AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Des Anges Mineurs (14)

brigetoun
brigetoun   11 novembre 2009
Les humains étaient à présent des particules raréfiées qui ne se heurtaient guère. Ils tâtonnaient sans conviction dans leur crépuscule, incapables de faire le tri entre leur propre malheur individuel et le naufrage de la collectivité, comme moi ne voyant plus la différence entre réel et imaginaire, confondant les maux dus aux séquelles de l'antique système capitaliste et les dérives causées par le non-fonctionnement du système non capitaliste
Commenter  J’apprécie          200
brigetoun
brigetoun   11 novembre 2009
Un héron blanc longea la berge en direction de l'aval et disparut, le ciel ne rougeoyait plus du côté de la bananeraie, déjà une brume bleuâtre enfumait la courbe du fleuve, les cigales.
Commenter  J’apprécie          140
Alice_
Alice_   28 décembre 2016
Le temps s'était réchauffé, pourtant les vieillardes restaient emmitouflées dans leurs peaux de mouton. Elles étaient assises en tailleur, la carabine posée sur les genoux, et elles fumaient, muettes, comme exclusivement occupées à savourer le parfum des herbes et des champignons dont elles avaient bourré leurs pipes. Les pans crasseux de leurs manteaux exhibaient des broderies baroques, et pareillement le cuir de leurs mains et même celui de leurs joues, car elles n'avaient pas perdu encore toute notion de coquetterie, et certaines ici ou là étaient maquillées au point de chaînette.
Commenter  J’apprécie          90
Jerry_Can
Jerry_Can   16 septembre 2017
Elle respirait comme une dormeuse. Nos sueurs se conjuguaient. Bientôt, en dépit de la rumeur grondante du marché et des boniments aigus qui poignardaient les oreilles, j'entendis le bruit de barque à l'ancrage que produisait la pression de nos corps l'un contre l'autre, le glissement des chairs égales et inégales l'une contre l'autre, le partage des sueurs, ce clapotis de vaguelettes et d'amour des corps amoureux pendant l'étreinte.
Commenter  J’apprécie          60
cicou45
cicou45   21 août 2011
"Certains spectacles m'affligent encore. D'autres, non. Certaines morts. D'autres, non. J'ai l'air d'être au bord du sanglot, mais rien ne vient.
Il faut que j'aille chez le régleur de larmes."
Commenter  J’apprécie          50
brigetoun
brigetoun   11 novembre 2009
.. puis la lune vint. J'aurais aimé parler à quelqu'un. J'aurais aimé que quelqu'un me parle des hommes et des femmes que j'avais peints, m'en parle avec amour, avec fraternité et compassion, me dise : J'ai bien connu Lydia Mavrani, raconte-moi encore comment elle était après avoir survécu, ou : Donne-moi des nouvelles de Bella Mardieossian... ou encore : Nous aussi nous appartenons à cette humanité mourante que tu décris.
Commenter  J’apprécie          50
nathalie_MarketMarcel
nathalie_MarketMarcel   29 septembre 2015
Inutile de se cacher la vérité. Je ne réagis plus comme avant. Maintenant, je pleure mal. Quelque chose a changé en moi autant qu’ailleurs. Les rues se sont vidées, il n’y a presque plus personne dans les villes, et encore moins dans les campagnes, les forêts. Le ciel s’est éclairci, mais il reste terne. La pestilence des grands charniers a été lavée par plusieurs années de vent ininterrompu. (…) Il faut que j’aille chez le régleur de larmes.
Commenter  J’apprécie          40
brigetoun
brigetoun   11 novembre 2009
Voilà ce qui se présente quand on me demande de voyager jusqu'au plus extrême de mes souvenirs, ou lorsque, par exemple, vous m'interrogez sur le pourquoi de cette nostalgie d'un paradis noir qui m'accompagne et ne me lâche pas, et qui toujours, à un moment ou à un autre, visite ceux qui remuent et parlent dans l'espace de mes narrats étranges. Je suis né contre mon gré, vous m'avez confisqué mon inexistence
Commenter  J’apprécie          40
Celine_72
Celine_72   01 mars 2012
L'étrange est la forme que prend le beau quand le beau est sans espérance.
Commenter  J’apprécie          30
Celine_72
Celine_72   01 mars 2012
Les mouettes qu'il avait équarries appartenaient à une espèce indistincte. elles n'étaient pas rieuses, et, de toute façon, elles étaient mortes.
Commenter  J’apprécie          20


    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





    Quiz Voir plus

    Les plus grands classiques de la science-fiction

    Qui a écrit 1984

    George Orwell
    Aldous Huxley
    H.G. Wells
    Pierre Boulle

    10 questions
    2093 lecteurs ont répondu
    Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre