AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.45/5 (sur 534 notes)

Nationalité : Grèce
Né(e) à : Athènes , le 25/12/1943
Mort(e) à : Athènes , le 11/01/2021
Biographie :

Vassilis Alexakis (en grec : Βασίλης Ἀλεξάκης) est un écrivain gréco-français, auteur d'une importante œuvre romanesque. Il écrit à la fois en français et en grec, sa langue maternelle.

A l'âge de 17 ans, il reçoit une bourse et débarque en France (à Lille), pour étudier le journalisme. La bourse étant trop mince, il doit travailler à la plonge dans un restaurant.

Après ses études de trois ans, il rentre en Grèce pour cause de service militaire mais revient s'installer à Paris en 1968 après le coup d'État militaire.

Il travaille au Monde des livres durant quinze ans. Dessinateur humoristique, Vassilis Alexakis a été journaliste au journal Le Monde et a également écrit des pièces radiophoniques.

Alexakis reçoit le prix Médicis (1995) pour "La Langue maternelle", le Grand prix du roman de l'Académie Française (2007) pour "Ap. J.-C." et le prix de la langue française (2012) pour l'ensemble de son œuvre et en Grèce le Grand Prix national du roman en 2017. Il était docteur honoris causa de l’Université d’Athènes.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Vassilis Alexakis   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/ N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie. Connaissez-vous le plus français des écrivains grecs ? À moins que ça ne soit le plus grec des écrivains français... « La langue maternelle » de Vassilis Alexakis, c'est à lire chez Folio.


Citations et extraits (189) Voir plus Ajouter une citation
Les immigrés font sûrement davantage travailler leur mémoire que ceux qui n'ont jamais quitté leur pays.
Commenter  J’apprécie          330
Je me suis levé au bout d'un long moment. Les deux oiseaux étaient toujours là. Ils ressemblaient à ceux que j'avais vus avec ma mère dans un de mes rêves. Avant de m'en aller, je les ai priés de monter de temps en temps sur sa tombe et de balayer de leurs ailes la poussière qui s'accumule.
Commenter  J’apprécie          270
- Savez-vous si la péninsule de l'Athos était habitée dans l'Antiquité ?
- Elle devait l’être car, selon la tradition, lorsque la Sainte Vierge s'y est rendue, elle s'est heurtée à des statues antiques, ce qui l'a profondément choquée.
Je ne lui ai pas demandé de m'expliquer comment la Vierge était arrivée sur la Sainte Montagne. «Sans doute à bord d'une embarcation poussée par des vents orageux», ai-je pensé, car il m’était naturellement impossible d'imaginer qu'elle avait fait le trajet à pied.
Commenter  J’apprécie          170
La seule chose qui me réjouit, c'est que j'ai la possibilité de t'appeler de temps en temps de mon bureau. Le téléphone entre timidement dans notre vie. Il est heureux qu'il ait tardé à se manifester, sans cela toutes ces lettres n'existeraient pas. Le retour au passé serait impossible. Voilà le tort que nous a fait le téléphone, il a désarmé notre mémoire.
Commenter  J’apprécie          170
Je pense que je ne connaîtrai jamais les hommes chauves-souris. Il est d'autres voyages que j'aimerais entreprendre et que, faute de temps, je ne ferai probablement jamais. Je commence à prendre congé des pays que je n'ai pas visités, des hommes que je n'ai pas rencontrés.
Commenter  J’apprécie          170
"- quel est le mot le plus précieux pour vous ?
- "Imagination". Sans elle, aucun de ces ouvrages n'aurait vu le jour. Elle est indispensable même aux textes qui se limitent apparemment à la transcription de faits réels. L'écriture crée inévitablement sa propre réalité. Classer séparément textes autobiographiques et textes de fiction n'a aucun sens, étant donné que les uns comme les autres découlent du dialogue mystérieux que chaque auteur entretient avec les mots."

Commenter  J’apprécie          160
« Le plus bel hommage qu’on puisse rendre à un défunt a été imaginé, à mon avis, par certains aborigènes d’Australie. Lorsque leur chef meurt, ils suppriment un mot, l’effacent définitivement de leur langue. Mais je ne suis pas certain que notre ami nous approuverait si nous faisions de même car il aimait les mots, tous les mots, même ceux qui ne lui plaisaient pas. »
Commenter  J’apprécie          160
-Pourquoi écrivez-vous? interroge-t-on aussi.
Est-ce une activité saugrenue, comme la cleptomanie ou le saut en parachute? Je regarde encore mes mains. La main droite lâche à nouveau le crayon et s'approche de mon visage. Elle ne va pas me gifler, j'espère? Non, bien sûr. Elle me gratte cette fois-ci la tête : c'est tout ce qu'elle peut faire pour m'aider à trouver une réponse. J'ai découvert de bonne heure que la vie n'avait rien de plus beau à m'offrir que des mensonges. Je l'ai su grâce aux lectures que me faisait ma mère le soir. Je ne rêvais pas encore d'écrire, pour la bonne raison que je ne savais même pas lire, j'envisageais cependant de devenir un grand menteur...;
Commenter  J’apprécie          150
J'ai voulu lui demander pouquoi la mort d'une langue le chagrinait autant, mais cela n'a pas été nécessaire.
_ Les langues sont des civilisations, des traditions, des histoires, m'a-t-il expliqué en bon professeur. Chacune d'elles préserve un mystère qu'aucune autre ne connaît. Je dois aux langues que j'ai apprises bien des pensées que je n'aurais jamais eues sans elles. Chaque langue que je découvre garantit à sa façon ma liberté.
Commenter  J’apprécie          150
Peu après, elle m'a apporté le Petit Robert qu'elle a déposé sur ma poitrine. Ce dictionnaire que j'utilise depuis trente-cinq ans et dans lequel j'ai puisé tous mes livres m'a paru soudain extrêmement lourd. J'ai eu peur d'étouffer sous le poids du vocabulaire français.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Vassilis Alexakis (661)Voir plus

Quiz Voir plus

Monstres de la mythologie grecque

Je suis une créature hybride, mi-homme mi-cheval.

Le Minotaure
Le Centaure
La Cavale
La Manticore

12 questions
3318 lecteurs ont répondu
Thèmes : monstre , mythologie grecque , créatures mythologiques , mythologie , mythesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..