AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 116 notes)

Nationalité : Inde
Né(e) à : Bombay , 1977
Biographie :

Siddharth Dhanvant Shanghvi, est un pur produit de la mégapole indienne, Bombay.

On a déjà pu lire sous sa signature de nombreux articles dans le Sunday Times of India, Elle et le San Francisco Chronicle.

La fille qui marchait sur l’eau est le premier roman de cette jeune “ star ” de la littérature indienne qui a obtenu le Betty Trask Award outre-Manche.

Source : www.les-deux-terres.com/
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Woland   18 septembre 2010
Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvant Shanghvi
[...] ... - "Pourquoi [Zaïra] n'a-t-elle pas engagé un garde du corps ?



- Samar et moi avons essayé de la convaincre de le faire, mais elle considérait ça comme une intrusion dans son espace privé. Elle détestait la proximité sous toutes ses formes ; je ne crois pas non plus qu'elle ait pris la juste mesure de sa popularité.



- Mais elle était immensément célèbre en Inde !



- Ils lui ont même construit des temples.



- Non ! C'est ouf !



- En parlant d'ouf ... A la télé, hier soir, un homme politique a avancé une explication inédite du drame. Il a prétendu que Zaïra avait poussé son assassin au meurtre en se montrant dans un bar vêtue d'"une robe indécente, le dos nu."



- Tu plaisantes !"



Léo poussa un soupir. La naïveté de Sally le hérissait mais elle aiguisait aussi son appétit : c'était précisément le genre d'ignorance qu'il avait espéré combattre dans son livre. L'homme politique en question, dit Léo, était membre du Parti du peuple hindou. "On l'a sans doute envoyé au front pour sauver la peau du ministre Prasad [père de l'assassin de Zaïra]. La théorie selon laquelle la "robe indécente" de Zaïra aurait causé sa mort cadre parfaitement avec le point de vue moralisateur du parti.



- C'est l'idée la plus saugrenue que j'aie jamais entendue ! Même nos Républicains grand teint [aux USA] ne vont pas jusque là !



- Oui, mais nous sommes en Inde, chérie. Cet homme politique ne croit sans doute pas un instant à ce qu'il raconte. En douce, il dirige probablement un empire du porno, mais pour la galerie, rien de tel que de jouer les vierges effarouchées. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MarcBibliotheca   24 août 2010
Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvant Shanghvi
Leur rapprochement suite au procès pour meurtre avait amené le ministre à mieux apprendre à connaître son fils. Il s’étonnait de voir tout ce qu’ils avaient en commun : même forme d’yeux, estomac fragile, allergies cutanées. Il reconnut chez Malik l’imperfection de sa propre mortalité, une propension à aimer contrecarrée par certains égarements et une tendresse outrée. Peu à peu, la volonté d’épargner la prison à son garçon devint une obsession, non seulement parce que son avenir politique dépendait du fait de ne pas être éclaboussé par le scandale, mais aussi parce qu’il se doutait que, si Malik allait en prison, alors un ressort en lui-même serait brisé à jamais…
Commenter  J’apprécie          50
Tamara   02 septembre 2010
Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvant Shanghvi
Lorsqu’il était nerveux, le ministre Chander Prasad avait l’habitude de se gratter si sauvagement les bourses que ses morpions en avaient des orgasmes à répétition. (p. 240)



Le ministre Prasad était peut-être une vieille mauviette velue, mais, s’il était allé loin dans la vie, ce n’était pas pour rien. (p. 259)



A propos de la littérature indienne (p. 381) : Leo déplorait que la prose fût à la fois tapageuse et empruntée. « C’est du style atelier d’écriture en surrégime. » Zaira déclara que l’auteur ne faisait qu’exploiter un filon, que cette femme avait réappris l’alphabet dans un cours intensif chez Exotica 101 : A pour « mariage arrangé », B pour « femme battue », C pour « colonisation ». S’excitant tout à coup, Samar fit une grande déclaration à l’emporte-pièce : les romans indiens ne valaient rien. « On les dirait sortis de la quasi-foufoune d’une drag queen autobaptisée Lady Epique.
Commenter  J’apprécie          40
Woland   18 septembre 2010
Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvant Shanghvi
[...] ... Le petit ami de Samar, Léo Mac Cormick, venait de demander à la jeune auteur [Mantra] son opinion sur les récentes manoeuvres du gouvernement réactionnaire de l'état du Maharashtra [dont Bombay est la capitale] visant à rebaptiser Bombay en "Mumbaï", sa façon de donner à la mégapole un coup de badigeon.



- "Dans le genre nom de villes, "Mumbaï" a tout le charme de "Gonorrhée", déclara Mantra. Sans compter que le changement polluera la mémoire collective de Bombay."



Il ne fallut que quelques minutes au trio pour s'exciter sur cette profanation programmée, mais un autre point de vue fit irruption dans le débat lorsque Priya Das, nouvellement élue députée de la majorité incriminée, se joignit à la conversation.



- "Mumbaï" était l'ancien nom de Bombay", fit-elle remarquer d'un air pincé, faisant allusion au fait que les Kolis, l'une des premières communautés à avoir habité le chapelet d'îlots, l'avaient baptisé en l'honneur de la déesse Mumbadevi. "Et il s'agit de reprendre notre passé aux colonialistes."



Mantra poussa un soupir retentissant. "Voyons, Priya, il y a un viol par heure à Bombay. Plus de la moitié de la population vit dans des bidonvilles. Des gamines de douze ans se prostituent. Les trains ne sont jamais à l'heure. Mon lait est coupé avec une eau douteuse.



- Et alors ? ...



- Et alors, les Rosbifs ont plié bagage il y a quarante ans. Le passé est important mais le présent est crucial. Rebaptiser Bombay, ça ne va pas rendre la ville plus sûre ni plus propre.



- Tu n'as aucun sens de l'authenticité !" hurla Priya.



Mantra songea que Priya avait l'aménité des bibliothécaires bourrues dont le seul salut était le gode. "Quelle authenticité ? Les Kolis l'ont appelée "Mumbadevi" vers 1800. Si c'est de l'authentique que tu cherches, il te faudra remonter beaucoup plus loin que ça. Bombay a été fondé au XIIème siècle !" ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Zazette97   25 août 2010
Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvant Shanghvi
(...) même si tous les pays du monde étaient confrontés à la corruption au sein de leurs systèmes, l'Inde avait une bonne longueur d'avance en la matière : elle avait tout simplement pris acte qu'il existait un système au sein de la corruption. Une fois la fraude confortablement installée dans la conscience nationale, la machinerie politique s'était dispensée de chercher à rectifier le tir et avait embrassé ses idéaux. Au fil des ans, le ministre Prasad avait perfectionné cet art. Il savait obtenir les services de juges qui attendaient désespérément d'être promus d'un tribunal de seconde zone à la Haute Cour. Il savait intimider les témoins. Il savait soudoyer les inspecteurs. C'était cruel, certes, mais ces agissements étaient nimbés d'une lumineuse logique cosmique : une fois les morts disparus, la vie continuait, comme elle était censée le faire. p.254
Commenter  J’apprécie          30
Croquignolle   12 janvier 2019
La fille qui marchait sur l'eau de Siddharth Dhanvant Shanghvi
Bref, leur conversation bancale, indécise, n'était qu'une haie de syllabes. Guindée. Destinée à scinder. Parce que ni l'un ni l'autre ne savaient comment dire adieu à une innocence qui avait été tellement absolue. Comment fermer les yeux devant l'immense ciel bleu parce que sa beauté est trop grande ? Comment se séparer de quelqu'un qui vous aime non pour vos secrets mais en dépit d'eux ?
Commenter  J’apprécie          30
kathel   26 août 2010
Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvant Shanghvi
Elle sortit de l’atelier et, depuis la terrasse, contempla la cité que Karan avait choisie comme sujet. Des carrés bien géométriques et éclatants de piments rouges mis à sécher sur la terrasse de ses voisins n’avaient pas encore été ramassés : dans la lumière du jour déclinante, on aurait dit de motifs sur un tapis mythique, tellement sombres qu’ils paraissaient teints dans le sang. Des chauves-souris fusaient des branches envahissantes d’un immense banian, dont les épaisse racines aériennes plongeaient jusqu’au sol, tels des tentacules. des lumignons clignotaient sur la mer d’Oman : dhows manœuvrés, au loin, par d’étiques pêcheurs avinés. Ces images se fondaient en un flou de détails familiers et rassurants, ceux-là même qui avaient bercé l’enfance de Rhea : pour la première fois de sa vie, elle se demanda ce que ce spectacle aurait signifié aux yeux de qui n’aurait pas été natif de Bombay.
Commenter  J’apprécie          20
MarcBibliotheca   24 août 2010
Les derniers flamants de Bombay de Siddharth Dhanvant Shanghvi
Leur rapprochement suite au procès pour meurtre avait amené le ministre à mieux apprendre à connaître son fils. Il s’étonnait de voir tout ce qu’ils avaient en commun : même forme d’yeux, estomac fragile, allergies cutanées. Il reconnut chez Malik l’imperfection de sa propre mortalité, une propension à aimer contrecarrée par certains égarements et une tendresse outrée. Peu à peu, la volonté d’épargner la prison à son garçon devint une obsession, non seulement parce que son avenir politique dépendait du fait de ne pas être éclaboussé par le scandale, mais aussi parce qu’il se doutait que, si Malik allait en prison, alors un ressort en lui-même serait brisé à jamais…
Commenter  J’apprécie          20
Croquignolle   12 janvier 2019
La fille qui marchait sur l'eau de Siddharth Dhanvant Shanghvi
Sur la pelouse, pure verdure abstraite, d'une élégante villa tout au sommet de Malabar Hill, dans les quartiers sud de Bombay, une fille aux clavicules d'une beauté infinie chevauche un peintre étendu, nu : deux faucons, tournoyant au-dessus d'eaux, les observent. Egalement inclus dans cette auguste assemblée, d'autres volatiles et insectes épatés, ainsi qu'une femme dans une baignoire en albâtre sous un amandier tout couvert de la poussière de saison sèche : elle tient un gobelet de vin rouge en équilibre sur le bord de la baignoire; sa main gauche plonge en elle-même, en ressort... Sans perdre le rythme mais sans grande vigueur non plus, les jambes de la fille enserrent le torse de l'homme, ses mains agrippent les coudes de sa monture et elle saute avec, de temps à autre, un soupçon tout juste perceptible d'hérédité féline.
Commenter  J’apprécie          10
Follepicarde   30 novembre 2017
La fille qui marchait sur l'eau de Siddharth Dhanvant Shanghvi
Un homme est comme un tapis : mets le à tes pieds une fois et tu pourras marcher dessus toute ta vie
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Siddharth Dhanvant Shanghvi (155)Voir plus


Quiz Voir plus

LNHI-46443

Quel héros grec a revêtu des vêtements féminins à la cour du roi Lycomède?

Héraclès
Achille
Mentor

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : transformisme , mythologie grecque , mythologie scandinave , Mythologie indienne , académie françaiseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..