AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Quand j'étais Théodore Seaborn (14)

bilodoh
bilodoh   30 octobre 2016
Ceux qui ne comprennent pas pourquoi on peut avoir envie de se suicider n’ont pas connu de véritable détresse. (p. 26)
Commenter  J’apprécie          242
bilodoh
bilodoh   06 novembre 2016
Sans bruit, je me suis mis à verser des larmes sous ma cagoule. Je ne savais plus très bien qui j’étais ni ce que serait le reste de ma vie, mais je pouvais encore pleurer sur mon sort. 

Il me restait au moins ça.

(p.217)
Commenter  J’apprécie          140
NATB
NATB   05 avril 2018
Un enfant est une lumière dans la vie d'un homme.
Commenter  J’apprécie          110
NATB
NATB   30 mars 2018
Qui est-on vraiment ? Que sont le nom et l'identité d'un homme ? A quel point l'imminence de la mort transforme-t-elle l'idée qu'on se faisait de soi ?
Commenter  J’apprécie          50
Lilou08
Lilou08   21 août 2016
Au centre, une barre de fer est fichée dans la terre compacte du sol. De lourdes chaînes traînent dans la poussière, et des miasmes d’urine et d’excréments flottent dans l’air. Un bassin de métal contenant une substance brunâtre repose près de la porte. Une nausée saisit la jeune femme, autant à cause de l’odeur insupportable que parce qu’ils arrivent trop tard.
Dans le meilleur des cas, l’homme qu’ils cherchent a été déplacé. Au pire, il a été torturé, puis sauvagement exécuté. Elle serre les dents. Non ! Elle refuse d’envisager ce dernier scénario. Immobile et silencieuse, elle reste quelques instants à contempler la cellule. Elle pense aux conditions inhumaines dans lesquelles le prisonnier a vécu. Et elle se sent responsable.
Commenter  J’apprécie          20
Lectrice32
Lectrice32   09 juin 2018
Mais on ne refait pas son futur. On le façonne petit à petit, à la lumière de nos choix. Et à mesure qu'on avance, de nouvelles cicatrices s'impriment sur notre cœur.
Commenter  J’apprécie          10
NATB
NATB   30 mars 2018
L'humanisme, ce n'est pas dire :
"Ce que j'ai fait, aucun animal ne l'aurait fait",
c'est dire : " Nous avons refusé ce que voulait
en nous la bête."
André Malraux, les voix du silence
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08
Lilou08   21 août 2016
– Vous n’êtes pas sans savoir, professeur, que la charia est la volonté de Dieu et qu’elle codifie les aspects publics et privés de la vie, de même que les interactions sociales. Les tribunaux de l’État islamique sont chargés de son interprétation et responsables non seulement des crimes, des désaccords civils et des différends économiques, mais également de ce qui est relié à l’individu : alimentation, habillement et prières.
J’ai acquiescé et enregistré ces informations qu’il avait récitées d’un trait, comme une leçon trop bien apprise. Nous avons poursuivi notre chemin en silence, jusqu’à ce que je reprenne la parole :
– Qui sont ces gens ?
Je désignais du doigt deux hommes vêtus d’une jubba blanche, une longue robe à capuchon par-dessus laquelle ils portaient une veste noire sans col ni manches. Kalachnikov en bandoulière, ils inspectaient la marchandise d’un vendeur de fruits.
Samir a retiré ses Ray-Ban et, ouvrant la bouche, a soufflé sur un verre pour l’embuer.
– Ils appartiennent à la Hisbah.
J’ai froncé les sourcils, l’air interrogateur.
– La Hisbah ?
Mon compagnon astiquait maintenant ses lunettes fumées avec un pan de sa chemise.
– La Hisbah a pour tâche de s’assurer que la charia est respectée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou08
Lilou08   21 août 2016
Un filet de voix que je n’avais pas détecté jusqu’alors parvenait à mon oreille. En y prêtant attention, j’ai compris. J’entendais un homme murmurer en arabe. Il demeurait invisible, mais je savais exactement ce qu’il faisait. Il récitait une prière que je reconnaissais. Une prière à l’islam. Une prière à Allah.
Refermant la porte en douceur, je me suis glissé sans bruit dans la pièce. Le cœur cognant dans ma poitrine, j’ai fait quelques pas entre les étagères centrales. Dix mètres devant moi, la silhouette d’un homme seul, me tournant le dos, se détachait dans le clair-obscur. Ses chaussures de course étaient rangées à côté d’un gros sac de voyage noir déposé à sa droite. Vêtu d’un veston et d’un jean, en chaussettes, il s’est agenouillé sur son tapis, puis s’est penché vers l’avant. Je reconnaissais là un rituel qui me renvoyait loin en arrière.
J’avais beau étirer le cou, je n’apercevais Phoebe nulle part. Il fallait qu’elle soit ici, sinon rien de tout cela n’aurait de sens. Y avait-il une autre pièce entre cette salle et la réception ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Caroligne
Caroligne   02 octobre 2017
" Mes épaules commencent alors à tressauter, mes sanglots déchirent le silence. Je pleure sur mon sort et sur celui de Mohamed. Je pleure. Combien de gamins sont morts pour les idées de leurs pères? "
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Quiz sur le livre "Je me souviens" de Martin Michaud.

    Comment s'appelle la femme d'André Lotie ?

    Sandy
    Betty
    Sylvia

    10 questions
    5 lecteurs ont répondu
    Thème : Je me souviens de Martin MichaudCréer un quiz sur ce livre