AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Verdier

Les Éditions Verdier ont été fondées en 1979 par Gérard Bobillier et Colette Olive et Michèle Planel. Elle est spécialisée dans la littérature, la poésie, le théâtre, les arts et l`architecture, les sciences humaines, la philosophie et spiritualités. La maison s`est d`abord fondée sur la collection de grands textes de la tradition juive Les Dix Paroles, puis s`est étendue à la littérature, française ou étrangère, avec des auteurs comme Pierre Michon, Varlam Chalamov ou Junichirô Tanizaki.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Verdier



Dernières parutions chez Verdier


Dernières critiques
Claude354
  07 décembre 2022
La petite lumière de Antonio Moresco
Inclassable, entre fable contemplative et conte poétique. Il est question de vie et de mort entremêlées, de communion avec la nature. Un homme, un enfant, une lumière. Peu importe l'histoire (que je ne sais d'ailleurs trop comment interpréter), ce qui compte c'est l'écriture, le style, le rythme lent et cette façon de nous emmener progressivement dans un univers fantastique empreint d'espoir et de nostalgie.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2
  07 décembre 2022
Dire le vers : Court traité à l'intention des acteurs et des amateurs d'alexandrins de Jean-Claude Milner
Une extraordinaire leçon à deux voix sur la diction de l'alexandrin français classique, leçon de poésie et de théâtre mais aussi subtile leçon de politique appliquée de la langue.



Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2022/12/07/note-de-lecture-dire-le-vers-jean-claude-milner-francois-regnault/



Publié en 1987 au Seuil, réédité après révision chez Verdier en 2008, ce « Dire le vers », joliment sous-titré « Court traité à l’intention des acteurs et des amateurs d’alexandrins » est un véritable régal intellectuel et sensible. Comme chez le Jacques Réda de « Quel avenir pour la cavalerie ? » (2019), cette focalisation sur le vers, et ici, plus spécifiquement, sur l’alexandrin « classique » presque exclusivement, même si elle prétend s’adresser tout particulièrement à celles et ceux chargés de « dire le vers », au théâtre ou ailleurs, constitue une expérience d’investigation poétique à part entière.



Les nombreux débats ayant pris place autour de la mise en scène du « Tartuffe inconnu » en 2017, reconstitution par Georges Forestier et Isabelle Grellet de la pièce de Molière disparue (interdite au lendemain de sa création à Versailles en 1664), en trois actes, à partir de la pièce en cinq actes qui nous est parvenue (celle, allongée et vraisemblablement « édulcorée », créée en 1669), reconstitution jouée avec la langue, la diction et le type de déclamation « d’époque », telles qu’appréciées après les minutieuses recherches historiques entreprises, montrent bien que cette investigation poétique n’est pas en réalité « purement artistique », mais bien subtilement politique (comme souvent, et pas vraiment paradoxalement, en matière de langue). Cette présence subtile du politique au cœur d’enjeux apparents de versification et de diction explique certainement largement l’intérêt visionnaire, érudit et parfois provocateur porté ici au sujet, pour notre plus grand bonheur, et au-delà de leur intérêt personnel pour la poésie et pour le théâtre (même si se glissent de ci delà des accents presque novariniens, paradoxaux, dignes de son « Pour Louis de Funès »), par un linguiste et philosophe tel que Jean-Claude Milner (dont on devrait vous parler prochainement de l’immense « Les noms indistincts » de 1983 sur ce blog) et par un philosophe et dramaturge tel que François Regnault (qui, après la publication de ce « Dire le vers », enseignera notamment la diction au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris de 1994 à 2001).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dimi_tria
  04 décembre 2022
Pense aux pierres sous tes pas de Antoine Wauters
Je n'ai pas été convaincue par ce conte d'enfance. Ni sa violence, ni sa douceur. Ni son réalisme, ni son symbolisme. Malheureusement, c'est du ni, ni, pour moi. J'ai plus apprécié ses autres romans, j'ai trouvé celui-ci un peu trop naïf, si j'ose dire. Le très beau titre m'a peut-être donné trop d'attentes.
Commenter  J’apprécie          10