qui ne prient jamais. Ils ne savent pas la nécessité où sont les âmes fortes de faire retraite dans leur sanctuaire. Au sortir des humiliations de la journée, Christophe sentit, dans le silence bourdonnant de son c?ur, la présence de son Être éternel.» Romain Rolland, Jean-Christophe. La prière consiste à tourner son esprit vers Dieu. Serait-elle donc réservée aux croyants ? Ou en existe-t-il une version non religieuse ? Sans doute, en tout cas, le besoin de prier existe même chez les non-croyants. Lorsqu?on est bouleversé par l?inquiétude ou par la gratitude, lorsqu?on est confronté à l?indicible et l?illimité ; à chaque fois que nous nous trouvons face à des phénomènes qui nous dépassent, nous essayons de partager leur mystère par la prière, qu?elle soit adressée à un Dieu que nous connaissons ; à un autre, plus incertain, que nous espérons ; ou encore à des équivalents laïques : destinée, providence, principes qui régissent l?univers? Quels liens la prière a-t-elle avec la vie intérieure ? À première vue, elle est tournée non pas vers l?intérieur, mais vers le supérieur. Pourtant, toutes les traditions religieuses rappellent que Dieu réside dans le c?ur même de l?être humain? Dans la prière, il y a un double mouvement : celui de la prise de conscience, de la réflexion, de la tension ; puis celui de l?abandon, du lâcher-prise. La prière, même laïque, est un acte de foi, une confiance sans certitude. Nous offrons nos espérances, nos craintes, nos remerciements, sans avoir la preuve que nous sommes entendus, et encore moins qu?une réponse viendra. C?est enfantin et magnifique. D?où la subtile observation de Claude Nougaro dans sa chanson Plume d?Ange : « La foi est plus belle que Dieu ». Je n?ai évidemment aucune leçon à donner sur l?art de bien prier, ce n?est pas mon domaine ! Juste une expérience personnelle d?humain, de psychiatre et de méditant? Chacun sait qu?on prie mieux dans un corps stable, en général immobile, agenouillé ou assis. Mais il y a une autre stabilité importante, celle de notre attention : on ne peut pas prier avec l?esprit dispersé. D?où l?importance de poser son attention, en se focalisant sur son souffle, ou sur la répétition d?un mot ou d?une phrase brève : les Orientaux parlent alors de mantra, les chrétiens de prière monologique (du grec monos-logos : une seule parole). C?est sans doute pour cela que la philosophe Simone Weil écrit : « L?attention absolument pure est prière ». Pour ne pas être qu?un rituel, que l?on accomplirait l?esprit absent, la prière suppose aussi d?avoir établi un lien sincère et attentif à soi-même. D?où son importance pour la vie intérieure des humains, depuis toujours. Car les moments de prière sont des espaces où l?on est à l?écoute de sa vie intérieure, mais sous une lumière particulière : celle de Dieu, ou celle des grandes forces qui régissent ce Monde. Ce sont des introspections tournées vers le Ciel ! Et donc baignées par les sentiments d?humilité et d?appartenance. de gratitude aussi : nous sommes dépositaires de qualités qui nous dépassent, que nous n?avons ni mérité ni demandé : la vie, la conscience, l?intelligence? Comment ne pas être bouleversé par cela ? Et comment ne pas avoir envie de prier pour remercier ? Même si l?on ne sait pas très bien à qui adresser tous ces mercis, on peut tout de même prendre le temps de les exprimer intérieurement. Maintenant, par exemple? À demain, et ne perdez jamais le lien? avec vous-même. Par Christophe André, en partenariat avec France Culture Plus d'info : https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/la-vie-interieure/
+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous

Citations et extraits (422) Voir plus Ajouter une citation
Romain Rolland
Nastie92   11 avril 2014
Romain Rolland
Un héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut. Les autres ne le font pas.
Commenter  J’apprécie          773
Romain Rolland
Vianna   19 septembre 2015
Romain Rolland
On ne lit jamais un livre. On se lit à travers les livres, pour se découvrir.
Commenter  J’apprécie          580
Romain Rolland
Fabinou7   22 novembre 2019
Romain Rolland
"Chacun prétend que sa cause est celle de la liberté contre la barbarie, et les peuples qui suivent dociles se résignent en disant qu'une puissance plus grande que les hommes a tout conduit. On entend une fois de plus le refrain séculaire : fatalité de la guerre plus forte que toute volonté. Le vieux refrain des troupeaux qui font de leur faiblesse un Dieu et qui l'adorent. Mais peut-on résister ? "
Commenter  J’apprécie          502
Romain Rolland
Jean-Daniel   28 novembre 2019
Romain Rolland
En agissant, on se trompe parfois ; en ne faisant rien, on se trompe toujours.
Commenter  J’apprécie          490
Romain Rolland
mcd30   09 septembre 2019
Romain Rolland
Quand on croit, on agit, sans se soucier du résultat. Victoire ou défaite, qu'importe ? "Fais ce que dois !..."
Commenter  J’apprécie          460
Romain Rolland
mcd30   19 septembre 2019
Romain Rolland
Vie de Tolstoï



L'art et la parole sont les deux organes du progrès humain. L'un fait communier les cœurs, et l'autre les pensées.
Commenter  J’apprécie          420
Romain Rolland
Titwanman   21 juin 2018
Romain Rolland
Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur.
Commenter  J’apprécie          390
Romain Rolland
mcd30   27 novembre 2019
Romain Rolland
Faut-il que le plus fort rêve perpétuellement de faire peser sur les autres son ombre orgueilleuse, et que les autres perpétuellement s'unissent pour l'abattre ? À ce jeu puéril et sanglant, où les partenaires changent de place tous les siècles, n'y aura-t-il jamais de fin, jusqu'à l'épuisement total de l'humanité ?
Commenter  J’apprécie          372
sagesse66   12 mai 2020
Jean-Christophe de Romain Rolland
Tout est musique pour un cœur musicien...

Tout ce qui vibre, et s’agite, et palpite, les jours d’été ensoleillés, les nuits où le vent siffle, la lumière qui coule, le scintillement des astres, les orages, les chants d’oiseaux, les bourdonnements d’insectes, les frémissements des arbres, les voix aimées ou détestées, les bruits familiers du foyer, de la porte qui grince, du sang qui gonfle les artères dans le silence de la nuit, – tout ce qui est, est musique : il ne s’agit que de l’entendre.
Commenter  J’apprécie          336
lavinia02   02 octobre 2012
Jean-Christophe de Romain Rolland
La vie de la majorité des hommes repose sur des croyances religieuses, ou morales, ou sociales, ou purement pratiques - (croyance à leur métier, à leur travail, à l'utilité de leur rôle dans la vie) - auxquelles ils ne croient pas au fond. Mais ils ne ne veulent pas le savoir : car ils ont besoin, pour vivre, de ce semblant de foi, de ce culte officiel, dont chacun est le prêtre.
Commenter  J’apprécie          320
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..