AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.19 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : Finlande
Né(e) à : Turku, Finlande , le 9/07/1955
Biographie :

Torsten Pettersson est un écrivain finlandais, poète et professeur de littérature en Suède.

Il a écrit de nombreuses publications universitaires et des recueils de poésie primés. "Donne-moi tes yeux" est son premier roman. Suivra "Au fond de ton coeur".


Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Torsten Pettersson: Skryj mě ve svém srdci


Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Marimelie   08 octobre 2013
Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson
Parfois, quand à la table de la cuisine, je me livrais à une introspection, je ne trouvais vraiment rien en moi. Pas même un sol en plaques métalliques au dessus d'un subconscient inaccessible, avec un peu de lumière qui filtre par les interstices des ouvertures. Je laissais un cône de lumière gris cendre jouer sur une cave abandonnée bien nettoyée, mais ne voyais que le sol qui est en moi, mais ne voyais que le sol qui est tout au fond, sans trappes ni interstices, sans rien qui soit dissimulé au-dessous. J'étais tout à fait normal, préparais à manger, pensais à Inger, pensais au Chasseur, mais ce n'était que le moi quotidien qui fonctionnait en mode automatique. Il manquait quelque chose là-dessous alors que ça aurait dû être là chez un être humain.



Que ressentais-je dans ces moments-là ? Un sentiment de vide. Que tout au fond de moi et à l'extérieur, il n'y avait finalement que le vide. Ce n'était même pas éprouvant ou effroyable, juste superficiel et insignifiant. Je savais qu'il manquait quelque chose mais je ne le ressentais pas.



C'est peut être la sagesse de la nature qui s'exprime ainsi. Ce que nous sommes vraiment va petit à petit être anéanti, pendant que nous pouvons encore le voir. Nous ne laisserons pas grand chose derrière nous. La coquille d'un être, rien qui mérite qu'on s'y attarde, jusqu'à ce que, pour finir, nous partions d'ici et disparaissions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
christinebeausson   03 août 2013
Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson
Je regarde les yeux. Ils flottent dans leur solution iodée tels des jumeaux dans le liquide amniotique. Ils bougent : la moindre secousse du bocal les fait tressauter et remonter à la surface. Ainsi, ils peuvent observer le monde autour d'eux : des murs froids, de larges étagères de bois peintes en marron, une seule ampoule nue au plafond.

Ils doivent rêver qu'ils se trouvent ici, dans une cave ou un grenier, et, dans un lent mouvement de torsion, ils laissent leur regard glisser sur des murs de béton et des ombres insondables qui semblent se prolonger au delà des cloisons.

Dans la pâle clarté, quelque chose s'approche, un visage apparaît tout près. Quelqu'un les regarde - que peut il vouloir? A présent, il sort une grande....ça ressemble à une fourchette.
Commenter  J’apprécie          20
christinebeausson   04 août 2013
Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson
Est il vraiment impossible à un être humain d'en connaître un autre en profondeur, même lorsqu'il s'agit de celui qui lui est le plus proche? Je n'ai jamais réellement pu éprouver les sentiments d'Inger, en dépit de toute la bonne volonté que j'y mettais. J'ignore ce qu'elle pensait de nous et si elle était heureuse ou non avec moi. Son calvaire lorsque la maladie la ravageait de l'intérieur m'est resté étranger. J'étais enfermé à l'intérieur de mon système nerveux et elle à l'intérieur du sien.
Commenter  J’apprécie          20
crapahutevida   07 juin 2017
Au fond de ton coeur de Torsten Pettersson


Nous nous engageâmes sur le parking bordé par un bâtiment en forme de L abritant les entrées 1A et 1B. Je me représentai mentalement l'autre côté : une petite aire de jeux et un autre parking devant l'étroit et long bâtiment 1C, tel un grand container largué devant les pins et les sapins.

Le vent nous ébouriffa lorsque nous descendîmes de voiture ; les arbres bruissaient et des lambeaux de nuages défilaient dans un ciel d'un bleu pur. Nous levâmes les yeux vers l'immeuble, comme si les murs grisâtres et les alignements monotones de fenêtres faisaient partie des pistes à étudier. Et effectivement, une femme était plaquée à une fenêtre, la main à mi-hauteur, ne sachant si elle devait faire signe ou non.

Nous gagnâmes l'entrée B où l'on avait grossièrement effacé les graffitis. Par contre, les parties les plus intimes de l'anatomie humaine étaient gravées dans l'ascenseur, accompagnées de leurs noms en suédois et en finnois.
Commenter  J’apprécie          10
letilleul   04 novembre 2010
Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson
La nuit est tombée au moment où je sors du cinéma. J'ai quitté un monde aux arbres dorés sous un ciel d'un bleu éclatant et j'en regagne un tout autre. Des néons grimacent. Des gens apparaissent dans la lumière des réverbères avant de disparaître à nouveau.

En attendant le bus, je marche le long de la berge et observe l'eau noire en contrebas. Elle semble morte, mais, de temps à autre, une vague scintillante vient respirer à la surface, en entraînant d'autres dans son sillage. Elles se montrent parfois l'espace d'une seconde avant de replonger. Un guidon de vélo parfaitement immobile émerge des vagues dans le halo projeté par l'éclairage du pont. Un animal qui s'est noyé, tels les crânes des vaches à grandes cornes qu'on voit dépasser du sable dans les westerns.
Commenter  J’apprécie          10
Bazart   13 novembre 2011
Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson
Au cours de l'année qui vient de s'écouler, j'ai changé aussi bien en tant qu'être humain qu'en tant que policier. J'ai pensé et fait beaucoup de choses qui m'auraient été étrangères auparavant. Je tiens à en faire un récit exhaustif afin que moi-même et les autres puissions comprendre
Commenter  J’apprécie          10
Bazart   11 novembre 2011
Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson
Ici, à Forshalla, les gens sont sympathiques, bien qu'assez curieux, et j'aime les vieilles maisons en bois peintes, et la magnifique forteresse dans les tons gris bruns.
Commenter  J’apprécie          10
christinebeausson   03 août 2013
Donne-moi tes yeux de Torsten Pettersson
Le Lindell que nous voyons n'était que la coquille du tueur, un spectateur ébahi condamné à souffrir pour celui qu'il devient l'espace de quelques courts instants, de temps à autre.

Comment certains êtres humains deviennent ils ainsi, tout aussi victimes que leurs victimes? Je ne le comprends pas. Je suis juste l'éboueur qui ignore ce que les sacs contiennent.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox