AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.3 /5 (sur 182 notes)

Nationalité : Gabon
Né(e) à : Franceville , le 19/07/1976
Biographie :

Janis Otsiemi est né à Franceville dans la province du Haut-Ogooué en 1976 au Gabon.

Ancien élève du Collège Public d'Akébé (Collège Georges Mabignat aujourd'hui), il intègre en 1998 la Fondation Raponda Raponda Walker comme Membre permanent. Après un bref passage au Gouvernorat de l'Estuaire, il est actuellement Secrétaire Général Adjoint de l'Union des Écrivains Gabonais (UDEG) et Directeur de la Collection « Polar d’Afrique » aux Éditions du Polar.

Romancier, poète et essayiste, Janis Otsiémi a publié un roman "Tous les chemins mènent à l'Autre" ( Prix du jeune écrivain gabonais) aux Éditions Raponda Walker (Libreville 2002) et aux Éditions Ndzé (Paris, 2002).

Il a été lauréat du Prix du centenaire de la naissance du président Léon Mba pour son recueil de poèmes "Chants d'exil."
+ Voir plus
Source : /janisotsiemi.over-blog.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Janis Otsiemi   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"LE CHASSEUR DE LUCIOLES" de Janis Otsiemi.


Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
OverTheMoonWithBooks   07 mars 2017
Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi
Je ne t'apprends rien. Quand les mouches te suivent, c'est que tu as pataugé dans la merde.
Commenter  J’apprécie          160
Bazart   29 avril 2017
Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi


" Gaston, un bon flic se sert de ses neurones et non de ses biceps. En le disant, Jean Marc avait joint le geste à la parole en tapotant son front à l'index. Ce qui fit éclater de rire Roger et Louis."
Commenter  J’apprécie          150
mesrives   19 juin 2016
La bouche qui mange ne parle pas de Janis Otsiemi
Babette était une cinglée. Une véritable amazone. Elle n'avait pas froid aux yeux. Son histoire était presque la même que celle de toutes les fausses Blanches qu'on pouvait croiser dans cette vile.

Babette n'avait pas connu son père, un coopérant Blanc-manioc qui était rentré dans son pays quelques mois avant sa venue au monde. Sa maman en avait souffert car il lui avait fallu supporter le regard des autres. Elle était morte quelques mois après la naissance de Babette. Et Babette s'était retrouvée de matin bonheur seule dans la vie. Elle avait été recueillie par un de ses oncles alcoolo qui la prenait dans son lit pour la doublure de sa femme qu'il venait de perdre lui aussi, dès les prémices des seins de sa nièce. Puis le drame était arrivé. Un soir, elle l'avait coutoyé dans le dos. Et la déchéance avait commencé. Elle avait fait six mois de taule. Et à sa sortie, elle n'était plus la même.
Commenter  J’apprécie          130
Rob7   20 septembre 2019
Le festin de l'aube de Janis Otsiemi
Avant de s'attaquer à une bête, la panthère observe d'abord sa taille.
Commenter  J’apprécie          150
mesrives   19 juin 2016
La bouche qui mange ne parle pas de Janis Otsiemi
Koumba avait vu les quelques photos qu'elle lui avait présentées. Franchement, elles étaient cochonnes. Sodomie, brouette, écrin à bijoux, tape-cul, approche du tigre, vignes enlacées, cerf en rut... Koumba aurait sûrement flingué sa femme si c'était elle qui se retrouvait sur ces fichues photos. Il en était sûr et certain. Putain. Malgré ses quarante ans au compteur, Ginette baisait encore comme une gossette de vingt ans, s'était-il permis de penser.
Commenter  J’apprécie          130
OverTheMoonWithBooks   23 février 2017
Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi
La panthère vit dans les fourrés, disait un proverbe.

La Sûreté urbaine était ses fourrés, à lui. Il allait devoir traquer toutes les pourritures qui pullulaient dans cette ville.
Commenter  J’apprécie          120
mesrives   12 mars 2016
Les voleurs de sexe de Janis Otsiemi
Il releva les yeux pour prendre un virage au coeur du quartier Akébé 2.

Un chien traversait la rue.

Merde.

Il était de l'ethnie Punu. Dans son clan, le chien était un totem. Et en tuer ou en manger était un sacrilège.

Il braqua brusquement à droite pour éviter le cabot. Il fit un vol plané. On aurait dit que la chaussée humide s'était soudainement transformée en pavés de peaux de banane.

La dernière chose qu'il vit fut le paquet de fric que lui auraient rapporté ses photos.
Commenter  J’apprécie          110
mesrives   12 mars 2016
Les voleurs de sexe de Janis Otsiemi
Deux minutes s'écoulèrent sans que Tata n'échange un mot avec Benito. Tata connaissait sa têtutesse quand il ne voulait pas l'ouvrir. Il se contenta de continuer à scruter la rue de ses yeux globuleux de fumeur de yamba sertis dans un visage marqué par la rugosité de sa vie dans un bidonville où il vivait depuis sa naissance.
Commenter  J’apprécie          90
OverTheMoonWithBooks   05 mars 2017
Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi
C'est pas le moment, Roger. Le boulot et le cul ne font pas bon ménage.
Commenter  J’apprécie          100
Rebus   02 septembre 2015
Le chasseur de lucioles de Janis Otsiemi
Les meurtres de prostituées étaient rares. Au grand jamais, il n'en avait été commis avec une telle barbarie qui dépassait tout entendement. Comme quoi, le requin n'est pas le seul poisson à craindre dans la mer, il y en a bien d'autres.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Un titre = un auteur

Si je vous dis "Histoires extraordinaires"

Edgar Allan Poe
Honoré de Balzac
Agatha Christie

7 questions
9691 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur