AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Verdier [corriger]

Les Éditions Verdier ont été fondées en 1979 par Gérard Bobillier et Colette Olive et Michèle Planel. Elle est spécialisée dans la littérature, la poésie, le théâtre, les arts et l`architecture, les sciences humaines, la philosophie et spiritualités. La maison s`est d`abord fondée sur la collection de grands textes de la tradition juive Les Dix Paroles, puis s`est étendue à la littérature, française ou étrangère, avec des auteurs comme Pierre Michon, Varlam Chalamov ou Junichirô Tanizaki.

Livres populaires du moment voir plus


Dernières parutions voir le calendrier des sorties


Collections de Verdier



Dernières critiques
Contrefeu

À Pontorgueil, les habitants sont tous bien singuliers, enfin ceux que l’auteur nous décrit.

Il en a va du médecin aux pratiques douteuses, à l’homme qui se voit grand patron d’une boîte quitte à payer le prix de l’insécurité et de la fourberie, en passant par un père qui lorgne sur la mère d’un baptisé.



Un incendie a eu lieu, la cathédrale Saint-Fruscain en est la victime. S’agit-il d’un acte criminel ou d’un accident banal ? L’enquête tentera de le démontrer en passant par une satire sociale exacerbée. Certains sont pointés du doigts car ils en ont le faciès ou le mobile. D’autres sont exclus par leur sainteté d’apparence.



Une chose est sûr c’est que dans ce village il y est beaucoup question d’incendie dans les sous vêtements ! Chaque personnage a des tendances extrêmes, à se jouer parfois de la femme de manière dérangeante.



Même si l’écriture est soignée, que la drôlerie est présente, l’appétence sexuelle des protagonistes à chaque page m’a plutôt déplut.
Commenter  J’apprécie          10
Récits de la Kolyma - Intégrale

Les récits de la Kolyma, paru à New-Yorken 1966, sont un ensemble de récits, témoignages, réflexions que Varlam Chalamov à rédigé pendant les dix-sept ans qu’il a passé dans cette colonie pénitentiaire de l’extrême Orient russe. Arrêté alors qu’il appartient à un groupe trotskistes de contestation envers Staline, il est condamné une première fois à 7 ans de goulag puis 10 ans supplementaires pour avoir déclaré que Bounine était un grand écrivain russe.

Il y décrit les conditions épouvantables, des voyages en train où les condamnés sont tellement serrés qu’ils doivent dormir debout, la sous-alimentation, l’épreuve des douches (3 par mois) redoutées car il faut attendre des heures dans le froid, craindre les vols des vêtements, ou les remettre infestés de poux...Vivre ou plutôt survivre reste un miracle avec une température en hiver de près de - 60 degrés, le travail dans la mine aurifère où le stakanovisme est de règle et quand les résultats ne sont pas atteints, les diminutions de rations de pains y sont réduites de moitié, les tentatives d’évasion seulement au printemps car l’hiver interdit toute possibilité de fuite et surtout de survie en milieu particulièrement hostile. Il porte un regard sur la deshumination que le système du goulag génère, les dénonciations arbitraires pour s’approprier le peu de bien de la victime dénoncée, la folie qui guette les plus fragiles mentalement, les lettres interceptées, les colis négociés pour une amélioration des conditions de vie.

Varlam Chalamov avec des récits courts, réussi à rendre universelle son expérience en decrivant la nature humaine et les comportements qu’il développe pour sa survie, faisant preuve de recul et d’observation de la condition humaine.
Commenter  J’apprécie          280
La demande

Vers la fin de sa vie, Léonard de Vinci quitte l’Italie pour venir vivre en France où il est invité par François 1er. Même si son nom n’est jamais prononcé, c’est bien de ce génie de la Renaissance que nous parle Michèle Desbordes en nous contant ses dernières années passées sur les bords de Loire. Pour ce voyage il est accompagné par quatre élèves, dont le célèbre Salaï, qui fut longtemps son modèle et sans doute son compagnon. Tous, vont s’installer dans un manoir où ils travailleront à divers projets pour le roi de France. Afin de prendre soin d’eux, une servante réside dans cette demeure et c’est entre cette femme, âgée déjà, d’origine très modeste, n’ayant jamais quitté sa région, et le vieux maître toscan, que va se tisser une douce relation faite de regards et de silences.

La plume de l’auteure parvient parfaitement à nous faire ressentir l’atmosphère à la fois tendre et mélancolique qui règne en ces lieux et nous offre une lecture empreinte de nostalgie et d’humanité.
Commenter  J’apprécie          72

{* *}