AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.59 /5 (sur 49 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Émilie Houssa est philosophe et historienne de l’art de formation.

Elle a obtenu des charges d’enseignements tant en Esthétique qu’en Méthodologie de recherche d’abord à l’Université du Québec à Montréal (où elle a réalisé une thèse en philosophie de l’art entre 2007 et 2010) puis à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Après avoir été conférencière à la Cinémathèque Française et au BAL (espace dédié à la réflexion sur la place des images dans nos sociétés à travers des expositions, des conférences et des programmations de cinéma) de 2010 à 2015, Émilie a obtenu un poste de professeur d’Histoire de l’art et de sémiologie à l’école Prép’art (classes préparatoires aux concours d’entrée aux écoles publiques d’art).

"La nuit passera quand même" (2018) est son premier roman.
+ Voir plus
Source : http://www.whytheatre.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Émilie Houssa   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Analire   28 janvier 2018
La nuit passera quand même de Émilie Houssa
Squatsh se persuada assez vite que ce qui devait susciter le plus grand danger était principalement les lieux où l'on pouvait trébucher. Il est bien connu qu'on "tombe" enceinte, comme sur un os. Il faisait donc très attention aux escaliers et à toute action qui impliquait de monter sur un support.
Commenter  J’apprécie          50
mumuboc   08 mars 2020
La possibilité du jour de Émilie Houssa
Les ouvrages de Virginia Woolf y trônaient : Mrs Dalloway, Orlando, The Years et évidemment A room of One(s Own (une pièce à soi)



A la lecture de ces textes, j'avais perçu l'effrayante injustice de la "fausse minorité" que constituaient les femmes. Nous étions considérées comme inférieures par l'autre moitié de la population et de cette définition naissait l'impossibilité radicale d'écrire notre histoire. Ou était-ce l'inverse ? Peut-être était-ce le faire de n'avoir pas écrit notre histoire qui nous désignait radicalement comme inférieures. Je regardais en tout cas cette écriture de l'histoire comme la clé du pouvoir. (p126)
Commenter  J’apprécie          30
Olivia-A   22 avril 2020
La possibilité du jour de Émilie Houssa
Nous étions faillibles, évidemment, et nos mots de révolte, scandés depuis des années, ne résistaient pas aux corps broyés. Derrière les tours se cachaient d'autres 11 septembre et la découverte dérangeante que nous n'étions pas que bons ou mauvais. La guerre des étoiles ne pouvait avoir lieu et nous la vîmes pourtant se vite se mettre en place. Nous étions dépassés par la grossièreté des discours, ils ne différaient pas tellement de ceux des autres guerres mais leur trame était visible, les digues avaient cédé, les fils étaient à nu.
Commenter  J’apprécie          20
Analire   04 février 2018
La nuit passera quand même de Émilie Houssa
Tu as raison. Sur tout. C'est dégueulasse, c'est injuste. Ça fait mal. C'est qui qui as raison. Je ne peux pas te dire autre chose, seulement tu verras, le plus dégueulasse c'est que ça passe. Tu seras toujours ici dans cette tristesse et cet amour, mais tu seras ailleurs aussi. Et tu seras forte de ce décalage, ce sera ton histoire.
Commenter  J’apprécie          20
Analire   01 février 2018
La nuit passera quand même de Émilie Houssa
La guerre était un fléau humain, le pire de tous, et la pire des guerres était celle qu'on ne nommait pas.
Commenter  J’apprécie          30
mumuboc   08 mars 2020
La possibilité du jour de Émilie Houssa
Les rivages industriels de l'Hudson m'amenaient sur la baie des Anges, les avenues sans fin aux ruelles en dédales du vieux Nice, les façades gigantesques des avenues droites aux bâtiments grandioses qui, face à la mer Méditerranée, cachaient la misère des ruisseaux et les odeurs nauséabondes des bennes dans les contre-rues au parfum doux des lauriers-roses en fleurs. Ces deux villes étaient décors, mais dans l'une se jouaient les westerns du Nouveau Monde et dans l'autre le crépuscule de l'Ancien. (p83)
Commenter  J’apprécie          10
caro_line   01 avril 2020
La possibilité du jour de Émilie Houssa
Nous étions considérées comme inférieures par l'autre moitié de la population et de cette définition naissait l'impossibilité radicale d'écrire notre histoire. Ou était-ce l'inverse? Peut-être était-ce le fait de n'avoir pas écrit notre histoire qui nous désignait radicalement comme inférieures. Je regardais en tout cas cette écriture de l'histoire comme la clé du pouvoir.
Commenter  J’apprécie          10
mumuboc   08 mars 2020
La possibilité du jour de Émilie Houssa
J'appris à apprendre, non pour quelqu'un ou quelque chose mais pour moi, pour l'allégresse que cela me donnait. Plus je découvrais des artistes, des courants, plus je lisais des textes, plus je me nourrissais, et plus je m'affirmais telle que j'avais envie d'être. Etre là où je sentais vouloir être, quelque chose d'aussi ténu et futile que cela, je respirais (p215)
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   07 mars 2018
La nuit passera quand même de Émilie Houssa
Il devinait que se nichait sous cette bosse un désir qu’il ne voulait pas avoir. Un désir qu’il ne devait pas avoir.

 

Squatsh regardait son sexe qui ne dégonflait pas. Cette obsession du dégonflage lui cacha quelque temps l’angoisse latente qui montait : il allait revoir Marc. Le lendemain à 20 heures, il se tiendrait face à ce corps et ce visage. À cette pensée son sexe se tendit de plus belle. Squatsh le regarda comme un monstre. Qu’avait-il donc entre les jambes ? Il refusait de voir ce membre agir à sa guise comme un étranger de passage dérangeant tout dans la maison. Squatsh lui avait jusqu’à présent laissé les rêves, le sommeil, que voulait-il de plus ?

Il comprenait, bien sûr qu’il comprenait. Il ne voyait que trop bien où son désir voulait le tirer. Mais il n’irait pas. Il avait vu dans la rue ou les films que les hommes embrassaient les femmes, jamais les hommes, cela ne se faisait pas.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   07 mars 2018
La nuit passera quand même de Émilie Houssa
Lorsqu’il entra dans la mer, elle lui parut plus froide encore. Il s’étendit sur le ventre en levant la tête hors de l’eau. Ses membres coulèrent immédiatement, il reposa les pieds sur le sable. Ça n’avançait pas fort. Squatsh se remit en position. Il flotta quelques instants puis il sentit son bassin couler et, comme une vague un peu plus forte arrivait, il fut projeté en avant, la tête dans le sable. La vague le roula sur la rive, comme si elle se moquait de lui, puis, tranquille, se retira. Squatsh fit plus que boire la tasse : il mangea du sable.

Il se releva pestant contre cette mer qui ne voulait pas de lui. Il secoua ses vêtements pleins de sable et d’eau avec l’envie de pleurer. Enfin quoi, c’était quand même pas compliqué de flotter ! Sa casquette pouvait le faire ! Pourquoi pas lui ! Au loin, il entendait le marchand de glaces rire sous son auvent.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers

Quel est le titre original de ce livre ?

Harry Potter at witch's school
Harry Potter vs Voldemort
Harry Potter and the philosopher's stone

17 questions
735 lecteurs ont répondu
Thèmes : harry potter 1Créer un quiz sur cet auteur

.. ..