AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Silvia Federici (Autre)Étienne Dobenesque (Traducteur)
EAN : 9782358722001
160 pages
La Fabrique éditions (05/02/2021)
3.9/5   34 notes
Résumé :
La violence sexiste est plus que jamais sous les projecteurs. Pour Silvia Federici, ces meurtres, tortures et viols ne sont ni des accidents de l’histoire ni le reflet d’un patriarcat millénaire. À la fin du Moyen Âge, la condamnation pour sorcellerie devient la pièce maîtresse d’un dispositif de répression contre les femmes mis en place par l’État, l’Église et les puissances économiques. Des instruments de torture comme la « bride à mégères » à la dévalorisation sy... >Voir plus
Que lire après Une guerre mondiale contre les femmesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ce « petit livre accessible revenant sur les principaux thèmes de CALIBAN ET LA SORCIÈRE - Femmes, corps et accumulation primitive, destiné à un public plus large », répond à une demande souvent faite à Silvia Federici. Elle explique comment les chasses aux sorcières devinrent, à la fin du Moyen Âge, le ressort d'un dispositif de répression contre les femmes mis en place par l'État, l'Église et les puissances économiques : le processus d'enclosure et de privatisation des terres étant concomitant du processus d'enclosure auquel le corps féminin lui-même fut soumis, à travers le développement du contrôle de l'État sur la sexualité et la capacité de reproduction des femmes. Elle prolonge ses analyses jusqu'à la mondialisation néolibérale actuelle, ébauchant une cartographie de ses nouvelles formes de violence, retour des chasses au sorcières dans nombre de régions du monde, et leur liens avec les nouvelles formes d'accumulation capitaliste.
(...)
Cette brève histoire de « la persécution de masse des femmes » accusées de sorcellerie, depuis la fin du Moyen Âge en Europe jusqu'à nos jours dans beaucoup de régions du monde, reprend l'essentiel des analyses de Silvia Federici, les résume en les prolongeant jusqu'à l'époque contemporaine. Cette actuelle « mondialisation » des chasses aux sorcières apparaît comme une conséquence directe de la mondialisation néolibérale et des programmes d'ajustement structurel imposés aux pays du Sud. L'ampleur structurelle de ces accusations alimentera bien des réflexions et des débats critiques, d'autant qu'elle dégage également des angles d'attaque déjà expérimentés.

Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          250
Je recommande cet ouvrage de Sylvia Frederici 'Une guerre mondiale contre les femmes' qui reprend quelques uns de des articles où elle tisse les liens entre les violences masculines contre les femmes -depuis les chasses aux sorcières jusqu'aux féminicides d'aujourd'hui- et la mise en place du capitalisme. Très accessibles ces articles sont agréables à lire (autant que cela est possible vu le sujet !).
Commenter  J’apprécie          20
Un recueil des différents articles de Sylvia Federicci écrits autour de son oeuvre principale Caliban et la Sorcière qui s'intéresse aux liens entre chasses aux sorcières (passées et actuelles), patriarcat et capitalisme. C'est une très bonne porte d'entrée pour les personnes qui souhaiteraient commencer à s'intéresser à ses sujets (même s'il faut avoir quelques bases solides en féminisme). Toutefois, si vous avez déjà lu sur le sujet, cela risque d'être quelque peu léger. Je regrette notamment qu'elle n'approfondisse pas plus ses arguments, surtout venant d'une universitaire... J'irai donc lire Caliban et la Sorcière qui, je pense, doit être beaucoup plus approfondi.
Commenter  J’apprécie          00
Silvia Federici propose ici des articles issus de ses recherches antérieures et actuelles sur certains aspects de la chasse aux sorcières.
Elle présente le contexte économique et politique qui a vu naître les accusations de sorcellerie, en mettant en lumière le rapport entre les femmes, l'argent et l'accumulation du capital.

Dans une première partie, elle revient sur la période qui va du XVe au XVIIIe siècles où es chasses aux sorcières ont ensanglanté l'Europe. Elle aborde notamment le phénomène des "enclosures" qui met fin à l'agriculture collective, laissant place à l'expropriation foncière et à la paupérisation d'une partie de la société.

Dans une seconde partie, que j'ai trouvé plus intéressante, elle aborde les formes contemporaines de chasses aux sorcières et s'intéresse particulièrement à l'Amérique latine, à l'Afrique et à l'Inde. Elle y fait le lien entre les motifs du Moyen-âge et ceux du XXIe siècle, puis entre colonisation et capitalisme. Les violences contre les femmes n'ont cessé d'augmenter, mais des formes de résistance apparaissent aussi.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
NonFiction
13 juillet 2021
Silvia Federici précise sa vision marxiste de l’exploitation des femmes dans le monde contemporain, dont la chasse aux sorcières, pratiquée à l’aube de l’époque moderne, serait l’acte fondateur.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
La tolérance institutionnelle de la violence domestique crée une culture de l’impunité qui contribue à normaliser la violence publique infligée aux femmes.
Commenter  J’apprécie          120
Le capitalisme est né des stratégies que l’élite féodale – l’Église et les classes terrienne et marchande – a mises en place en réaction aux luttes du prolétariat rural et urbain qui mettaient son autorité en crise. C’était une “contre-révolution“ qui a étouffé dans le sang les nouvelles revendications de liberté mais qui a aussi mis le monde sens dessus dessous en créant un nouveau système de production qui supposait une autre conception du travail, de la richesse et de la valeur au service de la mise en place de formes d’exploitation plus intenses.
Commenter  J’apprécie          10
Les chasses aux sorcières ont servi à déposséder les femmes de leurs pratiques médicales, les ont contraintes à se soumettre au contrôle patriarcal de la famille nucléaire et ont détruit un concept de nature holistique qui, jusqu’à la Renaissance, fixait des limites à l’exploitation de leurs corps.
Commenter  J’apprécie          20
En punissant la sorcière, les autorités punissaient dans le même temps l’offensive contre la propriété privée, l’insubordination sociale, la propagation des croyances magiques, qui supposaient la présence de pouvoirs qu’elles ne pouvaient pas contrôler, et la déviance par rapport à la norme sexuelle qui plaçait désormais la sexualité et la procréation sous l’autorité de l’État.
Commenter  J’apprécie          10
"La violence sexiste est plus que jamais sous les projecteurs. Pour Silvia Federici, ces meurtres, tortures et viols ne sont ni des accidents de l'histoire ni le reflet d'un patriarcat millénaire. À la fin du Moyen Âge, la condamnation pour sorcellerie devient la pièce maîtresse d'un dispositif de répression contre les femmes mis en place par l'État, l'Église et les puissances économiques. Des instruments de torture comme la "bride à mégères" à la dévalorisation systématique des savoir-faire ancestraux rattachés aux femmes, tous les moyens sont bons pour contenir la menace contre l'ordre capitaliste naissant qu'elles incarnent."
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Silvia Federici (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silvia Federici
Un passionnant entretien avec Silvia Federici sur ce que se doit être un féminisme conséquent.
autres livres classés : chasse aux sorcièresVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (161) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
562 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *}