AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,47

sur 16 notes
5
1 avis
4
1 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
berni_29
  27 septembre 2020
Je suis allé tout d'abord un peu à reculons vers ce roman graphique de Jim. Non pas le titre, Une nuit à Rome, qui m'évoquait une chanson d'Étienne Daho, Week-end à Rome, sur laquelle je me suis bien éclaté il y a quelques années... Non, c'est l'accroche qui faisait ralentir mon enthousiasme : « À vingt ans ; ils se sont promis de passer ensemble la nuit de leur quarante ans. »
Le synopsis est très classique : Raphaël vit depuis un an avec Sophia. Ils s'aiment et une merveilleuse harmonie les unit, qu'on imagine inébranlable. Quelques jours avant ses quarante ans, il reçoit une cassette vidéo. En la visionnant à sa fête d'anniversaire, il se revoit vingt ans plus tôt avec Marie, son amour de jeunesse. Les deux s'étaient promis de passer la nuit de leurs quarante ans ensemble à Rome, quoi qu'il arrive... Et c'est à partir de là que tout va basculer, l'impensable vers le possible...
Je craignais quelque chose de déjà-vu : "ils se sont aimés, ils se sont perdus de vue pendant vingt ans, ils se retrouvent, etc..."
Mais contre toute attente, la magie a pris, elle m'a saisi dans le graphisme et le scénario.
Effectivement, il s'agit d'un sujet universel, les amours de jeunesse et la nostalgie que cela peut susciter au cours des années. Un sujet qui peut paraître banal. Mais voilà ! le sujet est traité ici avec élégance, délicatesse, sensibilité, réalisme aussi... le sujet va plus loin et il entre dans nos vies tranquilles comme une vrille.
En préambule du roman graphique, j'ai été saisi par cette magnifique et douloureuse citation de Françoise Giroud « Se souvenir, c'est s'écorcher. » Elle résonne puissamment tout au long de cette BD.
La mélancolie s'invite comme un voyageur indésirable, mais qu'on ne peut refuser et qui met un pied dans la porte au moment de l'éconduire. Je dirai que c'est peut-être cela la définition de la mélancolie pour moi...
Il y a aussi une autre jolie manière de dire la mélancolie dans cette BD. Je vous la laisse découvrir à travers une citation que j'en ai faite par ailleurs ici...
Ainsi Marie revient dans la pensée et la vie de Raphaël vingt ans plus tard. Elle surgit comme un ouragan, quelque chose d'imprévisible.
On craint le pire, on se dit non, il ne va pas le faire, et pourtant...
Ce roman graphique a cette grâce de nous inviter dans cette histoire qui pourrait nous arriver, de la poser sans jugement, avec légèreté. Il est possible que cela nous soit arrivé, que cela nous arrive un jour, ou que cela ne nous arrive jamais...
Les plus belles histoires d'amour sont souvent des accidents de parcours...
La dimension dramatique des premières pages offre sans doute une force incroyable à ce récit.
Et puis nous sommes saisis par une intrigue amoureuse qui ne nous lâche plus jusqu'à la fin.
Le propos dit avec acuité le vertige, le sol qui se dérobe, comment brusquement il est possible de perdre pied dans une vie qu'on croyait totalement réglée comme du papier à musique. La scène du train est à ce titre décrite de manière magistrale.
Le graphisme élégant et réaliste m'a séduit. Cette histoire a réveillé des sortilèges qui sommeillaient dans ma mémoire, je sais qu'ils peuvent surgir du passé n'importe quand, il est possible de rester serein à condition de savoir les tenir à distance, ce que n'a peut-être pas su faire Raphaël, mais y aurait-il eu alors cette histoire, ce vertige incandescent comme celui du papillon de nuit s'approchant de si près de la flamme d'une bougie ?
C'est un magnifique récit d'amour sur le poids de la nostalgie et le vacillement possible de nos coeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
Bdecouverte
  03 novembre 2021
Raphaël a 40 ans. Il est casé et fête son anniversaire avec tous ses potes dans son appartement. Les cadeaux sont déballés jusqu'au dernier, une VHS arrivée sous pli postal. Les blagues fusent mais le quadra va vite déchanter. La vidéo le montre plus jeune au lit avec un amour de jeunesse prénommé Marie. Il la coupe vite fait mais ne résiste pas à la regarder plus tard dès qu'il est seul. Que contient-elle? Une promesse de se revoir 20 ans plus tard à Rome ! 
Le scénario peut paraître simple au premier abord mais il s'agit d'une histoire prenante, passionnante qui se dévore d'une traite. de plus, les dessins de Jim sont lumineux et expressifs ce qui permet d'admirer la ville éternelle. L'intégrale contient les deux premiers tomes de la série qui va se prolonger avec un autre diptyque mais je ne vous en dis pas plus...

Chronique extraite de l'univers consacré à Rome que j'ai créé pour Iznéo :
https://www.izneo.com/fr/universe/week-end-rome-en-bd-51
Commenter  J’apprécie          20
lespagesdesam
  14 juin 2017
Cette bande dessinée, en deux tomes, se lit avec facilité. Les dessins sont séduisants et nous charment avec leurs couleurs chaudes. Malheureusement, l'intrigue qui semblait prometteuse est sans grand intérêt… une banale histoire d'adultère. Et comme souvent avec Jim les femmes sont vénales et manipulatrices. J'ai lu cette BD (édition intégrale) sur tablette via l'appli Kindle lors d'un trajet en train. Je pense que si je l'avais achetée en papier, j'aurai été déçue de mon achat. Mais le numérique présente quelques avantages dont le prix ce qui permet de découvrir des titres vers lesquels on ne serait pas attires en temps normal.
En bref, un BD calibrée pour le transat et la légèreté estivale. Malgré des personnages un peu trop stéréotypés à mon goût, l'intrigue est divertissante et les graphismes sont très agréables. Difficile de ne pas craquer devant les dessins lissés et acidulés de Jim. Leurs traits délicats et leurs couleurs sont sans aucun doute les principaux atouts d'Une nuit à Rome.
Lien : https://lespagesdesam.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bookinette
  12 juillet 2016
Une bande dessinée au beau graphisme classique...

L'histoire s'ouvre sur un prologue dramatique qui nous laisse présager une fin tragique,et l'on repart immédiatement dans un flash-back pour suivre Raphaël, la quarantaine, bien installé dans une vie confortable auprès de Sophia, la fille de son patron.
Pour ses quarante ans, une cassette arrive par la poste à son nom et va chambouler tout son équilibre... Marie, son amour de jeunesse, lui écrit du passé pour lui rappeler une promesse d'alors : passer ensemble leur nuit d'anniversaire pour leurs 40 ans...

Raphaël va longuement hésiter, quoique pas si longuement que ça finalement.... On le voit en proie au violent désir de répondre à cet appel , mais culpabilisant de tromper ainsi Sophia, pourtant on sent confusément qu'il ne pourra pas résister... Marie est un mirage de ses 20 ans, une sorte de rappel de ses enthousiasmes d'antan, de sa jeunesse qui s'éloigne inexorablement.... Et bien qu'il ait eu le coeur brisé déjà deux fois par sa faute, il va embarquer pour Rome à la poursuite de ses rêves passés...

S'en suit une rencontre et une nuit pleine de sensualité mais aussi de culpabilité...

Cette bande dessinée est une profonde réflexion sur le couple, l'amour, le désir, les illusions et désillusions...
Raphaël aime Sophia mais il se comporte véritablement comme un lâche et un salaud....
On le voit balancer entre remords et pulsions irrépressibles et rien ne peut l'empêcher d'aller au bout de cette nuit....

Quel message amer et désabusé de la part de l'auteur, l'amour ne suffit pas, le désir d'autre chose est omniprésent même pour le pote de Raphaël , heureux en couple, qui entend le chant des sirènes auquel il va résister en luttant contre lui-même... seule petite bulle de respiration mais qui n'est pas suffisante pour donner un élan d'optimisme....

Je n'ai pas réussi à aimer le personnage de Marie, cette splendide brune à la silhouette parfaite, instable, mal dans sa peau, incapable de se poser auprès d'un homme, louvoyant comme une anguille au contraire de Sophia, tellement touchante dans sa souffrance et ses déchirements...

Le switch de fin n'a fait que renforcer le côté désabusé et je suis ressortie de ma lecture avec un vague malaise et certainement pas avec le sourire...

Pour finir, le graphisme et les couleurs sont au service du récit, on voit toutes les expressions des émotions et les planches se succèdent dans des tons ocres ou bleus, suggérant la dualité des personnages....
Une réussite !
Lien : http://chezbookinette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4300 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre