AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782350872797
120 pages
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (12/06/2014)
  Existe en édition audio
3.62/5   246 notes
Résumé :
"J'ai aimé Dieu, qui n'est rien aux yeux des hommes qui ne sont rien. Je n'ai détesté ni les hommes ni les femmes. Et j'ai aimé la vie qui est beaucoup moins que rien, mais qui est tout pour nous. Je chanterai maintenant la beauté de ce monde qui est notre tout fragile, passager, fluctuant et qui est notre seul trésor pour nous autres, pauvres hommes, aveuglés par l’orgueil, condamnés à l'éphémère, emportés dans le temps et dans ce présent éternel qui finira bien, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 246 notes
5
18 avis
4
21 avis
3
15 avis
2
5 avis
1
0 avis

rabanne
  10 avril 2017
Ok, je me savais déjà n'être pas la candidate idéale pour ce genre lecture, mais j'ai voulu tenter, ma mère m'y poussant depuis longtemps.
Monsieur d'Ormesson est brillant, attachant, limpide, mais son "chant" n'a pas été une berceuse agréable à mes oreilles.
Nous avons tous/toutes, je présume, des questions existentielles, remontant à l'origine du monde, de l'humanité, du pourquoi de notre naissance et de notre mort, de leurs inconnues. Mais l'évidente absence de réponse ne fait pas avancer le schmilblick (!) Alors, il y a Dieu, la spiritualité... A chacun de voir si cela lui parle.
Aïe, c'est ça qui m'a fait "tiquer" je crois, cette interrogation sur l'existence Dieu. (une éducation sans doute trop traumatisante...).
Donc, le néant, le tout, le rien, le hasard, l'éternité, l'éphémère, la véracité scientifique, les miracles, l'inexplicable, la vie, la mort, le tout pour finalement retourner au néant, au rien ??
Bref, bien trop mystique (merci maman !) et philosophique pour moi, qui verse plus volontiers dans le psychologique. Étant une personne "hyperactive" intellectuellement, et physiquement, le gentil rythme prosaïque et répétitif de cet essai m'a agacée, là où un François Cheng m'avait davantage envoutée, voire touchée.
Je respecte infiniment l'auteur, et bien entendu ceux de mes amis qui ont adoré ce livre. "Ravissements et surprises" dit la 4e de couverture ; pas pour moi hélas. Désolée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6130
Ode
  21 août 2014
C'est une interview de l'auteur à la radio qui m'a donné envie de découvrir ce livre : son discours sur la science et l'origine de l'univers m'avait interpellée. J'étais pourtant jusqu'à présent allergique au style décousu et prétentieux de Jean d'Ormesson ; quelques tentatives de lectures infructueuses m'avaient dissuadée de recommencer. Mais voilà, il ne faut jamais dire « Fontaine, je ne boirai plus de ton eau »...
"Comme un chant d'espérance" est un petit essai sur les origines de l'univers, la vie, la mort et l'existence de Dieu. Cet ouvrage est qualifié de roman en hommage à Flaubert, car l'auteur y relève son défi littéraire, celui s'écrire « un roman sur rien ». le rien étant ici le néant qui précède le big bang, ou celui d'après notre mort. « La vérité est que sur l'avant-notre-monde comme sur l'après-notre-mort nous ne savons rien. Nous pouvons croire. Nous pouvons rêver. Nous pouvons espérer. Nous ne pouvons pas savoir. »
Le ton est léger et bienveillant. La culture l'emporte largement sur la science, ce qui n'est pas étonnant venant d'un philosophe et écrivain. Malgré quelques redites et l'emploi de formules déjà connues (hasard et nécessité, « Dieu ne joue pas aux dés »...), la réflexion qui amène à l'existence de Dieu est cohérente et bien construite. Il est intéressant de considérer l'espace et le temps comme la marque de fabrique de Dieu, par opposition au néant et à l'éternité.
J'ai apprécié cette lecture stimulante qui, sans rien révéler d'exceptionnel, élève la pensée pour un court moment. Je suis cependant contente d'avoir emprunté ce livre, car avec seulement 120 pages bien aérées, j'en aurais sans doute regretté l'achat.
Et pour finir sur un chant d'espérance :
« Quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez,
dans le désarroi bruyant de la vie, la paix de votre coeur.
Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
lecassin
  01 décembre 2014
« Dieu n'existe pas, il est ». Est-ce à dire qu'il n'est rien, c'est-à-dire tout ?
C'est en tout cas ce que Jean d'Ormesson nous fait toucher du doigt dans ce court essai qu'il présente lui-même comme un roman.

Fort de l'idée de Flaubert d'écrire un roman sur rien, Jean d'Ormesson, au soir de sa vie s'y risque : après « c'est une chose étrange à la fin que le monde » et « Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit », il met avec ce court essai/roman la touche finale à cette trilogie de l'âge mûr et du questionnement existentiel en évoquant la parenthèse humaine au milieu de l'infini du temps entre le mur de Planck et le mur de la mort.
Nombreux sont les thèmes évoqués par l'auteur qui ont déjà été débattus par autant de scientifiques et de philosophes, mais qu'importe : la prose pleine d'élégance et de poésie de Jean d'Ormesson leur apporte un éclairage nouveau. du grand art, Monsieur ! Et merci pour tout, même si vous devez me rétorquer : « de rien… ».
Commenter  J’apprécie          472
GeorgesSmiley
  08 avril 2020
Vous reprendrez bien un petit Jean D'Ormesson ? Un format court de cent-vingt pages, en caractères assez gros. Une heure de lecture agréable, à écouter l'académicien vous faire la conversation de son ton léger et primesautier sur… rien !
Entendons-nous bien, il ne s'agit pas de parler de tout et de rien, comme vous et moi réussissons généralement à le faire assez bien. Il s'agit de : «L'idée, chère à Flaubert, d'un roman sur rien (qui) m'a longtemps travaillé en silence… Pour préparer deux de mes livres récents, je me suis intéressé en néophyte à un domaine qui m'était étranger et qui fait depuis cent ans des progrès fascinants : la physique mathématique et la cosmologie. »
Dieu, l'univers, le néant, le temps, la pensée, Darwin, le hasard, le soleil et la lumière défilent dans une conversation fluide, agréable, accessible, souvent convaincante même si, au bout du compte, votre perplexité resurgit au détour d'une phrase :
« Dieu est le néant d'où surgit notre tout. Il n'existe pas au sens où existent les choses et les êtres plongés dans l'espace et le temps. Il est de toute éternité puisqu'il est à la fois le rien et le tout, l'être et le néant. »
Vous refermez ce petit livre élégant, toujours aussi peu avancé sur ce problème diabolique qui vous taraude un peu depuis que vous avez compris qu'il y a une fin au grand film de votre petite vie. Pour tenter d'apaiser le vertige causé par ces angoissantes questions, vous vous retranchez derrière la dernière opinion que vous aviez adoptée sur le sujet. En ce qui me concerne, je doute fortement qu'un quelconque dieu puisse, une fois que j'aurai cessé de vivre, s'intéresser à un être aussi insignifiant, que ce soit pour lui demander des comptes ou l'affecter à un nouveau rôle. Si Dieu existe, je reste persuadé qu'il n'aura que faire de moi, ce qui m'inciterait plutôt à ne pas plus me soucier de lui que ce que j'imagine qu'il se soucie de moi.
Je repose le livre, une dernière pensée à l'auteur, pas plus immortel que ne l'étaient les membres de la garde prétorienne de Xerxès affublés pourtant du même qualificatif que nos académiciens, et je me fais la réflexion passe-partout de sortie de cimetière : « il a bien vécu ». Notez qu'il le dit bien mieux que moi : « J'ai aimé la vie qui est beaucoup moins que rien, mais qui est tout pour nous. Je chanterai maintenant la beauté de ce monde qui est notre tout fragile, passager, fluctuant et qui est notre seul trésor pour nous autres, pauvres hommes, aveuglés par l'orgueil, condamnés à l'éphémère, emportés dans le temps et dans ce présent éternel qui finira bien, un jour ou l'autre, par s'écrouler à jamais dans le néant de Dieu et dans sa gloire cachée. »
Quant à moi, merci c'était pas mal, je ne regrette pas d'être passé sur terre, je serais bien resté un peu plus, et voilà tout…
Pas tout à fait, finalement, car une autre idée vient de surgir, une image plutôt : de quelque part, je ne sais pas d'où, de nulle part ou d'ailleurs, l'écrivain au regard bleu, ou son avatar, m'observe en train de refermer son livre… et je distingue parfaitement son sourire ironique, celui de celui qui sait et ne dira rien…
Pfff… ou bien alors, ce sourire ne dissimule qu'un bluff et il n'en sait toujours pas plus que moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
mcd30
  29 mai 2018
Dans ce roman Jean d'Ormesson réussit à m'entraîner du côté de la physique mathématique et de la cosmologie grâce à sa plume qui arrondit les angles.
Je n'y ai pas ressenti la même émotion que lorsqu'il parle du temps, de l'histoire, des écrivains et de l'amour mais, et c'est là toute sa force, les quatre derniers chapitres sont d'une telle beauté, d'une telle intensité avec son chant d'espérance " où il ( Dieu) se manifeste soudain - parfois de façon surprenante - avec une sorte d'évidence et d'éclat. On trouve son goût immodéré pour la vie.
Puis c'est l'apothéose avec ce texte trouvé à Philadelphie :
Ne vous comparez avec personne :
il ya toujours plus grands et plus petits que vous
Vous êtes un enfant de l'univers. Pas moins que les arbres et les étoiles.
C'était beau, c'était bien.
Commenter  J’apprécie          387


critiques presse (3)
LaPresse   01 septembre 2014
Il y a quelque chose de jubilatoire dans ces brefs chapitres parsemés de quasi-adages, de perles de concision et d'idées qui semblent toutes faites alors qu'elles sont surtout non résolues, en suspens dans l'espace et le temps.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeSoir   18 août 2014
Dans «Comme un chant d’espérance», Jean d’Ormesson part du rien pour arriver à Dieu. Avec sérieux et humour.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Culturebox   04 juillet 2014
Spectateur émerveillé par le monde, par ses lumières et par les miracles de l'existence, Jean d'Ormesson invite le lecteur à se promener avec lui, à contempler les merveilles de la vie, à lever le nez vers le ciel, pour comprendre les origines de l'univers ou tenter de débusquer Dieu.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (141) Voir plus Ajouter une citation
Marc21Marc21   15 novembre 2014
Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte
et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.
Sans aliénation, vivez autant que possible
en bons termes avec toutes personnes.
Dites doucement mais clairement votre vérité.
Ecoutez les autres, même les simples d'esprit et les ignorants:
ils ont eux aussi leur histoire.
Evitez les individus bruyants et agressifs:
ils sont une vexation pour l'esprit.
Ne vous comparez avec personne :
il y a toujours plus grands et plus petits que vous.
Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements.
Ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe.
Soyez vous-même, j
Surtout n'affectez pas l'amitié.
Non plus ne soyez cynique en amour car il est,
en face de tout désenchantement, aussi éternel que l'herbe.
Prenez avec bonté le conseil des années
en renonçant avec grâce à votre jeunesse.
Fortifiez-vous une puissance d'esprit
pour vous protéger en cas de malheur soudain.
Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères.
De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.
Au-delà d'une discipline saine, soyez doux avec vous-même.
Vous êtes un enfant de l'univers. Pas moins que les arbres et
les étoiles.
Vous avez le droit d'être ici.
Et, qu 'il vous soit clair ou non,
l'univers se déroule sans doute comme il le devait.
Quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez,
dans le désarroi bruyant de la vie, la paix de votre cœur.
Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés, le monde est
pourtant beau.
Texte Anonyme
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          772
OdeOde   24 août 2014
Avec son passé qui n'est plus, son avenir qui n'est pas encore et sont éternel présent toujours en train de s'évanouir entre souvenir et projet, le temps est la plus prodigieuse de toutes les machineries. Aucun phénomène de la nature, aucune invention humaine, aucune combinaison de l'esprit, aucune intrigue de roman, de cinéma, de théâtre ou d'opéra, si compliquée qu'elle puisse être, ne lui parvient à la cheville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          521
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   08 avril 2020
Comme dans n'importe quel jeu, il y a dans le jeu de l'histoire, avant et après la vie et la pensée, des gagnants et des perdants, des vainqueurs et des vaincus. Les hommes attribuent souvent les hasards qui ont décidé de leur destin à ce qu'ils appellent leur étoile. Il n'y a pas de grande figure, de conquérant, de découvreur, d'inventeur, de créateur qui n'ait pas, au moins une fois dans sa vie, été servi par le hasard. Une rencontre. Une occasion. Une situation passagère à saisir par les cheveux. Les Grecs anciens honoraient un petit dieu appelé Kairos, qui veillait sur l'instant opportun, sur le moment précis où il fallait s'emparer de l'avenir. L'empereur Napoléon, qui plus que personne, croyait à son étoile, avait l'habitude de demander à l'officier à qui il avait l'intention de confier un commandement s'il était heureux - c'est-à-dire s'il avait de la chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
OdeOde   21 août 2014
En face et à la place d'un hasard aveugle et d'une nécessité qui serait surgie de nulle part, une autre hypothèse, tout aussi étrange et à peine plus absurde, mais peut-être plus rassurante, en tout cas plus romanesque et largement répandue, met au cœur du big bang ce mélange de tout, de rien et d'éternité que nous avons pris l'habitude d'appeler Dieu.
Commenter  J’apprécie          270
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   05 avril 2020
Quand Flaubert parle d'un roman sur rien, il se démarque d'Eugène Sue, de Ponson du Terrail et même du cher et grand Dumas qui, dans ses Mémoires comme dans ses romans, nous entraîne au galop dans d'inépuisables aventures. Contre Jules Verne, qui avait une espèce de génie, contre Sherlock Holmes ou Arsène Lupin ou James Bond qui nous ont tant amusés, ce que défend Flaubert, c'est le style. Les livres ne survivent pas grâce aux histoires qu'ils racontent. Ils survivent grâce à la façon dont elles sont racontées. La littérature est d'abord un style qui éveille l'imagination du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151

Videos de Jean d' Ormesson (127) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d' Ormesson
Des messages portés par les nuages : lettres à des amis Jean d'Ormesson Jean-Luc Barré, Martin Veber Éditions Bouquins
Recueil de lettres reflétant la grande diversité des correspondants de l'écrivain français : Marguerite Duras, Michel Déon, Raymond Aron, Jacques de Lacretelle, Jean-François Brisson, Roger Callois, Jeanne Hersch, Claude Lévi-Strauss, Simone Veil, Michel Debré, entre autres. Un dévoilement des jugements littéraires de l'auteur, de ses admirations, de son intimité et de son engagement d'écrivain. ©Electre 2021
https://www.laprocure.com/messages-portes-nuages-lettres-amis-jean-ormesson/9782221250051.html
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
358 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre