AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Comment maximiser (enfin) ses vacances (37)

marina53
marina53   20 août 2017
Je ne sais pas comment c'est pour vous mais, parfois, au réveil, on ignore où on se trouve. Si vous voulez une réponse rapide, je vous suggère cette expérience : éternuez fort. Lorsque trois personnes que vous ne connaissez pas répondent "À vos souhaits", c'est que vous êtes au camping.
Commenter  J’apprécie          250
marina53
marina53   23 août 2017
Pendant qu'on [rangeait les courses], un type qui traînait la savate est venu tourner autour de l'Iveco. (…) Comme les portières arrière étaient ouvertes, le mec en a profité pour jeter un coup d'oeil à l'intérieur.
- Y'a un matelas ! C'est sympa, je peux venir ?
À vrai dire, il commençait à me gonfler. Surtout quand je l'ai vu lorgner sur la brioche king size qui dépassait d'un sac. Personne ne doit toucher à la Brioche. La Brioche, c'est sacré. Je l'ai repoussé légèrement, sans le bousculer, pour pouvoir charger le pack de lait. C'est là qu'il m'a sorti sa phrase toute faite :
- Hé mec, t'as pas une pièce pour manger ?
Le problème, c'est qu'à force d'entendre cette phrase à Paname, j'ai moi aussi ma réponse toute faite. J'ai pas eu le temps de réfléchir qu'elle était déjà sortie :
- Si, ça s'appelle une salle à manger.
Commenter  J’apprécie          240
marina53
marina53   19 août 2017
Comme je vois les choses, il doit y avoir autant de façon de voir l'amour que de gens sur terre. Et c'est assez rassurant. On n'est pas obligés de faire tous pareil, quand même.
C'est suffisamment compliqué comme ça, faut pas abuser non plus.
Commenter  J’apprécie          243
canel
canel   27 juillet 2017
J'ai pensé tout à coup à la famille des gens qui se suicident. A ce qu'ils devaient ressentir. Ce mélange de colère et de culpabilité. Ce besoin incontrôlable de trouver un responsable. Comme s'il y avait toujours une justice ! Un fautif. Ce qui suppose un rapport de cause à effet entre nous et les autres, comme si nous étions tous des roues dans un engrenage. Et pourtant, chacun tourne à vide dans son petit espace personnel. Et si parfois nous touchons une roue qui va dans le même sens, c'est un pur hasard. Il n'y a pas de grande mécanique de la vie, c'est des conneries.
(p. 256)
Commenter  J’apprécie          240
iris29
iris29   19 juin 2017
Si tu devais choisir entre la paix dans le monde et être milliardaire , de quelle couleur serait ta Porsche ?
Commenter  J’apprécie          241
iris29
iris29   19 juin 2017
Reconnaître dans un magasin la voix de son chanteur préféré, c'est comme si le doigt de Dieu venait vous toucher, façon chapelle Sixtine.
Commenter  J’apprécie          234
marina53
marina53   20 août 2017
"Si c'est ce qu'on veut tous les quatre... " Je suis resté bloqué sur cette phrase comme sur un sujet de philo corsé. C'était un lointain écho de celle de mon père à propos des études : "Si tu ne déconnes pas trop... " Décidément, c'était l'heure des choix. Je suppose qu'il arrive un moment dans la vie où tu te rends compte qu'il ne tient qu'à toi de réussir ou de rater ta vie. Et ça fout un peu la trouille.
Si ça se trouve, c'est ça, devenir adulte.
Commenter  J’apprécie          221
marina53
marina53   17 août 2017
- Si tu veux vraiment y aller, dans cette école de cols blancs [Sciences Po], pour faire partie de l'élite de la nation, t'as intérêt à la jouer fine ! Va falloir apprendre la modestie, mon gars. La classe dirigeante, ça s'intègre pas comme ça, les doigts dans le nez. Qu'est-ce que t'as cru ?
Mon père, ce héros marxiste.
- Papa, c'est juste une école, c'est pour apprendre des trucs ! Je veux pas devenir ministre et enfumer le peuple.
- T'apprendras autant de trucs à la fac. C'est moins prestigieux, mais si c'est le prestige que tu cherches, compte pas sur nous pour te soutenir. On va pas chialer parce que t'es recalé chez les petits-bourgeois.
- Philippe, calme-toi. Tu deviens grossier, on dirait ton père.
Commenter  J’apprécie          220
marina53
marina53   18 août 2017
Je regardais l'écran toujours droit devant moi, je ne sais même pas ce qu'il y avait dedans, sûrement des pubs ou un divertissement bidon. La télé française, c'est comme le cirque à Rome : du pain et des jeux. Comme ça, quand la foule est contente et bien sage, elle vote mou et ne se révolte pas.
Commenter  J’apprécie          210
marina53
marina53   17 août 2017
Je pensais que je pourrais me consacrer pleinement à ma lessive du soir. Parce que j'aime ça, la lessive. Surtout à cause de l'odeur : celle du linge propre. Je suis un maniaque de l'assouplissant. D'abord, ça porte des noms de gueudin : Calidoux, Cajoleur, Facidoux, Doulisse. Ça évoque la douceur, les câlins, les bisous, tout ça. Idée entretenue par les couleurs pastel, les images de bébé, d'oursons en peluche, de plumes et de serviettes éponge qui ornent le packaging. J'aime bien ça, moi, la douceur. Les poussins. Les chatons. Le duvet, la mousse, la peau des bébés et d'autres trucs roses et doux mais je dirai pas lesquels.
Commenter  J’apprécie          210




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle