AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Chicago Blues (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
brigaud44
  23 mai 2020
Nous sommes plongés dans l'intrigue de ce premier roman du point de vue alterné des deux protagonistes. le style de l'auteur colle parfaitement à l'ambiance du livre : banlieues défavorisées, racisme primaire, médias à la recherche de sensationnel...
Les personnages sont bien caractérisés, sans compassion ni parti pris. L'auteur sait nous surprendre, tant dans le déroulement de l'intrigue que par l'analyse sociale et médiatique qui décrypte parfaitement l'Amérique d'aujourd'hui... et pas que...
Killian Day a créé un véritable concept autour de son roman. Il intègre à son histoire une bande son avec des titres triés sur le volet correspondant chacun à un moment clé du livre pour une immersion totale ! Une carte interactive permet de suivre les pérégrinations de Lester.
Un livre, et un concept à découvrir sans plus tarder !
Commenter  J’apprécie          311
Krout
  02 juillet 2020
Une double quarantaine, aux éditions Lamantin et par les postes - jamais trop prudentes (cachet du 29-5, réception le 18/6 !) - n'auront pas suffit à donner de la maturité à ce premier roman peu nuancé. Je remercie néanmoins Babelio pour sa masse critique de mars, l'éditeur pour cet envoi et ce jeune auteur français pour ses efforts méritoires. Soyez rassuré je ne suis pas tombé en panne de lecture, loin s'en faut. le suspens de cette période d'attente a peut-être affaibli en comparaison celui de la lecture.


J'ai sélectionné ce bouquin au vu de l'excellente photo dominée par la Sears tower avec un avant plan m'évoquant l'ambiance de Nighthawks d'Edward Hoper exposée à l'Art Institute. le titre aussi. J'ai eu plusieurs occasions de rester au Best Western River North sur W. Ohio Street dont le parking longe la N. Clark St. et l'arrière fait face au Blue Chicago sis au 536 de cette rue. Foin de détails superflus, c'est ainsi qu'un samedi soir après avoir acquitté notre entrée et passé en dessous de la grosse corde rouge, avec deux collègues, nous fûmes les seuls blancs à écouter du blues et écluser quelques Buds. Excellent souvenir.


L'histoire elle se passe principalement dans un tout autre quartier bien plus au sud, dans Bronzeville, j'ai rarement été dans ce coin décentré, une fois à Hyde park pour visiter la Robie house de Frank Lloyd Wright, peut-être une ou deux autres fois. Enfin pour ceux qui voudraient localiser ou écouter la play list rendez-vous sur le site officiel du roman un beau prolongement https://chicago-blues.jimdofree.com/


Le découpage en cours chapitres de 4 à 5 pages ne m'a pas particulièrement dérangé, mes principaux reproches sont les suivants. Tant qu'à faire un roman choral les personnages devraient penser différemment surtout si ceux-ci sont un policier et une petite frappe. L'auteur vient trop souvent imposer sa propre idéologie à ses personnages, à force cela devient complètement artificiel. Même si nous sommes aux Etats-Unis, la psychologie des personnages manque de finesse les rapprochant d'archétypes jusqu'à la caricature. J'ai ressenti peu d'émotions vraies. Enfin certains rebondissements se devinent bien à l'avance.


Il y a néanmoins quelques belles descriptions mais qui gagneraient à moins s'attarder sur les localisations et plus sur les états d'âme des personnages. Par rapport aux grands romans noirs made in USA cela manque à mon goût de sordide, de cynisme et de bestialité le tout ici baigne dans un environnement et un fond social que l'on ressent loin du vécu d'un auteur trop politiquement correct dans son approche simpliste de la problématique du racisme. Tout jugement est arbitraire et parfois la sentence est cruelle : 2 étoiles. Courage Killian, d'autres ont apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
Mangeur_de_livre
  27 avril 2020
Vous l'aurez deviné, départ pour Chicago, ou plus précisément à Bronzeville, situé dans sa banlieue. Là-bas, Lester Jackson, 18 ans, est chargé de revendre les fruits des cambriolages d'une équipe bien organisée. Mais un beau jour, tout dérape lorsque Lester se fait braquer par un toxicomane qui lui vole sa voiture (et le matériel qu'il doit revendre) et renverse mortellement une piétonne. Commence alors une cavale sur fond d'emballement médiatique et de tensions raciales. « Chicago blues » nous fait vivre cette histoire au travers d'une narration alternée entre les points de vue de Lester et de Pierce Pratchett, sergent de police injustement rétrogradé et qui enquête depuis plusieurs mois sur les trafics de Lester. Des comptes rendus de journaux télévisées viennent aussi casser cette alternance et nous offrir un regard extérieur et médiatique sur l'affaire. Cela produit un résultat dynamique et nous permet de bien cerner les personnalités, les motivations et les états d'esprit des deux personnages principaux. L'intrigue est bien menée et sait aller là où on ne l'attend pas vraiment pour mieux nous surprendre, par exemple lors de la cavale de Lester. L'atmosphère générale est très bien rendue et nous transporte au coeur de cette banlieue défavorisée américaine, malgré par moments un foisonnement de détails, géographiques notamment, un peu superflu.

L'auteur décrypte très bien le phénomène d'emballement médiatique et collectif intervenant en réaction à ce genre d'affaires. Mais aussi sa dimension sociale sur fond de racisme encore prégnant aux Etats-Unis et de lutte des minorités pour l'égalité, à travers le mouvement Black Matter Lives.
Lien : https://instagram.com/Mangeu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
tournelapagepourvoirunpeu
  25 mai 2020
C'est sur un ton rythmé que l'on embarque pour Chicago et une sombre histoire policière.

L'intrigue se dessine autour d'un jeune noir américain qui mouille dans l'illégalité pour aider sa mère. Puis c'est l'incident, l'accusation du suspect idéal, l'emballage médiatique, la traque initiée par un flic antipathique... et l'on est qu'au début du livre !

Agréablement surpris par la spontanéité de l'écriture parfois à la limite de l'oral, je retrouve dans la frappe de Killian Day ce qui me donne envie de lire des thrillers. Mais pas que. La cadence ralentit à quelques occasions et nous plonge dans la poésie contemplative des paysages américains, puis retourne à l'action et change à nouveau, nous postant devant les journaux radios, pour ensuite encore repartir de plus belle. D'autre part, il se mêle à l'intrigue une satire de société étayée discrètement au fil des chapitres. de quoi garder l'esprit critique aiguisé et s'immerger davantage dans le contexte social américain.

Ce premier roman a le mérite d'être un véritable polar. le jeune auteur a su manier les archétypes et le rythme soutenu que ce genre littéraire exige pour nous troubler à quelques occasions d'une plume plus imagée. Une réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Fadette100
  03 juin 2020
Roman reçu dans le cadre de masse critique. Je remercie les équipes de Babelio et les éditions du Lamantin pour cet envoi qui fut fort utile car je me le serais procuré en librairie tant la première couverture est magnifique et le résumé de la quatrième couverture, une belle accroche.
Premier roman d'un jeune auteur, réussi, rythmé, avec une écriture simple, rapide, efficace. Une écriture format script de film. Énormément de passages dialogués ce qui permet une lecture rapide, sans prise de tête. le titre du roman indique l'atmosphère générale du roman. L'auteur arrive à nous insuffler cette musique qu'est le blues. On l'entend tout au long de la lecture des 48 chapitres. La liste des titres musicaux est ajoutée en fin de roman. C'est un procédé qu'affectionnent de plus en plus d'écrivains.
Je recommande la lecture de ce roman, un moment de vrai plaisir, même si je conçois que l'auteur devra dans son prochain roman apporter plus de force dans son écriture.
Commenter  J’apprécie          171
LeslecturesdeMaud
  02 juillet 2020
Une très belle découverte !!! Un livre tonic qui bouscule un peu les codes et nous ouvre les portes de Chicago.
Le lecteur est emporté dans cette ville, grâce aux descriptions et attitudes des différentes personnages. On ressent parfaitement la souffrance sociale et les différents clivages.
Au coeur de cette enquête, mêlant recel et meurtres. Un duo, totalement improbable, va devoir travailler ensemble, Pierce, sergent mis sur la touche car il dérangeait dans une affaire précédente et Bud, colérique, raciste et qui ne cherche que la gloire. Tous les deux relégués à la circulation, ils vont mettre le doigt sur une affaire qui va prendre un tournant dramatique. La ville va se soulever et va être entraîner dans une spirale qui risque à tout moment de dégénérer.
Lester, bien sûre n'est pas un enfant de coeur, mais il ne mérite pas pour autant d'endosser les accusations qui planent au-dessus de sa tête. Justement comment va-t-il gérer quand son visage va être diffusé sur toutes les télévisions ? A travers ce personnage attachant, le lecteur comprend les difficultés qui attendent le jeune homme.
On a envie que Pierce réussisse à résoudre cette enquête qui pourrait le remettre en selle, mais surtout éviter la prison pour meurtre à un « innocent ». Pourtant rien ne va se dérouler comme il le souhaitait. Instinctivement, il va suivre ses pistes, quitte à bousculer les procédures qui entravent son enquête. Que risque-t-il ? Rien à part la retraite anticipée.
L'injustice, les enquêtes raccourcies, la protection, la corruption, tous ses thèmes sont savamment bien soulevés et traités.
L'auteur met en lumière également les raccourcis rapides que peuvent employer les différentes forces de l'ordre aux Etats Unis, ainsi que la place des médias et des réseaux sociaux. Également, il nous amène à une réflexion. Une plume agréable, dynamique et agrémentée de petites satires. Franchement, aucune fausse note pour ce premier roman, j'aimerai bien retrouver Pierce dans de nouvelles enquêtes. Qui sait ?

Lien : https://www.facebook.com/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
LivresdAvril
  15 mai 2020
Merci aux éditions le Lamantin et à Babelio pour cet envoi dans le cadre de l'opération Masse Critique.
Sur le papier, la couverture et le résumé m'avaient donné envie. le sujet n'est pas des plus novateurs (c'est un euphémisme), mais peut aboutir à de bons romans. Ou à des oeuvres efficaces.
Pour être honnête, dès les premières pages quelque chose dans l'écriture m'a gênée. Je suis allée vérifier de quelle nationalité était l'auteur, car j'avais l'impression que le texte pouvait avoir été mal traduit. Mais ce jeune auteur est français.
A son crédit, il essaie d'instiler de belles images. Et c'est justement l'écart entre cette volonté d'enchanter des moments quotidiens et une langue relativement bancale (avec des soucis de concordance de temps et de structures de phrases) qui m'a tout d'abord fait penser à une traduction trop rapide.
Un exemple parmi (trop) d'autres : "Après que des gars de la criminelle soient repassés chez la mère du gamin, pendant que lui et Bud rédigeaient les dépositions des témoins, le commandant leur a conseillé de rentrer chez eux dormir quelques heures." (p. 73)
Le souci, c'est qu'à ceci s'ajoutent des clichés enfilés comme des perles. du Black-tombé-dans-la-délinquence-mais-gentil-au-fond victime du système, au flic-dépressif-mais-humain en passant par le catho-facho-pervers et le journaliste-en-quête-de-scoop, ça en devient un catalogue lassant.
Les maisons d'éditions sont des entreprises, et la volonté d'économie due au contexte passe malheureusement souvent par moins de temps passé sur un texte et/ou peu de corrections. Pourtant, un peu plus guidé par un professionnel, Killian Day aurait pu produire un roman plus en accord avec ses ambitions. Et j'en aurais été ravie. Malheureusement, n'est pas Michael Connelly (modèle évident de Killian Day) qui veut.
Mais ce n'est qu'un premier roman, et tout ceci est perfectible d'autant que Killian D'au est encore très jeune !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre