AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782956116486
473 pages
Éditeur : ERA Editions (23/05/2019)
4.38/5   4 notes
Résumé :
Weyän, notre terre, a été noyée dans le sang ; submergée par des cendres, débris de nos espoirs anéantis. Que pleurent tous ces spectres à la face fanée, échappés au fil de Vatrish, fendeuse de morts ! Car le roi de Fer reviendra, et il se vengera ! » Paroles d’un auspice funeste. Il y a mil ans, Weyän s’inclinait face à Herlingar, le roi de Fer. Il guerroyait, détruisait ses ennemis et dirigeait son royaume avec cruauté. Arendal mena la révolte et, aidé de se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Wolkaiw
  29 octobre 2019
Les pavés, ça me connaît, c'est sans doute mon rayon. Celui-ci ne m'a pas effrayé, bien au contraire, j'ai été charmée par cette sublime couverture, envoûtée par le charme presque irrésistible qui émane d'elle… Il faut avouer qu'elle est sacrément réussie quand même ! Ce premier tome des Chroniques de Weyän nous invite à parcourir un monde sombre, un univers cruel et impitoyable dans lequel le jeu des alliances règne. de la fantasy à la Game of Thrones avec une touche non négligeable de magie et de mystère… Terriblement ensorcelant et merveilleusement violent, vous pourriez bien y perdre quelques heures.

Équipez-vous correctement : un bon plaid, une boisson chaude et des petits biscuits ; ce livre vous accompagnera durant plusieurs soirées, à n'en pas douter. L'aventure sera rude et éprouvante, une lecture pénétrante qui ne vous fera pas ressortir indemne. J'admets avoir eu quelques difficultés à entrer dans l'histoire, sans vraiment comprendre l'origine de ce mal. Est-ce dû au livre ou à mon état de fatigue avancé ainsi qu'à la période qui se veut chargée ? Je ne saurais le dire. Toujours est-il qu'une fois les deux cents premières pages passées, j'ai dévoré ce livre. Je me suis progressivement laissé bercer par la plume d'Ellen, très soutenue mais aussi très chargée, sans doute parfois un peu plus trop détaillée. C'est une autre plume, un autre style que ce que j'avais découvert avec Project Viper, Ellen Raven nous offre ici quelque chose de plus aérien, plus fantaisiste aussi, en adéquation avec l'histoire. Les mots se veulent aussi savoureux que tranchants, à l'image du monde qu'ils dépeignent.

Un enfant est miraculeusement sauvé, arraché des griffes d'une mort prématurée… Il semble être l'héritier d'une puissance lignée, d'une famille que l'on désire plus que tout décimer, réduire au silence. C'est ainsi que le récit s'ouvre, c'est ainsi que nous sommes livrés en pâture à ce monde cru et violent. Cet enfant, nous allons le suivre, apprendre à le connaître, à l'apprécier aussi. Ce jeune, il porte un nom : Damhàn. Retenez-le bien, c'est tout ce que je peux vous dire… Élevé au sein d'une riche et importante famille, d'une famille qui détient un pouvoir immense, il va côtoyer le luxe, assouvir une incroyable soif d'apprendre et développer des capacités incroyables. Une vraie vie de prince, une existence qu'un rien peut chambouler.

Une carte, consultable au début du livre (et très bien réalisée d'ailleurs) permet aux lecteurs de se situer en temps réel, de suivre le voyage des personnages et de parcourir avec eux d'innombrables contrées. Les Chroniques de Weyän c'est aussi un véritable objet-livre avec de petites illustrations au début de chaque chapitre. le monde est divisé par le Nord d'un côté et le Sud de l'autre, par de farouches rivalités et de sournois jeux d'alliances. Tout est minutieusement calculé, la moindre parole est mesurée, rien n'est laissé au hasard. de la stratégie et de la patience ; une immense partie à ciel ouvert dans laquelle chacun avance ses pions, reculent, empruntent des chemins détournés sans jamais lâcher des yeux l'objectif final. Intentions cachées ou apparentes, illusions et tromperies, trahisons et sentiments bafoués, tous les coups sont permis, pourvus que l'on atteigne le but tant désiré.

Une flopée de personnages ont partagé ma route, des noms mélodieux, d'autres roques, certains langoureux ou encore stridents. Beaucoup de noms et de prénoms. Vraiment beaucoup. Pratique monnaie courante en fantaisie, les trop grandes similarités de certaines sonorités m'ont toutefois gêné (Damhan, Adastan, Adalind, Daeron, Aldorias...). J'ai d'ailleurs tenté de prendre des notes afin de retenir tous les noms et de les associer aux bons personnages mais j'ai vite abandonné. Cette trop grande ressemblance m'a plus d'une fois perdu, je ne savais plus qui était qui ni le rôle que chacun jouait. Je sortais de la lecture sans savoir quand je parviendrais à y replonger pleinement. Ce petit désagrément passé, j'ai pris plaisir à suivre l'évolution en parallèle de Damhan et de sa soeur Adalind. Centres de graviter du récit, on observe leur importance croître et décroître au fil des rencontres et des révélations. Leurs histoires m'ont particulièrement captivée, là où celles des autres n'a pas autant retenu mon attention.

Les chapitres passent et la magie se dessine progressivement entre les pages, elle s'immisce dans la lecture comme un hôte tant désiré. Elle est appelée « mana » et n'est pratiquée que par un groupe d'individus dotés de pouvoirs et de capacités exceptionnels. le mana peut revêtir différentes formes et investir de multiples personnes, son origine demeure obscure, laissant planer un opaque voile de mystère. Parmi les plus grandes figures, les magisters, j'ai adoré Venyxia, cette superbe femme que l'on observe sur la couverture… Elle n'apparaît pas de suite dans l'histoire et son rôle n'est pas totalement clair, j'espère obtenir des réponses très bientôt. Je suis impatiente de découvrir l'étendue de sa puissance.
Magie, violence, complot et mariage contribuent à rendre cette histoire extrêmement riche et dense, un récit dans lequel de nombreux rouages s'imbriquent comme autant de pièges mortels pour les personnages. Ce monde de cruauté, de sexe et de guerre, qui rappelle sans doute Game of Thrones, ne laisse que peu de place pour la tendresse, tout a un prix, tout se paie dans ces villages lointains, dans ces contrées obscures. L'esclavage vient aussi réclamer son dû, ombre qui plane, plus que jamais l'écart des positions sociales se fait ressortir, engendrant haine et jalousie, un bien beau panorama des fléaux de ce monde. La perfidie des uns n'a d'égale que la cruauté des autres.


Une ombre massive s'étend sur le récit, une créature semble vouloir se réveiller, une entité que le monde pensait à jamais endorme… Une puissance insoupçonnable et insoupçonnée. Les intérêts de chacun divergent quant à son réveil mais une chose est sûre : on en parle en coup de vent, on chuchote, on s'effraie, on espère autant qu'on redoute le moment de sa venue, celui de sa résurrection. N'ayez pas peur de rencontrer des dragons et des gardiens, d'enfoncer des portes derrière lesquelles seul le vide vous attend. Vous ne trouverez pas de réponses à toutes vos questions c'est une certitude, vous percevrez seulement des bribes qu'il faut saisir au vol, assembler et retourner dans tous les sens…

Si je peux vous donner un conseil, un seul, ce serait sans doute le même que pour Game of Thrones (oui oui, je sais que j'y fais souvent référence dans cette chronique) : ne vous attachez à personne ! Ne faites pas confiance et ne vous laissez pas attendrir… Certaines têtes vont tomber et vous pourriez bien y laisser des plumes. Faites attention, c'est à votre coeur de lecteur que je m'adresse. Tout le monde convoite un trône, celui qui permet de régner sur les terres de Weyän. Qui en est vraiment l'héritier ? À qui revient-il ? Qui le mérite le plus ? Habile jeu de succession, de ruse et de destitution, de massacre et de folie...

En définitive, Les Chroniques de Weyän offre un superbe récit de fantasy, une immersion dans un monde dangereux qui invite au voyage. J'ai davantage été conquise par l'ambiance et les décors que par la pourtant très belle plume de l'auteure. Aux détails et longues descriptions j'ai préféré la magie et les mystères. Comme il est coutume en fantasy, les personnages sont nombreux et beaucoup vont subir les foudres du destin. Attendez-vous à pénétrer dans un univers où la violence, le sexe et la cruauté règnent en maîtres. Tendresse et amour peinent à se frayer un chemin à travers la corruption, la magie et la guerre… J'ai hâte d'en apprendre un peu plus, de retrouver Venyxia, Adalind et Damhan pour de nouvelles aventures…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlouquaLecture
  23 mai 2019
Après avoir lu les premiers tomes de Project Viper, j'étais extrêmement curieuse de découvrir la plume d'Ellen Raven Martin dans un autre style, et franchement , c'est un pur délice cette découverte. Avec Project Viper, nous sommes dans le cyber punk, ici dans la fantasy, et je vous certifie que dans les deux styles je suis super addict de sa plume. Mais honnêtement, comment ne pas l'être, il y a tout ce que j'attends de mes lectures.
Et qu'est-ce que j'attends de mes lectures ? Eh bien que ce soit entraînant, dépaysant, bien écrit, qu'il y aie une bonne intrigue, que le rythme soit soutenu, que les personnages soient travaillés et qu'ils me donnent envie de les connaître par-delà les lignes d'un livres. Ce sont les choses principales, mais il y a aussi tout le niveau émotionnel bien entendu. Et c'est ce que je retrouve dans les livres d'Ellen Raven Martin, bon, évidemment, il faut aimer la fantasy ou le cyber punk, mais si c'est le cas, alors, comme moi, vous ne pourrez que devenir addict à sa plume.
Maintenant, parlons un peu de ce premier opus. Déjà, je suis fan de cette couverture, elle est sobre et nous découvrons durant notre lecture qui elle représente, moi j'adore en tout cas.
Sachez que vous allez rencontrer beaucoup de personnages, mais je vous dis immédiatement, qu'il n'y a pas moyen de vous perdre en cours de route, ni de vous demander qui est qui. Cela me faisait un peu peur, lorsque je voyais apparaître un (ou plusieurs) nouveaux personnages, mais franchement, c'est assez simple de se situer. Pour ma part, je ne me suis pas perdue en tout cas. Pas besoin de prendre des notes pour ne rien oublier. Durant ce premier tome, il n'y a pas un ou deux points de vue différents, il y en a beaucoup plus, ce qui nous permet de savoir encore plus facilement qui est qui, qui pense quoi, franchement j'ai adoré pouvoir ainsi entrer dans les esprits d'autant de personnages, j'ai trouvé cela carrément grisant, parfois un peu effrayant (cela dépendais du personnage en question).
Pour vous dire quelques mots sur le récit, eh bien c'est assez complexe, il y a tellement de choses à dire, que je vous ferais une chronique d'au moins trois pages, alors je vais aller à l'essentiel. Ne vous attendez pas à un univers peuplé de Bisounours ou de Licornes, vous seriez hyper déçu, attendez-vous plutôt à un monde où le sang est monnaie courante, où la magie a sa place, où les complots sont plus que présents, un monde où vous devez vous méfier de tout le monde et même de votre propre famille, un monde où vous aurez du mal à vous attacher à un personnage car quelques chapitres plus loin vous risquez de le détester. Pour ma part, j'ai adoré cette sensation de yo-yo, de ne pas réellement trouver de personnage favori, d'aimer puis haïr, ou l'inverse, j'ai trouvé que cela donnait encore plus d'authenticité au récit.
Je ne vous cache pas qu'à certains moments je me suis demandée où l'auteure allait chercher telle ou telle scène, comment elle en arrivait à certaines choses alors que franchement on ne s'y attend absolument pas. En ouvrant ce livre, abandonnez votre esprit de déduction, votre envie de deviner la suite, pour avoir moi-même tenter je vous certifie que c'est impossible. Par contre, installez-vous confortablement, vous risquez de ne plus vouloir poser votre liseuse ou votre livre tellement son pouvoir est addictif. Les chapitres sont assez courts, ce qui donnent pour effet de vouloir poursuivre, et au final les heures défilent sans que vous ne vous en aperceviez. Effet garanti, j'ai failli passer une nuit blanche, mais le réveil qui sonne à 5h, cela vous raisonne un peu, quoi que pas tout le temps
Je sais que je ne dévoile pas grand chose, voire même rien de spécifique, mais croyez-moi que si vous vous lancez, vous ne pourrez qu'aimer ce que ce monde a à vous offrir. Quant à moi, j'ai vraiment hâte que l'auteure m'envoie un message me disant que la suite est pour bientôt, tout comme je suis plus que pressée de poursuivre Project Viper d'ailleurs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Senrys
  15 mai 2019
Par où commencer, peut être par le fait que le roman débute par un petit être ayant échappé à un massacre et qui sera sauvé puis ramené en sécurité. Qui est-il ? Une malédiction !
Il sera tout de même placé à l'abri et portera le prénom de Damhàn, fils adoptif du roi.
S'en suit alors le début de sa vie sous cette identité qui devra à tout prix rester un secret.
Nous aurons le plaisir de le voir grandir, apprendre les rudiments de l'épée, les leçons dispensées par les maîtres, mais rapidement, nous découvrons que ce jeune garçon n'a pas sa langue dans sa poche. Espiègle, arrogant, la diplomatie n'a pas vraiment l'air de faire partie de son caractère, mais je ne peux nier que tout cela fait de lui un personnage vraiment très intéressant et amusant. le voir répondre aux adultes, les faire tourner en ridicule, mettre en avant son côté casse-cou et surtout, le voir changer complètement de comportement en présence de sa soeur ... C'est tout simplement adorable. On peut aisément sentir à quel point il tient à elle, sa précieuse soeur est aussi d'après moi l'un de ses plus gros point faible, car son rôle de frère, il le prend terriblement au sérieux ! Mais franchement, cet amour est formidablement charmant.
Durant ce premier tome, les sentiments ont un rôle très important, qu'ils soient positifs ou négatifs, ce sont comme des impulsions que peu de personnages n'arrivent à contrôler.
Les personnages sont multiples et variés, secondaires ou principaux. C'est d'ailleurs le seul point un peu délicat de ce roman, il y a beaucoup de noms, de titres de noblesse .. Et j'ai eu du mal au tout début à savoir qui était qui. Petit à petit, la fonction et le rôle de chacun prennent place dans l'histoire, nous aidant plus aisément à comprendre l'identité de ces personnages.
Je tiens d'ailleurs à mettre un "wow" sonore et bien audible à la personne qui a fait la couverture, le personnage est d'une beauté sans pareil, mais je ne citerais pas son nom, à vous de découvrir qui est cette femme ! Elle est d'ailleurs mon personnage favoris, j'aime son caractère fort et puissant.
L'histoire en elle-même est très judicieusement menée, comme nous suivons pas mal de personnage dans des quêtes différentes et variées, l'auteure a su jouer la carte parfaite pour ne pas que le lecteur se perde, c'est-à-dire raconter une partie de l'histoire du personnage dans un chapitre, et alterner ensuite avec les autres protagonistes. Cela donne plus de puissance au récit, plus de vie et de faciliter pour suivre ces aventures simultanées.
L'auteure à une place à la fois délicate et douce, mais également aussi mordante que diabolique ! Les différentes scènes sont saisissantes et terrifiantes, Ellen Raven Martin peut passer d'une scène tranquille à un chapitre ou le sang coule à flots. Je trouve que c'est également un point très positif pour le récit, car cela nous confronte à une horde de rebondissements pouvant toucher plusieurs à la fois. Et donc, que faire dans ce genre de cas ? Lire, lire et continuer à lire jusqu'à tout savoir ! Un page-turner bien ficellé !
Je vous conseil vraiment de vous procurer ce livre e-book, mais surtout, ne passez pas à côté de cette pépite ! C'est une grande fan de Dark Fantasy qui vous le recommande chaudement !

Lien : https://magicalworldbook.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BulledEleyna
  05 juin 2019
L'aigle de Fer est le premier tome des Chroniques de Weyän, un univers de dark fantasy où on retrouve les luttes de pouvoir, les manigances politiques et les menaces mystiques. S'il a un vrai potentiel, il n'est pas exempt de défauts, comme un style qui se fait « trop » à force de se vouloir « beau », ou de nombreux personnages au patronyme assez proche. Il garde toutefois une cohérence globale qui s'affine au fil des pages et qui promet une suite riche en sombres problématiques.
Voir la chronique complète :
Lien : https://bulledeleyna.wordpre..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LadyRavenyaLadyRavenya   03 mai 2019
Le col du Vashtar se dressait face à Fændal. Cette muraille naturelle veinée de glace était fermée par une ruine : le Portail des mille lames. Un vestige d’une ère oubliée de tous. À en croire l’Ordre et tous les manuscrits des magisters, cet édifice comme tant d’autres avait été érigé par Herlingar à l’âge des Héros, dans sa guerre contre les contrées vertes. Fændal n’y avait jamais cru. Pour lui, Herlingar écrasait ses ennemis, ne se terrait jamais derrière des murs. Quelle était donc l’utilité de telles constructions ?
Fændal talonna son âne et se faufila parmi les décombres de ce fameux Portail. Le jeune magister semblait absolument minuscule à ses côtés. Son armature en obsirium chuchotait, animée par le vent, et à son sommet, des congères crachotaient des morceaux de glace. Il émanait de cet endroit un mana résiduel très étrange. Fændal démonta un moment, attisé de curiosité. Il toucha le sol, sentit cette énergie courir en lui et faire écho au fiel. À son oreille siffla le vent, et il jura entendre une clameur de combats.
Son regard glissa vers ses sacoches. Et si l’Ordre cachait la vraie histoire ? Et s’il y avait autre chose, avant cet âge des Héros ?
Fændal secoua la tête et se remit en selle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WolkaiwWolkaiw   29 septembre 2019
Les excuses ne mènent à rien, si ce n’est à raviver les blessures du passé.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Ellen Raven Martin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ellen Raven Martin
Parce que le Cyberpunk est un genre littéraire que j'adore, parce qu'elle est jeune de pleine de talent et qu'elle aime faire souffrir ses héros, il fallait que je vous fasse découvrir et écouter le témoignage d'Ellen Raven Martin. Parce qu'elle a aussi fait le choix de l'auto édition et que ce n'est pas facile. https://www.ellenmartin.fr/
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1844 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre