AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.99 /5 (sur 137 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Saint-Élie-de-Caxton , le 22/11/1976
Biographie :

Fred Pellerin est un conteur québécois originaire de Saint-Élie-de-Caxton, dans la région de la Mauricie, et diplômé de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Ses histoires ont comme cadre son village natal de Saint-Élie et mettent en scène des personnages de l'endroit : Toussaint Brodeur, Ésimésac Gélinas. Il dit tenir ses contes, ou du moins s'être inspiré, des histoires de sa grand-mère ou des autres habitants de Saint-Élie-de-Caxton.

Fred Pellerin travaille actuellement avec Les productions Micheline Sarrazin Inc., société fondée en 1994, spécialisée dans le développement de carrières d’auteurs-compositeurs-interprètes.

A l'automne 2007, il a sorti avec son frère Nicolas, un album de musique à cachet folklorique.
Un de ses contes, tiré du livre "Il faut prendre le taureau par les contes", est porté à l'écran par le réalisateur Luc Picard,("Babine", du nom de son personnage central).

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Fred Pellerin
Podcasts (4) Voir tous

Citations et extraits (113) Voir plus Ajouter une citation
Iboo   21 décembre 2016
Dans mon village, il y a belle lurette de Fred Pellerin
Ah ! N'importe qui vous l'aurait confirmé : le forgeron avait le pouce vert pour la chamaille. Il était de ce genre d'homme à vous faire pousser une plante de chicane avec un pépin de rien !
Commenter  J’apprécie          210
Iboo   21 décembre 2016
Dans mon village, il y a belle lurette de Fred Pellerin
Le meilleur ami de Lurette, c'était Dièse (Surnommé ainsi parce qu'il parlait toujours un demi-ton plus haut que tout le monde). Jeune chiqueux de tabac, rempli au bord des mêmes rêves et passions que la belle, Dièse fleuretait Lurette depuis l'enfance, sur les carreaux de la marelle. Il trouvait la fille en or tellement de son goût qu'il avait les yeux gercés d'avoir trop regardé ses lèvres.
Commenter  J’apprécie          202
Iboo   24 décembre 2016
Dans mon village, il y a belle lurette de Fred Pellerin
À la messe du dimanche, dans sa robe à manches longues, monsieur le curé lança son venin.

- Il y a un coupable parmi nous, chers paroissiens !

Hein ? Un coupable...

Lentement, pour faire durer le suspense (comme s'il savait que ça allait devenir une histoire, qu'il fallait que ce moment-là s'étire pour faire saliver ceux qui écoutaient), il s'allongea le bras. Au bout de son geste, il s'ouvrit la main, se referma quatre doigts, puis garda son index pointé vers la salle.

(Un doigt béni qui pointe, ça fait tourner les têtes !)

- Babine ?

Des gros yeux enlignèrent Babine. Le fou pâlissait.

------------------------------------------------------------------

Le jour de la pendaison, une petite corde de balles de foin se balancignait au bout de la poutre. Sur la tête à Babine, faute de cagoule, on avait enfilé une paire de caleçons. (Ça ajoutait à l'effet tragique !)

Tout le village était attroupé dans la cour de l'église pour assister au spectacle ! On s'attendait à un bon show. Tout un événement ! (En plus, il faut savoir que, dans le temps, c'est à peu près tout ce qui se faisait en frais de prestation culturelle dans le milieu rural.)

La foule était nombrable.

Le public criait puis tapait des mains.

Tout le monde était heureux, sauf Lurette. Avant de le pendre, Lurette pensait qu'il vaudrait mieux d'aller jeter un coup d'œil, creuser pour voir. On ne sait jamais !

- Vas-y toute seule ! Nous autres, on veut pas manquer le dénouement.

Pendant que les dernières minutes s'écoulaient, que des hommes faisaient un nœud solide dans la corde, que Babine suait à grosses gouttes avec ses bobettes sur la tête, le curé faisait le sermon des pendus. Le fou se laissait mener, docile. Il espérait en vain, comme un serrurier, une clé des champs, une clé de l'énigme, ou seulement une clé mence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Iboo   26 décembre 2016
Dans mon village, il y a belle lurette de Fred Pellerin
De deux choses lune

L'autre c'est le soleil

(Jacques Prévert)



Ma grand-mère disait que l'histoire s'est passée dans le temps où c'est qu'il y avait encore des étoiles.

"Aujourd'hui, avec les lumières électriques trop nombreuses, avec la fumée d'usines trop ombreuses, on est aveuglé. C'est rendu que le ciel est observé à la lumière de la raison puis du progrès. Lumière qui fait pas briller grand-chose !"
Commenter  J’apprécie          152
rkhettaoui   09 juillet 2013
L'Arracheuse de temps de Fred Pellerin
S’il existe mille façons de mourir, il faut surtout trouver une façon de vivre.
Commenter  J’apprécie          110
Dixie39   01 novembre 2014
Dans mon village, il y a belle lurette de Fred Pellerin
Éclat de sanglots ! Pour la première et seule fois de ma vie, je vis ma grand-mère pleurer. Ce n’était pas un petit pleurage pour la forme, sur la pointe des cils ! Non ! Plutôt un braillage de barrage qui s’effondre. (Ça me fait encore drôle d’en parler.)
Commenter  J’apprécie          80
Dixie39   01 novembre 2014
Dans mon village, il y a belle lurette de Fred Pellerin
Ma grand-mère disait que l’histoire s’est passée dans l’antan où c’est que l’amour durait.

« Il faut jamais dire « j’aimais » qu’ils pensaient. On préférait conjuguer l’amour au présent de l’infini. « Je t’aime ! » Ce n’étaient pas des paroles à s’envoyer en l’air. Aujourd’hui, avec l’avancement, l’amour prend du recul. C’est devenu un sentiment intouchable, un sentiment qu’on approche juste avec des gants de plastique. C’est devenu l’amour avec armure. Une illusion qui va comme elle vient. On est en train de capoter ! »

Ma grand-mère disait que l’histoire s’est passée dans l’antan où c’est que l’amour durait. Toujours. Puis même après.
Commenter  J’apprécie          60
Cielvariable   02 juin 2013
Comme une odeur de muscles de Fred Pellerin
Le bébé boum



... ils se marièrent, vécurent heureux et eurent de nombreux enfants. Et ça se passait à côté. Dans le village. En ce temps où les rêves de colonisation se transposaient en taux de natalité explosifs. La mitraillette utérine. Les familles débordaient de futur jusqu'à se bâtir le pays. Les bébés apparaissaient entre les jambes de leur mère à la queue leu leu. Pas le temps d'une sieste entre les contractions de l'un que le suivant donnait déjà des coups de pied. Un éternuement subit, et ça vous roulait en-dessous de la table. C'était en ce temps où les curés veillaient aux grains de chapelet. Et ça revolait comme des pop-corn sur le feu.

Cette famille qui nous concerne, elle exemplait par le nombre. Pas loin de cinq cents rejetons. Quatre cent soixante-treize, pour être exact. Des promesses gigoteuses accumulées dont ils prenaient soin comme à autant de prunelles s'ils avaient eu assez de yeux pour fournir. Ils les aimèrent, bercèrent, lavèrent, consolèrent, élevèrent et nourrissèrent. Jusqu'à s'en démancher les passés simples. Une ribambelle d'avenirs. Comme une démographie à domicile.



Des parents à plaindre ? On dit qu'au-delà les trente douzaines, il devient plus difficile de les baptiser que de les accoucher. À cause des prénoms. Usuels usés à la corde. Suspendus au mince fil de l'alphabet Parce que les initiales ont des limites connues. Les papes qui ont compris ont fini par se donner des chiffres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cielvariable   23 juin 2013
Il faut prendre le taureau par les contes de Fred Pellerin
Depuis quelque temps, parmi les responsabilités municipales qu’on refilait à Babine, il y avait celle d’allumer les lumières de rues.

(Comme on n’avait pas le courant électrique, on s’était patenté un système palliatif. – C’est Dièse qui avait pensé ça avant de s’en aller. – Depuis des années, ça prenait quelqu’un pour passer par les rues puis allumer un par un les réverbères à huile qui pendaient aux branches des épinettes longeant les routes.)

Entre chien et loup, tous les soirs, Babine parcourait le village. On l’entendait venir, au son de la ruine-babines qu’il portait à sa bouche pour siffloter des airs semblables à des berceuses. C’est lui qui installait le soir sur mon village, tout doucement, en transmettant la flammèche aux lanternes.

Babine savait le tour, en jouant avec la longueur des mèches, de faire une lumière tamisée. En plus de coûter moins cher d’huile aux contribueux, ça permettait de garder la lueur des étoiles puis de la lune toute la nuit durant.

Parfois, pendant sa marche, au son de la musique à bouche, Babine voyait les gens sortir sur leur galerie pour le saluer.

— Ça nous prendrait la lune, Babine, juste au-dessus du village, pour nous éclairer.

— Ah ! Oui ! Décrocher la lune…

Chaque soir, depuis des mois, ça manquait pas. Même par les grands frets, notre fou remplissait sa tâche..

— Ça nous prendrait la lune, juste au-dessus du village.

— Ah ! Oui ! Décrocher la lune…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
iarsenea   27 décembre 2014
Comme une odeur de muscles de Fred Pellerin
Saint-Élie-de-Caxton étant situé dans la Mauricie, aux frontières du territoire forestier des bûcherons, il existe très peu de terres cultivables dans les alentours. Aussi, à l'époque, par échec agricole en terre de roches, plusieurs durent se tourner vers des cultures marginales. Pour se garnir la survivance. L'élevage alternatif qui s'imposa durant ces années, ce fut celui de la mouche. À pulluler. Tellement de bestioles qu'on en essuie encore les succès dans nos juins d'aujourd'hui. En l'an deux mille cinq. Tellement de mouches en début d'été que ça devenait presque dangereux d'ouvrir la bouche pour sacrer. Et de la mouche. Pas que de la petite mouchette. De la mouche à viande. Des bétails ailés de six à sept cents livres. Des bibittes à panaches. Même pas la peine d'installer des moustiquaires dans les fenêtres parce que leur envergure gigantesque les empêchait de passer dans les chambranles de portes conventionnels.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur