AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Au plaisir de Dieu (24)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Giraud_mm
  28 février 2018
A la mort de l'auteur, j'ai réalisé que je n'avais lu aucun de ses ouvrages. "Au plaisir de Dieu" est donc le premier mais probablement pas le dernier.
Une écriture à la fois complexe et alerte, pour conter, avec un détachement certain, l'histoire d'une famille, aristocratie en déclin, à la fois coupée des évolutions de la société, et en même temps traversée par elles.
Ce n'est pas facile à lire ; il faut y mettre du temps et y chercher du plaisir... Mais on ne le regrette pas.
Deux choses assez extraordinaires :
- en lisant le texte de Jean d'Ormesson, je l'entendais dans les émissions de
Bernard Pivot, à la télé des années 80. Il écrivait un peu comme il parlait, avec grâce.
- une grande modernité : à la fin du roman, les aventures d'Alain, écrites au début des années 1970, nous rappellent celle des enfants perdus de l'islamisme du début des années 2000... Eternel recommencement ?
Commenter  J’apprécie          462
claudine42
  06 janvier 2015
Jean d'Ormesson prend la plume d'un narrateur afin de nous faire vivre les grandes heures de l'Histoire à travers une famille bourgeoise française.
Le grand père, clé de voûte de ce roman, fidèle au Passé, réfractaire au Progrès et aux changements vit dans son château de Plessiz Les Vaudreuil.
Cette chronique familiale est tantôt gaie, tantôt amère, souvent réaliste. Les références à la table en pierre du jardin, où bon nombre de conciliabules, de discussions, de disputes ont vu le jour sont nombreuses.
Ce roman nous décrit la déchéance d'une famille qui n'a pas su suivre l'évolution de la Société.

Dans un style magnifique digne De Chateaubriand, son idole à qui il fait penser, Jean D'Ormesson écrit des lignes riches, d'un souffle, d'un rythme et d'une amplitude rare.
Commenter  J’apprécie          310
akhesa
  05 juillet 2014
En hommage a la mémoire de son grand-père,symbole de la tradition,contraint de s'eloigner a jamais de la terre de ses ancêtres,le cadet d'une vieille famille francaise enfermee dans l'image du passe,raconte ce qui a été et qui acheve de s'effondrer.L'histoire du xxe siecle avec ses situations paradoxales,precipite la mutation de la decadence d'une famille qui avait su,a travers tous les cataclysmes,maintenir ses privilèges et conserver son charme.
Une famillebde l'aristocratie comme tant d'autre,perdue dans la tourmente de la vie;tres beau livre,qui se lit avec beaucoup de facilite et qui est toute en delicatesse;on vit au cote de cette famille,la decadence et l'echeance inevitable du vieu monde bourgeois
Commenter  J’apprécie          220
Bellonzo
  02 janvier 2014
Quel plaisir de lecture!Et dire que certains pensent que ce livre est une saga familiale type feuilleton d'été,ce qu'il a d'ailleurs été aussi.Mais avant il me faut dire un mot de Papy Jean d'Ormesson.Nous sommes très liés,je l'appelle Papy,il aime pas ça,ce séducteur patenté très tenté.A la télé on voit beaucoup de cabotins.Certains pensent que Jean d'Ormesson en est un exemple.Et ils ont raison.Seulement voilà,il arrive que les cabotins aient un grand talent et c'est bien son cas.Les yeux qui pétillent,sur un plateau on voit qu'il "attend son tour".Il a même fait récemment ses débuts au cinéma dans le rôle d'un autre cabotin notoire,non sans talent non plus.Jean d'O.,c'est avant tout un homme d'une culture étonnante,assez classique mais il y a longtemps que la culture classique est par sa rareté même devenue avant-gardesque.Ce débat nous entraînerait trop loin et il me faut revenir à ce remarquable roman qu'est Au plaisir de Dieu que Valentyne a partagé avec moi.A l'heure où j'écris je n'ai encore aucune idée de sa réaction.

Formidable conteur,et d'un humour assez caustique qui a l'élégance de s'exercer en premier lieu aux dépens de sa propre famille,Jean d'Ormesson fait précéder son roman,du moins dans l'édition que j'ai lue,d'un arbre génalogique,très utile,car la lignée est touffue,mais aussi fantasque,arrogante,émouvante,et surtout tout aussi querelleuse que dans d'autres milieux.L'aristocratie m'a toujours passionné,surtout celle qui,tout en ayant l'air de s'isoler dans ses bastides,en l'occurence son château sarthois de Plessis-lez-Vaudreuil,lutte,enrage et participe à la vie d'un pays,la France.La France est aussi l'héroïne d'Au plaisir de Dieu et tous les membres de cette famille en ont une conception parfois très différente.Ancêtres bourbonophiles ou bonapartistes,dreyfusards ou antisémites,pétainistes ou résistants,parfois cela dépendait de la semaine.

Courant jusqu'aux barricades de mai l'histoire de cette famille somme toute comme les autres est toujours emballante. L'humour d'Ormesson n'exclut nullement l'émotion,parfois picaresque, parfois un peu artificielle et gonflée.Les rapports entre maîtres et serviteurs sont particulièrement fins.On se prend à aimer Plessis-lez-Vaudreuil,nef invraisemblable,trouée et battue des quatre vents. Dame, c'est que,très souvent,les châtelains ne roulent pas sur l'or,et que fortune est volatile.Enfin de son grand talent le malicieux écrivain nous dépeint une telle galerie du genre humain,dans le sillage de la figure centrale,le grand-père Sosthène, charnière du récit.Presque prêtre gaulliste,héros de la Grande Guerre, presque star de Hollywood,partisan de Vichy et de l'O.A.S., etc...On les aime tous,y compris Dieu,qui semble guetter ça de toute son insolence.Ils font tellement partie de notre histoire,contée par un narrateur qui ressemble tant à un académicien précieux d'un vert bien peu académique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Taraxacum
  25 novembre 2016
Au plaisir de Dieu, c'est le récit d'une famille et le récit de sa mort, mais aussi le récit du dernier siècle qui par ses transformations a accéléré cette fin. Au plaisir de Dieu, c'est aussi très difficile à résumer tant il s'agit d'une oeuvre riche que j'ai trouvé passionnante. Il y a de l'ironie, de la grandeur et de la petitesse, de la douleur et de l'orgueil. Il y a une certaine forme de tragédie aussi. L'avouerai-je? A trois reprises, j'ai pleuré, mais je ne vous dirais pas où!
La famille du narrateur a participé à l'épopée de la France bien avant que celle-ci trouve sa forme moderne. Ils mourraient pour Dieu et le Roi, ils étaient grands parfois, terribles souvent, ils étaient catholiques ou de la Réforme, ils s'étaient réinventés dans des branches aux quatre coins de l'Europe, ils étaient plein de panache souvent, mais bien rarement de génie. Mais surtout ils étaient une famille et leur nom était leur bien le plus précieux. Leur nom, et puis Plessis Les Vaudreuil, le domaine familial où on revenait mourir, ou plutôt s'endormir dans le giron de la sainte mère Église.
Seulement le monde a changé et il n'est plus question de nos jours de mourir pour le Roi et pour Dieu. le Roi de toute façon....Un Orléans, pouah!!
Quant à Dieu, il semble bien décidé après avoir été leur devise pendant des siècles, à les abandonner. Au sein même de la famille, les dissensions commencent, tandis que la politique et l'histoire les rattrapent. Et si avant on mourrait pour la France par habitude, même la France Républicaine, voici que les fils de la famille se retrouvent dans des camps opposés dans la guerre d'Espagne...

Arrêtons nous là pour le récit: on ne résume de toute façon pas une telle oeuvre. Pour un homme qui aime tant les digressions, D Ormesson a un étonnant talent à ne pas dire trop. Jamais ses personnages ne sont décrits et pourtant ils prennent vie et on les aime. Pour leur aveuglement, leur douleur, pour cette lente agonie de ce monde qui n'en finit plus de mourir.La partie où peu à peu, ils vendent, vendent, vendent, dans l'espoir fou de sauver au moins la maison....
Le Roi est mort et ses fidèles ont commis l'erreur de lui survivre : rattrapés par le siècle, ils se cherchent un destin. Ceux qui tombent en Ardenne sont finalement les plus heureux: rien de plus terrible que ce pauvre grand-père qui survit à son monde. Que reste-il quand tout ce qui constituait votre être a disparu, et pire; se trouve brocardé?
Ce roman est aussi celui de l'histoire moderne de France, tout du moins du siècle dernier: à se chercher, les membres de la famille en viennent à aimer tous les partis, les uns ou les autres, ou les uns après les autres, et c'est une promenade historique par le petit bout de la lorgnette, parfois finalement les promenades les plus instructives.
Un grand roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
sweetie
  02 mars 2020
« La devise de la famille était : Au plaisir de Dieu. » Jean, l'avant-dernier encore vivant de la lignée des Plessis, entreprend de rédiger l'histoire de son illustre famille, illustre par sa descendance remontant au Moyen-Âge et par le nombre d'années passées à l'ombre du château Plessis-lez-Vaudreuil dans la région de Haute-Sarthe en France. Se voulant plutôt « le journaliste de ma famille le témoin de ses rêves et de ses folies, le chroniqueur de ce demi-siècle où elle a essayé de se survivre parmi les bouleversements. »
Ainsi, se souvenant de son grand-père, témoin des morts prématurées de certains de ses frères, fils et neveux au cours des deux grandes guerres du XXe siècle, jusqu'aux jeunes nés après 1945, le narrateur prend conscience que « la moindre de nos paroles et le moindre de nos geste renvoyaient à tout un monde de coutumes et d'événements. » Au plaisir de Dieu représente une gigantesque fresque tenant sur deux demi-siècles foisonnant d'histoire et de bouleversements sociaux (la fin du XIe et la moitié du XXe). Et cette famille d'aristocrates, tels « des espèces de Robinson Crusoé, d'une élégance époustouflante, échoués depuis toujours sur leur île déserte de Plessis-lez-Vaudreuil, entourés de Vendredis à leur entière dévotion, et menacés par les tempêtes. » tentent de préserver leurs acquis et leurs traditions au sein même des tempêtes politiques et de la modernité à leurs portes.
Jean d'Ormesson, que j'ai découvert avec Histoire du Juif errant, me comble encore avec ce roman au charme suranné, à l'écriture toujours distinguée et précise, assortie d'un certain humour discret. Il fait maintenant partie de ma famille d'écrivains préférés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
VALENTYNE
  16 juin 2013
Jean d'Ormesson choisit dans ce livre de raconter l'histoire d'une famille (dont on ne saura pas le nom) de 1900 environ à 1970 (1975 est la date de parution de ce livre). Sans être l'histoire de sa propre famille, il semblerait que celle-ci l'ait largement inspiré. Au travers de la vie de cette famille noble, il nous fait découvrir les changements de la société qui vont s'opérer à travers ce siècle (de la naissance du narrateur) en passant par deux guerres mondiales, une crise non moins mondiale et un après-guerre turbulent. L'histoire s'accélère et la famille se disperse....
Le parti pris n'est pas de raconter sa vie ; le narrateur est un simple spectateur, ne parle pas de ses sentiments, n'a pas de réelle chair .....un témoin plutôt. Il se pose en rapporteur d'un climat, d'une évolution dans la vie de cette famille et par là même de la société. (je n'ai pas lu ce livre avec la couverture que l'on trouve sur Babelio mais je la trouve adaptée : une personne observe (contemple ?) l'évolution de ses contemporains.
.
Le fil conducteur reste le grand père du narrateur, patriarche d'une nombreuse famille. Lui aussi évolue tout au long du livre : d'abord farouchement royaliste et anti républicain, il finit par devenir patriote et défend les valeurs républicaines.
Après un bref rappel de l'origine de la famille, qui remonte aux croisades, le narrateur commence par l'entrée de cette famille dans le monde que l'on appelle moderne : l'oncle Paul épouse la belle Gabrielle et ses millions. Les quatre fils de Paul et Gabrielle (le narrateur est leur cousin) évoluent, se marient, ont des enfants, prennent position dans un siècle qui traverse de nombreuses crises.

Le père du narrateur meurt au front pendant la première guerre mondiale et celui ci est élevé dans le château familial avec ses trois cousins. Vers ses quinze ans, un précepteur Mr Comte est engagé pour l'éducation des quatre cousins. Il va leur ouvrir les yeux sur le monde extérieur, forger leur caractère et leur faire découvrir la littérature.

De nombreux évènements sont évoqués, l'art , l'économie, l'argent.
.
En filigrane, on suit cette famille à Paris mais surtout à Plessis-les-Vaudreuil, qui sera vendue, faute d'argent pour entretenir cette propriété, cette vente sera le symbole de l'éclatement de la famille et du triomphe de l'individualisme.
.
En conclusion : un livre intéressant qui traverse un siècle d'événements nombreux et la fin d'un monde (pas uniquement pour cette famille). La partie qui m'a le plus intéressée est celle entre 1930 et 1945 où on voit comment les quatre garçons élevés ensemble évoluent très différemment et prennent des chemins totalement séparés : certains soutiennent le maréchal Pétain et d'autres s'engagent dans la résistance. J'ai également aimé l'humour et le recul de l'auteur sur la baisse d'influence de Dieu dans le destin familial. Une annexe à la fin du livre présente les différents et nombreux personnages par ordre alphabétique et à l'entrée "Dieu", on peut y lire (je cite de mémoire car j'ai rendu le livre à la bibliothèque) "Dieu , vieil ami de la famille, l'a un peu laissée tomber vers la fin".
Lien : http://l-echo-des-ecuries.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
lcath
  11 août 2020
Nous traversons plus d'un siècle au travers d'une famille "exotique" à souhait, une famille noble, attachée à un terroir et un château.

Un siècle traversé par l'histoire et les histoires de famille, les deux fissurant peu à peu , le mode de vie mais aussi les valeurs ancestrales de cette famille.

Le talent de l'écrivain fait beaucoup pour attacher le lecteur aux différents membres, le plus souvent inutiles et imbus d'eux mêmes et de leur place. On pourrait sans difficulté les prendre en grippe mais croisant petites anecdotes et grandes tragédies, on accompagne l'auteur qui dessine les mémoires de ces aristocrates .

L'ensemble est traversé de réflexions mi-moralistes mi-philosophiques qui ne sont pas dénuées d'intérêt et même parfois très pertinentes.

J'ai lu ces plus de 600 pages avec étonnement, plaisir, ennui aussi à certains passages mais c'est une bonne lecture, une belle écriture. Cela faisait longtemps que je voulais découvrir et l'auteur et ce titre, c'est chose faite .
Lien : http://theetlivres.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Marc21
  04 septembre 2018
Un voyage dans le temps, l'histoire, la vie, la mort... Une prose délicate qui vous prend par la main, dire :"viens voir comme la vie était facile", les idées, les convictions évidentes. Il faut rattraper le temps, L Histoire et rien ne va plus, tout se délite, de plus en plus vite.
En une cinquantaine d'années, tout est parti, tout s'est érodé. Tout va trop vite comme notre ère industrielle, et tout se perd...
Commenter  J’apprécie          90
Pleven
  16 août 2015
Il ne faut pas oublier, quand on lit "Au plaisir de Dieu", qu'il a été écrit alors que Pompidou était président, dans une France qui sortait de mai 1968, pour laquelle la guerre était hier et qui pensait que l'URSS pourrait enterrer le monde sous les bombes.
Ceci pour expliquer l'omniprésente nostalgie d'avant (l'avant d'avant, celui de la monarchie) qui baigne ce récit, quoi que le narrateur dise (répète, même) pour s'en distancier.
Outre le fait que l'écriture (surannée) de Jean d'Ormesson est agréable à lire, très fluide, et que sa culture (volontiers étalée - ce livre est écrit alors que Jean d'Ormesson rejoint L Académie Française) inspire le respect, ce livre captive par la leçon d'histoire de France qu'il constitue : vu de l'intérieur d'une famille de grand noblesse, comment nous sommes passés en très peu de temps (en gros, de 1914 à 1968) de l'agonie de la monarchie à la naissance de la république).
Ce livre a beau être un roman, on se dit en le lisant que l'on n'est sans doute jamais très loin de l'auteur, lui-même fils d'un ami de Léon Blum et d'une monarchiste proche de l'extrême-droite d'alors, deux influences qui divisent la famille mise en scène dans "Au plaisir de Dieu".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1128 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..