AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.01 /5 (sur 100 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Brieuc , 1978
Biographie :

Née à Saint-Brieuc en 1978, Sandra Martineau a passé toute sa jeunesse dans ville de Saint-Brieuc. Après un bac ES, elle entame des études de droit durant lesquelles elle profite de son temps libre pour perfectionner sa passion pour la photo et réaliser deux expos. Ses études de commerce international l'amènent ensuite à Vannes. Installée dans la Sarthe depuis onze ans, elle n'en oublie pas pour autant s Bretagne natale.
Écrire n'est pas son métier, mais après avoir gagné le prix de nouvelles Louis Guilloux au lycée, elle se risque à continuer dans cette voie, d'abord en écrivant des scénarios, ensuite en les adaptant en manuscrits. Trop souvent envahie d'idées, c'est le temps qui lui manque pour écrire.
Sportive de nature, elle est aussi quelqu'un d'hyperactif, qui combine la gestion d'une entreprise, l'éducation de ses deux enfants et l'écriture.

BIBLIOGRAPHIE :
Changer de ciel pour mieux voir les étoiles, Editions XO, mai 2022
Glisse ta main dans la mienne, Editions LBS, novembre 2021
La beauté du diable – Editions Eden, février 2021

+ Voir plus
Source : http://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=auteur&id=1757
Ajouter des informations
Bibliographie de Sandra Martineau   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/sandra-martineau-changer-de-ciel-pour-mieux-voir-les-etoiles-53327.html Sandra Martineau a déjà un beau parcours d'auteur derrière elle avec pas moins de 6 titres publiés. Mais jusqu'à présent, c'est dans le thriller, le roman noir qu'elle avait grandi. En arrivant chez son nouvel éditeur XO, elle se lance, avec succès, dans la comédie. « Changer de ciel pour mieux voir les étoiles », est une petite bulle de légèreté et l'éditeur le précise sur le bandeau, voilà une comédie généreuse et pétillante. Deux adjectifs qui s'accordent parfaitement avec Sandra Martineau dont la bonne humeur est contagieuse. Après avoir grandi en Bretagne, c'est finalement dans la Sarthe qu'elle a posé ses valises, par amour. Et installée avec sa famille dans une petite ville non loin du Mans, elle est la plus heureuse des femmes. Sandra Martineau fait partie de ses auteurs qui ne veulent pas se laisser influencer par les sirènes parisiennes et qui prouvent que la province se porte bien et qu'on s'y sent bien. Si je vous parle de ça, c'est qu'il s'agit de l'une des thématiques abordées par la jeune femme dans ce nouveau roman : la dualité Paris, province, les préjugés entre la ville et la campagne. Chloé a une trentaine d'années, elle est parisienne jusqu'au bout des ongles et pour elle, au-delà du périphérique, point de salut. Selon elle, à la campagne, on vit forcément avec 30 ans de retard, le portable ne passe pas et on porte des bottes en permanence pour marcher dans la boue. Oui mais voilà, Chloé reçoit la lettre d'un notaire. Elle a hérité d'une maison dans un petit village de la Sarthe, d'une grand-mère dont elle n'a jamais entendu parler. Bien décidée à voir à quoi ressemble la bicoque et à la revendre au plus vite, mais aussi pour comprendre qui était cette grand-mère dont sa mère, elle-même décédée, ne lui a jamais parlée, Chloé file dans cette bourgade au milieu des champs. Elle va très vite se rendre compte qu'elle n'y est pas la bienvenue. Les villageois ont d'autres projets pour cette maison et, eux aussi, ont leurs préjugés sur ceux de la ville et en particulier les parigots. Vous l'aurez compris, Sandra Martineau a décidé de jouer avec les clichés, de nous interpeller sur nos propres oeillères et de bousculer les codes qui nous séparent, que l'on soit plutôt ville ou plutôt campagne. Mais au-delà de ce thème qui permet des scènes cocasses plus drôles les unes que les autres, le roman nous parle aussi des liens familiaux, des relations intergénérationnelles, de la difficulté d'aimer, de la différence sociale ou culturelle, des familles que l'on se fabrique quand la sienne est un peu défaillante, des non-dits qui empêche de se construire. L'intrigue est bien menée, les dialogues font mouche, les personnages sont truculents et le roman se lit le sourire aux lèvres en laissant la part belle à quelques jolis moments d'émotion. Oubliez la morosité ambiante et ne boudez pas votre plaisir, la plume de Sandra Martineau est jubilatoire. « Changer de ciel pour mieux voir les étoiles » de Sandra Martineau est publié chez XO.

+ Lire la suite

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89   10 février 2017
Dernière escale de Sandra Martineau
Un deuxième vertige la saisit. Des bruits sourds tambourinent à ses oreilles tandis que des flashs faussent sa vision. Une légère panique s’empare d’elle. Ses dons lui joueraient-ils des tours, comme trois ans auparavant ? La réalité s’impose à elle.

- Quelqu'un va mourir ! clame-t-elle à haute voix.



Commenter  J’apprécie          130
Dionysos89   25 avril 2017
Dernière escale de Sandra Martineau
Les photos ont été prises en rafale pour ne rien louper… Une femme différente, mais une situation explicite. Le va-et-vient de la demoiselle entre les cuisses de Richard ne prête à aucune confusion.
Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89   24 décembre 2016
Dernière escale de Sandra Martineau
- Pourquoi m’appelles-tu ? Je pensais qu’on était d’accord pour limiter les contacts !

- Je sais. Excuse-moi, mais je voulais te dire que j’ai vu la petite.

- Et ?

- Elle est encore plus belle que sur les photos.

- Oui, surtout avec ses cheveux longs.

- La ressemblance est frappante !



Commenter  J’apprécie          100
Lectures_et_gourmandises   19 mai 2016
Dernière escale de Sandra Martineau
Lorsqu'il se tourne vers nous, ses yeux croisent les miens. Je peine à identifier l'expression sur son visage : regard froid et vide d'émotion. Ces derniers temps, il affiche assez régulièrement cette face impénétrable.



Où est passé ce petit garçon que je prenais dans mes bras pour le faire sauter dans les airs ?

Rares moments de complicité et de partage dans des temps si différents. Ses éclats de rire qui ont comblé mon cœur de père me semblent déjà bien loin maintenant.

Quand a-t-il changé ?





Je m'appelle Richard Dorval, j'ai trente-cinq ans. Dans une autre vie, j'étais un footballeur professionnel, menant une carrière brillante dans les plus grands clubs européens.Aujourd'hui, je suis un homme au chômage dont le parcours chaotique s'étale dans la presse à scandale et dans une biographie fraîchement parue.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   06 mai 2018
Même le diable a la peau douce de Sandra Martineau
Avec un maître comme Stanislas, j’ai appris la manipulation, l’hypocrisie, la torture mentale et bien d’autres réjouissances. J’ai également compris que les hommes ne font rien passer avant le plaisir de leur propre jouissance. Je sais maintenant comment me comporter, et je compte bien me venger de tant d’humiliations.
Commenter  J’apprécie          10
VIVI29   09 mai 2022
Changer de ciel pour mieux voir les étoiles de Sandra Martineau
Depuis que je suis enfant, les émotions intenses et la contrariété ont la fâcheuse tendance à abaisser ma température corporelle. Pour quelle raison, personne n’en sait rien. Peut-être une autoprotection pour m’éviter l’autocombustion à chaque prise de tête.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   06 mai 2018
Même le diable a la peau douce de Sandra Martineau
Le champagne est le seul alcool que je puisse boire sans déclarer une réaction allergique. Diagnostic du médecin : intolérance à l’alcool. Les symptômes vont de la congestion nasale à la sinusite aiguë en passant par l’irritation de la peau avec des démangeaisons ou des douleurs à l’abdomen. Heureusement pas tout simultanément. Je liquide le breuvage d’une traite et repose la coupe sur une table où trônent encore quelques rares petits-fours. Je lorgne dessus. Ces derniers temps, la nourriture est un des seuls remèdes à mes angoisses, d’où les réflexions incessantes d’Antoine et Astrid sur ma prise de poids. Ce qui m’agace, c’est qu’ils n’ont pas tort. Je dois faire plus attention.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   06 mai 2018
Même le diable a la peau douce de Sandra Martineau
J’ai pratiqué l’égocentrisme forcené de Stanislas, son indifférence aux désirs de l’autre, la façon dont il a usé de stratégies pour m’isoler et me faire culpabiliser de la moindre tentative de révolte. J’ai subi cette psychorigidité qui le forçait à gâcher la joie autour de lui. J’ai aussi vécu cette alternance de chaud et de froid qui m’empêchait d’analyser la situation de manière rationnelle. Il s’est joué de moi au gré de ses envies, jusqu’à me pousser à me convaincre que je m’engageais dans une voie où son plaisir serait le mien.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   06 mai 2018
Même le diable a la peau douce de Sandra Martineau
Parler de lui m’agace, surtout lorsqu’on le critique. Cette relation ne regarde personne et discuter boulot avec elle m’énerve au plus haut point. Ce n’est pas parce que nous exerçons la même activité que nous devons en discuter sous notre toit. Je la plante dans le salon et me réfugie dans la troisième chambre. Une pièce à l’image de cet appartement : quatre-vingt-dix mètres carrés d’atmosphère particulièrement masculine, un design épuré associé à une alchimie de tons neutres et des meubles modernes combinant métal et bois.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   06 mai 2018
Même le diable a la peau douce de Sandra Martineau
La nourriture et moi, une longue histoire de « je t’aime moi non plus ». Une série noire que ma mère a créée en faisant de moi une mangeuse compulsive. La moindre angoisse était apaisée avec un bout de sucre, un gâteau, un morceau de fromage. Tout y passait et durant l’enfance, j’ai subi un embonpoint soumis aux railleries de mes camarades d’école. Une fêlure qui ne s’est jamais résorbée. Toutes mes tentatives pour maigrir se sont soldées par des échecs et ma récente rupture sentimentale n’a pas arrangé les choses.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Comme c'est étrange !

" Il avait conscience d'un partage douloureux dont sa personne faisait les frais. Sollicité parle passé et le présent, par la Russie et la France, il flottait sans se décider entre ces deux tentations contraires. "Je ne suis ni d'ici, ni de là. Français en Russie, Russe en France je resterai toute ma vie un étranger."

Etrangers sur la terre
Mort en terre étrangère
L'étranger
Les étrangers dans la maison

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , littérature étrangèreCréer un quiz sur cet auteur