AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Griffe d`Encre


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Griffe d`Encre



Dernières critiques
Okenwillow
  01 octobre 2020
Présumé coupable de Isabelle Guso
Je viens de finir la lecture de ce court roman (que les gens modernes et/ou anglophones appellent désormais novella). Je viens aussi de comprendre pourquoi il m'a été impossible de savoir de quoi ça parle même en cherchant sur le net. Bon, j'ai peu cherché c'est vrai, mais la quatrième de couverture étant ce qu'elle est, on peut supposer une volonté de la part de l'éditeur et/ou de l'auteur de ne pas en dire trop pour ne pas faire fuir le potentiel lecteur.Je pense en effet que trop d'infos auraient pu faire fuir ledit potentiel lecteur. Ou attirer les voyeurs. Au choix.Je tiens à préciser tout de suite, au risque de casser un suspens insoutenable, que de toute façon ce livre DOIT être lu, quelles que soient les motivations.La difficulté étant à présent de parler du livre sans le trahir ou le spoiler, car son but est d'ouvrir sinon le débat, du moins la réflexion personnelle dans un premier temps.Trop en dire gâcherait inévitablement l'effet de surprise. Ne rien en dire en ferait une lecture vaine.Et là, ça fait un moment que je parle pour ne rien dire. C'est que je réfléchis surtout à comment le dire.Le narrateur, la trentaine, français, fait un voyage au Japon en quête, semble-t-il, de spiritualité. On comprend assez vite qu'il cherche surtout à se libérer d'une tare qui lui pourrit la vie. Le genre de truc assez désespérant pour penser trouver le salut dans un vieux sage bouddhiste. C'est dire le degré de déprime dans lequel notre « héros » se trouve au début de son récit.Le narrateur est un être abject, exécrable, qui cherche à se donner des circonstances atténuantes, qui tente de se trouver une humanité malgré ce qu'il est. Il ne m'a inspiré aucune sympathie, à aucun moment. De l'empathie, peut-être, un peu, parce que je ne suis pas une brute. Mais sa lutte permanente pour rester humain et innocent ne m'a pas bouleversée outre mesure, même si je conçois la chose. Si on ne parle que de ceux qui passent à l'acte, qu'en est-il de ceux qui s'y refusent, au prix du silence et du secret lourdement gardé ?La lecture de cette histoire pourra faire passer le lecteur par bien des états, mais ne perdons pas de vue que le narrateur et l'auteur sont deux choses différentes, d'ailleurs Isabelle Guso n'hésite pas à le rappeler à la fin de l'ouvrage.Récit dérangeant donc, mais essentiel, qui invite à réfléchir et à voir au-delà de la monstruosité des faits. Je dis bien au-delà, et non à la place. La prouesse première de l'auteur étant d'avoir su se mettre dans la peau d'un tel personnage, et de l'avoir fait si bien, de manière tellement convaincante et réaliste, même si quelques rebondissements scénaristes m'ont parus un brin invraisemblables, mais c'est un détail qui ne gâche en rien l'intérêt et la qualité profonde de la novella.Elle appelle clairement au débat et à la réflexion sur un sujet ô combien délicat !À lire et à réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Okenwillow
  01 octobre 2020
Chroniques des Stryges, tome 1 : Lemashtu de Li-Cam
Les plus perspicaces auront compris que je suis dans une période vampiresque, et je découvre avec ce roman une nouvelle interprétation du mythe du vampire, à ma plus grande joie !Li-Cam propose un nouveau genre de buveur de sang, et tisse toute une société autour des stryges, une espèce proche de l'humain, désormais condamnée à vivre dans des ghettos.Plusieurs clans mythiques composent cette population bien particulière, dont les Dracul et les Bathory, organisés en un système de castes. Je passerai sur les détails car les précisions ethno-socio-biologiques ne manquent pas et ce serait sacrilège de gâcher la découverte.Donc, on est très vite immergé dans cet univers où les stryges sont relativement acceptés par la société du moment qu'ils restent dans leur zone de confinement. Les personnages, des adolescents travaillés par leurs hormones, pourraient laisser penser à un roman pour ados en mal de fantasmes, tant l'aspect sexuel et érotico-expérimental est prédominent. Je me suis posé la question plusieurs fois, jusqu'à ce que la chose évoquée deviennent carrément explicite. Pas de quoi émoustiller un oursin en période de rut mais tout de même pour un pré-ado, ça doit secouer le caleçon. En tous cas je suppose, car je n'ai jamais porté de caleçon.Bref, tout est si bien construit qu'on passe outre cet aspect, (qui aurait pu être rédhibitoire en ce qui me concerne) et on suit avec passion les destinées croisées des stryges en rut et des humains consentants.Si l'action peine un peu à démarrer, l'intérêt est largement compensé par la multitude de détails et de précisions concernant les stryges. Des fiches signalétiques et des extraits des archives du Vatican ponctuent le récit, et nous en apprennent beaucoup sur les deux stryges (un nosférat et un nékurat) qui veillent sur le jeune Lemashtu, Lem de son p'tit nom.Sans ce contexte complexe et détaillé et les personnages originaux, je pense que les amourettes des protagonistes m'auraient plutôt ennuyée, mais là, cette version du vampire m'a totalement emballée, nettement moins niaise que certaines série que je ne nommerai point. Et en plus c'est tellement bien raconté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
beatrice-valence
  01 octobre 2020
Présumé coupable de Isabelle Guso
Franchement une belle découverte. Je connais l'auteure sans savoir qu'elle ai pu écrire cet ouvrage. Pas surprise, pas choquée mais admirative d'avoir traité un sujet aussi sensible tout en laissant à chacun le "loisir" d'interpréter selon son ouverture d'esprit, son vécu, ses croyances... Auteur à découvrir absolument. Tout comme son dernier ouvrage : Autisme, la bulle de l'écorché (Isabelle Bonelli). Bravo Isabelle !
Commenter  J’apprécie          00