AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.15 /5 (sur 84 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Québec , le 24.12.1879
Mort(e) à : Québec , le 18.11.1941
Biographie :

Né à Montréal, il est le fils de David Nelligan venu d'Irlande et d'Émilie Amanda Hudon de Rimouski. Il fréquente l'École de l'Archevêché, l'École Olier, le Séminaire de Montréal, le Mont Saint-Louis, le Collège Sainte-Marie qu'il quitte définitivement en mars 1897 pour devenir membre de l'École littéraire de Montréal. Il lit ses poèmes à quelques réunions et assiste aux quatre séances publiques organisées par les jeunes écrivains à la fin de 1898 et au début de 1899. Parmi ses amis il faut mentionner Joseph Melançon et Arthur de Bussières. Dès l'âge de seize ans, il est marqué par l'influence de poètes symbolistes tels Verlaine, Baudelaire, Rodenbach, Rollinat et Edgar Poe. La musique de Chopin et de Paderewski lui est particulièrement chère. Le surmenage finit par produire une "dégénérescence mentale" (verdict médical) et le 9 août 1899, il doit être interné à la Retraite Saint-Benoît d'où il sera transféré en 1925 à l'Hôpital Saint-Jean-de-Dieu; il y restera jusqu'à sa mort.
Sa poésie reflète un coeur prématurément meurtri et une sensibilité exacerbée. Trois de ses poèmes résument l'essentiel de son destin d'homme et d'artiste: La Romance du vin, Le Vaisseau d'or, Devant deux portraits de ma mère. Grâce à ses formes d'expression originales, l'oeuvre de Nelligan marque une étape importante dans l'histoire de la poésie canadienne-française.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Émile Nelligan – Prière du soir


Citations et extraits (183) Voir plus Ajouter une citation
Émile Nelligan
Piatka   15 septembre 2014
Émile Nelligan
LE VAISSEAU D'OR



Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l'or massif

Ses mâts touchaient l'azur, sur des mers inconnues ;

La Cyprine d'amour, cheveux épars, chairs nues

S'étalait à sa proue, au soleil excessif.



Mais il vint une nuit frapper le grand écueil

Dans l'Océan trompeur où chantait la Sirène,

Et le naufrage horrible inclina sa carène

Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.



Ce fut un Vaisseau d'Or, dont les flancs diaphanes

Révélaient des trésors que les marins profanes,

Dégoût, Haine et Névrose, entre eux ont disputés.



Que reste-t-il de lui dans la tempête brève ?

Qu'est devenu mon coeur, navire déserté ?

Hélas! Il a sombré dans l'abîme du Rêve !
Commenter  J’apprécie          382
bilodoh   26 novembre 2013
Poésies complètes de Émile Nelligan
Laissez-le vivre ainsi sans lui faire de mal!

Laissez-le s'en aller; c'est un rêveur qui passe,

C'est une âme angélique ouverte sur l'espace,

Qui porte en elle un ciel auroral.

...

(Le Poète)
Commenter  J’apprécie          290
Émile Nelligan
Aurel82   15 septembre 2017
Émile Nelligan
Rêves enclos



Enfermons-nous mélancoliques

Dans le frisson tiède des chambres,

Où les pots de fleurs des septembres

Parfument comme des reliques.



Tes cheveux rappellent les ambres

Du chef des vierges catholiques

Aux vieux tableaux des basiliques,

Sur les ors charnels de tes membres.



Ton clair rire d’émail éclate

Sur le vif écrin écarlate

Où s’incrusta l’ennui de vivre.



Ah ! puisses-tu vers l’espoir calme

Faire surgir comme une palme

Mon cœur cristallisé de givre !
Commenter  J’apprécie          230
Émile Nelligan
Aurel82   26 juin 2017
Émile Nelligan
Comme des larmes d’or qui de mon coeur s’égouttent,

Feuilles de mes bonheurs, vous tombez toutes, toutes.

Vous tombez au jardin de rêve où je m’en vais,

Où je vais, les cheveux au vent des jours mauvais.



Vous tombez de l’intime arbre blanc, abattues

Ça et là, n’importe où, dans l’allée aux statues.

Couleur des jours anciens, de mes robes d’enfant,

Quand les grands vents d’automne ont sonné l’olifant.



Et vous tombez toujours, mêlant vos agonies,

Vous tombez, mariant, pâle, vos harmonies.

Vous avez chu dans l’aube au sillon des chemins ;



Vous pleurez de mes yeux, vous tombez de mes mains.

Comme des larmes d’or qui de mon coeur s’égouttent,

Dans mes vingt ans déserts vous tombez toutes, toutes.
Commenter  J’apprécie          180
Émile Nelligan
Aurel82   16 février 2018
Émile Nelligan
Les Camélias



Dans le boudoir tendu de choses de Malines

Tout est désert ce soir, Emmeline est au bal.



Seuls, des Camélias, en un glauque bocal

Ferment languissamment leurs prunelles câlines.



Sur des onyx épars, des bijoux et des bagues

Croisent leurs maints reflets dans des boîtes d’argent.



Tout pleure cette Absente avec des plaintes vagues.

Le perroquet digère un long spleen enrageant.



Le Saxe tinte. Il est aube. Sur l’escalier

Chante un pas satiné dans le frisson des gazes.



Tout s’éveille alourdi des nocturnes extases.

La maîtresse s’annonce au doux bruit du soulier.



Sa main effeuille, lente, un frais bouquet de roses ;

Ses regards sont voilés d’une aurore de pleurs.



Au bal elle a connu les premières douleurs,

Et sa jeunesse songe au vide affreux des choses,



Devant la sèche mort des Camélias roses.
Commenter  J’apprécie          150
Émile Nelligan
Aurel82   16 août 2017
Émile Nelligan
Nuit d’été



Le violon, d’un chant très profond de tristesse,

Remplit la douce nuit, se mêle au son des cors ;

Les Sylphes vont pleurant comme une âme en détresse

Et les cœurs des grands ifs ont des plaintes de morts.



Le souffle du Veillant anime chaque feuille,

Le rameau se balance en un rythme câlin,

Les oiseaux sont rêveurs, et sous l’œil opalin

De la lune d’été, ma douleur se recueille.



Au concert susurré que font sous la ramure

Les grillons, ces lutins en quête de sabbat,

Soudain a résonné toute, en mon cœur qui bat,



La grande majesté de la Nuit qui murmure

Dans les cieux alanguis un ramage lointain,

Prolongé jusqu’à l’aube humide du Matin.
Commenter  J’apprécie          132
coco4649   30 novembre 2015
Poésies complètes de Émile Nelligan
À Georges Rodenbach





Blanc, blanc, tout blanc, ô Cygne ouvrant tes ailes pâles,

Tu prends l’essor devers l’Éden te réclamant,

Du sein des brouillards gris de ton pays flamand

Et des mortes cités, dont tu pleuras les râles.



Bruges, où vont là-bas ces veuves aux noirs châles ?

Par tes cloches soit dit ton deuil au firmament !

Le long de tes canaux mélancoliquement

Les glas volent, corbeaux d’airain dans l’air sans hâles.



Et cependant l’Azur rayonne vers le Nord

Et c’est comme on dirait une lumière d’or

Ô Flandre, éblouissant tes funèbres prunelles.



Béguines qui priez aux offices du soir,

Contemplez par les yeux levés de l’Ostensoir

Le Mystique, l’Élu des aubes éternelles !



p.189

Commenter  J’apprécie          120
Émile Nelligan
kuroineko   17 avril 2017
Émile Nelligan
Mazurka



Rien ne captive autant que ce particulier

Charme de la musique où ma langueur s'adore,

Quand je poursuis, aux soirs, le reflet que mordore

Maint lustre au tapis vert du salon familier.



Que j'aime entendre alors, plein de deuil singulier,

Monter du piano, comme d'une mandore,

Le rythme somnolent où ma névrose odore

Son spasme funéraire et cherche à s'oublier!



Gouffre intellectuel, ouvre-toi, large et sombre,

Malgré ce que toute joie en tristesse sombre,

J'y peux trouver encor un reste d'oubli.



Si mon âme se perd dans les gammes étranges

De ce motif en deuil que Chopin a poli

Sur un rythme inquiet appris des noirs Archanges.

Commenter  J’apprécie          110
Tandarica   02 avril 2015
Poésies complètes de Émile Nelligan
C’est un vase d’Égypte à riche ciselure,

Où sont peints des sphinx bleus et des lions ambrés :

De profil on y voit, souple, les reins cambrés,

Une immobile Isis tordant sa chevelure.



Flambantes, des nefs d’or se glissent sans voilure

Sur une eau d’argent, plane aux tons de ciel marbrés :

C’est un vase d’Égypte à riche ciselure

Où sont peints des sphinx bleus et des lions ambrés.



Mon âme est un potiche où pleurent, dédorés,

De vieux espoirs mal peints sur sa fausse moulure ;

Aussi j’en souffre en moi comme d’une brûlure,

Mais le trépas bientôt les aura tous sabrés…



Car ma vie est un vase à pauvre ciselure.

(Potiche)
Commenter  J’apprécie          90
bilodoh   26 novembre 2013
Poésies complètes de Émile Nelligan
...Vois-tu sur le coteau des années

Choir mes illusions fanées.

Toutes fanées?

...

(Tarentelle d'automne)
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Émile Nelligan (148)Voir plus


Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur