AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.39 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1835
Mort(e) : 1925
Biographie :

Née en 1835, Violette Ailhaud est morte en 1925. " L'homme semence " est un récit écrit en 1919.
En 1852, Violette Ailhaud est en âge de se marier quand son village des Basses Alpes est brutalement privé de tous ses hommes par la répression qui suit le soulèvement républicain de décembre 1851. dans ce petit village les femmes sont condamnées à un isolement total. Entre elles, serment est fait. Si un homme vient au village, il sera leur mari commun afin que la vie continue dans le ventre de chacune.
Les femmes avaient tout prévu, tout organisé, sauf l’éventualité de tomber amoureuse… Il s'écoule plus de deux ans avant qu'un homme n'apparaisse.
Violette Ailhaud écrit L’homme semence en 1919, à 84 ans. Pour la seconde fois en 70 ans, son village vient de perdre tous ses hommes.
Violette Ailhaud remet son manuscrit à un notaire en lui précisant de le transmettre en 1952, à l’aînée de ses descendantes.
Yveline, 24 ans, hérite du texte en juillet 1952.
Cela débute comme suit : "J'ai décidé de raconter ce qui s'est passé après l'hiver de 1852 parce que pour la seconde fois en moins de 70 ans, notre village vient de perdre tous ses hommes sans exception. Le dernier est mort le jour de l'Armistice, le 11 novembre dernier."
+ Voir plus
Source : http://www.editions-parole.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'Homme Semence .
Joué à la librairie Elan Sud (Orange,84), le texte de Violette Ailhaud, édité chez Parole, a été interprété par Emmanuelle Caro au chant et à la harpe, Laure Bruno, monologue, et Paul Bruno régisseur.
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Violette Ailhaud
Cricri124   27 juillet 2019
Violette Ailhaud
Je n’ai jamais imaginé cela, que je puisse tomber amoureuse. (…) J’ai programmé notre relation comme un simple échange fonctionnel, et mes sentiments arrivent comme une crue de l’Asse, une vague insurmontable qui balaye mes résolutions, mes choix, ma volonté.

Chapitre 2
Commenter  J’apprécie          290
Cricri124   07 août 2019
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
Le Saule Mort, le 19 juin 1919. J’ai décidé de raconter ce qui s’est passé après l’hiver de 1852 parce que, pour la seconde fois en moins de 70 ans, notre village vient de perdre tous ses hommes sans exception. Le dernier est mort le jour de l’Armistice, le 11 novembre dernier. Pour nous les femmes, il n’y a pas victoire mais vide et je joins mes larmes à celles de toutes les femmes, allemandes ou françaises, qui errent dans leur maison sans hommes. Je pleure ces mains fauchées faites pour nous caresser et tenir la faux pendant des heures. J’avais 16 ans en 1851, 35 ans en 1870 et 84 aujourd’hui. À chaque fois, la République nous a fauché nos hommes comme on fauche les blés. C’était un travail propre. Mais nos ventres, notre terre à nous les femmes, n’ont plus donné de récoltes. A tant faucher les hommes, c’est la semence qui a manqué.

(Préface)
Commenter  J’apprécie          180
Cricri124   27 juillet 2019
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
Nous avons tout imaginé, des soirées durant, puis des journées durant. (…) C’était du bonheur pour une part et une plaie pour l’autre. Cette plaie qui s’évertuait à cicatriser, nous grattions la croute sans cesse pour la faire saigner, pour que viennent encore d’autres idées, d’autres pensées, d’autres souvenirs du futur qui allait venir.

Chapitre 2
Commenter  J’apprécie          120
Cricri124   28 juillet 2019
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
J’aime le village dans lequel je suis née, au cœur duquel j’ai vécu presque toute ma vie. De loin, il semble être posé sur la plaine. Lorsqu’on l’approche, on le trouve sur un promontoire, entouré d’entrailles profondes, comme si un géant avait biné autour de lui dans la mer de galets.

Notre village se mérite. Alors qu’on le croit à portée de main, il faut encore plonger dans le ravin et grimper dur vers les maisons serrées comme un bouquet de fleurs.

Notre village est en plein vent. L’été, quand la brume laiteuse gomme tout le relief, il est isolé du monde. On se croirait sur un navire en pleine mer au milieu des vagues du plateau qui ondule sous la chaleur. L’hiver, le monde réapparait avec le ciel bleu. Quand le Mistral a soufflé des jours, les montagnes se rapprochent comme pour se pencher sur notre vie.

Chapitre 3
Commenter  J’apprécie          72
denisarnoud   06 juin 2016
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
Pour nous les femmes, il n’y a pas victoire mais vide et je joins mes larmes à celles de toutes les femmes allemandes ou françaises qui errent dans leur maison sans homme. Je pleure ces bras perdus faits pour nous serrer et renverser les brebis lors de la tonte. Je pleure ces mains fauchées faites pour nous caresser et tenir la faux pendant des heures. J’avais 16 ans en 1851, 35 en 1870 et 84 aujourd’hui. A chaque fois, la République nous a fauché nos hommes comme on fauche les blés. C’était un travail propre. Mais nos ventres, notre terre à nous les femmes, n’ont plus donné de récolte. A tant faucher les hommes, c’est la semence qui a manqué.
Commenter  J’apprécie          60
bibliobleue   24 juin 2012
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
J’avais 16 ans en 1851, 35 ans 1870 et 84 aujourd’hui. A chaque fois, la République nous a fauché nos hommes comme on fauche les blés. C’était un travail propre. Mais nos ventres, notre terre à nous les femmes, n’ont plus donné de récolte. A tant faucher les hommes, c’est la semence qui a manqué.
Commenter  J’apprécie          60
nathalie_MarketMarcel   07 juin 2018
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
Nous ne savions rien. Nous ne savions pas si les hommes emportés étaient encore en vie. Personne ne venait vers nous. Nous ne sommes pas allées vers les autres non plus, par peur, par crainte de découvrir que, au-delà de l’horizon de nos terres, il n’y avait peut-être rien d’autre que le silence et la mort. Nous n’avons plus bougé du village, noyées volontaires par les travaux qu’exigent, de l’aube à la nuit profonde, les becs ouverts de nos enfants, de nos bêtes et de nos champs.
Commenter  J’apprécie          40
cvd64   16 octobre 2019
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
Je pensais que les choses seraient plus difficiles. Dès cette première aube, je suis fidèle à mon serment. Je penses qu'il faut absolument que je le fasse tout de suite sinon je ne serai sans doute plus capable de le faire. J'explique à Jean ce que nous attendons de lui. Jean est un homme intelligent. Je le constate immédiatement.(…) Je ferai ce travail parce que c'est un travail d'homme et que je ne vois pas d'autres hommes ici...
Commenter  J’apprécie          40
denisarnoud   06 juin 2016
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
Cet homme qui court lentement vers nous est donc le premier. Je serre la pomme qui se trouve dans ma poche. Je l’ai ramassée verte en partant ce matin, parce que tombée de l’arbre en plein mois de juillet. Je serre cette pomme lisse avec sa robe tâchée, comme d’un coup d’aiguille, de la marque du ver qui l’a faite tomber. Je caresse cette pomme que j’ai fait briller et je pense à Ève. Soudain j’ai envie de croire à ce mythe et d’être la première femme. Il nous faut attendre près d’une heure avant que l’homme se présente à l’orée de notre champs. Nous le regardons et il nous regarde. Il a suspendu sa marche et nous nos gestes. Il sourit et je crois que la tension crispe seulement nos visages. Lorsqu’il fait un pas supplémentaire, nous nous baissons vers l’ouvrage. Soudain sa main se pose sur mon bras pour l’arrêter. Je le regarde et dès cet instant je sais que j’appartiens à cette homme. Je sais dans le même temps que je vais devoir le partager.
Commenter  J’apprécie          30
l-ourse-bibliophile   11 février 2015
L'Homme Semence de Violette Ailhaud
Je sais ma faim mais je ne sais pas ce qu’il faut faire. Je ne sais pas comment une femme doit être la première fois qu’elle va jusqu’à la peau de l’homme.
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-47927

Quelle était la profession d'André-Charles Boulle (1642-1732) à la cour du roi Louis XIV?

jardinier
ébéniste
médecin

7 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms propres , guerre mondiale , littérature française , sport , artisanatCréer un quiz sur cet auteur
.. ..