AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 497 notes)

Nationalité : Inde
Né(e) à : Calcutta , le 11/07/1956
Biographie :

Amitav Ghosh est né à Calcutta en 1956 et a passé son enfance au Bangladesh, en Iran, en Inde et au Sri Lanka.
Il étudia à la Doon School , au collège St. Stephen's de Delhi, à l'Université de Delhi et à l'Université d'Oxford, où il obtint un Ph.D. en anthropologie sociale. Ghosh vit à New York avec son épouse Deborah Baker, biographe et éditrice chez Little, Brown and Company. Ils ont deux enfants, Lila and Nayan. En 1999, Ghosh a été nommé professeur de littérature comparée au Queens College (New York). Il a aussi été professeur invité du département d'anglais de l'université Harvard à partir de 2005. Il partage sa vie entre Brooklyn, Goa et Calcutta.
Amitav Ghosh a publié un bon nombre d'ouvrages qui lui a valu de nombreux prix.
"The Shadow Lines", publié en 1990, lui valut le Prix Sahitya Akademi, la récompense littéraire indienne la plus prestigieuse.
"The Calcutta Chromosome" (Le Chromosome de Calcutta, 1995) reçut le prix Arthur C. Clarke 1997. Les romans de Gosh sont caractérisés par des thèmes forts qui sont souvent liés au postcolonialisme, mais ils sont difficiles à catégoriser. Ses sujets sont personnels et uniques ; une partie de son charme tient à sa capacité à entrelacer une certaine "nostalgie indienne" avec des thèmes plus sérieux.
Ces romans sont traduits dans de nombreuses langues. The circle of reason (Les Feux du Bengale) a reçu le Prix Médicis étranger en 1990.
Ghosh a aussi écrit 4 ouvrages non-fictionnels : "Un infidèle en Egypte" (titre original : "In an Antique Land" (1992) qui est un livre issu d'un travail anthropologique minutieux de l'Egypte moderne et une histoire ancienne), "Dancing in Cambodia", "At Large in Burma" (1998), "Countdown" ("Compte à rebours" en 1999, sur la politique nucléaire de l'Inde), et "The Imam and the Indian" (2002, un ensemble d'essais sur différents thèmes tels que le fondamentalisme, l'histoire du roman, la culture égyptienne et la littérature). Il a reçu la Médaille Padma Shri du gouvernement indien en 2007.
"The Hungry Tide" (Le Pays des marées), a été publiée en avril 2004.
Amitav Ghosh a également écrit une trilogie intitulée "La Trilogie de l'Ibis" dont les titres sont les suivants Sea of Poppies publié en 2008 ("Un océan de pavots" pour sa version française), "River of Smoke" en 2011 ("Un fleuve de fumée" pour sa version française) et "Flood of Fire" en 2015 ("Un déluge de feu" pour sa version française).
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   01 juin 2018
Les feux du Bengale de Amitav Ghosh
La Science n'appartient au aucun pays. La Raison n'appartient à aucune nation. Elles appartiennent toutes deux à l'histoire - elles appartiennent au monde.
Commenter  J’apprécie          240
Sachenka   31 mai 2018
Les feux du Bengale de Amitav Ghosh
La rhétorique, c'est un langage qui se fait des muscles.
Commenter  J’apprécie          252
joedi   24 mai 2014
Le pays des marées de Amitav Ghosh
Car le beau n'est rien d'autre

que le commencement du Terrible, quand c'est tout juste

si nous l'entendons encore,

et nous l'admirons parce qu'il dédaigne avec indifférence

de nous détruire¹.



1. Rainer Maria Rike, "Première élégie", in Élégie de Duino, op.. cit. p. 53.
Commenter  J’apprécie          210
joedi   28 mai 2014
Le pays des marées de Amitav Ghosh
Dans leurs sourires, je lis les vers du Poète :



Vois, je suis vivant. Qu'est-ce qui me fait vivre ?

L'enfance ni l'avenir

ne s'amenuisent ... L'être qui jaillit dans mon cœur

m'est donné par surcroît ¹.



1. Rainer Maria Rike, "Neuvième élégie", in Élégie de Duino, op. cit., p. 135.
Commenter  J’apprécie          190
joedi   27 mai 2014
Le pays des marées de Amitav Ghosh
Car, là où elle avait vu un signe de Bon Bibi, je voyais, moi, le regard du Poète. J'avais l'impression qu'il me disait :



[...] un animal, une bête muette

lève vers nous les yeux,

et nous transperce calmement de son regard.

C'est cela que l'on nomme le destin ¹...



1. Rainer Maria Rike, "Huitième élégie", in Élégie de Duino, op. cit., p. 121.
Commenter  J’apprécie          180
Sachenka   11 juillet 2017
Le pays des marées de Amitav Ghosh
"Sur les rives de tout grand fleuve, tu trouveras un monument à l'extravagance."
Commenter  J’apprécie          190
Sachenka   11 juillet 2017
Lignes d'ombre de Amitav Ghosh
L'ennemi du silence, c'est le discours mais il ne peut pas y avoir de discours sans mots et il ne peut y avoir de mots sans signification - et, par conséquent, avec l'inexorabilité d'un syllogisme, lorsque nous essayons de parler d'événements dont nous ignorons la signification, nous sommes condamnés à nous perdre dans le silence qui gît entre les mots et l'univers.
Commenter  J’apprécie          170
Sachenka   02 juin 2018
Les feux du Bengale de Amitav Ghosh
Dès qu'ils ont commencé à construire leurs premières maisons et leurs premières cités, les êtres humains ont tissé et vendu de l'étoffe. On a retrouvé des tissus indiens dans les tombes des pharaons. Le sol des Indes est jonché de crêpes de Chine. Le monde antique tout entier bourdonnait du commerce des étoffes. La Route de la Soie, qui, traversant l'Asie centrale et la Perse, aboutissait aux ports de la Méditerranée pour repartir de là vers les marchés d'Afrique et d'Europe, a uni des continents durant plus de siècles que nous n'en pouvons compter. Elle engendra des empires et des épopées, des villes et des amours. Ibn Battuta et Marco Polo n'étaient que des voyageurs qui suivaient des chemins rendus sûrs et tranquilles, au cours des âges, par des commerçants inconnus, méconnus, armés seulement de leurs ballots d'étoffe.
Commenter  J’apprécie          150
Sachenka   17 juillet 2017
Le pays des marées de Amitav Ghosh
Kanak éclata de rire : «Moyna, c'est vrai qu'il est votre mari, mais, alors, pourquoi ne pas lui parler vous-même? Pourquoi voulez que je le fasse à votre place?

- C'est parce qu'il est mon mari que je ne peux pas lui parler, Kanai-babu. Seul un étranger peut traduire ces choses en mots.

- Pourquoi serait-ce plus facile pour un étranger?

- Parce que les mots ne sont que de l'air, Kanai-babu. Quand le vent souffle sur l'eau, vous voyez des ondulations et des vagues, mais la vraie rivière coule en dessous, sans qu'on la voie ni qu'on l'entende. On ne peut pas depuis le fond souffler sur la surface, Kanai-babu. Seul quelqu'un qui est à l'extérieur peut le faire, quelqu'un comme vous.»
Commenter  J’apprécie          150
joedi   26 mai 2014
Le pays des marées de Amitav Ghosh
Comment mieux louer le monde qu'en faisant ce que le Poète souhaiterait nous voir faire : en parlant de potiers et de cordeliers, en parlant de



ce qui est simple et qui,

de génération en génération façonné,

vit d'une vie qui nous appartient, à portée de main,

sous nos yeux¹.



1. Rainer Maria Rike, "Neuvième élégie", in Élégies de Duino, op. cit. p. 133.
Commenter  J’apprécie          140
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-46443

Quel héros grec a revêtu des vêtements féminins à la cour du roi Lycomède?

Héraclès
Achille
Mentor

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : transformisme , mythologie grecque , mythologie scandinave , Mythologie indienne , académie françaiseCréer un quiz sur cet auteur