AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.73 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Saint-Pétersbourg , le 24/01/1893
Mort(e) à : Moscou , le 06/12/1984
Biographie :

Victor Borissovitch Chklovski (en russe : Виктор Борисович Шкловский) ou Viktor Shklovsky, est un théoricien de la littérature et écrivain russe, né à Saint-Pétersbourg le 24 janvier 1893, mort le 6 décembre 1984. Il est le fondateur du groupe des formalistes russes de Saint-Pétersbourg OPOYAZ et auteur de plusieurs romans à caractère autobiographique. Il a également été critique de cinéma et auteur de scénarios.
Étudiant en lettres à l'Université de Saint-Pétersbourg, il est notamment l'élève du linguiste Baudoin de Courtenay. Il découvre avec enthousiasme la poésie et la sculpture futuriste. Il fonde en 1914 le groupe d'Étude du Langage Poétique OPOYAZ qui jouera un rôle important dans le développement du formalisme russe.
Àpartir de 1919, Chklovski enseigne à l'Institut des Arts de Petrograd. Rapatrié à Saint-Pétersbourg en 1920, il reprend son activité de critique littéraire et fonde avec Vladimir Maïakovski une maison d'édition spécialisée dans le formalisme et le futurisme.
Après un revirement du pouvoir bolchévique, il est contraint à l'exil en 1922. Il se réfugie en Finlande puis à Berlin. Cette période est extrêmement productive pour Chklovski : il publie deux romans et plusieurs études. Toutefois il supporte mal l'exil et profite d'une amnistie en 1923 pour rentrer en Russie. Durant cette période, son amour pour Elsa Triolet lui inspire son roman Zoo. En 1925, il publie ses conseils aux jeunes écrivains sous le titre Technique du métier d'écrivain.
Après la mort de Staline, Chklovski peut à nouveau publier plus librement : des essais sur Dostoïevski (1957), Tolstoï (1963), et un nouveau roman autobiographique, Il était une fois, en 1964.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
steka   11 décembre 2015
La marche du cheval de Victor Chklovski
Ils se serviront de nos noms pour opprimer les générations à venir. C'est ainsi que l'on fait des conserves. Reconnaître un artiste - c'est le moyen de le neutraliser.
Commenter  J’apprécie          70
Didisha   17 janvier 2015
L'art comme procédé de Victor Chklovski
Le but de l'art est de délivrer une sensation de l'objet, comme vision et non pas comme identification de quelque chose de déjà connu; le procédé de l'art est le procédé d'"étrangisation" [ostranenié] des objets, un procédé qui consiste à compliquer la forme, qui accroît la difficulté et la durée de la perception, car en art, le processus perceptif est une fin en soi et doit être prolongé; l'art est un moyen de revivre la réalisation de l'objet, ce qui a été réalisé n'importe pas en art.
Commenter  J’apprécie          50
philippe91   25 mai 2018
Le Voyage de Marco Polo de Victor Chklovski
Il existe en Chine des pierres noires qu'on extrait des montagnes, comme le minerai de fer, et elles brûlent comme du bois. Leur feu est plus fort que celui des bûches. Si vous les mettez au feu la nuit,, le matin vous trouverez encore du feu. Et ces pierres valent mieux et coûtent moins cher que le bois. Les assistants se mirent à rire.
Commenter  J’apprécie          50
steka   02 décembre 2015
La Troisième fabrique de Victor Chklovski
Je crains de céder à l'époque. Tout ira pour le mieux et soudain on s'apercevra qu'on a accepté l'idée que "c'est encore mieux sans les jambes".
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2   18 juin 2014
Gaz moutarde de Victor Chklovski
Deux minutes plus tard, la sirène hurlait dans l’usine et, du perron (de style moscovite – fantaisie de l’architecte), l’ingénieur Chi, chancelant de douleur et de rage, lança ce cri :

– Camarades ouvriers, un espion blanc a volé le secret de fabrication de la cellulose en s’introduisant dans notre usine. J’en appelle à votre aide !

En deux secondes, trois mille bleus de travail tombèrent de leurs épaules.

Deux mille vélos, cinq cents motos et trois cents piétons s’élancèrent des portes de l’usine. Le mandat oublié par le détective était resté sur la table du directeur.

Vingt minutes plus tard, deux mille huit cent photographies de la copie du mandat furent entre les mains des poursuivants. Une demi-heure après, Ipatievsk assistait à un étrange spectacle.

Des gens surgissaient dans les rues, les ruelles, les cafés, sur les places, exhibaient à tout instant la photographie d’un Chinois et scrutaient du regard les passants. Des marchands ambulants, des vendeurs de fruits, des importateurs de matières premières, des joueurs d’orgue de Barbarie et des danseurs faisaient irruption dans des appartements privés. Tous étaient animés du désir inexplicable d’examiner chaque appartement (de la cave jusqu’à la literie) et tous s’intéressaient d’une manière incompréhensible à la Chine et aux Chinois. Et tous les marchands, les joueurs d’orgue de Barbarie, les vendeurs de glace tenaient entre leurs mains la photographie d’un Chinois. Tout cela aurait dû paraître étrange en admettant que la ville ait observé la photographie avec attention. Et pourtant, croyez-moi, la ville la regardait avec attention et ne trouvait rien d’étrange dans le fait que des gens passassent dans les rues brandissant le portrait d’un Chinois. Pardonnez-moi, mais pour un Européen, les Chinois ont tous le même visage, comme des petits pois. Qui examine la photographie voit un visage animé, celui du célèbre dirigeant chinois de la révolution communiste en Orient. Il voit et admire. Puisqu’une nouvelle ère a commencé pour l’Europe et l’Asie, alors pourquoi n’admirerait-on pas un Chinois, et pourquoi ne poserait-on pas cette question :

– Y a-t-il des Chinois dans cet appartement ?

Peut-être que le joueur d’orgue de Barbarie, le vendeur de glace ou le facteur ne voulaient-ils qu’embrasser fraternellement ce Chinois.

Voilà pourquoi la grande Ipatievsk, qui disparaissait sous la fumée des usines chimiques et qui conservait le coeur joyeux et l’esprit lucide, ne s’étonna pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   18 juin 2014
Gaz moutarde de Victor Chklovski
- Rokotov est un espion bolchevique ! criaient des gentlemen d’âge mûr en levant leurs cannes vers le ciel.

- Rokotov est un salaud, il est ami avec les Chinois ! criaient des commis à moustaches.

- À bas Rokotov ! glapissaient des petits garçons.

Les portes de l’hôtel étaient closes. La foule l’avait pris d’assaut par deux fois déjà, mais les valets que Slovokhotov avait soudoyés la repoussèrent par des jets de lances d’incendie.

- Tarzan ! s’écria soudain quelqu’un dans les rangs du fond.

- Tarzan ! s’écria la foule entière, et l’air s’obscurcit soudain, comme si une nuée de corbeaux s’envolait d’un champ après un coup de feu : c’était des chapeaux melon qui volaient dans les airs.

- Les amis, dit Pachka en se montrant au balcon au bras de Rocambole, les amis, quand Tarzan a-t-il sollicité une aide de l’étranger ?

Pour toute réponse : un tonnerre d’applaudissements.
Commenter  J’apprécie          20
steka   07 novembre 2012
Zoo de Victor Chklovski
De même que la vache broute l'herbe, de même on consomme les sujets littéraires, de même on rumine et on triture les procédés.

L'écrivain ne peut-être un laboureur: il est un nomade qui se déplace sur de nouveaux herbages avec son troupeau et sa femme.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   18 juin 2014
Gaz moutarde de Victor Chklovski
Ce camarade était jeune et sûr de lui, et l’unique malheur de sa vie était une amourette avec une étudiante de l’Ecole de chimie. Cette femme s’appelait Natacha. Elle était partie pour la Nouvelle-Zemble. Sarnov lui envoyait chaque matin par radio des déclarations d’amour enflammées ; elle lui répondait par des réflexions sur l’extraction du mica, sur la connaissance des courants chauds et par d’ardents éloges de son ingénieur, un Anglais. Ces éloges laissaient Sarnov froid.
Commenter  J’apprécie          21
Lecturoir   20 février 2015
Technique du métier d'écrivain de Victor Chklovski
Il arrive souvent qu'un écrivain besognant, à première vue, dans les basses branches de la littérature, ne se doute pas lui-même qu'il est en train de créer une oeuvre majeure.
Commenter  J’apprécie          31
steka   11 janvier 2013
Résurrection du mot, et, Littérature et Cinématographe de Victor Chklovski
Les pythagoriciens disaient que les hommes n'entendaient pas la musique des sphères parce qu'elle était ininterrompue. De même, les riverains de la mer n'entendent pas le bruit des vagues. De même encore,nous n'entendons pas les mots que nous prononçons. Nous parlons le langage pitoyable des mots inachevés. Nous nous regardons l'un l'autre en pleine figure et nous ne voyons pas.

Le monde a quitté notre champ de vision, nous ne faisons que reconnaître les choses.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Victor Chklovski (41)Voir plus


Quiz Voir plus

Littérature russe

Comment Alexandre Pouchkine (1799-1837) est-il mort ?

suicidé
dans un duel
à la guerre
dans son lit

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..