AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


Prix Renaudot 2014, Essais

Liste créée par anaisbabelio - 6 livres. Thèmes et genres : essai

Voici la sélection de 6 essais du prix Renaudot 2014. La remise du prix aura lieu le 5 novembre. Quels sont vos pronostics concernant le gagnant ?


1 De chez nous
Christian Authier
9 critiques 9 citations

"Les frontières de notre pays sont mouvantes. Elles viennent du passé et ne cessent de se renouveler en guettant l'horizon, elles n'épousent pas une identité nationale réduite à des papiers officiels, une feuille d'impôts ou une carte d'électeur. Pour les dessiner et peindre les visages qui en composent le coeur battant, nous aurons recours à l'Histoire, à la littérature, aux poètes, aux amis, aux vivants et aux morts, à des sentiments ordinaires et rares, à des souvenirs et à des espérances. Nous emprunterons des chemins buissonniers et d'autres plus balisés, des raccourcis et des digressions, des tangentes et des lignes droites. Bienvenue chez nous." Ajouter à mes livres
2 La femme
Bénédicte Martin
3 critiques 2 citations

Qui a voulu cette femme ? Que veut cette femme ? La femme que sacre Bénédicte Martin n’est ni une victime (avec menottes en or du genre), ni une pleureuse (dans son manteau tout flou, trop grand et tout râpé), ni une envieuse (avec l’aiguille de ses talons piquant tout ce qui bouge), ni une revendicatrice (avec sa blondeur fiévreuse couronnée de fleurs et ses approximations majeures). Peut-on actuellement saluer, célébrer, parler des femmes en évitant le féminisme outrancier ? Peut-on s’interroger sans rejoindre une chapelle ? Hyper sexualisée sur l’autel de Saint-Germain-des-Prés, à la parution de Warm Up, il y a dix ans, Bénédicte Martin croque et diffracte la femme de 2013. De la maîtresse de maison à la question de l’avortement, des mauvais combats du féminisme à ses solutions sur la prostitution, du bonheur de la frivolité à la violence domestique, de la solidarité féminine à la question de l’argent, de l’amour courtois au déclin du mâle : tous les versants de la femme actuelle sont ici explorés. Car derrière le personnage de Bénédicte martin, glacé dans une coquetterie litttéraire, la personne n’a pas échappé à sa destinée de femme. Bénédicte Martin ne ressent aucun besoin de militer, à l’instar d’Anaïs Nin qui distinguait déjà « Celles du passé, privées de la parole, qui cherchaient refuge dans des institutions muettes, et celles d’aujourd’hui toutes livrées à l’action, qui imitent les hommes. Et moi… » L’auteur dit de chœur avec San Antonio : »Que je les comprends pas, ces connasses rebiffeuses, de vouloir se faire les égales de l’homme, alors qu’elles lui sont tellement supérieures ! » Ce que Colette exprimait plus finement : « Une femme qui se croit intelligente réclame les mêmes droits que l’homme. Une femme qui est intelligente y renonce. » Entre manifeste et poème, entre imprécation et programme, ce texte tisse avec des mots brûlants et des vers luisants une héraldique de la femme contemporaine. Celle qui se désagrège à la quarantaine sur les marches des tribunaux, venant solder ses amours alors que sa sexualité est dans la fleur de l’âge ; celle qui échoue, suante sur les rivages sableux d’un homme, forcée d’incarner à la fois la salope, la cuisinière et la bonne mère. C’est elle qui marche dans la rue, devant ou derrière vous, se questionnant sur sa condition de femme. Etait-ce vraiment cela que le féminisme nous promettait ? Des pensions alimentaires et du sexe par derrière ? Voici donc debout sur chacun des exemplaires de ce nouveau livre, Bénédicte Martin qui, comme Constance dans L’Amant de Lady Chatterley, se plante devant le paysage dévasté de la condition féminine et jette ce cri : « Qui a voulu ça ? » Ajouter à mes livres
3 Jules Ferry. La liberté et la tradition
Mona Ozouf
3 critiques 14 citations

Il fut l'homme le plus haï de la vie politique française. Mais son oeuvre, comme législateur et comme penseur de la République, continue à tisser nos vies. Son idée de la France procède d'un constat douloureux : l'impossibilité de la République, depuis la Révolution française, à s'enraciner dans un pays perpétuellement divisé et à vaincre l'épreuve de la durée. Il faut donner aux Français une vision pacifiée de leur passé pour leur dessiner un avenir commun. Tâche immense. Grâce à l'École et au suffrage local, la politique doit pouvoir irriguer le plus chétif des villages ; avec l'aventure coloniale, la République comme civilisation doit pouvoir rayonner sur le vaste monde. C'est ce qui s'appelle refaire la France. La singularité de Jules Ferry ? C'est d'incarner tout à la fois l'autoritéde l'État et l'autonomie de l'individu, l'accomplissement de la promesse républicaine et la critique du maximalisme républicain. Il veut faire vivre conjointement la nation comme héritage et la nation comme volonté - la tradition et la liberté. Ajouter à mes livres
4 Dictionnaire amoureux de la Résistance
Gilles Perrault
1 critique 1 citation

Dans un texte très condensé, Gilles Perrault, avec l'honnêteté intellectuelle qui le caractérise, trace un portrait personnel et passionnant de la Résistance. Les résistants sont " ceux qui ont préféré les raisons de vivre à la vie ". Gilles Perrault nous raconte leur histoire, qu'il connaît bien, et nous explique comment ils ont contribué à la victoire par leurs actions de renseignement et de sabotage qui ont facilité le débarquement en Normandie et retardé l'arrivée des renforts allemands au moment crucial. Il nous montre le côté improvisé de ce mouvement à ses débuts, les premières actions menées malgré le peu de moyens et surtout le manque d'armes, l'absence de cloisonnement entre les réseaux, qui sera fatal à beaucoup. Il ne nous cache rien des conflits violents qui opposèrent souvent les résistants, de leur peur permanente d'être arrêtés, de parler sous la torture, voire même de devenir un traître. Il nous parle également de la haine des occupés pour l'ennemi, de l'enfant qu'il était à l'époque, redoutant sans cesse l'arrestation de ses parents qui travaillaient pour le SOE , de l'importance de la radio, du Général de Gaulle qui fut d'abord pour les Français une voix, de certaines manifestations pendant l'Occupation ou d'initiatives individuelles touchantes, comme la traversée de la Manche en canoë, de nuit, par cinq très jeunes garçons. Hormis les personnages incontournables (Jean Moulin, Lucie et Raymond Aubrac...), on rencontrera dans ce livre des personnes moins connues, notamment des femmes telles que Berty Albrecht, Simone Michel-Lévy, Véra Obolensky auxquelles l'auteur rend un bel hommage. Malgré la gravité du sujet, ce livre plein d'humanité n'est pas exempt d'humour. Ajouter à mes livres
5 Comme des barbares en Inde
Jean-Claude Perrier
1 critique 1 citation

Un essai nourri des propres expériences de l'auteur pour découvrir l'Inde à travers les yeux de quatre écrivains qui comme lui ont entretenu un lien privilégié avec le pays : P. Loti, A. Gide, A. Malraux et H. Michaux. Ajouter à mes livres
6 Et dans l'éternité je ne m'ennuierai pas : Souvenirs
Paul Veyne
26 critiques 26 citations

Livre de souvenirs, traversée du siècle, promenade dans l Antiquité... réflexions profondes et anecdotes savoureuses émaillent ce livre inclassable, à l image de son auteur. De l évocation de son enfance dans la petite bourgeoisie provençale au Collège de France, de ses amitiés de jeunesse qui lui font rencontrer les plus grands intellectuels du XXe siècle (Michel Foucault, Raymond Aron, René Char, Gérard Genette, notamment) à sa retraite de villageois solitaire, de ses amours passionnées à son goût pour la poésie, des drames personnels à son indifférence à l opinion d autrui, de son scepticisme radical à son avidité de culture, Paul Veyne se raconte. Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          00