AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281260929X
Éditeur : Editions du Rouergue (16/09/2015)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 235 notes)
Résumé :
J’aurais préféré que ma mère me dise : "Tu sais, je crève de trouille et je ne peux rien te promettre." Ou bien qu’elle pleure franchement, à gros bouillons. Oui, qu’elle pleure !
Au lieu d’afficher ce sourire de façade. Le sourire "tout-va-bien-je-gère". J'aurais voulu qu’elle crie, qu’elle hurle, qu’elle se roule par terre en tapant des pieds,
qu’elle fasse un truc pas calculé du tout, un truc qu’on ne voit pas dans les séries françaises à la télé, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (138) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  15 octobre 2015
Moi, c'est Tania. Je vis seule avec ma mère depuis que mon père est tombé amoureux d'une greluche et s'est installé à Lyon avec elle. Mon frère a déserté la maison aussi pour faire son école de gendarmerie à Montluçon. Je tiens un blog un peu glauque, je l'avoue, sur les loups-garous. Ma mère aussi en tient un, "Lecture & Confitures" qu'il s'appelle, dans lequel elle idéalise sa vie et parle de maison près de la forêt, de feu de cheminée, de loulous à cajoler et de Chéri à aimer. J'ai toujours pas compris pourquoi elle faisait ça. Ma mère est aide à domicile mais l'autre jour, elle n'est pas allée travailler. Cela ne lui arrive jamais, elle y tient à ses petits vieux. Elle m'a dit qu'elle avait un rendez-vous médical. En attendant son retour, j'ai fureté dans son ordinateur et vu son historique de recherche. Ça parlait de "sein" et de "cancer". J'ai été étonnée, peut-être se renseignait-elle pour une amie? En fait, non. Elle est allée passer une mammographie et a subi une biopsie. Le plus dur a été d'attendre tout le week-end pour avoir les résultats. Et ça tombe comme un couperet: une tumeur grosse comme une boule de ping-pong. Ma mère est forte, elle a bien l'intention d'en guérir, de ce foutu crabe...
Anne Percin réussit une fois de plus à se glisser dans la peau d'une adolescente. Dans la peau de Tania, elle nous fait partager sa vie au quotidien, ses amies, les garçons, le collège mais surtout le cancer de sa maman, de l'annonce du résultat au traitement lourd en passant par l'opération. L'auteur traite ce sujet ô combien difficile sans être larmoyante ni tomber dans le pathos. Bien au contraire, une certaine joie de vivre et un humour mordant habitent ce roman. Le style très direct et familier de Tania donne du souffle à ce récit, allège quelque peu le propos sans pour autant le dédramatiser. L'auteur fait la part belle à cette relation entre la mère et la fille, entre ces deux femmes volontaires, dotées d'une force et d'un courage incroyables. Un roman touchant et intelligent, à la fois drôle et émouvant...
Ma mère, le crabe et moi... Plus forts que la mort!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          845
latina
  18 juillet 2017
La vie de la maman de Tania, et par conséquent de sa fille, est sous la cible d'un bombardement en règle : le cancer. le père les a quittées il y a quelques années pour refaire sa vie avec une plus jeune. le grand frère est dans une école de sous-officiers et ne rentre qu'épisodiquement. Elles sont donc toutes seules: la maman, le crabe, et Tania.
Après l'ablation d'un sein, c'est la ronde des traitements : d'abord la chimiothérapie, puis les rayons.
« le bombardement chimique qui se poursuivait dans ses veines, c'était son petit Hiroshima personnel. On n'aurait pas cru, à la voir, mais il y avait une guerre en elle Et la guerre, ça dévaste. »
Mais elles ne sont pas du genre à se décourager. Tania nous raconte avec naturel et humour leur combat quotidien, et surtout le sien, du haut de ses 14,5 ans, 15 ans.
« T'as plus de cheveux ? T'es maigre, t'es moche, tu fais peur aux enfants dans les rues ? Assume. Lève la tête. Pas de quoi avoir honte. C'est pas non plus comme si t'avais fait exprès d'avoir le cancer ! T'y es pour rien ! Et puis la beauté, c'est comme la santé, ça va, ça vient. »
Et ce ne sont pas que des mots ! Tania s'implique, à fond. Dans son aspect physique et à l'école, dans le sport. Ce qui attire forcément les regards ...
C'est peu dire que j'ai adoré ce bouquin ! Tellement vrai, tellement unique, tellement universel. Réaliste. Positif. Attendrissant. Marrant !
Anne Percin est une auteure que je découvre toujours un peu plus, et chaque fois, je reste bouche bée devant son talent à croquer la vie quotidienne, tout simplement. Ses joies et ses aléas, ses catastrophes comme ses petits miracles.
Je recommande chaudement ce roman aux ados de plus en plus nombreux qui sont démunis devant la maladie d'un de leurs parents. Pour les aider un tant soit peu à relever la tête, à tenir bon, à continuer à vivre, il y a des auteurs comme Anne Percin. Sous un aspect rigolo, elle trace le chemin qui peut les aider à avancer. Et quoi de mieux que de rire un peu quand on n'en peut plus de tristesse et de peur ?
« Y en a marre d'avoir peur tout le temps, vous ne trouvez pas ? Ca sert à rien, la peur ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
manU17
  01 juillet 2016
"Tout arrive, dans la vie. Si le pire peut arriver, c'est que le meilleur aussi. Y a pas de raison. Après tout."
Un roman pour ado qui parle du cancer, ça peut faire peur. Pourtant, il serait vraiment dommage de passer à côté de la plume réjouissante et juste d'Anne Percin dans Ma mère, le crabe et moi.
Tania, une jeune ado, nous raconte les différentes étapes de la maladie de sa mère, de la découverte aux traitements et à leurs conséquences. L'accent est mis sur l'impact positif de cette épreuve sur les deux femmes.
A partir d'un sujet grave, Anne Percin mêle habilement humour et gravité tout en évitant les écueils du pathos ou de l'angélisme. La complicité entre la mère et la fille fait plaisir à voir et, contre toute attente, c'est un sourire aux lèvres qu'on referme ce livre à lire absolument !
Lien : http://bouquins-de-poches-en..
Commenter  J’apprécie          441
Didili
  10 mai 2017
Ah non ils ne se sont pas trompés ce livre est bien une pépite ! Il faut dire que l'auteure Anne Percin je la "connais" déjà un peu avec ses aventures de Maxime et je sais que l'on ne s'ennuie pas un instant avec elle.
Bon là, comme le disait Jérôme, ça faisait un peu flipper de commencer une histoire qui parle du cancer, ce crabe détestable.
Ainsi, sur un sujet pas marrant du tout, Anne Percin nous livre une histoire positive, où le rire et les liens entre une mère et sa fille adolescente vont s'intensifier à cause et/ou grâce à la maladie.
Tania va aussi grandir pendant cette période de lutte pour sa mère et pendant son adolescence période de moult transformation également.
La mère et la fille vont s'épauler mutuellement.
Elles m'ont bien plu ces deux femmes là et Anne Percin a su, comme a son habitude, me faire rire et m'émouvoir.
Anne Percin a une très grande faculté à décrire des personnages adolescents.
Ma mère, le crabe et moi,
un bon livre, une Pépite !
Un livre jeunesse que j'ai apprécié en tant qu'adulte et c'est d'ailleurs je trouve une des forces de cette auteure, savoir capter un public adulte qui promeut ainsi ses livres au plus jeune.
Alors que ce soit vous ou/et les enfants, adolescents qui vous entourent n'hésitez pas à le lire et/ou le promouvoir !
Noukette et Jérôme ne se sont pas trompés :
j'ai adoré !
P.S : plus d'informations sur la lecture de ce livre sur mon blog !

Lien : http://imagimots.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
trust_me
  21 octobre 2015
Tania, 14 ans, est persuadée que sa mère, avec qui elle vit seule depuis que son père est parti avec une autre, lui cache quelque chose : « Elle fait le genre de grimace que font les mamans qui ont une idée en tête et qui ne veulent pas le dire, histoire d'épargner à leurs loulous une confrontation violente avec la réalité nauséabonde. » Malheureusement, l'adolescente a vu juste. Après quelques recherches dans l'historique internet de l'ordinateur maternel, les doutes deviennent des quasi certitudes. Et lorsque que sa mère rentre à la maison après avoir passé des examens à l'hôpital, elle exige de connaître la vérité. Une vérité difficile à entendre : mammographie, biopsie et un verdict terrible qui tombe quelques jours plus tard...
Bien sûr, la situation ne prête pas à rire. Mais son traitement est d'une surprenante légèreté, plein d'optimisme et de positive attitude. C'est simple, ce roman fait du bien. Et pourtant rien n'est éludé, du diagnostic aux différentes étapes du traitement, de l'opération qui mutile à la chimio qui dévaste, du moral qui flanche au regard de ceux qui s'apitoient sans finesse sur le sort du malade, etc.
C'est Tania qui raconte l'épreuve à laquelle sa mère et elle sont confrontées. Et Tania cherche avant tout à dédramatiser. Elle s'interroge de façon pertinente sur le cancer, cette injustice qui frappe aveuglément, sur l'exclusion sociale qu'il engendre, sur la difficulté à vivre au chevet d'une maman en souffrance, donc pas toujours simple à supporter. Mais elle le fait avec un regard pétillant où le bon sens prédomine. C'est une épreuve que toutes les deux vont traverser ensemble dans une forme de soutien réciproque extrêmement touchant. Leur complicité en sort renforcée et l'adolescente gagne en maturité. Surtout, elle garde un humour à toute épreuve, une répartie cinglante qui fait mouche et qui n'a rien d'une démission face à la maladie, bien au contraire. J'ai adoré lire le point de vue de cette gamine un poil moqueuse, lucide, décidée et en même temps d'une fragilité que l'on sent poindre sous un discours déterminé qui tient souvent de la méthode Coué.
Un texte d'une rare intelligence, mené de main de maître, sur un sujet forcément casse-gueule. Chapeau bas madame Percin !

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261

Les critiques presse (2)
Ricochet   20 avril 2016
Roman douloureux, roman drôle, roman d’apprentissage encore, « Ma mère, le crabe et moi » désacralise et dédramatise l’extraordinaire tout en n’oubliant pas de s’attacher à l’ordinaire.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Liberation   28 septembre 2015
Un cross-over réussi entre fiction et réalité.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations & extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   15 octobre 2015
J'ai voulu prouver à ma mère que c'était pas grave de perdre ses cheveux. Je crois qu'elle avait plus peur du regard des autres que de mourir pendant son opération. C'est débile, non ? Qu'on doive se cacher pour être malade, je trouve ça dingue ! Comme si ça suffisait pas de souffrir, faudrait encore le faire en silence ! Et puis quoi, encore ?
Commenter  J’apprécie          470
marina53marina53   15 octobre 2015
Tout arrive, dans la vie. Si le pire peut arriver, c'est que le meilleur aussi. Y'a pas de raison. Après tout. 
Commenter  J’apprécie          520
ColibrilleColibrille   31 octobre 2015
OK, on habite près d'une forêt. Mais c'est un champ de tir militaire dont l'accès est interdit, alors pour batifoler dans les feuilles mortes avec son petit panier en osier tout en sifflotant, on peut rêver mieux. Si on traverse les barbelés malgré les panneaux à tête de mort, on trouvera plus de douilles de balles que de châtaignes, et si on en ressort, ce sera avec l'aide de Dieu et quelques champignons irradiés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
DidiliDidili   10 mai 2017
Seulement si ma mère persistait à me regarder comme si j'avais fait la plus grosse bêtise de l'univers, j'allais me mettre à pleureur, c'est sur... On a beau avoir des convictions, ça peut arriver de flancher. (Même Che Guevara, je parie qu'il avait ses mauvais moments.) Mais, heureusement, l'air apitoyé de ma mère s'est changé en une sorte de grimace, puis en sourire. Enfin n'y tenant plus, elle a éclaté de rire. Comme ça, paf !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SuperGlueSuperGlue   15 novembre 2015
- Qu'est-ce que tu en penses ? C'est pas un peu too much ?
- Too much ? Mais à fond ! C'est carrément rebelle ! Et d'où il sort, ce Perfecto ? T'as été motarde dans une autre vie, ou quoi ?
- Bah, c'est ton père qui me l'avait offert... Il y a si longtemps... Comme j'avais un peu grossi, je ne le mettais plus. Et puis, je me disais que pour aller chercher les loulous à l'école au village ou soigner les petits vieux, c'était pas la tenue idéale. [...] Mais peut-être que pour se battre contre un sale crabe qui vous bouffe les organes, c'est la tenue parfaite, a-t-elle ajouté avec un sourire mystérieux.
- Ouais, t'as raison. Crabe et pirates, c'est cohérent. En plus, les pirates, ils avaient des noms dans le genre S'en-Fout-la-Mort ou No-Fear-No-Die.
- J'aime bien. Eh bien, pour moi, ce sera Crève-le-Crabe !

p.86
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Anne Percin (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Percin
Découvrez le quatrième tome de la série d'Anne Percin, "Comment maximiser (enfin) ses vacances". Montage © LUMYN.
autres livres classés : cancer du seinVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Ma mère, le crabe et moi d'Anne Percin

Quelle est la maladie de la mère de Tania ?

Un cancer de la thyroïde
Un cancer du col de l'utérus
Un cancer du sein
Un cancer du cerveau

5 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Ma mère, le crabe et moi de Anne PercinCréer un quiz sur ce livre
. .