AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Comment j'ai écrit un roman sans m'en rendre compte (39)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
gouelan
  13 octobre 2017
Katinka ressent le besoin de devenir romancière. Depuis toute petite elle raconte des histoires à son petit frère, avant même de savoir lire.
Écrire des mots, en partie aussi, pour poser son histoire depuis que sa maman est morte.

Une adolescente qui trouvera auprès de sa voisine écrivaine, les ficelles pour progresser et ne pas se décourager dans l'écriture.
Un échange plus fort que celui de simples conseils, une épaule pour l'apaiser, l'aider à grandir.

Des mots simples, mêlés de bonheur et de tristesse.
Puisqu'elle apprend à poser ses sentiments avec le plus de justesse possible, ce roman qu'elle écrit sans s'en rendre compte, est agréable et original par la forme. Les personnages sont bien dessinés. Et en prime quelques astuces pour les jeunes lecteurs qui voudraient se lancer dans l'écriture.
Commenter  J’apprécie          430
Korrigan
  02 décembre 2017
Katinka est une adolescente chamboulée. Sa mère est morte, son père a rencontré une nouvelle femme, et puis... C'est une adolescente.

Sa voisine est écrivaine. Katinka n'ose pas le lui dire, mais elle aussi, elle voudrait devenir romancière.
Prenant son courage à deux mains, elle apprend les règles d'un bon roman et sans s'en rendre compte, elle écrit une histoire. L'histoire de sa vie.

J'ai adoré ce roman. de plus, il m'a donné envie d'écrire une histoire, simple, sur moi, sur un passage dans ma vie. (Cours de guitare)
Je vous conseille fortement ce livre.
Commenter  J’apprécie          171
Lagagne
  02 octobre 2016
Un roman jeunesse pas révolutionnaire sur l'histoire (une ado qui veut écrire un livre, vit seule avec son père et son frère, jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle femme). Mais un roman bien original sur sa forme.
Katinka écrit un livre à l'aide de sa voisine, auteure. Et on peut lire, tour à tour les chapitres écris par Annet Huizing et ceux écris par Katinka, avec en gras les conseils donnés par Lidwine. Et cette construction est très maligne, et nous invite à lire plus attentivement ce roman, et les autres. Donner à voir, ne pas dire. Ecrire avec les 5 sens. Tenir le suspens. La prise de conscience du personnage. Utiliser les personnages secondaires pour en dire plus sur les principaux. Savoir ne pas tout dire, utiliser les ellipses, le silence.
L'air de rien Katinka a écrit un roman. Et l'air de rien, le lecteur sait, un peu mieux, lire un roman. Et peut-être que certains se prendront au jeu et se mettront à l'écriture, qui sait ?
Commenter  J’apprécie          170
blandine5674
  06 novembre 2017
Livre sympa pour ados (grands aussi). Il était une fois une hollandaise de treize ans qui rêvait de devenir écrivain, elle alla alors chez sa voisine, écrivain reconnu, pour l'aider. Elle y raconte sa mère décédée, son frère, son père et ses fréquentations. L'originalité, c'est les corrections et conseils donnés pour l'écriture qui vont l'aider également à grandir. La subtilité est qu'elle ne s'en rend pas compte.
Commenter  J’apprécie          160
orbe
  30 avril 2016
Katinka vit avec son père et son petit frère depuis la mort soudaine de sa maman.

Cette dernière lui manque terriblement et elle a l'impression que le peu de souvenirs qu'elle a sont en train de s'effacer.

Heureusement il y a la voisine, une vieille dame écrivain, qui accepte de lui donner des conseils pour réussir à écrire et réaliser ainsi son rêve.

Elle lui apprend, à partir d'exercices, comment créer du suspense, montrer plutôt qu'expliquer, travailler ses personnages, réduire son texte, ne pas tout dire, parsemer son texte de détails concrets, jouer sur les répétitions...

Mais un jour une nouvelle femme apparaît dans la vie de son père, et elle fait l'unanimité dans la famille. Oui mais voilà, ce n'est pas sa mère...

J'ai beaucoup aimé ce roman qui avec une intrigue simple autour du deuil et de la famille recomposée, propose des astuces pour les écrivains en herbe.

Les jeunes, nombreux à vouloir écrire à leur tour, trouveront dans ce roman agréable et facile à lire une mine de conseils !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
lirado
  25 avril 2016
Par le jeu d'une fine mise en abyme Comment j'ai écris un roman sans m'en rendre compte décompose le processus d'écriture d'un texte. La grande majorité du livre est constituée des pages du livre qu'écrit Katinka mais les conseils de Lidwine ainsi que leurs échanges sont également donnés à lire entre chaque chapitre, reconnaissable grâce à une police différente. Un va et viens original qui permet de suivre le travail d'écriture de la jeune fille tout en découvrant au fil des pages son histoire.
Le sujet du roman de Katinka est assez commun puisqu'il s'agit d'évoquer l'arrivée d'une « belle-mère » dans le quotidien d'une famille très unie. C'est surtout la manière dont Annet Huizing glisse des conseils d'écriture dans cette histoire touchante à l'héroïne attachante. Katinka ne manquera pas de servir de miroir au lecteur tandis que Lidwine nous séduira par son côté marginal. Pour le lecteur, Katinka incarne cette envie très prégnante de bons nombres d'ados : le désir d'écrire un roman. Les remarques avisées et justes de Lidwine sont autant utiles à l'ado qu'à celui qui lit Comment j'ai écris un roman sans m'en rendre compte. Un joli roman sur l'acte d'écrire.
Lien : http://www.lirado.com/commen..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
biblilou
  18 avril 2016
Katinka, la jeune héroïne a :
1. un petit frère et un papa amoureux,
2. une voisine qui écrit dans sa cabane, au fond de son jardin,
3. une blessure au fond de son coeur : la mort de sa mère, 4. et surtout une envie furieuse de devenir écrivain...
Vous mélangez tout cela et vous suivez quelques recettes d'écriture prodiguées dans le livre. Vous obtenez une histoire simple et émouvante, qui donne simplement envie de prendre la plume...

Un livre sympa pour les 12/14 ans
Commenter  J’apprécie          80
Valentinebouquine56890
  03 juin 2017
Comment j'ai écrit un roman sans m'en rendre compte est un roman d'apprentissage.
Ce roman peut être touchant pour certaines personnes.
En tout cas, moi, je l'ai aimée. Sa parle d'un fille qui est en deuil (elle a perdu sa mère), d'une famille recomposée...

Commenter  J’apprécie          60
LoupAlunettes
  31 mai 2017
" Comment j'ai écrit un roman sans m'en rendre compte" est un idée originale et astucieuse de roman ado. Elle puise se qualités dans la conception racontée pas à pas d'un texte imaginé par et à partir de la vie d'une ado de 13 ans, auteure en herbe, tout en profitant de ses questionnements, de ses émotions qui évoluent avec le récit. Ce parcours initiatique d'écriture est aussi une phase de deuil, on le devinera.

Ainsi, Katinka, 13 ans, décide t-elle, guidée par sa voisine Lidiwine, auteure reconnue, d'apprendre à écrire. Une histoire.
Apprendre à raconter est un métier, un art, et il est toujours prématuré de prétendre offrir du départ un roman, selon Lidiwine.
Katinka racontera ce qui lui tient à coeur, elle se raconte et Lidiwine, tout en entretenant son jardin extérieur en sa compagnie, l'écoute lire ses premiers jets, corrige, prodigue des conseils entre deux coups de taille de buissons, pour présenter la petite aventure de sa vie à des gens qui ne la connaissent pas.
Katinka raconte dans une phase introductive l'absence de sa maman, décidée ainsi par le destin pour son petit frère Kalle et elle-même.
Le souvenir est très lointain mais l'absence toujours dérangeante s'exprimera implicitement dans un besoin immédiat de renouer avec cette racine, plantée à jamais dans son coeur. le fait de grandir, d'être une ado sans avoir gardé de souvenirs vivaces est dérangeant, nous le constatons progressivement chez cette petite Katinka.

Katinka racontera aussi le coeur guéri de son père à nouveau disponible, nous sentons le temps qui passe, avec Dirkje plutôt que cette Patricia.
Ces confidences sont sensibles dans leur format de chapitres et phrases courtes, une délicatesse à travers son regard, son jugement, des questionnements sur la vie, la famille, l'amour et bien entendu la mort. Ce sont des pensées qui l'habitent de façon passagère, mais l'envie de revenir sur la mémoire de la maman devient sans s'en rendre compte plus intense. Cela va monter doucement dans un flot d'émotions.

De ses souvenirs racontées, elle ne change rien, elle pourrait inventer certe.
Lidiwine va lui apprendre à raconter autrement, ce qu'elle donne devient fiction et il faut tout de même tenir son lecteur.
Nous sommes dans l'apprentissage du style et là, l'auteure nous surprend, nous démontre comme elle nous capte elle-même dans son récit.
Nous entrons et sortons du récit écrit et lu par Katinka, pour "entendre" les commentaires de style de Lidwine qui, n'est pas dupe de la démarche exutoire qui amène Katinka à livrer ce qu'elle peut avoir sur le coeur, de précieux, de douloureux aussi.

Nous ressentons un lien presque aussi intime que celui d'une tante et sa nièce, Lidiwine lui rapportant aussi quelques rares souvenirs de rencontres avec sa maman et des partages de moments captés à l'improviste de l'enfance de Katinka avec sa mère.

Elle interroge même Lidiwine sur son caractère au même âge, à 13 ans, pendant qu'elle range ensemble sa bibliothèque. C'est un lien de substitution tendre, qu'elle avoue elle-même, dans les proportions et la place qu'elle a choisi. Elle partage aussi d'autres liens avec Dirkje, complices au début, mais leurs natures seront plus compliquées au fur et à mesure qu'ils deviendront plus ancrés au cercle familial.

Katinka se projette beaucoup, grande ado, adulte, écrivaine reconnue. C'en est tendre et amusant.

. Les lecteurs constateront de quelles manières Katinka arrivera à bon port au bout de ses deux aventures intérieures.
Comment sera son après?
Annet Huizing nous gratifie d'une fin heureuse et d'un bon roman vite dévorée mais qui devrait rester.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Takalirsa
  19 février 2017
Un livre 2 en 1 : méthode pour écrire et roman sur le deuil !
Grâce aux conseils de Lidwine, on apprend aux côtés de Katinka tout plein d'astuces pour se lancer dans l'écriture : de l'importance de la scène d'ouverture qui "doit éveiller la curiosité du lecteur et le plonger dans l'histoire" au "show, don't tell" qui consiste à évoquer des sentiments plutôt que de les décrire ("c'est au lecteur de les interpréter"), de la nécessité du suspense ("si tu veux que le lecteur tourne la page, il faut lui laisser quelque chose à deviner") à l'art du dialogue ("ce qu'on ne dit pas est au moins aussi important que ce qu'on dit"), de la création des personnages "touche par touche" à la mise en place du conflit (ce que cachent les gens derrière les apparences) et du point culminant ("il y a toujours quelqu'un qui prend conscience de quelque chose"), il y a tout ce qu'il faut pour se lancer à son tour ! Car ce sont bien d'authentiques techniques qui sont prodiguées ici. La structure du récit est construite de manière astucieuse, mêlant à travers un jeu de typographie l'intrigue principale à la mise en pratique immédiate par Katinka. On obtient ainsi un roman dans le roman, puisque celui de l'adolescente se construit sous nos yeux au fur et à mesure qu'elle travaille ses "muscles d'écriture" à partir de son quotidien. Et peu à peu, la jeune fille prend confiance en son potentiel : "le talent est la capacité à ne pas se laisser gagner par le doute".

Le doute, la grande et célèbre Lidwine connaît ça, elle dont la cabane d'écriture sombre dans l'abandon. Ce livre ne se contente pas en effet de livrer une méthode d'apprentissage pour graine d'écrivain. C'est, d'une part, une belle amitié que l'on voit se nouer au fil des pages entre la vieille dame et son apprentie. Les leçons d'écriture alternent avec des séances de jardinage et des pauses thé durant lesquelles la conversation s'élargit aux choses de la vie. Les devoirs d'écriture que rédige Katinka, de plus en plus intimes, s'inspirent de son vécu et de ses émotions. On comprend rapidement que le décès de sa mère, qui a pourtant eu lieu alors qu'elle était encore toute petite, n'est toujours pas accepté. Ce qui meurtrit le plus l'adolescente, c'est justement de n'avoir aucun souvenir : il y a les photos, certes, mais "je ne sais pas comment elle était en vrai". Sa mère lui manque atrocement et la rencontre entre son père et Dirkje vient remuer des sentiments longtemps enfouis, d'autant plus qu'elle est à un âge où l'on se cherche. Lidwine, qui en tant que voisine a connu la mère de Katinka, va jouer le rôle de confidente et aussi de complice puisqu'elle va aider la jeune fille à reconstruire une image concrète de la défunte à travers les propres éléments dont elle dispose. Ainsi, malgré ce que laissent supposer sa couverture et son intrigue de départ, ce roman est moins léger qu'il n'y paraît : on y découvre une héroïne touchante, marquée par le deuil, qui va progressivement comprendre que "maman est morte, mais elle est à nouveau avec moi" et surtout que "tout, mais absolument tout, lui plaisait en moi". Et ce qu'elle ne réalise peut-être pas, c'est qu'elle a au final autant apporté à Lidwine que celle-ci lui a donné !
Lien : https://www.takalirsa.fr/com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
914 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre