Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2710327872
Éditeur : Le Table Ronde (2005)


Note moyenne : 3.87/5 (sur 443 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Jamais le Moyen Age n'avait encore inspiré un tel roman, chronique chaude et familière d'une famille vivant au XIIIème siècle, dans le royaume de Saint Louis. Ce roman n’est pas un roman historique au sens habituel du terme. C’est un roman dans l’histoire. Jeanne Bourin... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (26)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 1.00/5
    Par Aaliz, le 26 janvier 2013

    Aaliz
    Ce roman traînait dans ma bibliothèque depuis quelques années déjà. Pourtant j'ai une grande prédilection pour les romans historiques et je n'avais entendu que du bien au sujet de celui-ci. Mais quand bien même, il m'aura fallu l'occasion d'une lecture commune pour me décider enfin à l'ouvrir. Et je n'ai pas compris. Non, je n'ai pas compris pourquoi ce roman suscite autant l'engouement car, pour ma part, j'ai été plutôt déçue. Je déconseille donc à tous ceux qui ont adoré La chambre des dames de poursuivre la lecture de ce qui suit sous peine de brusques et désagréables hausses de tension nerveuse.
    Nous voilà donc plongés au cœur du Moyen-Age sous le règne de Saint-Louis, nous entrons dans l'intimité d'une famille de la bourgeoisie parisienne : les Brunel. L'intrusion d'un jeune homme dans la vie de cette gentille honnête famille sans problèmes va bouleverser ce gentil petit monde.
    Je me suis profondément ennuyée pendant une grande partie du livre, au moins la moitié. J'ai trouvé l'intrigue inconsistante et insipide. Elle se résume à des histoires de coucheries sans grand intérêt mettant en scène une famille dont la mère est obnubilée par le sexe ( son pauvre mari ne peut plus assumer son devoir conjugal, sait-il seulement, le malheureux, qu'il y a tout de même quantité de façons de donner du plaisir à sa femme ? ), la fille aînée se marie avec un gentil poète qu'elle trompera avec le cousin de ce dernier, la fille cadette se fait agressée, violée et séquestrée par un vilain méchant grossier personnage etc… etc…
    J'ai donc eu du mal à m'attacher aux personnages. La mère avec ses airs de nymphomane me faisait rire tellement elle était ridicule, la fille aînée ne semble pas savoir ce qu'elle veut et le pire de tous : Guillaume, celui par qui le malheur arrive, que j'avais en horreur.
    Personnellement, je rencontre un type comme ça dans la vraie vie, je fuis en courant ! Mais ici non, toutes ces dames se pâment devant ce type têtu, violent et qui mériterait bien quelques séances chez un psy.
    Cependant, l'auteur en fait l'incarnation même de la tentation et de la passion par opposition au mari vertueux, cette passion que Florie devra combattre se demandant s'il s'agit de passion amoureuse ou de simple tentation de la chair.
    La plupart des rebondissements sont largement téléphonés même si on a quand même quelques surprises de temps à autre. Ça s'arrange un peu dans la seconde moitié qui a un peu plus éveillé mon intérêt et ma curiosité.
    Mais dans l'ensemble, j'ai trouvé le tout niais et peu crédible. Tout tourne autour des histoires de tromperies alors qu'il y avait largement matière à donner un peu plus d'intérêt à tout ça, en exploitant un peu mieux par exemple la séquestration de Clarence et la poursuite de son agresseur (traitée trop rapidement à mon goût ), ou encore en ajoutant une intrigue annexe basée sur la profession du père ( qui est orfèvre et répond souvent à des commandes royales), ou encore en narrant les aventures du frère aîné parti en croisade.
    Alors certes, cela a déjà été salué, l'auteur maîtrise parfaitement le cadre historique de son histoire et retranscrit à merveille l'atmosphère, les coutumes de l'époque. Mais malheureusement, cela est desservi par un style que j'ai trouvé indigeste. Jeanne Bourin adore les accumulations, elle nous en sort à chaque page. J'ai eu parfois l'impression de lire des inventaires. Lorsqu'elle décrit un jardin, on se croirait en train de feuilleter un catalogue horticole.
    Quelques exemples :
    « Les bruits de la maison dont on distinguait la façade au-delà des massifs de lauriers, de buis, d'aubépines, de fougères, disposés de façon à composer un rideau de verdure isolant le jardin des mouvements de la demeure, les échos du souper qu'on préparait à la cuisine, les voix de Jeanne et de Marie jouant auprès de leur nourrice, dans le verger voisin où elles passaient le plus clair de leur temps, les aboiements des lévriers, les cliquetis, les hennissements dont retentissaient les écuries, tissaient autour de Mathilde une rumeur éparse, familière qui l'enveloppait d'une présence rassurante. »
    « Ils étaient une centaine, partis quatre jours plus tôt de Paris, à pied, à cheval, à dos d'âne ou de mulet, qui cheminaient ainsi vers le tombeau de Saint-Martin pour implorer un miracle, accomplir un vœu, ou rendre grâce d'un bienfait. Ils avaient déjà vu se succéder le soleil, la pluie, les brumes du matin, les crépuscules fauves, la tiède chaleur des derniers jours d'automne précédée et suivie de l'aigre haleine des aubes et des soirs. »
    Mais stop ! Stop ! C'est lourd ! C'est trop ! Pitié !
    Est-il vraiment nécessaire de faire aller verbes, noms, adjectifs par deux voire plus ? Craignent-ils donc la solitude ?
    En plus de ça, l'auteur a la maladresse de placer dans ses dialogues des informations qui n'ont rien à y faire, ce qui rend ces dialogues lourds et absolument pas naturels.
    Je suis quand même parvenue à aller au bout de ma lecture par curiosité mais je renonce à lire le deuxième tome. J'ai lu trop de bons romans historiques qui m'ont vraiment enthousiasmée pour pouvoir apprécier celui-ci malgré sa rigueur historique.


    Lien : http://booksandfruits.over-blog.com/article-la-chambre-des-dames-jea..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par KATE92, le 12 mars 2012

    KATE92
    C'est l'histoire de la famille d'un orfèvre à Paris qui a 6 enfants. le père beaucoup plus âgé que sa femme est devenu impuissant et souffre de ne pouvoir satisfaire les besoins de celle-ci. de son côté, son épouse l'aime beaucoup mais est frustrée. Elle lutte contre ses envies qui la brûle et est très attirée par le cousin de son gendre. de son côté, le jeune homme tombe éperdument amoureux de la femme de son cousin le jour de ses noces où il la voit pour la première fois.
    Cet amour sera si violent qu'il va générer énormément de malheurs et faire souffrir effroyablement les amants. On découvre aussi les coutumes médiévales et, les événements qui vont engendrer et bouleverser le cours de la vie de cette famille.
    Le lecteur sera entraîné dans cette tornade comme s'il vivait à cette époque et il sera enchanté de sa lecture !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Parthenia, le 05 juin 2013

    Parthenia
    J'avais lu ce livre, adolescente, et il m'avait laissé une forte impression. Je le relis longtemps après dans le cadre d'une lecture commune, et je lui trouve toujours autant de charme, même si ce charme me paraît désormais un peu suranné et que certains défauts sont plus visibles à mes yeux.
    Or donc, ce qui m'avait séduite et qui continue à me séduire, c'est cette immersion totale dans ce Paris du XIIIè siècle où l'on suit le quotidien d'une famille d'orfèvres, les Brunel. L'auteure décrit avec beaucoup de précision les décors, les costumes, les bijoux, les fêtes, les repas et même les odeurs... On suit certains membres de la famille dans leur visite aux malades de l'Hôtel-Dieu, dans la procession du saint patron de leur guilde, dans les caroles fêtant le mois de mai, dans leurs déplacements d'une région à l'autre... bref, dans les mille et un gestes qui émaillent leur quotidien ! Car c'est un Moyen-Age vivant, coloré, érudit, que nous dépeint l'auteure, loin des clichés habituels sur la noirceur crasse des temps... peut-être même un peu trop idéalisé parfois !
    Il y a un détail qui pourra peut-être surprendre les lecteurs(trices) du XXIème siècle mais qui participe au réalisme du livre et c'est l'omniprésence de Dieu dans leurs moindres gestes, dans leurs moindres pensées !
    Mais ce livre a également les défauts de ses qualités car dans son souci du détail réaliste, l'auteure ne nous épargne aucun adjectif, aucun substantif dans des phrases à rallonge, si bien que l'on a parfois l'impression qu'elle nous dresse le catalogue d'un marchand médiéval tenant boutique !
    Cette lourdeur se ressent dans certains des dialogues où l'auteure enferme des informations qui n'y ont pas leur place et qui donnent l'impression qu'ils sonnent faux...
    Concernant l'histoire en elle-même, l'intrigue tourne surtout autour de Mathilde, la mère, et de Florie, la fille aînée, qui vont toutes deux éprouver une passion coupable pour le cousin par alliance de la deuxième, Guillaume Dubourg.
    On assiste donc à leur combat intérieur pour résister à cette tentation redoutable et respecter leur devoir envers leurs époux respectifs.
    Personnellement, je ne me suis attachée à aucun des personnages de ce triangle amoureux (le seul qui trouve grâce à mes yeux dans le roman est Arnauld, le frère aîné).
    Mathilde m'agace par ses lamentations incessantes sur l'impuissance de son époux (le pauvre !).
    Florie, si elle m'avait émue lors de ma première lecture, me laisse dans l'incompréhension la plus totale...
    Mais c'est justement cela qui fait la force du roman selon moi : des personnages aux prises avec leur conscience et qui se débattent avec leurs contradictions, leurs doutes, leurs faiblesses et leur noirceur.
    Bref, malgré quelques défauts, je trouve cette plongée dans l'univers des Brunel passionnante avec des passages très forts, et les drames vécus par cette famille ne peuvent nous laisser indifférent.

    Lien : http://parthenia01.eklablog.com/la-chambre-des-dames-de-jeanne-bouri..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ode, le 21 juin 2012

    Ode
    Comme beaucoup d'entre vous, sans doute, j'ai découvert La chambre des dames dans les années 80 grâce à l'excellente adaptation télévisée avec Marina Vlady, Sophie Barjac et Henri Virlogeux. La lecture du roman vint quelques années plus tard et de là est née, je crois, ma passion pour le Moyen Age.
    Préfacé par la médiéviste Régine Pernoud et solidement étayé sur le plan historique, le roman présente la vie des bourgeois au XIIIème siècle sous un jour qui dissipe doublement les idées reçues sur cette époque dite obscure.
    Tout d'abord, par la démonstration d'un art de vivre raffiné. En suivant les membres de la famille Brunel dans tous les actes de leur vie quotidienne (la toilette et l'habillement, la messe, les repas, leur travail à l'atelier d'orfèvrerie, les déplacements, les fêtes, les soins aux malades…), on s'aperçoit à mille détails que les bourgeois de Paris étaient plutôt soignés de leur personne et courtois dans leurs rapports.
    Ensuite, par le choix d'un point de vue féminin sur la société. Reléguant chevaliers, croisades et leur cortège de combats au second plan, Jeanne Bourin centre son récit autour de Mathilde Brunel, orfèvre, de sa fille Florie, trouvère, et de sa belle-sœur Charlotte, médecin. Elle décrit ainsi avec précision la vie urbaine des femmes à cette époque et met en valeur l'indépendance dont elles jouissaient en pouvant exercer un métier.
    Mais au-delà de la fresque historique, La chambre des dames est surtout un magnifique roman d'amour, porté par la passion incandescente entre le sauvage Guillaume Dubourg et la douce Florie. Trait caractéristique de l'auteur, les personnages féminins sont animés par une sincère foi en Dieu et une profonde sensualité. Cela donne lieu à des tourments sans fin entre le devoir (de mère, d'épouse…) et la tentation. Mathilde, conseillée par son oncle chanoine, se résignera à la première voie tandis que Florie se perdra dans la deuxième.
    Rassurez-vous, tout n'est pas (à l'eau de) rose non plus ! L'intrigue à tiroirs contient son lot de violence et de méchanceté avec l'odieux goliard Artus le Noir ou la perfide Gertrude. L'insertion de figures historiques, tel Louis IX (le futur Saint-Louis) rendant justice ou le poète Rutebeuf en ami des enfants Brunel, contribue également au réalisme du récit, servi par une écriture vivante et délicate.
    Ouvrirez-vous la porte de La chambre des dames ? Vous y passerez un moment inoubliable en compagnie de la famille Brunel.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Kyuss, le 02 février 2014

    Kyuss
    Il n'est pas question dans ce livre de suivre ce cliché qui fait du Moyen-âge une période d'obscurantisme où les gens étaient malheureux ou malades. Il s'agit plutôt de nous faire le tableau d'une époque haute en couleurs, avec ses coutumes, ses fêtes, ses croyances, de nous montrer la solidarité créée par la religion à travers le destin de la famille Brunel.
    Le tout est on ne peut plus agréable à lire, et très instructif sur le quotidien de l'époque.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

> voir toutes (16)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Parthenia, le 05 juin 2013

    Le soir était venu. Avec lui, la fête battait les murs de Paris. Au milieu des chaussées, aux carrefours, sur les places, on dansait, on chantait, on applaudissait, on buvait, on riait. Le long des rues tendues d'étoffes aux couleurs vibrantes, courtines et tapisseries ornaient les fenêtres. Des guirlandes de fleurs, de feuillages décoraient les façades de chaque maison.
    Ménestrels, musiciens, jongleurs, conteurs, s'étaient établis un peu partout, jouaient de tous les instruments, apostrophaient les passants, débitaient mille farces, étourdissaient les Parisiens dont les vêtements, tant ils étaient colorés, semblaient tout flambant neufs.
    Autour des arbres de Mai, enrubannés, plantés en des endroits choisis, filles et garçons faisaient des rondes. Sur les plus grandes places, on se livrait aux joies de la danse robardoise, à celles de la Belle Aélis, et, bien entendu, à la ballerie de la Reine de Printemps.
    Sans hâte, en cadence, une chaîne de jeunes femmes et filles oscillait, place de la Grève, au rythme de la carole.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par natlitou, le 10 septembre 2012

    Il s'agit bien d'un ennemi ! Ce n'est pas unadversaire qui me menace, mais un homme qui m'aime, qui me trouble, qui me crie sa passion ! C'est l'amour, non la haine, que j'ai à combattre.
    Dans la mesure où tant de choses, en moi, semblent prêtes à capituler devant Guillaume, ces engagements que je vais avoir à renouveler sans fin contre son désir, contre le mien, seront bien plus durs à livrer que si je n'avais à m'opposer qu'à un antagoniste !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Ode, le 23 mai 2012

    [Mathilde] soupira, prit des mains de Maroie un miroir d'étain poli où elle observa un moment ses traits, avant d'y poser, du bout des doigts, une touche de fard blanc, fait de froment broyé, délayé dans de l'eau de rose, qu'elle étala de façon uniforme avec l'habileté que donne l'habitude. Si elle ne portait pas de cicatrices sur sa peau, de façon visible, c'était au fond d'elle-même, en son âme, à des profondeurs où l'œil humain ne pouvait les déceler, qu'il s'en trouvait.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par KATE92, le 23 février 2012

    « Maître Etienne Brunel, orfèvre en la place, se levait aussitôt, s’habillait, sortait de chez lui, accompagné d’un valet, pour se rendre aux plus proches étuves où il avait coutume, chaque jours, de prendre, suivant sa convenance, un bain de vapeur ou simplement d’eau tiède, avant de se faire raser.
    Sa femme, Mathilde, le rejoindrait un peu plus tard à Saint Germain-de-l’Auxérois, afin d’entendre la messe quotidienne en sa compagnie et avec ceux de leurs enfants demeurés au logis.
    A cette heure matinale, encore enfouie sous les couvertures de fourrure et la courtepointe matelassée, enfoncée dans la chaleur de sa couette de plumes, Mathilde attendait que son intendante, Tiberge la Béguine, ait présidé aux préparatifs de son bain. En hiver, un bon feu de fournilles flambait déjà dans la cheminée. Comme on était à la fin d’un mois d’avril fort doux, les chambrières avaient ouvert toutes grande les deux fenêtres donnant sur le jardin. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par KATE92, le 24 février 2012

    « Guillaume, rendu furieux, les forces décuplées par la rage qui s'était emparait de lui en apercevant Florie, les vêtements déchirés, les cheveux épars, tenue avec rudesse par un goliard contre lequel elle luttait en vain, Guillaume, dont l'amour refoulé trouvait enfin le moyen de se manifester, Guillaume qui se sentait soudain en droit de se battre pour sa dame, était plus redoutable à lui tout seul que tous les autres, moins directement concernés. Frappant de tous côtés avec son poignard, se protégeant du bras gauche autour duquel il avait enroulé son manteau, se frayant un chemin, tel un sanglier, droit devant lui, ignorant le danger, mené par une pensée unique, il avait sans que personne pût entraver sa marche ».
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (4)

Video de Jeanne Bourin

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Bourin

LA CHAMBRE DES DAMES : debut 1er episode Feuilleton français diffusé pour la 1ère fois le jeudi 23 février 1984 à 20h35 sur TF1. Rediffusé sur La Cinq. .... suite ci-dessous ..... ----------------------------------------­------------------------------------- Année de production.......... 1982 Réalisé par......................... Yannick Andrei Nombre d'épisodes............ 10 épisodes de 52 minutes Générique composé par .... Vladimir Cosma Générique chanté par......... Annick Thoumazeau ("Pour l'amour") ----------------------------------------­------------------------------------- A NOTER : Cette série est adaptée du roman éponyme de Jeanne Bourin écrit en 1979 et de la suite de celui-ci : "Le Jeu de la tentation" (1981). Jeanne Bourin a participé au scénario de la série. La documentation rigoureuse de cette œuvre historique donne au moindre détail une authenticité que Régine Pernoud, éminente médiéviste, à confirmé dans la préface du roman de Jeanne Bourin : "Les Brunel vivent sous nos yeux comme on vivait en ce XIIIème siècle rayonnant (...) Et bien des idées reçues se voient battues en brèche." Des plans longs et des acteurs qui prennent leur temps : cela change assurément des séries et des films qui inondent les téléspectateurs de changements de plans à chaque seconde. ----------------------------------------­------------------------------------- L'HISTOIRE : En 1246, dans la France du roi saint-Louis. Florie, quinze ans, fille de Mathilde et d'Etienne Brunel, maître-orfèvre à Paris, épouse Philippe Thomassin. Beaucoup plus jeune que son mari, Mathilde la mère, trente-quatre ans, souffre en silence du manque de sensualité de son époux. Au cours de la noce de Florie et de Philippe, Guillaume, le beau mais brutal cousin de Philippe, se prend de passion pour la jeune mariée, mais celle-ci le repousse. Mathilde n'est pas insensible au charme viril de Guillaume, mais sa grande foi lui montre la folie d'une telle infatuation. Mais Guillaume ne renonce pas à Florie et est prêt à tout pour arriver à ses fins ... ----------------------------------------­-------------------------------------








Sur Amazon
à partir de :
3,18 € (neuf)
0,22 € (occasion)

   

Faire découvrir La chambre des dames par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1322)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz