AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.14 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Simone Korff-Sausse est psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris (SPP).

Docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse, elle est maître de conférence à l'université Denis Diderot Paris 7.

Elle a une longue expérience auprès de personnes handicapées et de leur famille, et s'intéresse dans la lignée de Sándor Ferenczi et de Melanie Klein aux impacts de l'environnement familial sur le développement psychique des jeunes enfants.

Elle a notamment publié "Le Miroir brisé", "L'Enfant handicapé, sa famille et le psychanalyste" (Paris, Calmann-Lévy, 1996) et, avec Cécile Herrou, "L'Intégration collective de jeunes enfants handicapés" (Toulouse, érès, rééd. 2007) sur son expérience dans la halte-garderie La maison Dagobert.

Elle a contribué à la redécouverte des théories psychanalytiques dissidentes de Sándor Ferenczi en préfaçant la traduction française de "L'Enfant dans l'adulte" en 1982.
+ Voir plus
Source : http://www.editions-eres.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
valamars   03 janvier 2015
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
L'enfant handicapé envoie à ses parents une image déformée, tel un miroir brisé, dans laquelle ils ont du mal à se reconnaître, et partant, à reconnaître l'enfant attendu, l'enfant qui se situe dans leur filiation et qui doit les perpétuer après leur mort. Cet enfant-là est loin, très loin, de l'enfant espéré. Loin de l'enfant que tous les parents ont porté en eux pendant les neuf mois de la grossesse, et rêvé depuis bien plus longtemps encore. Loin de" Sa majesté le Bébé", dont nous parle Freud, à savoir l'enfant merveilleux qui doit réaliser tous les souhaits secrets des parents et réparer leurs blessures anciennes.
Commenter  J’apprécie          90
folkingirl   19 novembre 2017
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
On pourrait dire que toutes naissances imposent aux parents un travail de deuil car l'enfant qui naît n'est jamais conforme à l'enfant souhaité. Tous les parents rêvent d'un avenir grandiose pour leurs enfants et tous les enfants vont inévitablement les décevoir dans leurs illusions et amener leurs parents à les accepter tels qu'ils sont, avec leurs insuffisances et leurs limites, mais aussi avec leur propre personnalité. S'il faut renoncer à l'image idéale de l'enfant imaginaire, l'enfant réel apporte d'autres joies.
Commenter  J’apprécie          90
valamars   03 janvier 2015
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
Les enfants handicapés ne seront jamais comme les autres. Pourtant ils demandent ou leur parents demandent pour eux à vivre parmi les autres Il ne s'agit pas de nier la différence de cet enfant-là, ni de méconnaître les difficultés spécifiques liées à son handicap. Il ne s'agit pas non plus de minimiser les obstacles à franchir pour accueillir ces enfants dans les structures de la petite enfance.
Commenter  J’apprécie          80
valamars   03 janvier 2015
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
Etant donné que le handicap évoque toujours une image de castration, on peut même penser que les pères sont plus blessés dans leur propre image narcissique, puisque le handicap les affect plus spécifiquement dans leur intégrité masculine.
Commenter  J’apprécie          60
lesfeuilletsdhypnos   16 juin 2017
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
Notre identité nous paraît évidente et acquise. Mais, en vérité, elle reste toujours fragile, paradoxale et contradictoire. L'identité est le fruit d'un long processus : elle se constitue dans un douloureux mouvement d'assimilation et de rejet, d'introjection et de projection d'éléments venant d'autrui et du monde extérieur, que nous intériorisons afin de les faire nôtres. Malgré cette tendance à l'intégration, nous sommes composés d'éléments qui gardent leur caractère d'étrangeté. […]

On préfère ignorer la précarité de l'identité, parce qu'on ne veut pas remettre en question cette construction si durement acquise et toujours si fragile. Tout ce qui fait chanceler l'illusion de l'unité et de la totalité de la personne est une menace, et suscite donc des défenses. C'est pourquoi on s'accroche aux éléments de son identité, les particularismes ethniques, religieux, nationaux, etc. On voit actuellement, dans le monde, des exemples dramatiques qui montrent à quel point la pensée identitaire peut être mortifère, lorsqu'elle cède à la tentation de la totalité. L'identité de l'un invalide alors celle de l'autre, ce qui conduit à l'exclusion, au racisme et au meurtre. Contrairement aux idées reçues, plus on se croit assuré de son identité, plus on est intolérant à l'égard de l'identité de l'autre. Il faut accepter la part d'étrangeté en nous, dont Freud a montré qu'elle est présente en chacun, afin d'accepter la part d'étrangeté de l'autre.

J'aimerais me saisir des paroles d'Edmond Jabès : « Qu'est-ce qu'un étranger ? – Celui qui te faire croire que tu es chez toi. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
valamars   03 janvier 2015
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
Tout comme ses parents, l'enfant est confronté à un travail de deuil : deuil de sa normalité, de son intégrité, de son autonomie. Il doit renoncer sans arrêt.
Commenter  J’apprécie          50
valamars   03 janvier 2015
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
Les enfants handicapés ne seront jamais comme les autres. Pourtant ils demandent ou leur parents demandent pour eux à vivre parmi les autres Il ne s'agit pas de nier la différence de cet enfant-là, ni de méconnaître les difficultés spécifiques liées à son handicap. Il ne s'agit pas non plus de minimiser les obstacles à franchir pour accueillir ces enfants dans les structures de la petite enfance.
Commenter  J’apprécie          40
valamars   03 janvier 2015
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
La pire des souffrances est celle qui ne peut se dire, être entendue et partagée. La plus troublante étrangeté est celle qui ne peut être nommée.
Commenter  J’apprécie          50
bab   06 février 2015
Le miroir brisé de Simone Korff-Sausse
Lorsque les pères sont écoutés, cependant, ils ont tant à dire ... Leur souffrance n'est en rien moindre que celle des mères. Et leur solitude aussi vaste, plus vaste peut-être, à cause du rejet des institutions et de l'image sociale d'une virilité qui n'aurait pas droit aux larmes. La douleur d'un homme paraît incompatible avec l'imago paternelle traditionnelle. La vulnérabilité masculine bouleverse l'image conventionnelle, mais profonde, de la virilité. Bref, le problème n'est pas tant que les pères auraient moins à dire sur leur enfant handicapé, ni qu'ils seraient moins affectés, mais que les équipes ont plus de réticences à entendre leur souffrance.
Commenter  J’apprécie          30
Simone Korff-Sausse
Harmonide   08 décembre 2017
Simone Korff-Sausse
Il convient de différencier l'enfant de l'infantile. Ce qui peut être retrouvé ne sera jamais identique à ce qui a été. Le psychisme est un organisme vivant et donc en mouvement permanent. Avec le temps qui passe, les éléments qui composent la psyché ne cessent de se modifier. L'objet de l'investigation et du traitement psychanalytiques n'est pas la retrouvaille illusoire avec l'enfant réel, mais l'enfant reconstruit par la psychanalyse.

[Préface de "L'Enfant dans l'adulte" de Sándor FERENCZI, Petite Bibliothèque Payot, 1982 (2006).]
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Simone Korff-Sausse (45)Voir plus


Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..