AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 770 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 09/03/1931
Biographie :

Gilles Perrault, de son vrai nom Jacques Peyroles, est un écrivain et journaliste français.

Il fait des études à l'Institut d'études politiques de Paris, devient avocat et travaille dans ce domaine pendant cinq ans.

Après le succès de son essai "Les Parachutistes" (1961), inspiré par son service militaire en Algérie, il devient journaliste et fait des reportages sur l'Inde de Nehru, les Jeux Olympiques à Tokyo et les problèmes des noirs aux États-Unis. Ensuite il fait des recherches sur des aspects peu connus de la Seconde Guerre mondiale, surtout de l'espionnage et de la résistance. Entre 1956 et 1961, il fait paraître, sous le pseudonyme de Gil Perrault, une douzaine de romans d'aventures, mâtinés d'espionnage pour la collection populaire "La Chouette".
En 1964, il publie un ouvrage autrement sérieux avec "Le Secret du jour J" qui obtient un prix du Comité d'action de la Résistance et connaît d'excellentes ventes à l'étranger. Après cette période, il délaisse le genre policier populaire et se consacre à des romans d'inspiration politique tels que "L'Orchestre rouge" (1967), "La longue traque" (1975) avec un égal succès. Il signe également l'adaptation de son roman éponyme pour le film "L'Orchestre rouge" (1989) réalisé par Jacques Rouffio.
En 1969, Perrault publie un roman d'espionnage original, "Le Dossier 51". Avec Michel Deville, il signe le scénario de l'adaptation cinématographique de ce texte. Le film sort en 1978. En 1977, il adhère au Parti communiste après avoir été au Parti socialiste.
"Le Pull-over rouge" (1978), une enquête sur l'affaire Christian Ranucci, fut l'objet d'une adaptation au cinéma par Michel Drach en 1979. En 2008, il est condamné pour diffamation envers les policiers dans le cadre de ses écrits sur l'affaire Ranucci.
Son roman "Le Garçon aux yeux gris" (2001) est adapté par André Téchiné pour le film "Les Égarés" (2003). Ses mémoires sont publiés en trois volumes entre 1995 et 2004.

Gilles Perrault est l’un des membres fondateurs avec le chanteur Renaud du Collectif Ça suffat comme ci, qui lance en 1989 l'appel de la Bastille. Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. Il a également participé à la fondation de Ras l'front.

Il participe également au combat contre la dictature de Ben Ali en Tunisie en créant un Groupe de travail sur la Tunisie, GTT.
+ Voir plus
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Perrault
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dictionnaire Amoureux de la Résistance, Gilles Perrault

Podcasts (1)


Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
carre   25 juin 2012
Les jardins de l'Observatoire de Gilles Perrault
En 1943, j'avais douze ans et j'aurais dû, à l'automne, passer en classe de cinquième. A la veille de la rentrée scolaire, j'appris mon renvoi de l'enseignement public pour faiblesse excessive en mathématiques. Redoutant la réaction de mon père, ma mère enfila son manteau et partit supplier le proviseur de me garder.

Une demi-heure après son départ, la Gestapo arrivait à la maison pour l'arrêter.
Commenter  J’apprécie          241
kuroineko   16 octobre 2017
Le dérapage de Gilles Perrault
C'est chaque fois un peu la même chose mais je ne m'y habitue pas. Une justice aux yeux bandés qui juge des masques : quelle comédie!
Commenter  J’apprécie          180
kielosa   22 mai 2019
Checkpoint Charlie de Gilles Perrault
" S'il faut donner la préférence à une guerre, ce sera pour moi la guerre froide, qui fit s'affronter les services secrets pendant quatre décennies. Elle tua moins qu'un ouragan aux Caraïbes et n'estropia pas les corps. C'est la seule guerre que ses anciens combattants évoquent avec nostalgie. "



(page 349).
Commenter  J’apprécie          170
Pecosa   25 mars 2017
Le cabinet des dépêches de Gilles Perrault
Louis XI, dont une postérité ingrate retiendra surtout les petites cages incommodes où il avait la fantaisie de tenir ses ennemis enfermés, mais qui fit tant pour arrondir et ragaillardir le royaume, avait le premier organisé la poste. Il employait près de deux cent cinquante chevaucheurs chargés de porter ses dépêches et aussi les lettres de particulier. Afin de concilier rapidité et régularité, il ordonna la création des relais de poste où les chevaucheurs trouveraient un cheval frais pour poursuivre leur mission. Ces relais s'égrenaient toutes les sept lieues, soit environ vingt-huit de vos kilomètres, distance jugée convenable par les cavaliers émérites pour tirer le meilleur parti d'une monture sans risquer cependant de la crever. On a compris pourquoi Charles Perrault chausse son Ogre de bottes de sept lieues: c'est ajouter à sa force une vélocité foudroyante. Les relais fonctionnaient jour et nuit. On s'émerveillait qu'une lettre partie de Tours arrivât à Amiens vingt-quatre heures plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          155
fanfanouche24   12 juin 2016
Grand-père de Gilles Perrault
Professeur, il répétait à ses élèves que l'enseignement qu'il leur dispensait les armait pur atteindre à la liberté. L'une des ses formules favorites : "Balayer les rues, peut-être , mais en récitant du Virgile. " (p. 48)
Commenter  J’apprécie          160
Yuko   08 mai 2012
Le Pull-Over rouge de Gilles Perrault
Dans la vie courante, tout le monde dit "mon auto" ou "ma voiture", mais le lecteur aura déjà remarqué qu'un homme interrogé ne saurait parler que de son "véhicule", de même qu'il ne dira pas avoir vu "quelqu'un" mais "un individu". Mlle Di Marino porte le procédé à une sorte de perfection : enchaînant avec brio les clichés et le jargon juridico-administratif, elle fait tant et si bien qu'un lecteur non averti ne pourrait en aucun cas deviner que c'est un jeune niçois de vingt ans qui est censé parler. Mais ce vocabulaire emprunté au double sens du terme n'est certes pas innocent. Mlle Di Marino fait ainsi dire à la suite à Christian : "... c'est avec cette voiture que j'ai causé un accident qui a immédiatement précédé le moment où j'ai égorgé la fillette. Je viens de résumer l'essentiel des faits, je consens maintenant à donner des détails supplémentaires.

On ne peut, à la lecture, se défendre d'un sentiment d'exaspération indignée envers celui qui, après avoir "résumé l'essentiel des faits", dont l'égorgement d'une fillette, "consent" à donner des détails supplémentaires. La froideur des mots induit la froideur de celui qui est censé les avoir prononcés, et à l'heure de la délibération du jury, la relecture de certaines phrases peut déclencher des réactions décisives. Mais le juré persuadé à juste titre que "le style, c'est l'homme" ne sait pas qu'en matière judiciaire, le style, c'est le policier ou le juge d'instruction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Yuko   09 mai 2012
Le Pull-Over rouge de Gilles Perrault
Vous aviez vingt ans au moment des faits. Votre âge m'émeut : c'est presque le mien. Ranucci, je ne supporte pas de suivre avec vous ce terrible chemin. Je voudrais que vous me disiez que vous avez fait cela, et puis que nous essayions ensemble de comprendre comment est morte une enfant de huit ans. Mais ne restez pas ainsi, Ranucci, je vous en conjure : implorez votre pardon, dites quelque chose, parlez ! ...

Ce moment était grand, et toute l'assistance le snetit, suspendue aux lèvres de ce jeune homme à la chevelure taillée en crinière léonine, à l'oeil étincelant, qui ajoute aux prestiges de la beauté physique un immense pouvoir de sympathie. Ainsi celui qui avait reçu en partage tous les dons tendait-il une main fraternelle à celui que le destin contraire avait écrasé ; c'était la jeunesse qui interpellait la jeunesse ; c'était la vie qui suppliait l'accusé d'écarter d'un mot, d'un geste, l'ombre de la mort qui commençait de l'envelopper ; c'était la voix chargée d'évoquer l'enfant martyrisée qui s'élevait pour convoquer la pitié dans cette salle grondante de ressentiment, devant ce public rassemblé pour une curée - bloc de haine qui vacillait soudain sur sa base parce qu'aucune assemblée humaine ne résistera à une voix transcendée par l'éloquence.

Tout pouvait basculer.

Christian Ranucci, figé dans son box, ne cilla pas, ne broncha point.

La péroraison fut à la même hauteur :

- Je veux que Ranucci se souvienne de son crime, de la mort de Marie-Dolorès, forme éternelle de l'innocence, je veux pour lui un chagrin et un repentir qui ne finissent jamais.

Avec cette dernière phrase, l'avocat de la partie civile refusait la peine de mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
asdepiet   13 janvier 2017
Le Pull-Over rouge de Gilles Perrault
Mais une rumeur n'a point besoin d'être fondée du moment qu'elle trouve un climat favorable à son épanouissement.
Commenter  J’apprécie          90
Peluche0706   13 janvier 2016
Le Pull-Over rouge de Gilles Perrault
Alignées devant le petit cercueil, les fillettes vêtues de robes d'été accentuent encore le caractère tragique de ce service funèbre pour une enfant de huit ans. Leur présence multiplie l'absente.
Commenter  J’apprécie          80
100choses   14 décembre 2010
Le Pull-Over rouge de Gilles Perrault
Je défie quiconque d'être convaincu, à la fin de la lecture de mon livre, de la culpabilité de Christian Ranucci.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox