AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370470259
Éditeur : Editions Lajouanie (15/04/2016)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Richard, ex-footballeur pro dont la carrière a pris fin après de multiples scandales, embarque avec femme et enfants sur le Cruise Constantino pour une croisière d'une semaine. C'est le voyage de la dernière chance pour renouer avec son épouse de plus en plus distante, renouer avec son fils, un ado grincheux et profiter enfin de la petite dernière, seul membre de la famille bien disposée à son égard.L'ex-star du Barça, encore auréolée de son prestige, est accueillie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  10 août 2016
Rencontrée à la 25e Heure du Livre du Mans 2015, puis au salon ImaJn'ère d'Angers 2016, Sandra Martineau est une jeune auteure de romans dits « policiers », même si nous savons bien que cette appellation est désormais très large, très intégratrice. « Dernière escale » est son quatrième roman sorti au printemps 2016 et son premier paru chez les éditions Lajouanie.
Cette « Dernière escale » est celle de Richard Dorval, icône déchue du football professionnel européen passée par les plus grands clubs comme le Bayern Munich et le FC Barcelone, mais désormais licenciée et très mal vu de sa femme à cause de ses nombreux déboires liés à l'alcool, à la drogue et au sexe. Ses deux enfants ont des réactions très différentes vis-à-vis de sa personne : Matthieu, l'aîné, l'ignore voire le casse dès que possible, car l'adolescence le mène à une révolte contre son père ; Éléonore, la benjamine, rêve encore du passé glorieux de son père, mais fait ressortir des souvenirs douloureux à Richard.
Pour arranger le coup, Richard et Suzanne s'organisent donc une petite virée en famille sous forme de croisière à bord du Cruise Constantino, paquebot de l'ordre du tristement célèbre Costa Concordia. L'auteur crée ainsi un huis-clos façon « Mort sur le Nil » avec des escales au programme, de Marseille à Rome en passant par Barcelone, des courses-poursuites sur le pont, du Kid's Club au restaurant 5 étoiles, et des intrigues au fond des cabines, seul ou à plusieurs… Dans sa quête de tendresse, de famille et de reconnaissance, alors qu'il a bien négligé son entourage jusque-là, Richard est un héros bien difficile à aimer tout à fait, tant il opte constamment pour les mauvais choix, s'énerve d'un rien et finalement pense plutôt peu. Pour être un père anxieux et un mari épouvantable, il l'est, c'est sûr. Nous avons donc en protagoniste un personnage très difficile à manier, qui plus est noyé dans un environnement où chaque personne n'écoute pas les autres (seule Éléonore semble un peu moins égoïste que la moyenne), ce qui est un choix courageux de la part de l'auteur. Dans ce personnage, se mêlent même des thèmes très intéressants comme l'attrait médiatique du football, la crise de l'adolescence et la peur de la pédophilie.
Dans sa démarche très thriller finalement, Sandra Martineau utilise quelques voix intérieures dans son récit (notamment celle du protagoniste) bien marquées en italique, qui m'ont laissé un peu dubitatif, au point que je me demande, tout bêtement, si nous les enlever n'aurait pas été bénéfique. Je m'explique : non seulement la séparation entre ces voix intérieures et les pensées des personnages n'est pas toujours nette (Richard, pour revenir encore à lui, alterne des réflexions et des pensées qui lui dictent sa conduite, mais ses actes parlent déjà pour lui, la plupart du temps), mais surtout ce traitement est utilisé aussi pour transcrire des échanges téléphoniques, anonymes pour le lecteur, qui servent à assurer celui-ci qu'il y a bien un mystère à découvrir et que le héros n'est pas fou ; parfois artificiel, ce procédé a le mérite de justifier la toute fin de ce roman, mais nous fait un peu perdre ce qu'on avait gagné à suivre les pensées du héros, c'est-à-dire un peu d'empathie, car finalement c'est peut-être ce qui manque à ce « roman pas policier mais presque… » (du nom de cette collection des éditions Lajouanie).
C'est donc un bon petit thriller des vacances que cette « Dernière escale » organisée par Sandra Martineau sur le littoral méditerranéen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
SylvieGuevel
  13 janvier 2017
Si vous pensez en ouvrant ce livre que vous allez tomber sur un genre de croisière s'amuse, oubliez! Parce qu'au contraire ça ne va pas être la joie sur le paquebot.
Richard est un ex footballeur pro qui va tenter de recoller les morceaux d'une vie de famille qui part en lambeaux lors de ces quelques jours de croisière de luxe organisée par sa femme. Il faut dire qu'il est plutôt détestable cet homme là étant donné toutes les frasques peut reluisantes qu'il cumule: Alcool, drogue, violence, et une femme trompée sans vergogne.
Nous pourrions avoir un peu de compassion pour lui car son passé le hante et le perturbe. Sa jeune soeur a été enlevé et tué alors qu'il en avait la garde quand il était adolescent. Se sentant responsable encore aujourd"hui il commence à perdre les pédales quand il pense qu'un monstre surgit du passé veut s'en prendre à un enfant sur le bateau. Il surveille sa petite fille Eléonore, au point d'en devenir paranoïaque.
Les événements se précipitent, et le lecteur se dit que le Richard il n'avait peut- être pas tord. Certes, mais c'est sans compter sur la capacité de Sandra Martineau à nous balader, nous lecteurs trop crédules. Et quand le dénouement nous percute, on en reste les bras ballants ( enfin façon de parler, parce qu'on ne l'a pas lâché le livre, oh non). Machiavélique!
Une lecture qui tient en haleine, intrigante, percutante, troublante, et finalement soufflante. Et cerise sur le gâteau en plus d'être bon, le livre de Sandra Martineau est beau. En effet elle est entrée aux éditions Lajouanie et chez cet éditeur les couvertures sont particulièrement soignées et c'est appréciable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
chevalierortega33
  18 avril 2016
J'avais découvert cette auteure dans le recueil « irradié » où sa nouvelle m'avait particulièrement touchée. Ici, elle nous mène en bateau, en croisière plus exactement en Méditerranée mais pas une croisière qui s'amuse. Un couple devrait essayer de « recoller les morceaux » mais c'est sans compte sur les remords, les secrets, les extravagances et autres débordements d'un ancien footeux à la dérive. C'est bien à un numéro de manipulation de lecteur que nous sommes conviés et malmenés jusqu'à la toute dernière page. Ouf l'honneur est sauf … ou pas et c'est bien un goût amer qui nous reste en refermant ce roman.
La narration tantôt à la première personne quand il s'agit de Richard, ou plus impersonnelle quand elle s'attache aux faits coule agréablement au fil des retournements de situation.
Commenter  J’apprécie          70
Loley
  25 avril 2016
Avec ce quatrième roman, la qualité des écrits de Sandra Martineau est plus que jamais une certitude.
J'aime énormément ce qu'elle fait et je la lis depuis maintenant quelques années, il était évident qu'il me fallait son dernier.
La situation est délicate, Richard était footballeur, licencié récemment pour tous les abus qu'engendre bien trop souvent la profession.
Drogue, sexe, alcool...
Pourtant ce dernier est marié et a deux enfants, c'est lors de leur ultime et dernière chance pour consolider ce qui peut encore l'être avec sa famille qu'il va embarquer à bord du Cruise Constantino.
Les vacances à la base sont faites pour se détendre, ça va être très compliqué voire dangereux...
Quand on jongle avec une famille en guise de personnages, j'imagine qu'il ne doit pas être aisé de leur répartir les temps d'intervention et de dialogue.
Pourtant j'ai beaucoup apprécié cette répartition, je tiens à soulever ce détail qui semble anodin pour le lecteur mais qui sert à la fluidité et à son confort de lecture.
L'opulence amène souvent à la dérive et la célébrité est tout de même très difficile à gérer disons-le.
Sans trop en dire je peux avancer que chaque membre de la famille de Richard a ses propres démons à affronter, il va falloir voir plus loin que le bout de son nez, aller crever la surface et exterminer le mal.
Ces interrogations qui se glissent en vous, insidieusement et vous obligent à tourner les pages avec frénésie, voilà ce que j'ai subi durant tout le long.
J'ajouterais à cela une sensation de danger permanent qui monte tranquillement.
Point de carotide tranchée qui repeint les murs, vous trouverez une impression de drame imminent, comme une douleur lancinante et aiguë qui ne vous lâche plus.
Un style soft et terriblement efficace auquel j'adhère à 200%.
Quant à la fin, c'est juste la cerise sur le gâteau comme on l'aime...
Envie de vacances, de voyage et d'évasion, ça tombe bien ce thriller psychologique vous tend les bras !!!

Lien : http://leshootdeloley.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kleberine
  18 avril 2016
Croisière est synonyme de vacances, soleil, dépaysement, romantisme. Sandra Martineau nous offre une toute autre vision de la croisière. Sous sa plume, elle devient vite un enfer.
Richard, sa femme: froide et distante, ses 2 enfants: un ado grincheux et mal dans peau, la petite dernière qui adore son père embarquent pour un voyage d'une semaine. Dès les premières pages l'auteure donne le ton. Is ne partent pas seulement en voyage d'agrément, ils essaient de sauver leur mariage et il y a beaucoup à pardonner.
Le livre est extrêmement bien construit. Découpée en journée, l'action se déroule sur moins d'une semaine. le suspens monte crescendo, devient de plus en plus angoissant au fur et à mesure que la semaine se décline. Une montée en puissance à la Hitchcock.
Avec finesse Sandra dépeint le quotidien de la famille et très rapidement ce quotidien se fissure. Progressivement l'auteure met à nu la psyché, les secrets plus ou moins avouables et les blessures secrètes des protagonistes. Sandra dresse un portrait de famille glaçant. Avec finesse et justesse, l'auteure exhume des traumatistes familiaux profonds.
"Derniere Escale" , je confirme, est bien un thriller psychologique. de part son approche créative de l'écriture Sandra Martineau nous manipule et nous entraîne vers un mortel final non dénué d'humour. 
J'adore!!!
Bravo Sandra pour cette traversée tumultueuse et merci pour cet agréable moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   10 février 2017
Un deuxième vertige la saisit. Des bruits sourds tambourinent à ses oreilles tandis que des flashs faussent sa vision. Une légère panique s’empare d’elle. Ses dons lui joueraient-ils des tours, comme trois ans auparavant ? La réalité s’impose à elle.
- Quelqu'un va mourir ! clame-t-elle à haute voix.

Commenter  J’apprécie          130
Dionysos89Dionysos89   24 décembre 2016
- Pourquoi m’appelles-tu ? Je pensais qu’on était d’accord pour limiter les contacts !
- Je sais. Excuse-moi, mais je voulais te dire que j’ai vu la petite.
- Et ?
- Elle est encore plus belle que sur les photos.
- Oui, surtout avec ses cheveux longs.
- La ressemblance est frappante !

Commenter  J’apprécie          100
Dionysos89Dionysos89   25 avril 2017
Les photos ont été prises en rafale pour ne rien louper… Une femme différente, mais une situation explicite. Le va-et-vient de la demoiselle entre les cuisses de Richard ne prête à aucune confusion.
Commenter  J’apprécie          130
perlebleue83perlebleue83   19 mai 2016
Lorsqu'il se tourne vers nous, ses yeux croisent les miens. Je peine à identifier l'expression sur son visage : regard froid et vide d'émotion. Ces derniers temps, il affiche assez régulièrement cette face impénétrable.

Où est passé ce petit garçon que je prenais dans mes bras pour le faire sauter dans les airs ?
Rares moments de complicité et de partage dans des temps si différents. Ses éclats de rire qui ont comblé mon cœur de père me semblent déjà bien loin maintenant.
Quand a-t-il changé ?


Je m'appelle Richard Dorval, j'ai trente-cinq ans. Dans une autre vie, j'étais un footballeur professionnel, menant une carrière brillante dans les plus grands clubs européens.Aujourd'hui, je suis un homme au chômage dont le parcours chaotique s'étale dans la presse à scandale et dans une biographie fraîchement parue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Sandra Martineau (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sandra Martineau
Sandra Martineau, "Dernière escale", Editions Lajouanie, 15 avril 2016 Garcia Bob
autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre