AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

1001 Nuits [corriger]

Les éditions Mille et une nuits ont été créées en 1993 en publiant, à l`origine, des titres en petit format (10*15 cm) et classiques libres de droits. Les éditions Mille et une nuits sont une filiale de Fayard.

Livres populaires voir plus


Collections de 1001 Nuits



Dernières critiques
Tabac

Le livre aurait pu s'intituler psychanalyse du tabac ou des fumeurs tant l'auteur se livre ici a une analyse approfondie dd comportements des amateurs de cette substance.Court dense ce petit livre est inclassable et unique.Une nouvelle a decouvrir tant elle est fraiche et originale.
Commenter  J’apprécie          00
Déclaration des droits de la femme et de la c..

Pourquoi ai-je l'impression que le rôle des femmes lors des grands événements de notre histoire ont souvent été amoindris, pour ne pas dire masqués ? Peut-être parce que c'est en partie vrai. Si vous avez vécu, comme moi, le bicentenaire de la révolution française, je n'ai pas l'impression que l'on ait beaucoup parlé des femmes, sauf pour tenter de les réhabiliter (Marie-Antoinette) ou pour rappeler que les femmes étaient avant tout de grandes amoureuses (Manon Roland, Lucile Desmoulins). Bref, les femmes, à moins d'être des affreuses tricoteuses ou de douces victimes, n'ont pas fait grand chose.

Pourtant, rien n'est aussi simpliste. En réponse à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, Olympe de Gouges rédige cette Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, parce qu'elle pensait, à juste titre, que la femme avait été oubliée. Quand je lis ce texte, je me dis d'ailleurs que ce texte nous montre tout ce à quoi une femme n'avait pas droit dans cette société d'Ancien Régime, y compris dans sa vie de famille, puisque les enfants appartenaient à son mari. Olympe de Gouges n'avait pas besoin d'imaginer ce qu'était la vie d'une mère seule, d'une enfant illégitime, elle-même était une "enfant naturelle".

"Femme, réveille-toi [...] Reconnais tes droits." sont des phrases qui sont toujours actuelles, ou qui sonnent comme très en avance sur leur temps, au choix. Olympe de Gouges rappelle aussi le rôle médiocre que l'on a réservé aux femmes dans la politique, elles qui n'avaient comme ressource que "leurs charmes" ou "leurs ruses". L'autrice voulait que les femmes puissent agir au grand jour, être "respectées". Ce n'est pas encore le cas de nos jours en politique - en 2024, une femme politique est encore et toujours attaquée sur son apparence physique. Lire ce texte nous rappelle que revendiquer des droits pour les femmes ne datent pas du XXe siècle.
Commenter  J’apprécie          180
Le terrier

Je voulais relire du Kafka quand je suis tombée sur ce court récit ( 87 pages), que je ne connaissais pas du tout. C'est une petite perle !

Le narrateur, humain ou animal, probablement une sorte de taupe, peu importe, vit dans un terrier qu'il s'est construit avec au fil du temps plein de sécurités (un labyrinthe, des galeries et des salles secondaires, etc.) mais il est de plus en plus inquiet, il regrette de ne pas avoir prévu une chose, ou une autre, il se rassure, s'inquiète de nouveau, prévoie de nouveaux travaux ou de nouvelles sécurités. le texte est inachevé (involontairement) mais ça ne gêne absolument pas car le lecteur comprend bien que c'est sans fin. On sent remarquablement bien monter l'inquiétude chronique chez le propriétaire de ce terrier, la méfiance envers les autres qui pourraient le menacer de l'extérieur, puis, de plus en plus anxieux il se transforme en paranoïaque, rongé d'obsessions jusqu'à ne plus avoir un comportement adapté.

Le lecteur ne sait à aucun moment si les dangers sont réels ou non, d'abord parce que les animaux qui ont des terriers ont bien des prédateurs, ensuite parce qu'il est impossible de savoir si le bruit qu'il entend est réel ou dans sa tête. le narrateur, dans des moments de lucidité ne manque pas d'humour dans son autoanalyse, à d'autres moments l'humour naît au contraire des conséquences absurdes de ses obsessions. Et en même temps d'un bout à l'autre du texte le lecteur s'identifie aisément à ce narrateur. Génial dans sa simplicité. !

Un long monologue intérieur halluciné et hallucinant !
Commenter  J’apprécie          281

{* *}