AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.17 /5 (sur 23 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Gand , le 21-04-1901
Mort(e) à : Bruxelles , le 11-12-1992
Biographie :

Suzanne Lilar (née Suzanne Verbist) est une dramaturge, essayiste et romancière flamande belge de langue française.

La mère de Lilar était institutrice, son père chef de gare aux chemins de fer. Après avoir vécu à Gand, et un bref premier mariage, elle s'installe à Anvers où elle est la première femme avocate à s'inscrire au barreau. En 1929 elle épouse l'avocat Albert Lilar qui deviendra plus tard un ministre de Justice et ministre d'État, parti libéral. Elle est la mère de l'écrivain Françoise Mallet-Joris (née 1930) et de l'historienne d'art Marie Fredericq-Lilar (née 1934).

Après la mort de son mari en 1976, elle quitte Anvers pour Bruxelles en 1977. En 1919 Lilar s'inscrit à l'université de Gand où elle étudie la philosophie et est la première femme à obtenir son diplôme en droit en 1925. Pendant ses études elle participe à un séminaire sur Hadewijch d'Anvers. Lilar est un auteur complètement moderne et féministe. En 1956 elle remplace Gustave Van Zype à l'Académie royale de langue et de littérature françaises.

Lilar a commencé sa carrière littéraire comme journaliste. Plus tard elle est devenue dramaturge avec Le Burlador (1946), une réinterprétation originale du mythe de Don Juan vu d'une perspective féminine. Dans des pages érudites sur Rubens, l'Androgyne ou l'homosexualité dans la Grèce antique, Lilar médite sur le rôle de la femme dans l'amour conjugal à travers les âges dans la culture occidentale.

Dans la même veine elle écrit des essais critiques sur Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Lilar a écrit deux livres autobiographiques, Une Enfance gantoise (1976) et À la recherche d'une enfance (1979), et deux romans, datant de 1960, Le Divertissement portugais et La Confession anonyme.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Suzanne Lilar   (10)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo

"Le Malentendu du 2ème sexe" par Suzanne Lilar
Interview de Suzanne LILAR sur son livre "Le Malentendu du 2ème sexe" : Plans du quartier de Saint Germain des Près / Banc-titres : dessins, gravures / Banc-Titre photos de Simone de BEAUVOIR, photos de Jean-Paul SARTRE

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Tempsdelecture   18 juin 2019
Une enfance gantoise de Suzanne Lilar
Vers le même temps, mes oncles ayant cédé leur commerce de machines à écrire, nous quittâmes la place Saint-Bavon pour une petite maison de la rue Liévin de Winne. Elle avait pour vis-à-vis une scierie dont nous allions aimer l’odeur forestière de bois fraîchement débité et même le chantonnement monotone. Elle appartenait aux Suy, famille aisée de la bourgeoisie catholique ou j’allais être invitée souvent, sans que ma mère se risquât jamais – je ne m’en avise qu’aujourd’hui – à les convier chez nous. Sans doute le plan conçu par cette famille pour l’éducation de ses fillettes comportait-il quelques exercices de charité envers les inférieurs. Ces invitations qui humiliaient Maman me ravissaient. J’aimais cette maison ou m’accueillait dès l’entrée l’arôme des parquets cirés. Il semblait que, comparée à la nôtre, la vie y glissât sur des rails. Une domesticité discrète pourvoyait aux besoins, réglant le calorifère, allumant le gaz de la suspension, servant le sirop de groseilles. Le goûter, présidé par une gouvernante, était suivi de jeux tranquilles (oie, nain jaune, jacquet) dont j’étais invitée à suivre strictement les règles sans y introduire de variantes. Mais rien ne satisfaisait mon goût d’exotisme comme d’entendre les petites Suy invoquer la sainte Vierge afin de tirer la bonne carte ou le double six: « Vierge des rochers, inspirez-moi! Étoile de la Mer, secourez-moi! Tour de David, faites que je gagne! » Maman fut outrée lorsqu’elle le sut. Elle était lasse d’ailleurs de m’entendre vanter la supériorité des parquets sur le linoléum qui couvrait nos planchers. Elle manœuvra pour espacer ces réunions. Quant à moi, peu de temps après, me servant pour la première fois de la machine à coudre, je me trouvai fort occupée à bâtir grossièrement une robe destinée à une petite pauvresse de la rue de la Sauge. J’avais tiré profit de la leçon. Moi aussi je remplissais mes devoirs à l’égard de nos frères inférieurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VACHARDTUAPIED   27 mars 2013
La confession anonyme de Suzanne Lilar
Dans un dédale de couloirs sombres et veloutés où se feutraient les pas.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La rivière à l'envers, tome 1

Que Tomek sort-il de son placard ?

Une image de kangourou
Une peluche
Un appareil photo
Un livre

18 questions
791 lecteurs ont répondu
Thème : La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur