AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Livres populaires du moment voir plus


Dernières critiques
Ce que je sais de toi

Que dire de ce premier roman super primé si ce n’est féliciter l’auteur et lui dire que l’on attend le prochain ? L’histoire de Tarek, jeune médecin sur les pas de son père nous est contée par un narrateur, dans un procédé de style quelque peu étonnant, qui, utilisant du pronom personnel TU, de fait, exclut le lecteur. C’est comme une conversation intime entre Tarek et cet inconnu qui semble savoir beaucoup sur lui … Plus de la moitié de l’ouvrage retrace ainsi la vie de Tarek, médecin dans le cabinet de son père puis se détachant du carcan familial, toubib dans un dispensaire, d’un quartier défavorisé du Caire, le Moqattam. Là il va rencontrer et s’attacher à une mère et son fils Ali, qu’il visitera régulièrement, jusqu’à la mort de celle-ci d’une maladie irréversible. Il va alors proposer à Ali de devenir son assistant. Ce rapprochement va bouleverser sa vie…

Cette première partie intitulée « Toi » ne m’a pas vraiment accrochée, avec étonnement et agacement, au vu des notes Babelio et des prix reçus. Par contre, les deux dernières parties « Moi » et « Nous », qui dévoilent d’une part l’identité du narrateur et d’autre part les secrets de famille et les failles des personnages, m’ont enchantée et m’ont permis de mieux comprendre l’enthousiasme des critiques littéraires. Quelle construction! Quelle narration structurée et anticipée ! Et, une écriture douce et sensible pour témoigner des sentiments indicibles dans la société égyptienne des années 90, pour rendre palpable les ressentis d’abandon, d’amour et de haine des personnages, pour transmettre les tergiversations, les regrets et les choix de Tarek, personnage central finalement énigmatique, autour duquel se déploie ce roman bien poignant.

Commenter  J’apprécie          00
Ce que je sais de toi

Mon premier gros coup de cœur de ce début d'année pour un roman. C'est l'histoire de Tarek, jeune médecin dans le Caire des années 1980. Ce roman se divise en trois parties et si la narration peut surprendre au début de la lecture, j' ai trouvé le procédé très intéressant et passionnant car distillant les éléments au fur et à mesure. L'histoire en elle-même est magnifique, j' ai beaucoup aimé l'écriture. Les personnages sont bien rattachés à la société et à ses codes, Mira est moins mise en évidence ce que je trouve un peu dommage. Le roman aborde secrets de famille, quête de vérité et de sens de la vie et des choix, relations sociales... Le ton est juste. J'ai passé un excellent moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          80
Notre part de nuit

Je n'aime pas les démons, les succubes, l'occulte, la magie noire. Je les réfutent, les rejettent de toute mon âme, d'ailleurs je ne regarde jamais de films d'horreur et je hais l'épouvante ! Alors que m'a t-il pris pour me lancer dans la lecture de 750 pages qui ne parlent que de l'obscurité ? Par quel mystère démoniaque ai-je ainsi tourné les pages, avide et sous emprise, me laissant totalement submergée !

Dès le début de l'histoire, on chemine sur la route aux côtés de Juan et de son fils Gaspar, qui semblent fuir un danger. Rosario, la mère de Gaspar, est morte mystérieusement et semble introuvable. Ce voyage est fastidieux car Juan est malade et lors d'une halte dans un hôtel, Gaspar a ses premières visions, "un écho" dira son père pour expliquer cette femme morte dans le couloir de l'hôtel. On apprends ainsi que Juan est médium, qu'ils se rendent, son fils et lui, chez les parents, richissimes et détestables, de Rosario afin de participer à un cérémonial. La famille fait partie d'une secte occulte appelée l'Ordre, son dieu étant l'Obscurité. On est dérangé par la relation entre Juan et son fils qui tangue entre violence extrême et tendresse feinte, Juan voulant à tout prix le protéger. Je m'arrête là car en réalité il y a beaucoup dans ce livre. L'amitié de Juan et ses 3 amis, la relation avec la famille, le pays (l'Argentine), les séances occultes, cette obscurité derrière les portes telle une bouche affamée etc. Bref, vous l'aurez compris c'est un roman lourd, dense, macabre, violent, horrifique mais on se laisse porter par les personnages, leurs histoires troubles. Un roman à part à bien des égards ! Si vous voulez sortir de votre zone de confort, entrez dans les ténèbres avec votre part de nuit...
Commenter  J’apprécie          20

{* *}