AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812604921
Éditeur : Editions du Rouergue (09/03/2013)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 195 notes)
Résumé :
Le rêve d'Élise va enfin se réaliser. Son american dream! Trois semaines dans un ranch du Middle-West. Tout ce qu'elle aime réuni dans un pack complet : l'équitation, la musique country, les bottes à franges, les cactus dans le désert...
Sauf qu'elle partage le séjour avec une bande de snobinards, tout ce qu'elle déteste!
Alors, comme dans tout bon western, va y avoir de la bagarre, et Élise est du genre Calamity Jane... Les méchantes n'ont qu'à bien s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
marina53
29 septembre 2014
Elise a depuis toujours, du moins autant qu'elle s'en souvienne, une grande passion pour le western et tout ce qui en découle, à savoir la musique country, les Etats-Unis et son histoire, et l'équitation qu'elle pratique assidument. Depuis ce fameux jour où elle a cru avoir poussé la porte d'un saloon, plus exactement celle d'un Buffalo Grill, c'est dire tout le dépaysement et toutes les sensations qui l'ont traversé alors (à 6 ans, on est très vulnérable!). A seize ans, son rêve de côtoyer de véritables ranchers et des Indiens, de monter de pures races et de vivre dans un ranch va enfin se réaliser. Elle est tombée sur une annonce dans Western Horse Mag qui propose un voyage de 3 semaines aux States, plus précisément dans le Dakota du sud. Direction d'abord Paris d'où elle s'envole. Mais à l'aéroport, elle est quelque peu déçue: elle pensait rencontrer des personnes fans, comme elle, de western. Mais entre le fils de bonne famille, la nana qui part d'habitude tous les ans dans les Club Med, elle ne se sent pas trop à son aise et un peu exclue. Johnny Cash ou Patsy Cline dans les oreilles, cette Calamity Jane bretonne compte bien profiter tout de même de ce voyage épique...
L'on suit jour après jour les aventures américaines d'Elise, jeune fille rousse parée de son chapeau de cow-boy, de sa chemise à carreaux et de sa veste à franges. Tenant un journal de bord dans lequel elle raconte ses journées, elle se livre et nous fait partager sa passion pour le western et la country. Dans ce pays où tous ses rêves semblent possibles, elle fera des rencontres surprenantes, inoubliables et touchantes. Anne Percin se met à nouveau dans la peau d'un adolescent et retranscrit parfaitement les ressentis de cette jeune fille. le dépaysement est garanti, aussi bien dans les descriptions du Dakota que dans la vie au ranch. Elise est attachante dans sa maladresse, énergique et passionnée. L'auteur nous livre un roman empli d'énergie, de rêves et de voyages.
Western girl... en selle!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          650
sld09
09 octobre 2016
J'ai eu un peu de mal à entrer dans le roman car Western girl s'adresse à un public adolescent et je ne me suis d'abord pas sentie très concernée par ce qui s'y passait. Et puis le charme de l'héroïne, Elise, a fait son effet, tout comme l'écriture d'Anne Percin qui nous donne vraiment l'illusion de lire le journal d'une jeune fille de 16 ans.
Loin de l'héroïne parfaite, Elise fait des erreurs, juge parfois trop vite et peut s'emporter violemment, mais c'est aussi une jeune fille sensible et drôle qui ne se laisse pas abattre et est bien décidée à profiter de son séjour dans un ranch. J'ai adoré la voir réaliser son rêve et le vivre pleinement malgré les tourments que lui font subir ses compagnons de voyage.
Si j'ai beaucoup aimé Western girl, je dois dire que le premier été reste quand même mon préféré (sans doute parce qu'il s'adresse à un public plus large...).
Lien : http://lecturesdestephanie.b..
Commenter  J’apprécie          322
Shool
18 mars 2013
Qui aurait cru que j'aime un jour un livre sur les chevaux, la country et la vie dans les ranch américains ? Anne PERCIN a réussi !
Elise est une jeune adolescente de seize ans qui vit en province avec ses parents et fait un peu de cheval en club. Elle est même pas trop mauvaise. Outre sa passion pour le cheval, elle passe ses journées à écouter de la country, à danser le madison, à rêver des contrées américaines et des rodéos… Et tout ça lui ait venu naturellement, alors qu'elle était bien plus jeune et que ses parents l'avaient emmené chez Buffalo Grill…
Vous avez maintenant le ton du roman. Ajoutez une intrigue efficace et partez avec notre jeune « frenchie » dans un ranch du Middle-West avec de vrais cow-boys, mais pas seulement. Elle part de Roissy avec une bande de jeune français qu'elle ne connait pas… Et qui la pousse à ne pas mettre ses chemises à carreaux, son stetson et ses jean's de peur d'être raillée.
Au delà d'une histoire qui pourrait paraître un peu facile, Anne PERCIN nous propose un vrai jeu de langage et d'écriture. le lecteur est pris à parti pendant tout le roman étant donné qu'il tient entre ses mains le journal de bord de la jeune Elise. Tout y est dit crument, sans retenu, et avec un humour qu'on ne peut pas lui ôter.
Cette jeune fille qui paraît vouloir simplement vivre son rêve en paix va se transformer sous nos yeux et devenir une jeune femme qu'on est ravi de rencontrer.
Les musiques de Johnny CASH et ses collègues rythment les pages du roman, un peu à la manière de Mad, Jo et Ciao de Fanny LALANDE, et taper du pied en lisant un livre, même si ça parait compliqué, ça peut s'avérer être d'un naturel sans égal. Une petite discographie est d'ailleurs disponible en fin de roman.
C'est finalement un nouvel aspect du road trip que nous propose Anne PERCIN, même si le mot est sûrement un peu gros.
C'est un film de cow boy, mais sans le grand John WAYNE, qui se déroule devant nos yeux. Et l'adaptation qu'on peut imaginer ne peut que faire rêver.
Maintenant, c'est à vous de jouer. Prenez votre courage à deux mains, montez en selle, partez au galop et ne regardez plus derrière vous. Seul le soleil des déserts américain sur votre visage doit vous obnubiler. Voyagez, soyez libre.

Roman paru aux éditions du Rouergue dans la collection DoAdo en Mars 2013. A lire à partir de 12 ans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          186
Ancolie
19 août 2013
Elise, ado comme les autres, vibre grâce à la country, l'ambiance western, les chevaux. Une passion qui lui vient des Buffalo gril, haut lieu de cette découverte. La chance de sa vie se manifeste par la possibilité d'effectuer un stage aux Etats-Unis dans un véritable ranch. La voilà partie, avec d'autres, vers les pâturages du Middle-West…
J'ai passé un bon moment de lecture, l'héroïne est touchante, sympathique et bien dans ses bottes. le récit est, par contre, assez convenu, sans grandes surprises. J'ai été étonnée de voir ce roman édité dans la collection DoAdo chez Rouergue qui en général nous offre des textes plus piquants, plus rebelles. Mais voilà c'est bien écrit, les propos sonnent justes et mine de rien, j'ai été prise par l'histoire. Anne Percin a cette petite touche qui nous charme, qui nous fait aimer ses personnages.
Ce n'est pas exceptionnel mais très plaisant. A lire, sans prise de tête, avec une bande son country recommandée par l'auteur pour se mettre dans l'ambiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
orbe
28 juin 2013
Elise a pour passion les chevaux, le western et la country. D'une famille modeste, elle part faire un stage au Dakota afin de réaliser son cow-boy dream ! le roman raconte à travers son journal, la confrontation de son rêve avec la réalité. Mais si la culture western ne la déçoit pas, il n'en va pas de même pour ses relations avec les autres français du stage…
A travers la lutte entre classes sociales, le racisme et les préjugés, l'auteur nous invite à découvrir l'Amérique du Far West vue par les yeux d'une adolescente française ouverte et volontaire. La lecture est facile et agréable.

Lien : http://cdilumiere.over-blog...
Commenter  J’apprécie          260

Les critiques presse (1)
Ricochet26 juin 2013
Western Girl est un roman formidable, qui donne une pêche incroyable et l’envie de découvrir ce coin méconnu des USA !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
JangelisJangelis18 mai 2014
Hello, I'm Johnny Cash.
Johnny Cash commençait tous ses concerts par cette phrase. Il jouait devant des milliers de personnes venues de l'autre bout du pays (et c'est loin, «l'autre bout du pays», aux States !), exprès pour lui, et pourtant il se présentait au public, toujours de la même façon, simple, efficace et modeste : «Bonjour, je suis Johnny Cash.» J'adore.
Moi, je devrais peut-être faire pareil dans la vie : «Hello, je suis Élise Bonnel.» Le problème, c'est qu'une fois que j'aurais dit ça, je n'aurais plus grand-chose à ajouter... A part que j'ai seize ans, que je suis lycéenne, rousse, que j'aime l'équitation et la musique country. Pas de quoi déplacer les foules, quoi... Je suis quelqu'un de très ordinaire, j'en conviens, si l'on excepte mon goût prononcé pour la musique traditionnelle américaine. Comment j'en suis arrivée là ! Ça, j'en sais rien ! J'ai l'impression que ça a toujours été en moi. Je dois avoir un gène avec un chapeau de cow-boy.
Mes parents, ça n'est pas du tout leur truc, les westerns, les USA et tout ça. D'abord, mon père, il faut savoir que c'est un geek intégral : il écoute de l'électro et passe sa vie le nez dans un ordi. Ma mère s'habille comme si elle revenait des Indes, n'écoute que de la musique celte et du reggae. Ils ne se ressemblaient pas, ils se sont assemblés quand même et là, une erreur fatale s'est produite : je suis née western girl.
Évidemment, ça ne s'est pas vu tout de suite. La découverte a eu lieu quand j'avais six ans.

On revenait de vacances et on s'est arrêtés pour manger dans un restaurant blanc au toit rouge. Je m'en souviens, c'était à Poitiers, juste à côté du Futuroscope. Devant, il y avait un grand totem en bois peint et une espèce de grosse vache en plâtre avec des cornes : d'après mon papa, ça s'appelait un bison. Fascinée, j'ai devancé mes parents. Je me rappelle avoir poussé une porte de saloon et fait quelques pas sur une moquette rouge jusqu'à une statue de Sioux grandeur nature, qui m'a foutu la peur de ma vie. Heureusement, une gentille dame en jean blanc, chemise western et santiags est arrivée pour nous placer. Elle nous a fait asseoir à une table flanquée de banquettes en skaï, dans un petit recoin où on était tout seuls, et elle m'a mis sur la tête une coiffe d'Indien en carton. Un instant plus tard, elle nous apportait de l'eau, du pain et de la salade sans qu'on n'ait rien commandé. Alors, au comble du bonheur, j'ai déclaré : «On est au paradis !»
Oui, bon, ça va.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
orbeorbe28 juin 2013
Toutes les copines qui se prennent la tête avec leur mère, avec leurs frères et soeurs, comme je suis désolée pour elles ! Et tous ceux qui me plaignent d'être fille unique, comme si c'était une malédiction, je les plains en retour... Ils ne savent pas ce que c'est ce sentiment, cette complicité, tout le courage que ça me donne. Toute la force que j'ai toujours eue. Grâce à elle, j'ai jamais douté de moi. J'ai jamais eu peur de rien, sauf de les perdre un jour, papa et elle. Mais pour ça, personne n'est prêt. On a toute la vie pour s'habituer à l'idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sld09sld0908 octobre 2016
Je m'aperçois que chez moi, en Bretagne, à l'école, au collège, au lycée, si personne n'a jamais partagé ma passion, au moins ils l'ont toujours respectée. Ici, au milieu des Cons Fédérés, je ne me sens pas respectée. Je suis une Cheyenne sortie de sa réserve, une servante noire dans la maison de M'ame Scarlett à Atlanta, Géorgie. Une paria.
Commenter  J’apprécie          103
orbeorbe28 juin 2013
Le respect, ça ne se mérite pas : ça se donne. Si on attend que les autres le "méritent", on peut passer des siècles à leur marcher sur la gueule, en attendant.
Commenter  J’apprécie          210
sld09sld0909 octobre 2016
J'ai essayé de raconter le ranch, à Cathy. J'ai parlé de Georgia, de la famille Cooper, de Derek, de l'église blanche abandonnée dans la prairie, des pancakes dans les snacks, des chevaux, du rodéo, d'un tas de choses en vrac. Mais je n'ai pas osé lui parler de Louis et, du coup, c'est comme si je n'avais rien dit.
Raconter le Dakota sans lui, c'est mentir.
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : Country (musique)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Western Girl

Comment s'appelle le personnage principale?

Elisa
Elise
Elena
Emeline

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Western girl de Anne PercinCréer un quiz sur ce livre