AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280944403X
Éditeur : Panini France (05/11/2014)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Une armée de zombies déferle sur New York mais ces morts-vivants sont en réalité les anciens présidents des États-Unis ! Un seul héros Marvel a les compétences nécessaires pour les arrêter : Deadpool. Le mercenaire disert va notamment affronter Richard Nixon et Abraham Lincoln puis se mesurer à Ronald Reagan... dans l'espace !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  28 novembre 2014
CHALLENGE PETITS PLAISIRS ( 7/40)
Dans le cadre de la relance "Marvel NOW", Brian Posehn, Gerry Duggan et Tony Moore jouent le jeu en proposant une approche un peu différente du personnage Deadpool, accessible aux nouveaux lecteurs, drôle, violente et gore, politiquement incorrecte, malgré un scénario assez simpliste.
Ce tome contient les épisodes 1 à 6 de la série commencée en 2013.
Le pitch est assez déjanté, comme toujours avec le personnage de Deadpool. Ici un nécromancien a décidé de ramener à la vie les présidents des États-Unis sous forme de zombies, pour qu'ils sauvent le pays de l'état de déchéance dans lequel il se trouve. Mais très vite la situation échappe au nécromancien qui se retrouve soumis aux anciens présidents, lesquels ont décidés que l'état de délinquance de la nation est imputable aux américains eux-mêmes, et décident donc d'éradiquer la population.
Un scénario assez simple mais qui offre ici une découverte, une nouvelle approche du personnage complexe qu'est Deadpool. les scénaristes ont choisi de conserver la composante d'ultraviolence, l'humour noir, l'action débridée et les remarques destinées au lecteur qui font la force de Deadpool.
Une chose à savoir si vous lisez Deadpool pour la première fois, oublier votre sérieux. Ici il faut accepter le pouvoir de récupération de Deadpool qui lui permet de récupérer de tout, à tel point qu'il saute d'un avion en plein vol sans parachute pour s'écraser au sol sachant qu'il aura regagné sa santé en 5 minutes, ou qu'un président mort lui tire une balle en pleine tête à bout portant, sans le tuer. Il faut parfois lâcher prise, ne pas chercher une logique dans certaines scènes. Certaines situations sont cocasses, délirantes, voir absurdes, mais c'est ça Deadpool.
Si vous voulez tenter l'aventure, ce premier tome de la collection Marvel Now ! est idéal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Presence
  16 décembre 2014
Ce tome contient les épisodes 1 à 6 de la série commencée en 2013. le scénario est de Brian Posehn et Gerry Dugan, les dessins et encrage de Tony Moore, et les couvertures de Geoff Darrow. Cette série a été relancée dans le cadre de l'opération "Marvel NOW", la précédente ayant été écrite par Daniel Way. Cette histoire peut être lue sans connaissance particulière de Deadpool.
Michael (un nécromancien, habillé d'un uniforme du SHIELD, avec un kilt) a décidé de ramener à la vie les présidents des États-Unis grâce aux incantations contenues dans un vieux grimoire, pour qu'ils sauvent le pays de l'état de déchéance dans lequel il se trouve. Problème ; les présidents morts estiment que l'état de déliquescence de la nation est imputable aux américains eux-mêmes, qu'ils décident d'éradiquer. Captain America ayant été photographié en train de décapiter Harry Truman, le SHIELD préfère lancer une opération clandestine, plutôt que de risquer d'autres images aussi catastrophiques pour le moral de la nation.
L'agent Emily Preston a l'idée d'engager Deadpool après l'avoir vu massacrer Franklin Delano Roosevelt en zombie, dans sa chaise roulante. le carnage peut commencer. Mais rapidement, Deadpool se met à avoir des visons du fantôme de Benjamin Franklin, et l'agent Preston se rend compte qu'elle a besoin d'une aide surnaturelle pour trouver comment lutter efficacement contre ces zombies tenaces. Un expert en sciences occultes : Stephen Strange.
Avec chaque nouveau scénariste, le personnage de Deadpool est à réinventer. Posehn et Duggan ont choisi de conserver la composante d'ultraviolence, l'humour noir, l'action débridée et les remarques destinées au lecteur. Première approche de cette nouvelle série : les couvertures de Geoff Darrow. On peut toujours compter sur lui pour ne pas lésiner sur les détails Combien de douilles de cartouche a-t-il bien pu dessiner sur la couverture ? 100 ? 200 ? Et pourquoi ce monstre avale-t-il 13 chats ? Un flamand rose sur une défense d'éléphant ?
Deuxième étape de la découverte de cette nouvelle série : les dessins de Tony Moore. Il s'agit d'un dessinateur dont le style est assez réaliste avec une bonne capacité pour exagérer les expressions des visages et faire ressortir le gore et les moments comiques. Les responsables éditoriaux ont fait le bon choix avec ce dessinateur car sa compétence apporte un coté humoristique qui porte une bonne partie de la série quel que soit le niveau du scénario. Dans la première page, les images convainquent le lecteur qu'effectivement il y a quelque chose de pourri aux États-Unis et que les citoyens en sont responsables. Il n'y a qu'à voir ce redneck en surplus militaire s'en prendre à un rasta dans un bureau de vote pour comprendre le sous-entendu relatif au racisme, mais aussi à l'extrême droite militariste, et à l'usage de la drogue associé au style de vie rasta. À la fois le lecteur saisit ces sous-entendus stéréotypés, et à la fois il comprend qu'il s'agit d'une caricature humoristique.
Le premier affrontement oppose Captain America (droit dans ses bottes) au Nécromancien. Captain America apparaît à la fois vertueux et moralisateur, mais aussi prompt à s'emporter contre la stupidité du Nécromancien. Ce dernier a une tenue à la fois ridicule (kilt et justaucorps du SHIELD) et révélatrice d'un amalgame de croyances new age. Ainsi Moore va donner vie à des personnages improbables et attachants. Impossible de ne pas ressentir d'empathie pour la pauvre agent Preston, son corps bien en chair, ses mimiques montrant qu'elle est coincée avec une mission impossible à réaliser, et son autoritarisme. Deadpool dispose d'un corps plutôt élancé, au lieu d'être hyper musculeux. Il a souvent le sourire aux lèvres, et ses cicatrices ne sont pas belles à voir (plaques de peau manquante laissant voir les muscles en dessous).
Moore prend visiblement plaisir à représenter la violence parodique exigée par le scénario, à la fois de manière réaliste, et à la fois avec un humour bien noir. Un exemple suffira : dans le premier épisode, Deadpool sort du ventre d'un gros monstre pas beau en lui tranchant le ventre de l'intérieur. Il est couvert de boyaux et ruisselant de sang. C'est bien crade, avec un effet humoristique généré par l'énormité de la situation, c'est gore et énorme. Moore s'amuse également beaucoup avec les mimiques des présidents morts, en train de charcuter ou d'exterminer des américains moyens qu'ils estiment indignes de vivre dans cette glorieuse nation (ou Deadpool). Il faut voir la mine fermée et sévère d'Abraham Lincoln se battant contre Deadpool sur un ring.
Brian Posehn (acteur et comédien) et Gerry Duggan (scénariste pour la télévision) ont une vision claire de ce qu'ils souhaitent faire avec le personnage. Ils partent d'une idée loufoque où tous les présidents morts des États-Unis sont réanimés en tant que zombies, avec l'idée de tuer tous les américains, parce que responsables du déclin de la nation.
Le récit dispose d'une logique interne solide qui exige du lecteur d'accepter 2 principes sortant de l'ordinaire. (1) le pouvoir de récupération de Deadpool lui permet de récupérer de tout, à tel point qu'il saute d'un avion en plein vol sans parachute pour s'écraser au sol sachant qu'il aura regagné sa santé en 5 minutes, ou qu'un président mort lui tire une balle en pleine tête à bout portant, sans le tuer. (2) C'est pour rire, c'est-à-dire que Posehn et Duggan s'autorisent à user de l'absurde, envoyant valdinguer le possible et l'impossible. Ils ne le font pas souvent (2 ou 3 fois) mais dans ce cas, le lecteur est prié d'accepter l'issue de la scène comme ça, sans exiger de logique autre que celle de l'absurde.
Posehn et Duggan sont du genre à accumuler les vannes plus ou moins drôles, jusqu'à ce que l'accumulation de bonne et humeur et de piques finissent par l'emporter sur la qualité... et ça marche. Impossible de ne pas sourire devant une telle verve, un tel flux. D'autant qu'ils ne se contentent pas de débiter de la blague au kilomètre (sur les petites manies des présidents, passées à la postérité), ils poussent jusqu'au bout la situation de départ de ces présidents commettant des actes terroristes avec une exubérance de maniaque. Ils tapent dans plusieurs registres de comique : situation (Deadpool éventré sur une défense d'éléphant, attention ça tâche), comportement (Deadpool déguisé en Marylin Monroe, hautement transgressif et répugnant), dialogues (attention ça vanne à tout va), caractère (Stephen Strange hautain et méprisant vis-à-vis de Deadpool, très bien vu), sans limites (Deadpool dans l'espace, indispensable), joueur (Deadpool s'adressant directement au lecteur), etc. Il est juste possible de leur reprocher des blagues qui ne volent pas toujours très haut, et une forme de répétition dans les situations (en particulier Deadpool débitant des présidents zombies avec des armes qui ne lui permettent pas de les tuer).
Dans le cadre de la relance "Marvel NOW", Brian Posehn, Gerry Duggan et Tony Moore jouent le jeu en proposant une approche un peu différente du personnage Deadpool, accessible aux nouveaux lecteurs, drôle, violente et gore, politiquement incorrecte, malgré une ou deux facilités dans le scénario.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nyuka
  29 juillet 2015
Je découvre Deadpool, un anti-héros de Marvel que je ne connaissais pas du tout !
Une bonne surprise que ce premier tome !
Un anti-héros très drôle et qui se fiche des conventions !
Ce premier tome est en effet rempli d'humour : les présidents des USA reviennent à la vie pour anéantir l'Amérique afin de la sauver !
Là, où je me déçois, c'est que je n'ai pas eu une connaissance suffisante de la culture américaine pour comprendre toutes les blagues car il y en a un sacré paquet !
Deadpool ouvre à chaque fois la bouche pour faire une blague, déplacée ou non, il s'en moque !
Certains scènes sont vraiment gores mais Deadpool a le don d'alléger le ton des évènements avec son humour.
Je ne fais aucunement référence à la scène de ce pauvre éléphant qui n'a rien demandé à personne :D
Dois-je vraiment parler des illustrations ? Juste... superbes !
J'adore les mangas et leur poésie que nous ne retrouvons pas dans les Comics mais le graphisme est incomparable !
Très belle découverte dans l'univers de Marvel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LesLecturesdOriane
  13 décembre 2017
Mon avis :
L'histoire : Les présidents américains reviennent à la vie sous forme de zombies et le S.H.I.E.L.D fait face à un problème de taille : les Avengers ne peuvent clairement pas être vus en train de tuer des présidents. Car même si ces présidents soit déjà mort, ça donne une mauvaise image d'eux. Mais heureusement pour eux, l'agent Preston va trouver une solution : faire appel à Deadpool. Après tout le mercenaire ne dit jamais non pour tuer quelqu'un – surtout s'il est payé pour ça – et son image peut difficilement se détériorer.
J'ai trouvé l'idée des présidents zombies aussi loufoque que drôle. Bon je n'apprécie pas les zombies d'habitude, mais là c'est assez comique. Voir ces présidents qui ont aidé leur pays à se développer, tout faire pour le détruire : il n'y a pas ça donne lieu à des situations très drôle. Surtout avec Deadpool dans le lot ! Nous suivons donc ce cher Wade Wilson et sa folie habituelle.
Ce premier tome met tout de suite dans l'ambiance et amène beaucoup de personnages de l'univers Marvel, mais j'en parlerai après. Pour l'histoire elle nous met facilement dans l'ambiance et la fin annonce une suite des plus intéressante !
Les personnages : Évidemment Deadpool est au centre de l'histoire, c'est normal. Nous le retrouvons avec son humour décalé, sa régénération impressionnante et sa folie. Et ici Deadpool doit aider le S.H.I.E.L.D à arrêter les présidents morts. Cela va de soit de dire qu'il souhaite être payé pour ce service rendu. À nouveau je me rends compte que j'adore ce personnage qui me fait autant rire que grincer des dents. Et j'aime vraiment le fait qu'il brise le quatrième mur, c'est-à-dire – pour ceux qui ne le savent pas – qu'il sait qu'il est un personnage de comics et qu'il joue de ça.
Ensuite comme personnages importants nous avons l'agent Preston et le nécromancien. Pour la première, elle travaille au S.H.I.E.L.D et c'est elle qui va avoir l'idée de demander à Deadpool son aide. Elle a son importance dans ce premier tome et j'ai hâte de la retrouver dans la suite ! le Nécromancien est celui qui ramène à la vie les présidents alors bien sûr il a son importance. Il fait aussi quelque chose d'autre de très important, mais je vous laisse la surprise. Ce que je garde surtout en tête avec ce personnage là c'est sa tenue. Un haut d'uniforme du S.H.I.E.L.D et un kilt. C'est assez original il faut le dire.
Évidemment il y a les présidents américains qui sont importants dans ce livre. Bon par contre ils sont un peu trop nombreux pour que je vous les cite tous. Il y en a beaucoup que je ne connaissais pas, mais dans tous les cas ils m'ont fait beaucoup rire. Pour ceux qu'on voit le plus, ils ont leur but en tête et leur personnalité. Et quand on les voit comme ça, on à du mal à avoir envie de les rencontrer il faut le dire.
L'un de mes personnages favori de ce tome c'est Benjamin Franklin. Il est là sous la forme de fantôme et vu que Deadpool semble être l'un des rares à le voir, les gens ont du mal à croire en sa présence. Pour ma part je l'ai trouvé très drôle à vouloir aider tout en ayant des répliques qui n'avaient aucun rapport. J'espère vraiment qu'on le reverra par la suite.
En dehors de tout ce petit monde, nous croisons la route des Avengers, de Docteur Strange, mais aussi de She-Hulk et d'autres personnages. Si Strange a une certaine importance, les autres font juste une petite apparition. Mais nous avons quand même la chance de voir Marilyn Monroe, mais je vous laisse la découverte du pourquoi et du comment.
Point fort : L'humour et les personnages. Pour moi ce sont les deux gros points forts de ce premier tome. Pour l'humour, c'est par rapport à Deadpool bien sûr, mais aussi Benjamin Franklin ou tout simplement l'histoire globale. Après tout des anciens présidents revenus en zombi pour détruire les Amériques… Oui c'est comique ! Et les personnages. Il y en a beaucoup dans ce tome et certain ne sont pas vraiment important, mais d'autre – comme l'agent Preston – ont quelque chose de vraiment intéressant. J'ai hâte de continuer la série pour en savoir plus.
Point faible : C'est trop court où cela va trop vite. Au choix. Il y a beaucoup de présidents et peu de page, alors bien sûr la plupart sont là et meurt tout de suite. C'est un point faible, sans trop l'être. Car de ce fait ça permet de ce concentré sur les présidents qui sont vraiment important pour l'histoire. Mais quelques pages supplémentaires ne m'auraient pas dérangé.
Avis global : Un très bon premier tome. Je suis vraiment heureuse d'avoir commencé cette série. Déjà car j'adore le héros, mais aussi car il y a tout ce qu'il faut pour me plaire. de l'humour, de beau dessins, des personnages attachant et une fin qui annonce une suite des plus intéressantes. Et avec en prime une petite dose de mystère lié à une scène énigmatique pour laquelle j'ai hâte d'en savoir plus.
Lien : https://lecturesmmdoriane.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nelja
  17 septembre 2014
Tout commence quand un nécromancien décide de ressusciter les présidents des Etats-Unis pour donner un exemple à la jeunesse dépravée. Malheureusement, il n'obtient que des zombies aggresifs et au mauvais sens de l'humour qui veulent détruire le monde. Et comme cela ferait mauvais effet de voir Captain America taper sur des présidents américains à la télé, Deadpool est invité à régler le problème !
Ce tome n'est pas très profond, voire pas du tout. C'est surtout une suite de combats entre Deadpool et les présidents les plus connus, avec plein de références amusantes et détournées à ce pour quoi ils sont connus (et pendant ce temps, les présidents dont personne n'a jamais entendu parler font les sbires et se font chambrer). Mais c'est réussi dans le genre, drôle et imaginatif.
Dans ce tome, j'ai aimé comment étaient introduits puis écrits les personnages secondaires. Emily Preston, agent de SHIELD avec les pieds sur terre. le fantôme de Benjamin Franklin, qui ne cesse de répéter que non, il n'est pas un zombie, et d'ailleurs il n'a jamais été président. le nécromancien louzeur lui-même, qui aimerait bien que sa petite bêtise n'ait pas trop d'effets secondaires. Ils ont tout de suite une consistance.
Pour moi, ce n'est ni une aventure de Deadpool qui révolutionnera le monde des comics, ni une qu'on regrettera d'acheter. Je recommande ce nouvel arc à tous les fans du personnage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
ActuaBD   18 novembre 2014
Deadpool, Tome 1 ne constitue peut-être pas une référence incontournable du catalogue Marvel actuel mais peut se révéler quelque peu divertissant avec son classique mélange d’action et d’humour pour peu qu’on lui prête attention.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   28 novembre 2014
- C’est qui les macchabées dans le coin d’Abe ?
- On dirait bien Chester A. Arthur, Grover Cleveland, Benjamin Harrison et William Mckinley.
- Vache ! T’es un geek des présidents ? Je savais même pas que ça existait.
- On nous appelle « historiens » en fait …
Commenter  J’apprécie          180
NeljaNelja   17 septembre 2014
Deadpool: Who are those dead goons in Abe's corner?
Preston: It looks like Chester A. Arthur, Grover Cleveland, Benjamin Harrison and William McKInley.
Deadpool: Wow, are you a president nerd? I didn't even know that was a thing.
Preston: We're called "historians".
Commenter  J’apprécie          50
NyukaNyuka   29 juillet 2015
Qui a deux pouces et vient de lâcher deux bombes dans le bain ?
C'est OUAM !
Commenter  J’apprécie          60
WalexWalex   28 mai 2019
Je vais manger jusqu'à avoir sommeil, puis dormir jusqu'à avoir faim.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
456 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre