AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.77/5 (sur 782 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Trapani , le 21/11/1974
Biographie :

Née à Trapani mais Palormitaine de cœur, Stefania Auci, après des études de droit, a travaillé quelque temps dans un cabinet juridique puis comme enseignante, avant de se consacrer à l’écriture.

Ajouter des informations
Bibliographie de Stefania Auci   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les Florio - tome 1 - Les Lions de Sicile de Stefania Auci et Renaud Temperini aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/les-lions-de-sicile-les-florio-tome-1.html • Les Florio - tome 2 - le Triomphe des lions de Stefania Auci et Renaud Temperini aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/les-florio-t.2-le-triomphe-des-lions-1.html • Les Florio - tome 3 - Les Lions en hiver de Stefania Auci et Renaud Temperini aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/les-florio-tome-3-les-lions-en-hiver.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionslivredepoche #editionsalbinmichel

+ Lire la suite

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Prends garde à ce que tu fais, et avec qui. Un rien suffit pour se laisser entraîner dans une grosse bêtise, surtout si on a le sang chaud.
Le regard du jeune homme exprime à la fois l’embarras et l’agacement. « Tonton, vous savez bien que je ne suis plus un gamin…
— C’est vrai. Mais les femmes sont capables de transformer n’importe quel homme en parfait imbécile. Et je n’ai pas envie que tu en deviennes un.”
Commenter  J’apprécie          130
Alors tous mes efforts ont été inutiles ? Ils n’auront servi à rien ? Travailler, bâtir un empire économique à partir du peu dont je disposais, expérimenter sans cesse, oser courir des risques que personne n’avait jamais pris en Sicile... ce n’est pas encore assez ?
Non.
“Un blason. Du sang bleu. La respectabilité. Voilà ce qu’ils exigent.”
Commenter  J’apprécie          130
Hearing these words, Ignazio’s face darkened. He turned to look at Paolo Barbaro. “What about your husband, Mattia? Is your husband patient? Does he respect you? You’ve no idea how much it upsets me toleave you here alone with him,” he then added with a soft huff.
She cast down her eyes. “He’s the way he is. He behaves the way he behaves.” Just these words. A hiss, like burning straw.
And Giuseppina read in that expression what she already knew. That Barbaro was rough with her, that he treated her harshly. Their marriage had been arranged by their families for money, just like her and Paolo’s.
The men can’t possibly understand that what the two of them have in common is a broken heart.
Commenter  J’apprécie          90
Giovanna soulève d’une main le visage de sa bru. « Regarde-moi, ma fille. Il est grand temps que tu prennes conscience que les femmes portent toujours les poids les plus lourds. » Elle parle d’un ton tranquille, presque doux. C’est une loi de la nature, et elle continuera de s’appliquer aussi longtemps que le monde ne marchera pas sur la tête, aussi longtemps que nous ne porterons pas de pantalons. Il va falloir apprendre à ne rien dire, à faire semblant de ne rien voir. Quoi qu’il arrive, tu es et resteras sa femme. Peu importe que ton cœur saigne, il existe des choses plus importantes que ton orgueil. En particulier la bonne renommée de ta famille. Et ton enfant.”
Commenter  J’apprécie          90
Marseille est plus poussiéreuse que dans son souvenir. Plus sale. Plus chaotique. La mémoire est une gardienne mensongère du bonheur, elle sait figer les images de certains lieux en un éternel présent, une réalité d’autant plus fictive qu’elle semble plus authentique.
Commenter  J’apprécie          90
Le tremblement de terre est un sifflement qui naît sur la mer et s’enfonce dans la nuit. Il s’enfle, s’accroît, se transforme en un grondement qui lacère le silence.
Commenter  J’apprécie          90
Au début, elle avait pensé qu’il y avait une autre femme. Après la naissance d’Ignazziddu, elle avait compris que les attentions de son époux étaient inversement proportionnelles à son implication dans les affaires de la famille. Elle avait donc bien une rivale, et c’était la Maison Florio.
D’autant plus qu’elle lui avait donné deux garçons, que sa descendance était donc assurée et que, dans ces conditions…
Commenter  J’apprécie          80
Cet arbre qui plonge ses racines dans le ruisseau, c'est un quinquina, et son écorce a sans doute sauvé des millions de vies humaines. Du Pérou à la Bolivie, les Indiens d'Amérique ont été les premiers à se rendre compte de son efficacité contre la fièvre ; elle n'a pas échappé non plus aux jésuites, qui l'ont introduite en Espagne au cours du XVIIe siècle.
Transformée en poudre et enfermée dans des sacs , elle a ensuite été expédiée vers les plus grands ports européens.
On l'appelle alors " écorce du Pérou".
Commenter  J’apprécie          40
Cinnamon, Pepper, cumin, aniseed, coriander, saffron, sumac, cassia . . .
No, spices aren’t just for cooking. They’re medicines, they’re cosmetics, they’re poisons and memories of faraway lands few people have seen.
Before reaching a sales counter, a cinnamon stick or a gingerroot has to go through dozens of hands, travel on the back of a mule or a camel in long caravans, cross the ocean, and reach European ports.
Naturally, the costs rise with every leg of the journey.
Rich are those who can buy them, and rich those who manage to sell them. Spices for cooking—and much more so those for medicinal use—are for the select few.
Venice built her wealth on the spice trade and customs duties. Now, at the beginning of the nineteenth century, it’s the British and French that sell them. Ships arrive from their colonies overseas loaded not only with medicinal herbs but also with sugar, tea, coffee, and chocolate.
The prices drop, the market diversifies, the harbors open, the amount of spices increases. It’s not just in Naples, Livorno, and Genoa. In Palermo, the aromatari set up a guild. They even have their own church, Sant’Andrea degli Amalfitani.
And the number of those who can afford to sell them also rises.
Commenter  J’apprécie          20
Pour les Égyptiens, c'était un don de la déesse Isis. Pour les Hébreux, un symbole de renaissance. Pour les Grecs, l'arbre d'Athėna, déesse de la sagesse. Pour les Romains, l'arbre à l'ombre duquel étaient nés Romulus et Rėmus.
L'olivier a un tronc noueux, une odeur pénétrante et des feuilles d'un vert argenté qui étincellent au soleil. Son bois doré et chaud, qui résiste bien aux parasites, se prête facilement à la marqueterie et à la sculpture ; et c'est aussi le matériau des meubles destinés à durer, à préserver des objets et des souvenirs précieux.
Mieux encore.
Si l'on brûle un olivier ou qu'on en scie le tronc, il paraîtra mort pendant longtemps, voire des années ; mais tôt ou tard, une jeune pousse tenace surgira du sol pour le ramener à la vie.
Pour détruire un olivier, il faut le déraciner, creuser le sol et supprimer jusqu'à son plus petit reste.
Voilà pourquoi il symbolise, entre autres, l'immortalité.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Stefania Auci (790)Voir plus

Quiz Voir plus

Un détective très très très spécial

Quel est le véritable nom de Gaspard ?

Gaspard Jackson Shakespeare
Gaspard Charcutier
Gaspard Boulanger
Gaspard Céline Shakespeare

5 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Un détective très très très spécial de Romain PuértolasCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..