AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.39 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : Nicaragua
Né(e) à : Masatepe , le 5 Août 1942
Biographie :

Sergio Ramírez est un écrivain, avocat, journaliste, professeur d’université et homme politique nicaraguayen.

Il a fait partie de la résistance en intégrant le Front Sandiniste de Libération Nationale pour lutter contre la dictature Somoza au Nicaragua. A ce titre, il devient membre du Groupe des Douze qui prend la direction du pays en 1979.

Reconnu internationalement, il a à son actif de nombreux prix littéraires comme : le Prix José Donoso (Chile, 2011), le Prix international "Carlos Fuentes" (Mexique, 2014) et le Prix Cervantes (Espagne, 2017), ainsi que plusieurs titres de Docteur Honoris Causa (Argentine, France, Panama, Équateur) et le titre d'officier de l'Ordre des Arts et des Lettres (France, 2013).

Plusieurs de ses livres paraissent en France : "Châtiment divin" 1988, "Le bal des masques" 1995, "Il pleut sur Managua" 2011.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (6) Ajouter une citation
SophieChalandre   01 février 2017
Le bal des masques de Sergio Ramirez
En medio de gran entusiasmo compartido en todos los estratos sociales, fue absuelta por el tribunal de jurados sorteado al efecto, doña María Luisa vda.de Oliú. La gentil dama, quien pese al cautiverio sufrido luce siempre bella y juvenil, como pudo comprobarlo la nutrida concurrencia que se dió cita en el juzgado, fue procesada por asesinato en la persona de Jerónimo Montes, quien a su vez había asesinado al marido de doña María Luisa debido a una vieja enemistad por asuntos de negocios. Hace tres meses, ésta última le disparó toda la carga de un revólver que llevaba oculto en su cartera cuando el jurado de conciencia conocía del proceso contra Montes por el asesinato del señor Oliú; la viuda, desconfiando de la justicia, la tomó por su propia mano y ahora fue absuelta entre nutridos aplausos y los parabienes de sus amistades, a los cuales se agregan los nuestros Le dernier cri de la mode americaine lo encuentra en LA CASA DE LOS BOTONES, Calle de Candelaria: preciosidades en botones de fantasía y adornos para vestidos de señoras, señoritas y niñas) PASAJEROS DEL AIRE: en el avión de la Taca llegaron ayer los siguientes pasajeros: de El Salvador, Juan Wassmer; de Tegucigalpa, Edward C. Walterman; se fueron a San José, Dora Santisteban y una niña; Francisco Amighetti, Flora de Amighetti ¡JUSTICIA SOCIAL!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
missmolko1   25 mars 2017
Il pleut sur Managua de Sergio Ramirez
La fenêtre du bureau de l’inspecteur Dolores Morales au troisième étage de l’immeuble de la police nationale, sur la plaza del Sol, occupé par la direction de la brigade des stupéfiants, restait toujours ouverte, car le système d’air conditionné ne fonctionnait plus depuis des siècles. Il ne la fermait jamais, même quand il pleuvait, et le rideau de cretonne, roulé à une extrémité, n’était plus qu’un lambeau d’étoffe lourd d’humidité et de poussière.

Ce cube d’aluminium et de verre avait été le siège d’une compagnie d’assurances, avant la révolution sandiniste , et ne présentait qu’une seule nouveauté : une modeste pyramide en plexiglas installée sur la terrasse à la demande du commissaire Cesar Augusto Canda, qui, en bon sociétaire de la Fraternité Ésotérique des Rose-Croix, croyait aux vertus du magnétisme biologique.

Dans un coin du bureau, à l’écart de la table métallique, brillait l’écran de l’ordinateur, qui avait plutôt l’air d’encombrer dans cette pièce mal équipée, aux murs de laquelle étaient fixées des photos éparpillées, de moyen format: une escouade de guérilleros maigres, barbus et mal armés, parmi lesquels on pouvait reconnaître l’inspecteur Morales; des policiers en civil qui trinquaient autour d’une table, toujours avec l’inspecteur Morales, pour célébrer un anniversaire; une autre photo qui le représentait recevant l’insigne correspondant à son nouveau grade ; et une autre sur laquelle on le voyait saluer le chef de la DEA pour la zone Amérique centrale et Caraïbes, en visite au Nicaragua.

Il s’approcha de la fenêtre, le téléphone portable collé à l’oreille. Le numéro était toujours occupé. En bas, sur le parking, des chants dissonants se mêlaient aux pétarades des fusées qui éclataient en volutes légères dans le ciel. Il était plus de midi, et la couronne de la Vierge de Fatima brillait sous le soleil d’une canicule finissante, tandis que l’icône, en pèlerinage à travers tout le Nicaragua, avançait entre deux haies de policiers, sur un char fleuri porté par les épaules des officiers, hommes et femmes, de l’état-major. Les sons de la marche festive, exécutée par un orchestre militaire, arrivaient étouffés; l’air chaud semblait les disperser, comme la fumée de l’encensoir qu’agitait lentement l’aumônier, un homme aussi volumineux qu’une armoire à glace, qui ouvrait la procession sous une chasuble violette à parements dorés.

L’inspecteur Morales savait qu’en bas son absence ne passait pas inaperçue, et il n’insista pas davantage pour obtenir sa communication.

Il enfila la chemise de son uniforme – avec la chaleur il préférait travailler en tee-shirt – et sortit dans le couloir désert, où il ne rencontra personne, à part doña Sofía.

Officiers de police, simples flics et subalternes, enquêteurs, secrétaires, femmes de ménage, tout le monde était en bas, aux côtés des chefs, qui recevaient la Vierge Pèlerine ; tout le monde, sauf doña Sofía Smith, sa voisine du quartier de l’Éden. Indifférente au vacarme extérieur, celle-ci continuait à astiquer le carrelage avec un balai-serpillière trempé dans un désinfectant couleur turquoise, à l’odeur douceâtre, qu’on n’utilise nulle part, Dieu sait pourquoi, sauf dans les prisons et les casernes.

Lorsque l’inspecteur Morales passa près d’elle, elle se mit au garde-à-vous, levant le manche du balai comme un fusil, une habitude héritée du temps où elle en avait un vrai, un vieux BZ tchèque, un matamachos , quand la police s’appelait police sandiniste. Et elle ne fit rien pour cacher son dédain. Tôt le matin, elle avait laissé sur le bureau de l’inspecteur Morales un mémorandum, écrit au crayon au dos d’une fiche de réclamation de fournitures de bureau:



Sujet: Activités religieuses.

À: Camarade Artemio.



J’ai reçu une invitation à la réception de la Vierge de Fatima, mais qu’on ne compte pas sur ma présence. J’ai honte pour mes camarades révolutionnaires, qui se prêtent à cette mascarade.



Elle continuait à l’appeler Artemio, pseudonyme sous lequel elle l’avait connu dans la résistance urbaine, alors qu’elle-même servait de courrier clandestin. Ils étaient entrés ensemble dans la police sandiniste à la chute de Somoza en 1979, et comme son fils unique José Ernesto, alias William, était tombé au combat à El Dorado pendant l’insurrection des quartiers Est de Managua, elle était toujours montée sur les estrades lors des cérémonies anniversaires de la fondation de la police, avec les autres mères des héros et martyrs, toutes portant le deuil et tenant le portrait encadré de leurs fils.

Fille d’un lieutenant des Marines américains cantonnés au Nicaragua jusqu’en 1933 et d’une modiste du quartier de San Sebastián, couturière à domicile pour les épouses des officiers yankees, elle portait le nom de Smith parce que sa mère le lui avait donné d’autorité, sans passer par le mariage. Évangéliste à mort et sandiniste à mort, doña Sofía était un dur mélange de deux dévotions ; et comme les rites de la révolution n’étaient plus en usage, elle se réfugiait dans ceux du culte protestant, en fidèle assidue de l’Église de l’Eau Vive.

À son entrée dans la police, elle avait assumé ses fonctions de femme de ménage avec une discipline de partisane, tout à ses tâches de nettoyage en uniforme vert olive, pantalon et chemise, son insigne de militante sur la poche, côté cœur. Depuis, elle n’avait pas bougé, même s’il n’y avait plus de réunions du comité de base ni de journées de travail volontaire. Elle portait maintenant un uniforme gris avec une jupe. Elle en avait deux, et il y en avait toujours un qui séchait sur l’étendage du patio de sa maison. Comme ils étaient voisins, chaque fois qu’il le pouvait l’inspecteur Morales l’emmenait dans sa Lada bleu ciel, rescapée de cette époque.

L’inspecteur Morales répondit à son regard de reproche avec un vague geste d’impuissance, et aussi prestement que le lui permettait la prothèse de sa jambe gauche, il descendit les marches étroites plongées dans la pénombre, l’ascenseur étant condamné depuis des années.

Alors qu’il se battait sur le front Sud en novembre 1978, pendant l’un des combats pour s’emparer de la colline 33, celui où était tombé le curé asturien Gaspar García Laviana, une balle de Galil lui avait brisé les os du genou. On l’avait évacué d’urgence vers le camp sanitaire installé au hameau de La Cruz, de l’autre côté de la frontière avec le Costa Rica, et de là on l’avait transporté en avion à l’hôpital Calderón Guardia de San José, où on avait dû l’amputer, car la gangrène menaçait. C’est à Cuba qu’on lui avait mis la prothèse et, même si elle était bien moulée, la couleur rosâtre du vinyle jurait avec sa peau très brune.

Il se mêla au groupe d’officiers, au milieu des applaudissements nourris, au moment où la Vierge de Fatima était hissée sur l’autel érigé à l’ombre des acacias, au pied des baies vitrées. L’inspecteur Padilla, directrice des ressources humaines, les fesses et les seins plantureux sculptés dans son uniforme, reçut des mains de l’imposant aumônier un feuillet, s’approcha du micro, salua l’assemblée et récita d’une voix qui manquait de souffle et d’assurance :



“Notre Dame est apparue pour la troisième fois à Coba de Iria le 13 juin 1917 afin de révéler le deuxième secret aux petits frères bergers Lucía, Francisco et Jacinta qui ont vu soudain un éclair et Elle est apparue vêtue de blanc entourée d’une lumière resplendissante et a dit des guerres viendront qui entraîneront la faim et les persécutions contre l’Église causées par la Russie et le Saint Père sera en danger mais si ma prière est exaucée la Russie se convertira et il y aura la paix sinon la Russie propagera le communisme et les bons seront martyrisés…”



La lecture à peine terminée, la sous-inspectrice Salamanca, chef des archives générales et de la documentation, libéra un couple de colombes enfermées dans un carton d’emballage de bouteilles d’huile de cuisine, percé de trous au couteau. Les colombes survolèrent quelques instants la couronne de la vierge avant d’aller se poser plus loin, sur la pyramide de la terrasse, au-dessus de laquelle passait le lent cortège des nuages.

L’inspecteur Morales avait suivi les colombes du regard, mais ce qui continuait à occuper ses pensées, c’était l’appel qu’il avait manqué. Le sous-inspecteur Bert Dixon, du commissariat de police de Bluefields, l’avait appelé le matin même, peu après sept heures, pour l’informer de la découverte d’un yacht abandonné à Pearl Lagoon. Il avait hâte de l’avoir au bout du fil.

La Laguna de Perlas s’étend sur un territoire sauvage de basses terres situées au nord de Bluefields, le chef-lieu de la région autonome de l’Atlantique sud, là où les rivières qui suivent leur cours arbitraire s’entrelacent avec les biefs, canaux, lagunes et lagons, et constituent ainsi les seules voies de communication entre les villages. La plus importante, entre le Rio Escondido et le Rio Grande, se trouve séparée de la mer des Caraïbes par une étroite bande qui se termine à la Barra de Perlas, un passage praticable en fonction de la marée. Mais la manière la plus commune d’y entrer et d’atteindre les villages situés aux alentours, c’est par le Canal Moncada, qui la relie au Rio Kukra, dont le cours sinueux continue jusqu’à Big Lagoon, où un autre tronçon navigable, le canal Fruta de Pan, se jette dans le flot nourri du Rio Escondido. De là, on arrive à la baie de Bluefields, et, en sens contraire, vers l’ouest, au port fluvial de Rama, où commence la route qui conduit jusqu’à Managua, à l’autre bout du pays.

Une grande baleine, très élégante, abandonnée près de la communauté de Raitipura, à l’embouchure du petit canal Awas Tingni, lui avait dit Lord Dixon avec cet accent de la côte qui l’amusait toujours, comme s’il parlait avec un caramel dans la bouche. Il l’appelait Lord Dixon en raison de ses manières impeccables : il n’élevait jamais la voix, même lorsqu’il se fâchait, et quand il disait des gros mots, il les laissait tomber avec douceur, comme s’il les méditait.

Cette circons
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tristantristan   26 décembre 2018
Adios muchachos de Sergio Ramirez
Ningun otro pais de América Latina, habia sido victima, como Nicaragua, de tantos abusos e intervenciones militares de EEUU en mas de un siglo desde que William Walker, un aventurero de Tennessee, se habia proclamado presidente del pais en 1855, amparado por una falange de filibusteros.

Walker decreto la esclavitud y establecio el inglés como idioma oficial. La tesis expuesta en su libro de memorias, "La guerra en Nicaragua", era que la raza blanca - la mente- y la raza negra - el musculo- estaban destinados por la Providencia a complementarse; pero los mestizos, indolentes y viciosos, lejos de ese esquema, no servian para nada. p. 127

Aucun autre pays d' Amérique latine, n'avait été victime de tant d'abus et d'interventions militaires de la part des USA en plus d'un siècle depuis que William Walker, un aventurier du Tennessee s'était proclamé président du pays en 1855, aidé par une poignée de flibustiers. Walker decrêta l'esclavege et fit de l'anglais la langue officielle. La thèse exposée dans son livre de mémoires "La guerre au Nicaragua" était que la race blanche -la tête- y la raza negra -les jambes- étaient destinés à se compléter par la Providence. Mais, les métis, indolents et vicieux, loin de ce schéma, ne servaient à rien. (traduction libre du contributeur)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tristantristan   24 décembre 2018
Adios muchachos de Sergio Ramirez
El héroe más visible en aquellos días de fiestas era Edén Pastora el comandante cero que había dirigido menos de un año antes el asalto al palacio nacional (...) Eduardo Contreras el primer comandante cero del asalto a la casa de Chema Castillo en 1974 había preservado su identidad en apego a la regla canónica de que la historia no la hacían los rostros sino el pueblo anónimo. Cada miembro del comando se identificaba con un número y el jefe era el cero, como símbolo que el jefe no era nada.(...) Edén Pastora , por el contrario, no había resistido el impulso de quitarse la mascara al subir al avión (...) Su foto le dió vuelta al mundo, pero aquel desliz jamás le fue perdonado.

Le heros le plus visible durant ces journées de fêtes était Eden Pastora le commandant zéro qui avait dirigé moins d' un an avant l' attaque du palais national. Eduardo Contreras, le premier commandant zéro de l' assaut contre la maison de Chema Castillo en 1974 avait préservé son identité en collant a la reglr canonique qui voulait que ce n' etaient pas les visages qui faisaient l' histoire mais le peuple anonyme. Chaque membre du commando était identifié par un numéro et le chef était le zéro, comme le symbole que le chef n' était rien.(...) Eden Pastora, su contraire n' avait pas resistr à l' impulsion de tomber le masque avant de monter dans l' avion.(...) Sa foto fit le tour du monde mais ce glissement ne lui fut jamais pardonné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tristantristan   23 décembre 2019
Adios muchachos de Sergio Ramirez
Las tensiones empeoraron después de la visita del Papa. A finales de agosto de este mismo ano de 1983, la Conferencia Episcopal se pronuncio en contra de la creacion del Servicio Militar Obligatorio (SMP), crucial en los planes de defensa frente al recrudecimiento de la guerra.

Traduction du contributeur: les tensions empirèrent après la visite du Pape. A la fin du mois d'aout de cette même année 1983, la Conférence Episcopale se prononça contre la création du Service Militaire Obligatoire (SMP), crucial quant aux plans de défense face à la recrudescence de la guerre.
Commenter  J’apprécie          10
tristantristan   23 décembre 2019
Adios muchachos de Sergio Ramirez
Desde 1990 miles de campesinos han recibido los titulos de propiedad que la revolucion habia decidido, por fin, entregarles ya sin limitaciones para sez vendidos o heredados.

Traduction du contributeur: Depuis 1990, des milliers de paysans ont reçu les titres de propriété que la révolution avait, enfin, décidé de leur remettre et, là, sans limitations au droit d' être vendus ou hérités.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
136 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur