AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.8 /5 (sur 82 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le 07/03/1896
Mort(e) à : Ventabren , le 02/09/1963
Biographie :

Edouard Peisson est un écrivain maritime, fils d'un journaliste proche des idées du Félibrige, écrivant dans la presse catholique.
Au cours de sa vie il a exercé les métiers de capitaine de la marine marchande, d'employé à la compagnie générale transatlantique, de fonctionnaire à la préfecture des Bouches-du-Rhône et d'homme de lettres. Durant la Seconde Guerre mondiale il fréquente à Aix-en-Provence (où il réside) Blaise Cendrars.

Il est l'auteur d'une trentaine de livres presque tous consacrés à la mer et aux marins. Maître du suspense et passionné d'héroïsme tragique, Edouard Peisson embarque ses lecteurs dans des thrillers plutôt houleux...

Ses romans les plus connus sont : Hans le marin (1930), Parti de Liverpool (1932), Gens de mer (1934), le Pilote (1937), le Sel de la mer (1954) mais aussi l'Anneau des mers, Capitaines de la route de New York, les Démons de la haute mer, les Écumeurs, les Hommes de la mer, les rescapés du Névada, une Femme, Thomas et l'ange, Mer Baltique, le Quart de nuit, la Route du Pôle Sud, Dieu te juge, le Cavalier nu, l'Aigle de mer, Ian Seiffer du Jordaan, Passage de la ligne, Jacques Cartier navigateur, Pôles l'étonnante aventure de Roald Amundsen, une Certaine nuit, la Mer est un pays secret, l'Homme couvert de dollars, à destination d'Anvers, Courrier de la Mer Blanche, la Carte marine, Ballero capitaine, Grampus.

Si nombre de ces ouvrages plaisent ou ont plus à un lectorat d'adolescents, un seul a été écrit spécifiquement pour les jeunes "Le Voyage d'Edgar", au départ c'est un roman scolaire. Il a été réédité dans les années 2010.

Edouard Peisson a été membre du groupe de l'Académie de la Marine. Il a reçu, pour le "Voyage d'Edgar" (au départ roman scolaire) et pour l'ensemble de son œuvre, le Prix du Roman de l'Académie française en 1940.

C'est Edouard Peisson qui remotivera son ami Blaise Cendrar en 1943 pour que que celui-ci se remette à écrire.

Edouard Peisson est affilié au groupe des écrivains prolétariens de langue française, crée en 1932 et plus connu sous le nom d'École prolétarienne. Ce groupe rassemble autour d'Henry Poulaille, et hors de toute appartenance politique, une trentaine d'écrivains parmi lesquels Lucien Gachon, Edouard Peisson, Charles Plisnier, Tristan Rémy.
+ Voir plus
Source : /classa.lavandas.free.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Édouard Peisson   (29)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
migdal   17 avril 2020
Le cavalier nu de Édouard Peisson
Ma propre expérience et celle que j'ai des hommes me font penser que dans l'existence de chaque être humain il y a un drame ou plusieurs, une tragédie ou plusieurs, et c'est cela la vie, je dirai même que là est le bonheur de vivre : aimer, souffrir, souffrir, aimer, être menacé, déchiré, torturé, mourir.
Commenter  J’apprécie          411
migdal   15 avril 2020
Le cavalier nu de Édouard Peisson
Ai-je encore quelque chose de commun avec ce garçon se débauchant avec les filles du port, dépouillant de son porte-monnaie un soldat ivre ? Je le vois ce garçon se saoulant en compagnie de Brocca, s'enfuyant avec l'argent de sa maîtresse, et il n'est pas moi, me semble-t-il. Je suis détaché du déserteur de Londres qui tourmentait Maggy, qui l’a abandonnée en lui criant : « II faut être deux pour faire un enfant. » Non. Il n’est plus. La mer m’a sauvé.



Timonier à bord de mon premier cargo, je regarde et j'écoute les longues lames de l'Atlantique du nord. Elles m’apportent la paix. Elles ont écarté les terres de moi, elles m'ont enlevé au monde. Je ne suis plus pressé par la foule. Je n'entends plus les talons sur la pierre autour de moi qui dessine. Leur eau lave et emporte toutes les images qui m'obsèdent. Dans leur épaisseur, la figure du parâtre, de Brocca, des filles, des tenanciers de pubs se diluent. Leur poussière salée m'ôte de la bouche le goût de l'alcool.



Je respire, mon cœur dans ma poitrine dilatée bat à son aise. Semaine à semaine, mois à mois, année à année, la mer m’a guéri. Jamais plus je n’ai été la « petite crapule » d'autrefois et même aux jours de pire détresse je n'ai pas volé une pomme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
migdal   15 avril 2020
Le cavalier nu de Édouard Peisson
En quinze ans de mer j’ai lu des milliers de livres et exécuté des centaines de dessins. On est seul en mer comme nulle part. La passerelle quittée ou la soute ou la chaufferie, car j'ai aussi navigué dans la machine, le repas pris, je m'installais soit sur ma couchette, soit sur le gaillard, soit sur la dunette et je lisais et dessinais. J’ai lu aussi à terre entre deux embarquements, dans les bibliothèques publiques et celles de l’Armée du salut. J’ai lu de tout, en français et en anglais, romans, essais, critiques, ouvrages sur l’art, d’histoire, études philosophiques, pièces de théâtre, de l’ancien, du classique, du romantique, du moderne. Une certaine année, il m'arriva après avoir appareillé de Seattle d'ouvrir la Bible à la première page de la Genèse. Je ne sais plus où je l'ai fermée sur les derniers mots de l'Apocalypse. Entre-temps j'en avais dessiné des dizaines d'images dont j’ai conservé tout un carnet.



L’admirable est que tout ce que j'ai ainsi absorbé a pris sa place dans ma tête comme dans une bibliothèque ordonnée. Je ne dis pas que je n’ai rien oublié — ce serait fou — mais tout a laissé trace de son passage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
migdal   16 avril 2020
Le cavalier nu de Édouard Peisson
Je tenais les dessins à bonne distance de mes yeux ; le mien dans la main gauche, celui de mon frère dans la main droite, et Léopold s'était encore approché et penchait la tête pour les regarder et nous pensions « semblable ». C'était une révélation brutale ; toute la détresse de notre enfance nous apparaissait soudain. Matérialisée par cette image surgie en nous quelque trente ans plus tôt, en l’un et l'autre en même temps — et il nous aurait été impossible de dire qui le premier, de Léopold ou de moi, en avait parlé. Peut-être celui qui un soir — quel soir ? — avait évoqué par la parole l'étrange cavalier apparu sur la berge n'avait-il fait que décrire la vision qui hantait l'esprit de l'autre dans le moment.



« Le Cavalier Nu » n'était pas que cette angoisse. Il était notre enfance, notre adolescence — je veux dire tous mes troubles, toutes mes folies, toutes mes actions qui paraissaient insensées. Il était la carapace de fer qui avait serré à l'étouffer le cœur de Léopold. Il était le mystère de ses yeux.



Léopold et moi nous n’osions pas nous regarder mais je ne fus pas étonné de l'entendre dire :



— Maintenant il n'est pas nécessaire que je te demande pourquoi quand tu as vu ma litho dans une vitrine de Rio, tu m’as télégraphié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
migdal   07 juillet 2021
Le voyage d'Edgar de Édouard Peisson
Edgar était un enfant de petite taille, maigre, traînant la jambe droite. Mais les courses dans les rochers, les baignades dans les eaux claires et fraîches, l'avaient rendu vif et agile. Il nageait, plongeait, courait dans le soleil et sous les embruns.



Sa mère en caressant ses longs cheveux cendrés disait qu'il possédait le teint doré du père et aussi ses grands yeux bleu-sombre.

-Tu as les yeux couleur de la mer, disait-elle.



Vers la septième année, l'enfant avait écrit sa première lettre.

" Mon cher père,

Je vous écris pour vous dire que comme vous, je veux être navigateur. J'embarquerai comme mousse sur votre navire.

Le vieux goéland va bien.

Un petit voilier s'est perdu à l'île Maïre.

Ma mère vous embrasse bien fort. moi Aussi."
Commenter  J’apprécie          290
gill   13 novembre 2018
Le Chalutier 304 : Récits de mer de Édouard Peisson
Cette chanson de la houle c'est le hurlement du vent dans les mâtures ...
Commenter  J’apprécie          290
gill   28 mai 2022
Le voyage d'Edgar de Édouard Peisson
Il fréquentait les mouettes qui nichent dans les falaises et un vieux goéland était son ami. [...] Edgar se disait que, comme son père, le goéland connaissait le monde entier.

Oui, il avait suivi les navires, ceux qui vont en Chine et ceux qui vont en Amérique, et lorsqu'au cours de ses voyages il était fatigué, il se posait et dormait sur l'eau.

Mais il était trop vieux pour repartir ...
Commenter  J’apprécie          220
gill   13 octobre 2020
Le pilote de Édouard Peisson
L'homme, se disait-il, qui se sent atteint, s'il est sans défiance et sans pudeur devant le médecin auquel il s'est livré, s'efforce de cacher à ses semblables ce qui le diminue ; le bossu se redresse autant qu'il peut et l'édenté serre les lèvres ...
Commenter  J’apprécie          170
gill   01 décembre 2018
Le Chalutier 304 : Récits de mer de Édouard Peisson
Mais pourquoi le nommer ?

Il est seul.

Les autres personnages sont l'Océan et le Vent ...
Commenter  J’apprécie          160
gill   08 novembre 2020
L'homme couvert de dollars de Édouard Peisson
Ce que tu as décidé à la première heure du jour, fais le avant la première veille du soir ...
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Caractéristiques du policier historique

En général, quel métier exerce l'un des personnages principaux dans un roman policier historique ?

Historien / Chercheur
Professeur de musique
Détective / Inspecteur
Chef d'Etat

5 questions
13 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur