AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.63 /5 (sur 229 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lannilis , le 24/02/1931
Biographie :

Mona Ozouf, née Mona Annig Sohier, est une historienne et philosophe française.

Élevée en langue bretonne, elle est la fille de Yann Sohier, et de Anne Le Den, tous deux instituteur et institutrice militants de la cause bretonne. Élève à l'École normale supérieure (ENS), elle est agrégée en philosophie.

C'est par l'intermédiaire de son mari, Jacques Ozouf, qu'elle rencontre en 1954 et épouse en 1955, qu'elle fait connaissance avec les autres historiens Denis Richet, Emmanuel Le Roy Ladurie et François Furet. De nombreux ouvrages sont nés de la collaboration avec ce dernier.

Membre du Centre de recherches politiques Raymond Aron à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), elle est, aujourd'hui, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Elle écrit également pour le Nouvel Observateur et participe à la revue Le Débat.

Si elle s'est récemment intéressée à la figure du roman de l'univers démocratique, ses travaux ont surtout porté sur les questions se rapportant à l'école publique et à la Révolution française.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Mona Ozouf   (46)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« Des écrivains à la Bibliothèque de la Sorbonne 3. » réunit les textes des auteurs invités pour la troisième saison du cycle le Livre en question, organisé en partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature. Chaque année, un livre regroupant ces créations est publié aux Éditions de la Sorbonne. Hubert Haddad livre « L'Analogie versatile ou les pérégrinations d'un rêveur de mots », sous l'influence de nombreux textes dont le « de somniis », de Philon d'Alexandrie. le texte de Line Amselem se réfère aux «Soliloques amoureux d'une âme à Dieu » de Lope de Vega. Christian Prigent élabore une puissante méditation sur l'état du monde contemporain à partir d'une réappropriation de la langue de Rabelais. Mona Ozouf restitue son cheminement dans l'imposante correspondance entre Xavier Léon et Élie Halévy, les fondateurs de la « Revue de métaphysique et de morale » à la fin du XIXe siècle. Laure Murat enfin consacre son texte aux « fantômes de bibliothèques », ces livres perdus, disparus ou volés qui semblent devoir longtemps les hanter.

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (153) Voir plus Ajouter une citation
Mona Ozouf
carre   15 mars 2015
Mona Ozouf
La manifestation du 11 janvier a montré une France qui renouait avec la libre discussion, qui est dans son ADN, à la fois historique et littéraire. Une foule qui brandit des crayons, ce n'est pas mal...

Bibliobs le 15/03/2015
Commenter  J’apprécie          380
Mona Ozouf
gavarneur   07 août 2020
Mona Ozouf
Celui qui a la maîtrise des mots est immédiatement suspect d'enrubanner la réalité. Il se livre à "l'enfumage". Expression extraordinaire. L'enfumage c'est la fumée des mots, le brouillard verbal qui dissimule volontairement la réalité crue. Cette suspicion pour le langage argumenté peut mener très loin.



Cité par Frédéric Joly, page 265 de La langue confisquée, lire Victor Klemperer aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          341
dolphyone   10 décembre 2010
Composition française : Retour sur une enfance bretonne de Mona Ozouf
Elle avait beau user du français avec moi, elle ne m'en communiquait pas moins, par ce français calqué sur les tournures du parler breton, le génie de cette langue vigoureuse, expressive, anthropomorphique : la brume du matin est la «pitance» du soleil, les vagues sont «les chevaux de la mer», le confluent est «le nez des deux eaux»; et on achève une lettre de condoléances en recommandant à l'endeuillé : «Dalc'hit mad an taol» («agrippez-vous à la table»
Commenter  J’apprécie          150
kuroineko   19 avril 2018
La cause des livres de Mona Ozouf
Pour se refermer sur elle-même à la manière sèche d'un éventail qui claque, la maxime doit exclure les correctifs et la nuance. (...) Quand on sème son discours de《souvent》,de《presque》, de《la plupart du temps》, on émousse sa pointe, on met de l'eau dans son vin corrosif, on trahit l'esprit féroce de la maxime.



"Le mensonge des vertus humaines", 30/07/1992
Commenter  J’apprécie          150
fanfanouche24   23 octobre 2018
L'autre George de Mona Ozouf
La mauvaise humeur des commentateurs du roman ["Le Moulin sur la Floss"] à l'égard de Stephen s'est étendue à la pauvre Maggie : la découverte de la sensualité de la jeune fille, cachée jusque- là par sa vie ascétique, suffisamment indiquée toutefois par la romancière, a indigné la pudibonde critique victorienne, si soucieuse de ménager la vertu des jeunes filles, et reconnaissante à Walter Scott de n'avoir fait place dans son oeuvre à aucun baiser. (p. 36)
Commenter  J’apprécie          140
MurielT   10 septembre 2014
Jules Ferry : La liberté et la tradition de Mona Ozouf
Tenir à la liberté, c'est accepter le conflit et la division, et rien ne le montre mieux que le débat à la chambre sur le bon usage de la lecture. Les adversaires du ministre de l'Instruction publique s'inquiètent des ravages moraux que pourrait engendrer l'accès généralisé aux livres. Car leurs bienfaits, pour les catholiques, résident dans la transmission des saines doctrines : le livre n'émancipe que si son contenu est bon. Les républicains, eux, dit fièrement Ferry, tiennent que le contenu du livre importe peu : l'acte de lire est en lui-même l'instrument de l'émancipation.
Commenter  J’apprécie          130
kuroineko   21 avril 2018
La cause des livres de Mona Ozouf
En juin 1834, quand il reçoit sa nomination au titre d'inspecteur des Monuments historiques, Prosper Mérimée ne sait pas qu'il vient de s'enrôler pour vingt-six ans dans une immense infirmerie: après le séisme révolutionnaire, les monuments français sont des gueules cassées.



"Le médecin des pierres", 24/11/1988
Commenter  J’apprécie          130
luocine   24 septembre 2009
Composition française : Retour sur une enfance bretonne de Mona Ozouf
Les hommes selon lui (Jules Ferry) , doivent être laissés libres d'errer, car la liberté, fût-elle payée par l'erreur, est plus désirable que le bien.
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24   30 janvier 2020
Pour rendre la vie plus légère de Mona Ozouf
(...) ma mère, si murée pourtant dans le chagrin, piquait le matin trois capucines orange dans le petit vase bleu de son bureau (...) Les plantes, d'un bout à l'autre de la vie, ont été pour elle le coeur d'un monde sans coeur. (p.17)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24   23 octobre 2018
L'autre George de Mona Ozouf
(...) dans l'oeuvre d'Eliot, Fernand Brunetière voyait "le plus bel épanouissement littéraire" apès -La Comédie humaine, Charles Du Bos égalait -Middelmarch à Anna Karénine, Proust disait ne pouvoir lire deux pages d'elle sans pleurer. Et je plaiderais pour apporter quelques fleurs à cet immense génie. Car aujourd'hui ces voix louangeuses se sont tues, en France du moins. Et beaucoup de mes amis, grands lecteurs pourtant, parmi lesquels une très fine romancière, me demandant perplexes, après s'être enquis de mon travail : mais qu'est-ce qu'il a écrit, au juste,ce George ? (p. 19)
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..