AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.28/5 (sur 57 notes)

Nationalité : Hongrie
Né(e) : 1889
Mort(e) : 1943
Biographie :

Poète, librettiste et traducteur (de Virgile, Horace, Byron, Schiller ...), Zsolt Harsanyi (1889-1943) fut également un des romanciers hongrois les plus appréciés de son temps. Son évocation de Liszt, qui allie le savoir historique et biographique à la richesse de l'expression, est renommée dans le monde entier.

Source : Amazon
Ajouter des informations
Bibliographie de Zsolt Harsanyi   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Cette musique si particulière rendait à ses yeux les Tziganes attirants et mystérieux. Il avait essayé d'apprendre de ses parents certaines choses qui mettraient ce secret en lumière. Mais son père avait sèchement réglé la question en déclarant que ce qu'ils faisaient ce n'était pas de la musique sérieuse et que celui qui voulait arriver à quelque chose en musique n'avait pas à se casser la tête à propos de ce genre d'orchestres de quatre sous.
Commenter  J’apprécie          70
Chopin se tut, ils cessèrent de discuter. Ils ne pouvaient se comprendre. Mais la tendresse de leur amitié n'en était aucunement affectée. Ils s'aimaient baeucoup. Le Polonais aimait la flamme, l'élan, la passion du Hongrois. Le Hongrois aimait la noblesse native du Polonais, sa finesse de sentiments, sa malice charmante, sa chaleur slave. Le monde coloré et berceur de ses mazurkas l'enchantait.
Commenter  J’apprécie          60
L'attention de l'enfant était constamment en éveil et il apprenait à composer. Il y avait ici mille choses à apprendre. Chacun des instruments de l'orchestre lui parlait avec une couleur et une expression différentes, la multiplicité de leurs combinaisons lui dévoilait des nuances toujours nouvelles. Le fier violon, l'alto rêveur et mélancolique, le violoncelle ondulant, la harpe amoureuse, la flûte langoureuse, la contrebasse passionnée, la timbale étincelante se tenaient tous devant lui comme autant de personnages qui lui auraient été présentés.
Commenter  J’apprécie          30
— Tu n'es encore qu'un enfant, tu ne peux le comprendre. Cela doit être ainsi, c'est l'ordre du monde.
— Mais nous ne sommes pas des hommes comme eux ?
— Bien sûr que non. L'artiste se trouve en dehors de la société. Ni dans le bas, ni au sommet, seulement à l’extérieur.
Commenter  J’apprécie          30
Le lendemain ils partirent enfin pour Augsbourg. Ils y restèrent une semaine. Ils y firent de nouvelles connaissances, le père recommença à courir en mille endroits et le même scénario se produisit : un public clairsemé au premier concert, une salle comble au second. Les grands seigneurs, les invitations, les gens ébahis dans le magasin de musique, les cours de français, sans interruption. Puis ce fut Stuttgart. Un autre dialecte, de vieilles maisons romantiques, de nouveaux visages, deux concerts, des cours de français. Puis Strasbourg. Des hommes différents, beaucoup de conversations en français autour d'eux. Deux concerts, l'un dans la salle des concerts, l'autre au théâtre.
Commenter  J’apprécie          10
Joue-t-il mieux que moi ? Non, il y a des points où il me rattrape mais moi je sais plus de choses que lui. La différence est capitale : lui il fait parler le piano, moi j'ai vaincu le piano, c'est moi-même qui parle quand je joue.
Commenter  J’apprécie          20
Ce qui est beau, c'est ce qui exprime le plus parfaitement les rapports divins existant entre les phénomènes du monde. En d'autres termes, plus une œuvre d'art prouve Dieu dans l'infini de sa création, plus elle est belle.
Commenter  J’apprécie          20
Il ne fallut pas trois jours pour que sa popularité déjà grande à son arrivée se transformât en une adoration générale. Il était à présent incapable de lire les lettres qui lui parvenaient par centaines. Les journaux publiaient des poèmes écrits à sa gloire. On parlait de fervents admirateurs qui avaient dépensé leur dernier sou pour pouvoir l’entendre. La ville de Pest l’avait fait citoyen d’honneur, le comité avait rédigé une adresse au palatin Jozef pour qu’il intervînt en tant que préfet du comitat auprès du souverain en faveur de l’anoblissement de Liszt.
Commenter  J’apprécie          10
Quel âge avez-vous ?- je vais avoir vingt ans.- c'est une grande chose. Les meilleurs pianistes ne sont pas parvenus à ce degré de perfection, même à l'apogée de leur gloire.-c'est justement cela qui est épouvantable.-pardon ? Épouvantable ? Qu'y a-t-il là-dedans d'épouvantable ?-le fait qu'on ne puisse pas aller plus loin. J'ai vingt ans. Que vais-je faire de ma vie ? Quel sens peut avoir la vie si l'on ne peut pas aller plus loin ? Dois-je me répéter pendant quarante ans encore ?
Commenter  J’apprécie          10
Ils étaient gênés tout les deux. Ils se regardaient sans savoir que faire et finalement Adèle eut recours à l'arme ancestrale : elle éclata en sanglots.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Zsolt Harsanyi (86)Voir plus

¤¤

{* *} .._..