AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Yves Clot est Professeur de psychologie du travail, titulaire de la chaire de psychologie du travail du CNAM (Centre National des Arts et Métiers), et fu Centre de recherche sur le travail et le développement du CNAM.

Auteur entre autres de :
- "Le Travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie" (La Découverte, 1995, 2008)
- "Travail et pouvoir d’agir" (PUF, 2008).
- "Le travail est-il encore supportable ?"
- "Perspective en clinique du travail"

Lauréat du Prix du Meilleur Ouvrage sur le monde du travail pour la catégorie « expert » en 2011 pour son livre "Le Travail à Coeur : pour en finir avec les risques psychosociaux."

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Yves Clot - Travail et pouvoir d'agir
Citations et extraits (9) Ajouter une citation
corinne_arnaud   05 septembre 2016
Travail et santé de Yves Clot
Je suis psychanalyste et dans le cadre analytique, il est d'usage de laisser la réalité matérielle en dehors de la cure. Mais, séance après séance, le retour lancinant d'un discours musclé sur un total engagement de soi, corps et âme derrière la bannière de la virilité sociale, impose certaines questions théorico-clinique. Certes le travail est en forte résonnance symbolique avec notre identité personnelle, notre histoire infantile, on le verra chez tous les patients.

Mais peut-on dire à l'ouvrière qui souffre des vingt-sept bouchons qu'elle visse par minute, qu'elle y est pour quelque chose ? Elle n'a pas la main sur la cadence qui lui est imposée. Peut-on dire au harcelé qui s'effondre à son poste : "Pourquoi n'êtes vous pas parti plus tôt ?", alors que démissionner lui fait perdre ses droits sociaux ?

Je m'interroge sur la situation d'impasse psychique que constitue l'impossibilité de démissionner d'un poste sous peine de perdre ses droits sociaux, ses "assédics", et à terme la sécurité sociale, et sur la même impossibilité de répondre aux humiliations, aux remarques, aux critiques, sous peine de licenciement pour faute.

Si le travail ne permet plus un exercice inventif et spontané de la sensorialité, du corporel et de la mentalisation, si il n'y a plus de jeu possible entre la prescription et le réel, on est en droit d'avoir des inquiétudes absolument majeures pour le fonctionnement psychique. Surtout quand les nouvelles formes de thérapie, les nouvelles nosographies, les nouvelles méthodes d'évaluation en psychiatrie, vont aussi vers une réduction uniformisante des tableaux cliniques et le contrôle de la subjectivité. Ces nouvelles descriptions de l'humain ne vont-elles pas produire des normopathie ? Silence, acceptation, soumission ? Je ne pense pas que toute une génération puisse à ce point plier, accepter longtemps la répression de soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Yves Clot
pgoulois   07 avril 2012
Yves Clot
le travail souffre, c'est lui qu'il faut guérir
Commenter  J’apprécie          60
Bruno_Cm   24 juin 2013
Le travail sans l'homme ? : Pour une psychologie des milieux de travail et de vie de Yves Clot
La métamorphose des significations dans le langage serait impensable en dehors d’une transformation du sens de l’activité des femmes et des hommes qui travaillent, c’est-à-dire sans l’élaboration de relations intersubjectives modifiées.
Commenter  J’apprécie          40
Bruno_Cm   19 juin 2013
Le travail sans l'homme ? : Pour une psychologie des milieux de travail et de vie de Yves Clot
"[...] Au pied du mur, in fait le boulot et les procédures et les papiers viennent plutôt après qu'avant. Le travail se fait. Au siège, il arrive même qu'on fasse des plans sur des modifications déjà faites dans la pratique ! Et pourtant ce travail est invisible d'en haut et même méprisé. A côté de ça, on gère tout. Même pour une centaine d'heures, on multiplie les états d'avancement. On gère et on gère encore. On met tout sur ordinateur et ça occupe du "mental". C'est de l'auto-occupation qui devient une vraie dérive." Un travailleur interrogé par l'auteur.
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_Cm   24 juin 2013
Le travail sans l'homme ? : Pour une psychologie des milieux de travail et de vie de Yves Clot
[Le rire est] acte d’affranchissement des dissonances ou des conflits d’une activité », du rire comme « procès d’émancipation symbolique des tensions réelles, comme puissance active dans la situation et non comme forme décorative de la conduite. [Il est] une régulation symbolique de l’action en raison même du fait qu’il se présente aussi comme une « échappée » qui la porte plus loin. Par le rire, l’activité s’échappe de son cours, se sépare d’elle-même, se dépasse.
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_Cm   19 juin 2013
Le travail sans l'homme ? : Pour une psychologie des milieux de travail et de vie de Yves Clot
L'état de dysfonctionnement à la fois permanent et invisible de l'extérieur, par lequel on peut définir les systèmes techniques contemporains, porte à considérer que "récupérer une situation" qui dérive est maintenant au coeur des activités professionnelles. "L'activité de récupération n'est pas entièrement définie par la tâche, elle dépend du travailleur, de sa conception du travail, de son style et, déjà, de ce fait est au coeur de l'analyse psychologique.
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_Cm   19 juin 2013
Le travail sans l'homme ? : Pour une psychologie des milieux de travail et de vie de Yves Clot
Tous les "microclimats professionnels" qu'il a été possible d'approcher ne trouvent, alors, dans aucune "météo" générale de quoi penser leur avenir. Du coup, il en résulte un trouble du confort intérieur de chacun, il dépasse la question - pourtant si douloureuse - des licenciements pour toucher au vif du sujet abordé dans ce chapitre : celui d'une subjectivité à la fois requise et répudiée.
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_Cm   24 juin 2013
Le travail sans l'homme ? : Pour une psychologie des milieux de travail et de vie de Yves Clot
[Travailler serait aussi] réutiliser ce qui est déjà donné, quitte à le reconcevoir, ce serait aussi sans cesse « instrumenter » un milieu pour vivre, installer hors de soi les moyens qu’on a formalisé dans l’action, transmettre des ressources, produire des effets qui deviendront causes, laisser des traces à suivre, passer des consignes.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur