AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Maiko Okazaki (Traducteur)Fabien Vautrin (Traducteur)
ISBN : 2351420179
Éditeur : Kurokawa (24/08/2005)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 244 notes)
Résumé :
En voulant ressusciter leur mère, Edward et Alphonse Elric vont utiliser une technique interdite relevant du domaine de l'alchimie : la transmutation humaine. Seulement, l'expérience va mal tourner : Edward perd un bras et une jambe et Alphonse son corps, son esprit se retrouvant prisonnier d'une armure. Devenu un alchimiste d'Etat, Edward, surnommé " FullMetal Alchimiste ", se lance, avec l'aide de son frère, à la recherche de la pierre philosophale, leur seule cha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Yumiko
29 novembre 2012
  • 5/ 5
Il était grand temps que j'inaugure ma section manga. Quoi de mieux qu'une série culte pour le faire?
J'ai mis un temps fou à acheter cette saga à cause du nombre de tomes qui la composent. J'étais un peu démoralisée à l'idée de dépenser autant, mais après avoir visionné le premier anime tiré de la série (qui s'éloigne fortement du scénario original), j'ai eu très envie de connaître la vraie histoire et surtout la fin. Je les ai acheté d'un coup et je ne le regrette pas!
Edward Elric est le plus jeune alchimiste d'Etat. Il a obtenu son poste suite à une expérience interdite: une transmutation humaine faite avec son frère, Alphonse, dans le but de ramener à la vie leur mère. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu et les deux enfants vont payer cher cette tentative: Ed perd une jambe et un bras, quant à al c'est tout son corps qui disparaît. Heureusement Ed réussit à attacher son âme dans une armure pour l'empêcher de disparaître complètement.
Nous suivons leur parcours dans leur tentative de retrouver leurs corps. Bien décidé à réparer ses erreurs, Ed se déplace au gré des informations qu'il découvre sur la pierre philosophale, seul moyen de récupérer ce qu'il désire. Seulement cette pierre est au coeur d'affaires très sanglantes et aux mains de personnages étranges et dont l'humanité est incertaine. C'est en plongeant dans cette enquête qu'Ed va découvrir une vérité bien plus horrible que prévu et toutes ses bonnes résolutions vont s'en trouver chamboulées.
Cette série est tout simplement géniale! L'histoire va de rebondissements en rebondissements, scotchant le lecteur qui voit ses théories fondre comme neige au soleil. L'histoire est complexe et évolue de façon réaliste et surprenante. Les personnages et certains de leurs desseins nous sont dévoilés très tôt ce qui est déstabilisant, mais la mangaka le fait uniquement pour nous perdre davantage dans son intrigue, car en croyant tout savoir, nous ne savons strictement rien au final.
Ed et al sont des héros très attachants dont la relation évolue et passe par des hauts et des bas. J'ai aimé les suivre, aimé réfléchir avec eux, aimé les soutenir. Dès le départ, j'ai adhéré à leurs personnalités distinctes mais tellement complémentaires. Les personnages qui les entourent, amènent tous une pierre à l'édifice et ont tous un rôle à jouer dans le dénouement, ce qui les rend attachants et proches du lecteur. J'ai toujours eu un faible particulier pour Maes et Roy, je les adore tous les deux. Surtout Roy avec son obsession des mini-jupes qui juste à pleurer de rire. D'ailleurs l'humour est omniprésent surtout par rapport à la taille d'Ed, ce qui nous vaut des scènes hilarantes qui détendent dans les moments de tension.
Entre rires, larmes et frissons, cette série est un des meilleurs shônen que j'ai lu jusqu'à présent et je suis convaincue qu'il plaira aux fans du genre. Seul petit bémol à mon goût: une fin un peu simpliste par rapport au reste de l'histoire. Mais à part ce détail, c'est un sans faute, le tout servi par de superbes dessins dont le trait évolue magnifiquement au fil des tomes.
Une saga à lire de toute urgence si ce n'est pas déjà fait!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Mero
27 mai 2014
  • 5/ 5
Fullmetal Alchemist... comment oublier ? C'est le tout premier shonen qui m'a passionné pour la japanimation, bien avant de découvrir le monde du manga. A l'époque j'étais un mordu de cette série fascinante qui passait tous les soirs sur Canal+... quand ils faisaient encore des trucs cool, bien loin de la prétention bobo de nos jours. le temps sacré de la KAZ qui nous laissait rêveur devant la crème des meilleurs animes de l'époque tels que Monster, Samurai Champloo, GTO et bien sûr FMA... Pour rien au monde je ne manquais jamais un seul épisode, c'était un rendez-vous incontournable qui me faisait oublier le lot des tracas quotidiens... des instants que j'aimerais revivre aujourd'hui. Tout me subjuguait à l'époque, l'humour d'Edouard, l'altruisme d'Alphonse, le caractère de Winry, la bonhomie de mamie Pinako mais surtout cette grande aventure épique que je dégustais chaque soir.
La voix de Glutonny pleurant Lust me hantera sans doute pendant longtemps encore. J'adorais passionnément ce duo de faux méchants représentant une partie des 7 péchés capitaux. le chiffre divin par excellence.
Je relis aujourd'hui les aventures des Frères Elric avec un regard neuf. Beaucoup de choses ont changé dans ma perception de l'oeuvrel, je suis plus attentif à l'histoire, aux personnages, aux dialogues .. mais avant tout aux symboles. En ce sens, Fullmetal est tellement rempli de références historiques, religieuses et mythiques, qu'il serait difficile de toutes les énumérées sans en faire un gros pavé (et quand je commence je ne m'arrête plus). Un shonen très loin d'être aussi simplet qu'il n'y parait.
A cette époque, je m'en rends compte aujourd'hui, je ne savais pas vraiment ce qu'était l'alchimie, ce que signifiait cet "échange équivalent" que répétaient à tout bout de champs nos deux héros. Des légendes tout au plus. Quant à ces cercles de transmutation, sans doute des formes géométriques tracées sur le sol afin de donner des élans quelque peu magiques.
Mon ignorance était trop présente pour savourer une histoire culturellement riche de sens. C'est incroyable de voir à quel point j'ai repensé très fort à Hiromu Arakawa cette année, une mangaka véritablement fantastique. Je le sais maintenant.
Lorsque je me suis initié aux lectures ésotériques, alchimiques et occultistes, quand l'Hermétisme Trismégiste n'a plus eu de secret pour moi; j'ai enfin réalisé l'énorme travail de recherche qu'avait dû accomplir l'auteur pour mettre au point une histoire aussi aboutie avec un message profond sur le sens de la Vérité Absolue.
Ce serait long à développer, mais je dirais que mes lectures personnelles sur l'alchimie et ses symboles m'ont autant passionné que ma première découverte d'FMA avec mes yeux profanes d'adolescent. J'ai compris que certaines histoires n'étaient pas que de simples légendes et qu'il ne fallait pas toujours se contenter de ce que nos yeux nous montrent pour percevoir la réalité.Toujours chercher à repousser la réflexion dans ses retranchements, toujours remettre en doute ses acquis. Ne jamais cesser de se poser des questions, aussi incongrues soient-elles, afin de découvrir notre propre vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Walktapus
02 février 2014
  • 4/ 5
Je viens enfin de comprendre que les mangas sont les romans feuilletons de notre époque. Ils ont le même mode de parution qui détermine le rythme des péripéties, et pour peu qu'ils aient du succès, la même dimension totale qui permet le développement très généreux des personnages et de l'intrigue. Avec ce Full Metal Alchemist j'ai l'impression de lire un avatar moderne de Dumas, Sue ou Malot.
Sauf que les mangas me paraissent plus variés dans leurs thèmes, dans leurs styles, et dans les publics visés.
A propos de public visé, je suis peut-être un peu vieux pour Full Metal Alchemist, mais peu importe... 900 pages lues en 24 heures : je prends le temps de faire une petite pause (c'est surtout que je dois me procurer la suite).
Full Metal Alchemist, c'est l'histoire de deux adolescents dans un pays qui évoque un peu la Russie ou l'Autriche-Hongrie multi-ethnique, bureaucratique et militariste d'avant 1914. Il y a une quête initiatique, un lourd passé qui les hante, un background social et politique, des complots et de sombres pouvoirs cachés (démoniaques ?), du steampunk et une « science » originale (l'alchimie, forcément) de nombreux voyages, une profusion de personnages, de la baston et de l'humour.
Attention, ce n'est pas du dessin 100% réaliste à la Urasawa, mais sans trop verser dans la caricature. le dessin n'est peut-être pas parfait (les décors laissent souvent à désirer, je trouve), mais tous les personnages sont très réussis et parfaitement caractérisés.
Allez la suite ! 900 pages, ce n'est que le tout début....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          145
DrunkennessBooks
06 septembre 2014
  • 5/ 5
ATTENTION COUP DE COEUR !!
Si pour vous l'alchimie se résume simplement à la transformation (bien pratique) du plomb en or, venez vite combler vos lacunes en compagnie des frères Elric !!
Al et Ed ne sont encore que deux gamins orphelins lorsqu'ils essaient de ramener leur mère à la vie grâce à l'alchimie, une science très complexe et bien mystérieuse. Pour cela, il leur faut réaliser une transmutation humaine, un acte formellement interdit. Mais leur expérience sera un échec. Pire, Alphonse perdra son corps et al deux de ses membres.
Travaillant maintenant pour le compte de l'armée en tant qu'alchimiste d'Etat, Edward parcourt le pays à la recherche de la légendaire pierre philosophale, pour parvenir un jour à reconstituer son corps et celui de son frère dont l'âme est maintenant scellée dans une armure. Comme tous bons héros qui se respectent, ils en profitent également pour défendre la veuve et l'orphelin et lutter contre l'injustice (c'est bien le minimum me direz vous !!).
On plonge dans le vif su sujet dès le premier chapitre. L'identité et le passé des célèbres frères Elric ne seront dévoilés qu'au fur et à mesure du manga. Et encore, lorsqu'arrive la dernière page, aucun mystère n'est résolu, au contraire !!! Certains personnages essentiels comme Roy Mustang (dont l'importance est pourtant capitale), ne font leur apparition que dans les toutes dernières pages, c'est dire !
Fullmetal Alchemist est une série passionnante et s'annonce comme une oeuvre dense, riche et complexe qui ne laisse aucun temps mort à son lecteur.
J'ai eu un vrai coup de coeur pour les frères Elric, tous les deux complémentaires mais tellement différents. Si le cadet Alphonse semble imposant dans sa grosse armure, il est en réalité calme et poli. Tout l'inverse de son « charmant » grand frère Edward. Prétentieux et arrogant, ce dernier fait un complexe (pour ne pas dire une fixation) sur sa petite taille, ce qui le rend assez grognon. Il est clair qu'avec son caractère de cochon et sa mauvaise foi, il est vraiment impayable et à mourir de rire.
Tous les deux évoluent dans un monde d'adulte dur et brutal et auquel, pourtant, ils semblent parfaitement s'adapter.
Action et rebondissements sont présents tout au long des quatre chapitres. Même si ceux-ci sont indépendants les uns des autres, ils nous permettent de nous familiariser avec AL et Ed grâce à un cocktail d'action et d'humour vraiment efficace. En effet, Hiromu Arakawa n'hésite pas à utiliser le rire pour dédramatiser certaines situations.
S'agissant du dessin, si par moment j'ai trouvé les visages de certains personnages un peu trop simple, il n'en est rien concernant les arrières-plans. En effet, l'environnement dans lequel évoluent nos héros est vraiment très travaillé et soigné sans pour autant être surchargé.
Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de découvrir l'animé adapté de ce manga, n'hésitez pas et foncez !!!
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
Thalyssa
16 mai 2014
  • 4/ 5
[ 4.5/5 ] Fullmetal Alchemist et moi, c'est une longue et solide histoire d'amour ! J'ai connu cette série à sa première diffusion en clair sur Canal+ en 2005 ; ça ne me rajeunit pas... J'ai accroché dès le premier épisode. J'adorais ce cocktail explosif d'alchimie, d'humour et de drames – et ai acheté les DVD les yeux fermés. Puis j'ai enchaîné avec les mangas quand Kurokawa a racheté la licence pour la France. Bref, vous l'aurez compris, il s'agit ici de la chronique d'une relecture. Avec – par conséquent – un oeil pas vraiment neuf, puisque j'en connais déjà les tenants et aboutissants.
Dans ce 1er tome, on entre directement dans le feu de l'action. Edward et Alphonse, deux frères, arrivent dans une ville retirée, sous la coupe d'un prêcheur. On assiste alors à l'éternel duel opposant la foi à la science. La dynamique des Elric se met déjà en place : Alphonse passe bien malgré lui pour l'aîné et son armure laisse penser qu'il est le Fullmetal Alchemist, au détriment du véritable alchimiste d'état qu'est Edward. Ce dernier me fait toujours autant rire avec son horrible complexe d'infériorité vis-à-vis de sa petite taille ; j'adore le voir en rajouter des couches après avoir tiqué sur un mot prononcé par un malheureux ne sachant pas ce qui l'attend, après une remarque la plupart du temps anodine.
Par contre, j'avoue trouver que les histoires contées dans ce 1er tome relèvent un peu trop de la « brève de trottoir ». Il y a matière à développer pour chacune d'entre elles – chose qui a d'ailleurs été faite dans l'animé – mais la mangaka privilégie pour l'instant la dynamique de l'action. Concept très usuel pour un shonen, mais un peu déstabilisant pour ceux qui ont connu les « versions longues » de chaque chapitre.
L'ensemble n'en reste pas moins fluide et prenant, surtout que l'on découvre quelques éléments qui sont autant de clés dans l'intrigue à long terme. Comme le principe de l'échange équivalent ou les sacrifices qu'ont été contraints de faire les frères Elric après avoir tenté de ramener leur mère à la vie avec des techniques d'alchimie. Hiromu Arakawa nous parle dès le début de la fameuse pierre philosophale et éclaircit d'emblée les raisons poussant Ed et al à vouloir la dégoter.
Derrière les répliques colériques d'Ed et ses sourires, derrière le calme d'al malgré sa condition, et derrière leur détermination à tous les deux, on sent les blessures qu'ils portent en eux. Les dilemmes auxquels ils doivent faire face, le poids des compromis qu'ils sont amenés à faire. Deux enfants orphelins complètement livrés à eux-mêmes, deux garçons qui ont grandi trop vite...
Hiromu Arakawa nous présente également par petites touches le contexte géopolitique de l'univers qu'elle a ainsi créé. Si elle n'entre pas encore dans les détails, on sent déjà l'animosité qu'ont tendance à provoquer les alchimistes d'État auprès des gens du peuple. le tout, dans un univers steampunk très sympathique. Les graphismes sont tout aussi agréables à parcourir que le fond de l'histoire, et l'harmonie qui se dégage de l'ensemble ouvre les portes d'une saga qui a maintes fois fait ses preuves auprès des aficionados !
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
UbiksonUbikson10 avril 2012
Les enseignements qui se font sans douleur n'ont pas de réelle valeur...

...Ainsi, on ne peut rien obtenir sans faire de sacrifice.
Commenter  J’apprécie          251
ColibrilleColibrille23 août 2014
- Les alchimistes sont des scientifiques, on ne croit pas en des concepts obscurs comme Dieu... Nous avons déjà élucidé les mystères de tous les éléments qui composent ce monde ! Nous ne croyons pas en Dieu, mais en définitive, c'est nous qui nous en approchons le plus.
Commenter  J’apprécie          90
ColibrilleColibrille23 août 2014
- Quoi, vous ne connaissez pas le père Cornello ?
- QUI ?
- Le père Cornello, l'envoyé du dieu soleil Leto ! Il réalise des miracles ! C'est le fondateur du létoïsme ! Il est arrivé dans cette ville il y a quelques années. Il nous a montré le chemin de Dieu, c'est un homme formidable ! Ce sont de véritables miracles ! [...] Hey, tu m'écoutes gamin ?
- Non, la religion ça me gave. J'ai bien graillé, allons-y.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
carocepamwacarocepamwa29 mars 2015
- eau 35L, carbone 20kg, ammoniaque 4L, hydroxyde de calcium 1,5kg, phosphore 800g, chlorure de sodium 25g, nitrate de potassium 100g, souffre 80g, fluor 7,5g, fer 5g, silicium 5g, et un peur de 15 autre matière chimiques.
- Hein?
- voila en gros ce qui compose un corps adulte.
Commenter  J’apprécie          50
swordsword30 mai 2013
"- Si tu veux quelque chose, il faut donner une autre chose de la même valeur. C'est ce qu'on nomme le principe d'équivalence. La base de l'alchimie."
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Hiromu Arakawa (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hiromu Arakawa
Arslan Senki Opening 2
autres livres classés : alchimieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Fullmetal Alchemist tome 1

Lors de la première transmutation humaine d'Alphonse et Edward, qui disparait

Edward
Alphonse
Winry
Roy

15 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Fullmetal Alchemist, Tome 1 de Hiromu ArakawaCréer un quiz sur ce livre
. .