AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 3805521375
Éditeur : S. Karger (01/01/1975)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  13 mars 2013
Plusieurs personnes, au courant de mon passé de recherche en primatologie, et face à mon attitude dubitative envers certains ouvrages grand public sur le sujet, m'ont demandé : « Mais pouvez-vous nous donner des titres d'ouvrages vraiment intéressants sur le sujet ? »
Je suis au regret de constater que bien peu sont disponibles en français, que bien souvent l'habillage n'est pas très sexy, mais bon, c'est aussi ça la science, une certaine austérité, un petit côté rebutant parfois, un petit côté fastidieux, un petit côté répétitif (des lignes et des lignes de chiffres dans des pages et des pages de tableaux).
Si aujourd'hui j'ai choisi cet ouvrage de Robin Dunbar, ce n'est nullement parce que c'est l'un de mes chercheurs favoris, loin s'en faut d'ailleurs, je suis très souvent en désaccord avec certaines de ses assertions très « coût-bénéfice » et qui ne me semblent pas refléter la part d'auto-organisation et de hasard qu'il y a dans l'évolution des systèmes sociaux. Peu importe, je veux parler aujourd'hui de ce travail parce qu'il est remarquable, laborieux, fruit de longues heures d'observation sur le terrain et de patientes inscriptions de faits apparemment mineurs dans des carnets de notes et qui ont demandé des jours et des nuits de travail pour les amener sous une forme chiffrée intelligible.
C'est un véritable exercice de compréhension d'une espèce qui n'est pas la nôtre (déjà qu'avec la nôtre, ce n'est pas toujours évident) auquel se sont livrés Robin et son épouse Patsy Dunbar.
C'est un travail ingrat car nous ne sommes pas armés pour décrypter les règles de ce jeu social auquel répondent tous les individus de cette espèce, le gélada (Theropithecus gelada), un singe, proche parent des babouins, inféodé aux hauts plateaux éthiopiens, tous répondent à une règle, dis-je, mais chacun à sa façon. Un peu comme si un Inca d'il y a mille ans devait essayer de comprendre les tenants et les aboutissants de la grande mêlée que constitue un match de football, avec ses règles propres, ses rôles distincts, ses supporters, etc. Au bout de très longtemps, notre brave Inca finirait par comprendre que dans chaque équipe il y a un attaquant, mais que chaque attaquant n'utilise pas la même technique pour arriver à son but, à savoir, marquer un but. Et pourtant, cet Inca est incroyablement mieux armé pour comprendre ce qui se passe au sein de son espèce que le malheureux Dunbar au milieu de ses géladas. D'où ma grande admiration pour ce travail, même si je ne partage pas toutes les vues de l'homme.
C'est notamment par l'expérience acquise lors de ces travaux (mais pas seulement) que Robin Dunbar s'est rendu (involontairement) célèbre en énonçant le fameux « nombre de Dunbar », découverte captivante mais complètement ignorée pendant des années jusqu'à ce que la fée internet développe les réseaux sociaux et qu'on se soit interrogé sur le nombre de relations sociales qu'un individu peut réellement entretenir avec ses congénères. (Pour info, chez l'humain il se situe autour de 150).
Voici donc un vrai bouquin d'un vrai travail de chercheur en comportement social chez des primates non humains. Il est illustré de nombreuses photos et diagrammes qui donnent une véritable idée du « fonctionnement » d'un groupe social de géladas. Une expérience assez rare que je conseille à tous mes amis lecteurs, qui tous, peu ou prou, cherchent à travers leurs lectures, quelques clés pour se comprendre eux-mêmes ainsi que le monde qui les entoure. Mais bien sûr, ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          419
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   13 mars 2013
(N. B. : traduction libre, texte original en-dessous)
Les ressemblances entre l'organisation sociale du Theropithecus gelada et celle du Papio hamadryas n'auront pas échappé à l'attention du lecteur. (...) Ce sont, cependant, des ressemblances superficielles : les dynamiques qui les sous-tendent sont radicalement différentes chez les deux espèces. (...) Les "structures profondes" de ces différences revêtent un intérêt particulier car elles montrent que deux espèces sont parvenues à une forme d'organisation sociale superficiellement similaire en empruntant des chemins comportementaux différents.

The similarities between the social organisation of Theropithecus gelada and that of Papio hamadryas will not have escaped the reader's attention. (...) These are, however, but superficial similarities : the dynamics that underly them are radically different in the two species. (...) These "deep structure" differences are of particular interest, for they show that the two species have arrived at a superficially similar form of social organsation through different behavioural pathways.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : comportementsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox