Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Spinoza (155)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par Piatka, le 31/08/2013

     Spinoza Spinoza

    On ne désire pas les choses parce qu'elles sont belles, mais c'est parce qu'on les désire qu'elles sont belles.

    Commenter     J’apprécie          1 71         Page de la citation


  • Par latina, le 25/03/2013

     Spinoza Spinoza

    Le remords est une seconde faute.

    Commenter     J’apprécie          0 53         Page de la citation


  • Par PiertyM, le 30/03/2014

     Spinoza Spinoza

    Comprendre est le commencement d'approuver.


    Commenter     J’apprécie          0 37         Page de la citation


  • Par mickbu, le 29/01/2014

     Spinoza Spinoza

    "déterminer les questions avant de s’apprêter à les résoudre"....

    Commenter     J’apprécie          7 30         Page de la citation


  • Par colimasson, le 12/10/2013

    L'éthique de Spinoza

    L’homme n’est pas un empire dans un empire : partie infime de la Nature totale, il dépend des autres parties. Dans son ignorance des causes véritables, il se croit libre. Il est pourtant rarement la cause adéquate de ses actes et dans la mesure où il n’en est que la cause inadéquate, dans la mesure où le monde l’envahit et le rend comme étranger à lui-même, à sa nature véritable, il est passif, c’est-à-dire encore passionné.

    -Introduction-

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation


  • Par Piatka, le 20/10/2013

    L'éthique de Spinoza

    Le désir qui naît de la joie est plus fort, toutes choses égales d'ailleurs, que le désir qui naît de la tristesse.

    Livre IV De la servitude humaine proposition 18

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation


  • Par colimasson, le 29/01/2014

    L'éthique de Spinoza

    Cette Tristesse qu’accompagne l’idée de notre faiblesse s’appelle Humilité. Au contraire, la Joie qui naît de la considération de nous-même se nomme Amour-propre ou Satisfaction intérieure.
    Et comme cette joie se renouvelle toutes les fois que l’homme considère ses propres vertus, autrement dit sa puissance d’agir, chacun est donc naturellement avide de raconter ses actions et de faire étalage des forces de son corps et de son âme, et voilà pourquoi les hommes se rendent insupportables les uns pour les autres.

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation


  • Par Piatka, le 19/06/2013

     Spinoza Spinoza

    Le mot donne à la pensée son existence la plus haute et la plus noble.

    Commenter     J’apprécie          1 16         Page de la citation


  • Par PiertyM, le 30/03/2014

    Court traité ; Traité de la réforme de l'entendement ; Principes de la philosophie de Descartes ; Pensées métaphysiques de Spinoza

    La renommée a aussi ce grand recul, que si nous la poursuivons, nous devons gouverner notre vie de façon à plaire à la fantaisie des hommes, évitant ce qu'ils désapprouvent et cherchant ce qui leur plaît.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation


  • Par colimasson, le 29/11/2013

    L'éthique de Spinoza

    Ce qui constitue, en premier lieu, l’être actuel de l’Esprit humain n’est rien d’autre que l’idée d’une chose singulière existant en acte. 

    Commenter     J’apprécie          3 15         Page de la citation


  • Par colimasson, le 27/01/2014

    L'éthique de Spinoza

    Enfin, de cette nature de l’homme et de l’inconstance de son jugement, de ce que l’homme juge souvent des choses d’après son seul sentiment, et que les choses qu’il croit faire pour éprouver de la joie ou de la tristesse –et c’est pourquoi […] il s’efforce de les faire se produire ou de les écarter- ne sont souvent qu’imaginaires (pour ne rien dire d’ailleurs des autres causes d’incertitude que nous avons montrées dans la seconde partie) : à partir de toutes ces raisons, nous concevons facilement que l’homme peut souvent être l’auteur tant de sa tristesse que de sa joie, autrement dit qu’il est affecté tant d’une tristesse que d’une joie qu’accompagne l’idée de lui-même comme cause.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation


  • Par colimasson, le 30/06/2013

    L'éthique de Spinoza

    Le véritable cogito spinoziste […] ce n’est pas le moi qui pense, mais la position de la totalité de l’être, de Dieu être intelligible et intelligibilité de l’être. Quand nous disons que la substance est en soi et est conçue par soi, aucun aspect ne dépend de l’autre, mais la pensée révèle l’être qui est en soi. Elle le révèle parce qu’elle est comme la transparence de l’être. La pensée est attribut de Dieu, est donc Dieu, mais elle n’est pas attribut de l’homme qui n’est, lui, qu’un mode –un entendement- de cette pensée divine, ou mieux : de cette pensée qui est Dieu. Il n’y a pas d’individu qui pense, mais des hommes qui participent de la pensée qui est Dieu.

    -Introduction-

    Commenter     J’apprécie          1 14         Page de la citation


  • Par mickbu, le 13/03/2014

    L'éthique de Spinoza

    "Il n'y a dans l'âme humaine aucune volonté absolue ou libre ; mais l'âme est déterminée à vouloir ceci ou cela par une cause qui est aussi déterminée par une autre, et cette autre l'est à son tout par une autre, et ainsi à l'infini..." : [ on peut devenir cette personne "arrêtée" [pour reprendre les mots essentiels d'une personne que j'estime beaucoup] on peut devenir très con......

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation


  • Par mickbu, le 25/06/2013

    Éthique - Première partie: De Dieu de Spinoza

    "Or, voici ce qu'on en peut conclure : c'est qu'une chose existe nécessairement quand il n'y a aucune cause ou raison qui l'empêche d'exister.
    Si donc il est impossible d'assigner une cause ou raison qui s'oppose à
    l'existence de Dieu ou qui la détruise, il faut dire que Dieu existe nécessairement".


    Voilà ce que l'on nomme communément un spinozisme !

    Commenter     J’apprécie          1 12         Page de la citation


  • Par colimasson, le 19/11/2013

    L'éthique de Spinoza

    […] tous les préjugés que j’entreprends de signaler ici dépendent d’un seul : les hommes supposent communément que toutes les choses naturelles agissent, comme eux-mêmes, en vue d’une fin, et bien plus, ils considèrent comme certain que Dieu lui-même dispose tout en vue d’une certaine fin, car ils disent que Dieu a fait toutes choses en vue de l’homme, mais il a fait l’homme pour en recevoir un culte.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation


  • Par adilosa, le 28/08/2013

    Traité de la réforme de l'entendement de Spinoza

    "quant à l’honneur, il absorbe l’esprit d’une façon bien plus exclusive encore, parce qu’on ne manque jamais de le considérer comme une chose bonne par elle-même, et comme une fin dernière à laquelle se rapportent toutes les actions. En outre l’honneur et la richesse ne sont point suivis de repentir comme le plaisir ; au contraire, plus on possède soit de l’un soit de l’autre, plus la joie qu’on éprouve est accrue, d’où cette conséquence qu’on est de plus en plus excité à les augmenter ; mais si en quelque occasion nous sommes trompés dans notre espoir, alors prend naissance une tristesse extrême. L’honneur enfin est encore un grand empêchement en ce que, pour y parvenir, il faut nécessairement diriger sa vie d’après la manière de voir des hommes, c’està- dire fuir ce qu’ils fuient communément et chercher ce qu’ils cherchent."

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation


  • Par colimasson, le 04/01/2014

    L'éthique de Spinoza

    D’ailleurs, entre l’Appétit et le Désir, il n’y a aucune différence, sinon que le désir se rapporte généralement aux hommes en tant qu’ils sont conscients de leur appétit, et c’est pourquoi il peut être ainsi défini : le Désir est l’appétit accompagné de la conscience de lui-même.
    Il est donc établi par tout ce qui précède que nous ne faisons effort vers aucune chose, que nous ne la voulons pas et ne tendons pas vers elle par appétit ou désir, parce que nous jugeons qu’elle est bonne ; c’est l’inverse : nous jugeons qu’une chose est bonne, parce que nous faisons effort vers elle, que nous la voulons et tendons vers elle par appétit ou désir.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation


  • Par gaillard1, le 26/09/2010

    L'éthique de Spinoza

    ....les hommes se croient libres pour cette seule cause qu'ils sont conscients de leurs actions et ignorants des cause par où ils sont déterminés...

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation


  • Par colimasson, le 24/10/2013

    L'éthique de Spinoza

    Il faut comprendre l’homme en société comme on comprend les passions. S’il existe une solution, elle sera l’œuvre de la seule raison qui élève à la hauteur du savoir les faits de la « praxis » quotidienne dans la société. Seul le savoir positif peut décider si, et à quelles conditions, l’homme peut être libre dans et par la société. Dans l’individuel comme dans le social, c’est dans la réalité même, dans l’essence éternelle de la nature humaine, qu’on pourra découvrir le moyen de fonder la sécurité, la paix de l’Etat et la vie humaine digne de ce nom. La politique ne peut changer l’homme qu’en le comprenant tel qu’il est. Au-delà du pessimisme moraliste, au-delà de la violence prétendue réaliste, Spinoza reprend l’enseignement de Machiavel et définit la science politique sur le plan du réel où ni l’utopie ni le ricanement n’ont de place, où l’on prend conscience de ce qui peut être raisonnablement, parce que d’une certaine manière cela est déjà dans la nature humaine.

    -Introduction-

    Commenter     J’apprécie          1 8         Page de la citation


  • Par adilosa, le 28/08/2013

    Traité de la réforme de l'entendement de Spinoza

    "dans le plaisir l’âme est suspendue comme si elle eût trouvé un bien où se reposer ; elle est donc au plus haut point empêchée de penser à un autre bien ; après la jouissance d’autre part vient une extrême tristesse qui, si elle ne suspend pas la pensée, la trouble et l’émousse. La poursuite de l’honneur et de la richesse n’absorbe pas moins l’esprit ; celle de la richesse, surtout quand on la recherche pour elle-même, parce qu’alors on lui donne rang de souverain bien."

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation





Faire découvrir Spinoza par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz