AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.34 /5 (sur 110 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1969
Biographie :

Christian Authier est un essayiste, romancier et journaliste français.

Il est titulaire d'une maîtrise d'histoire passée à l'Université de Toulouse II, université qu'il surnomme "Moscou-sur-Garonne" dans son roman Enterrement de vie de garçon. Son mémoire était consacré à Drieu La Rochelle.

Il est également diplômé de l'Institut d'études politiques de Toulouse,

Il a reçu le prix Roger Nimier en 2006 pour son roman Les Liens défaits (Stock). Il a publié en août 2008 un autre roman, Une Belle époque (Stock) qui a été nommé pour le prix Renaudot 2008.
Il vit et travaille à Toulouse. Il a reçu le prix Renaudot 2014 pour son essai " De chez nous " (Stock)

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Christian Authier   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leur dernière sélection de livre ici ! • • Les Indes fourbes de Alain Ayroles et Juanjo Guarnido aux éditions Delcourt https://www.lagriffenoire.com/1012665-achat-bd-les-indes-fourbes.html • Largo Winch - Introduction à la Finance de Olivier Bossard , Giacometti Éric aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1013896-achat-bd-largo-winch---introduction-a-la-finance---tome-0---largo-winch---introduction-a-la-finance.html • Roi par effraction de François Garde aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1012972-romans-historiques-roi-par-effraction.html • Un autre Toulouse de Christian Authier et Jean Dieuzaide aux éditions Cairn https://www.lagriffenoire.com/1028403-article_recherche-un-autre-toulouse.html • Cauchemar de Paul Cleave et Fabrice Pointeau aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1022382-nouveautes-polar-cauchemar.html • Un employé modèle de Paul Cleave aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15128-romans-un-employe-modele.html • Ne fais confiance à personne de Paul Cleave et Fabrice Pointeau aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/116455-polar-livres-de-poche-ne-fais-confiance-a-personne.html • Encyclopédie du film policier & thriller : USA 1961-2018 de Patrick Brion aux éditions Télémaque https://www.lagriffenoire.com/1026967-livre-sur-le-cinema-l-encyclopedie-du-film-policier-et-du-thriller---volume-2-usa-1961-2019.html • Encyclopédie du Western de Patrick Brion aux éditions Télémaque https://www.lagriffenoire.com/1017910-livre-sur-le-cinema-l-encyclopedie-du-western.html • La Mort selon Turner de Tim Willocks et Benjamin Legrand aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1025414-nouveautes-polar-la-mort-selon-turner.html • Je te suivrai en Sibérie de Irene Frain aux éditions Paulsen https://www.lagriffenoire.com/1015842-divers-litterature-je-te-suivrai-en-siberie.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (94) Voir plus Ajouter une citation
migdal   17 novembre 2021
Petit éloge amoureux de Toulouse de Christian Authier
Le même visage d'une humanité affolée et palpitante qui continue de danser au bord du chaos imprégnait chaque page du roman Le Journal de Bernard Maris, œuvre noire et désespérée qui conseillait malgré tout, entre ses illusions perdues et ses deuils inconsolables, de ne pas guérir « de cette fièvre, la vie ».



Né en 1946 à Toulouse, Bernard Maris accéda à une tragique notoriété mondiale en étant le 7 janvier 2015 l'une des victimes de l'attentat perpétré contre la rédaction de Charlie Hebdo. Lui qui fit ses études et qui enseigna jusqu'au milieu des années 1990 l'économie à Toulouse, ville dans laquelle il revenait régulièrement pour retrouver ses enfants, une part de sa famille et ses amis, a un autre point commun avec Bartolomé Bennassar. Il fut également un romancier « clandestin », occulté par les travaux de l'universitaire devenu l'un des économistes les plus médiatiques de France.



Auteur d’essais tranchants, chroniqueur à France Inter, journaliste à Charlie Hebdo où il décryptait les enjeux de l'économie et de la finance sous la signature d’« Oncle Bernard », cet esprit peu orthodoxe ne cessa de se faire l'analyste critique d'un capitalisme ayant vaincu presque toutes les digues. Agrégé d'économie, il refusait néanmoins de voir en sa matière une science, la décrivait telle une « incroyable charlatanerie idéologique qui fut aussi la morale d'un temps », considérait plutôt les forces du marché et de la finance comme soumises à l'irrationnel, à la psychologie collective, à des phénomènes de suivisme et de mimétisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
migdal   16 novembre 2021
Petit éloge amoureux de Toulouse de Christian Authier
L’écrivain toulousain le plus illustre est paradoxalement plutôt oublié. Certes, la grande médiathèque de la ville porte son nom, mais José Cabanis (1922 -2000) demeure un auteur pour happy few. Lauréat du prix Renaudot en 1966 avec La Bataille de Toulouse, élu à l’Académie française en 1990, membre du jury du Renaudot, il était à la fois un notable des lettres françaises et un écrivain ne quittant guère sa maison de Nollet où il donna naissance à une œuvre faite de nombreuses biographies, d’essais littéraires, de journaux intimes et de romans. En 1952, L'Àge ingrat inaugura un premier cycle romanesque comprenant cinq titres et auquel succéda un second cycle, composé encore de cinq romans. Dans ces petites « comédies humaines », on retrouve et on suit les mêmes personnages. Plus de vingt-cinq ans après Des jardins en Espagne, Le Crime de Torcy, publié en 1990, signa une sorte d'épilogue à ce second cycle.
Commenter  J’apprécie          220
migdal   16 novembre 2021
Petit éloge amoureux de Toulouse de Christian Authier
Réfractaire à tous les conformismes et aux endoctrinements, allergique au roman engagé et au Nouveau Roman, Georges Ousset plaçait très haut André Fraigneau, les Hussards, Aragon, Abellio, Jules Renard, Dumas, Balzac ou Bemanos, tandis que les maîtres de la Série noire n'avaient pas de secrets pour lui. Impossible de ne pas évoquer Le Maître et Marguerite de Boulgakov dont il se fit l’inlassable passeur, au point d'en écouler des milliers d'exemplaires au fil des ans et d'attirer l’attention d'un jeune journaliste de l'ORTF du nom de Bernard Pivot. Les nouveaux talents ne lui échappaient pas et il repéra dès leurs débuts Jean Rolin, Patrick Besson, Eric Neuhoff ou Frédéric Berthet. À la fin des années 1990, on trouvait encore des éditions originales des Carnets de Montherlant publiés dans l'immédiate après-guerre à La Table Ronde. Le prix étant en anciens Francs, la conversion se révélait favorable à l'acheteur. Quand on entrait dans la Bible d'Or, il n'était pas rare d'en sortir avec un tout autre livre que celui que l'on était venu chercher. « Comment ? Vous n'avez pas lu cela ? » lançait M. Ousset en levant les yeux au ciel. D'autres fois, il vous glissait précautionneusement entre les mains un James Hadley Chase tel un talisman en chuchotant : « Vous le paierez si le livre vous plaît... » Il y avait de l'acteur chez cet homme qui prenait des mines faussement effarouchées pendant qu'il distillait quelques insolences. M. Ousset ressemblait à un moine qui aurait été défroqué pour avoir trop fréquenté ce que l’on appelait « l'enfer » des bibliothèques. Cependant, la Bible d'Or avait tout d'un petit paradis. C'était un lieu de partage, hors du temps et de fait assez éternel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
migdal   16 novembre 2021
Petit éloge amoureux de Toulouse de Christian Authier
Toulouse, ville d'écrivains ? La caractéristique n'est sans doute pas évidente pour celle dont la renommée est plutôt liée à l'aéronautique, au rugby, à la musique classique ou à l'opéra. Cependant, bon an mal an, pour s'en tenir à la seule fiction, une vingtaine d'auteurs, toulousains d'adoption ou de naissance, publient des romans dans des maisons d'édition solidement installées dans le paysage littéraire. On songe en premier lieu à Jean-Paul Dubois, authentique enfant du pays, prix Concourt 2019 pour Tous les Sommes n’habitent pas le monde de la même façon et dont sans doute le meilleur livre, Une vie française, prix Femina 2004, se déroule quasi entièrement dans la ville. Parmi les plus connus, on peut citer Laurent Mauvignier, installé à Toulouse depuis des années, apprécié de la critique et des lecteurs, ou Magyd Cherfi, ancien chanteur du groupe la, dont les récits autobiographiques mâtinés de romanesque commencent à constituer une œuvre. Toujours chez les contemporains, citons encore Alain Monnier, remarquable écrivain, qui a souvent choisi sa ville comme décor de romans pleins de fantaisie et de profondeur à l'instar de Givrée ou de Place de la Trinité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
petitsoleil   20 novembre 2017
Pour saluer Bernard Maris de Christian Authier
Ce n'est pas un économiste comme les autres. Celui-là est vraiment au-dessus de tout soupçon : il ne croit pas à l'économie. Il croit davantage à la littérature qu'à l'économie. Il ne mâche pas ses mots, il appelle un imbécile un imbécile, un charlatan un charlatan (un économiste un charlatan), un idiot un idiot (un prix Nobel d'économie un idiot). Ces mots ne lui sont pas dictés par l'envie, le dépit ou le ressentiment, ils viennent du fond du cœur, un cœur épris de vérité et révolté par l'injustice. C'est précisément parce qu'ils viennent d'un homme foncièrement bon, honnête, que ces qualificatifs ont autant de portée.
Commenter  J’apprécie          150
dechosal   05 juillet 2021
Demi-siècle de Christian Authier
A Esquirol, il prit la direction des quais, longea la Garonne face aux Beaux-Arts. L'ambiance était plus calme, mais ces satanés cyclistes étaient partout, en particulier sur les trottoirs qui semblaient avoir leur préférence malgré les nombreuses pistes qui leur étaient destinées. Ces cons-là roulaient comme des dingues, grillaient les feux, s'acharnaient sur leurs sonnettes pour faire dégager les piétons (...). Dans les villes qu'il aimait comme Naples, Lisbonne, Séville, Istanbul, Beyrouth ou Madrid, il n'y avait pas de vélos. Cette mode était venue du nord de l'Europe, de plats pays stupides comme les Pays-Bas ou la Belgique. Il imaginait sans peine que les Allemands devaient également priser la bicyclette. Avec les Allemands, le pire était souvent sûr.
Commenter  J’apprécie          120
Catherinedenanc   15 mai 2022
Houellebecq politique de Christian Authier
Finalement, entre les nouveaux convertis et les anciens adeptes qui croyaient posséder la vraie parole du maître, entre les retournements de veste et les accusations imprescriptibles de réaction, Houellebecq reste intrinsèquement irrécupérable au sens politique et son incroyable liberté explique aussi son succès. Page 175
Commenter  J’apprécie          20
Sharon   27 août 2014
De chez nous de Christian Authier
Beaucoup boivent pour oublier, je bois pour me souvenir. De la vie d'avant, qui semblait légère et tendre, ouvertes à des promesses un peu folâtres. De la douceur des choses et des étranges peines lorsqu'elles mordent pour la première fois nos peaux pas encore endurcies. Je bois pour me souvenir de ceux avec qui j'ai trinqué et qui ne sont plus là.
Commenter  J’apprécie          80
Ziliz   02 décembre 2011
Enterrement de vie de garçon de Christian Authier
En cette fin des années quatre-vingt, U2, Simple Minds et Cure tapissaient le fond sonore. Prince concurrençait Michael Jackson. Les vidéoclips cassaient la baraque. On entendait parler d'une chaîne américaine qui en diffusait vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Sur les sacs US Army des lycéens subsistaient des AC/DC inscrits au feutre noir. Clash, Téléphone et Police étaient de frais retraités. Un peu partout, sur les scènes des bars musicaux de la ville, des disciples bourillons singeaient leurs idoles. Nous ne savions pas que le rock était déjà ridicule et que la new wave le serait bientôt. (p. 32)

Commenter  J’apprécie          70
Catherinedenanc   15 mai 2022
Houellebecq politique de Christian Authier
L’œuvre romanesque de Michel Houellebecq est traversée par l’idée du déclin de l’Occident appréhendé aussi bien par les destinées tragiques d’antihéros que par de mouvements structurels et civilisationnels. Page 125
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Avant / Après ? (Complétez le titre #3)

.... la tourmente / Anne Perry

Avant
Après

10 questions
121 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur