Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2290334766
Éditeur : Librio (2006)


Note moyenne : 3.89/5 (sur 1557 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sir Charles Baskerville, revenu vivre une paisible retraite dans le manoir de ses ancêtres, au coeur des landes du Devonshire, est retrouvé mort à la lisière des marécages, le visage figé dans une absolue terreur. Autour du cadavre, on... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (318)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Dionysos89, le 02 mars 2013

    Dionysos89
    Encore un classique perdu au fin fond de mes plus anciens souvenirs de lecture !
    Le chien des baskerville, ou comment sir Arthur Conan Doyle se permet d'envoyer son cher Sherlock Holmes s'attaquer à une version de la Bête du Gévaudan, rien que ça ! C'est l'occasion pour nous de bénéficier d'une aventure enjouée où s'oppose gaiement la poigne du docteur Watson et l'activité intensive de l'intellect de Sherlock Holmes. Point facile de ne pas être redondant avec certaines critiques déjà émises (281 quand vient mon tour, quand même !). L'ensemble se lit très vite, ce qui pourrait être le point faible de cette œuvre (la quantité), mais c'est toujours un plaisir de revenir à ce genre de classique où se mêle la nostalgie du XIXe siècle et une activité intellectuelle foisonnante comme remède à bien des maux (dont la superstition).
    Toujours intéressant !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 62         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LydiaB, le 06 février 2013

    LydiaB
    Le détective est ici non pas aux prises avec un assassin mais avec une légende familiale, une sorte de malédiction touchant la famille Baskerville : quand leur heure a sonné, un Cerbère se présente à eux en hurlant. du moins, c'est ce que l'on raconte et colporte de génération en génération.

    Bien entendu, il en faut bien plus à Sherlock pour l'effrayer et son esprit cartésien se refuse à croire à cette fable. Ainsi, lorsque le Docteur James Mortimer lui raconte les circonstances de la mort de Charles Baskerville, le policier reste sceptique... jusqu'au moment où le médecin lui demande d'assurer la protection du neveu, Henry, seul héritier. Ce dernier a reçu une lettre anonyme le menaçant d'un grave danger...

    Ce roman en deux parties est sans aucun doute un de ceux que je trouve le plus réussi. Tous les personnages ont de la profondeur, y compris les secondaires. On entre dans la psychologie de chacun. Bien entendu, une bonne partie est consacrée aux déductions du détective.

    Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/litt%C3%A9rature-des-xxe-et-xxie-si..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 65         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par gill, le 10 juillet 2013

    gill
    Si la plupart des aventures de Sherlock holmes ont le format de la nouvelle, "Le Chien des Baskerville", lui, est un court roman. Peut-être le plus réussi, assurément le plus célèbre. Il a été adapté plus d'une vingtaine de fois au cinéma, à la radio anglaise en 1998, en bande-dessinées à de nombreuses reprises, a été critiqué 292 fois sur Babelio et a même connu une transposition en jeux vidéo.
    Ce récit, qui se place antérieurement à a mort tragique du détective dans un gouffre suisse, est le premier que Sir Arthur Conan Doyle nous ait offert, en 1901, après avoir tenté de se débarrasser de son héros qu'il jugeait trop encombrant pour sa carrière d'écrivain.
    C'est un ouvrage en deux parties, un roman d'ambiance où le ton est lourd mais c'est aussi une étude de caractères où la psychologie des personnages, même secondaires, est soignée.
    Le décès, subit et tragique de Sir Charles Baskerville a suscité beaucoup d'émotion dans le le Devonshire. Il avait l'esprit solide, sagace et pratique, pourtant il s'attendait à mourir de cette façon et a laissé à son ami le docteur Mortimer un document ancien, daté de 1742. Il parle d'une malédiction qui pourrait bien, sous la forme d'un féroce cerbère venu des enfers, s'attaquer à Sir Henry de Baskerville, le dernier descendant de la famille.
    Le docteur Mortimer décide alors de faire appel à Sherlock holmes et, lassé de l'attendre, oublie dans un premier temps sa canne dans le confortable salon du premier étage au 221B de Baker Street.....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 53         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par bilodoh, le 24 mai 2014

    bilodoh
    Un grand chien, un monstre qui terrorise une famille anglaise, un polar ou un roman d'horreur ?

    Une des plus célèbres aventures de Sherlock Holmes, une mystérieuse enquête dans le brouillard et l'atmosphère glauque de la lande anglaise où sévit une malédiction ancestrale.

    Par quelle machination le meilleur ami de l'homme peut-il devenir un tueur implacable ? C'est ce que le grand détective nous permettra de découvrir dans ce classique du genre où on est bien certains du « happy end »…

    Une lecture pas trop éprouvante, sauf si elle ranime une phobie des chiens !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 44         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lecassin, le 23 décembre 2012

    lecassin
    Impossible de passer à coté de Sir Arthur quand on est comme moi grand amateur de tout ce qui touche au Royaume-Uni … " Le chien des Baskerville " fut donc mon premier Conan Doyle : une enquête de Sherlock Holmes, ou plus précisément de son célèbre adjoint, le Docteur Watson ; même si le maître n'est pas aussi loin qu'on pourrait le croire…
    Un vieux manoir du Devonshire transmis de génération en génération, au beau milieu d'une lande inhospitalière jouxtant les marécages de Grimpen, brouillard…voici donc le cadre ; so scottish, me direz-vous…certes…
    Sir Henry Baskervillle, dernier du nom et héritier de la propriété décide de s'y installer, tout juste arrivé du Canada, malgré une lettre anonyme menaçante et une rumeur persistante de la présence d'une bête immonde errant sur la lande…Rumeur dont il n'a cure…
    On - le Docteur Mortimer - contacte Sherlock Holmes qui « délègue » protection rapprochée et enquête à son fidèle adjoint.
    Un beau suspense où l'on côtoie une série de personnages tous plus british - le roman se passe dans le sud de l'Angleterre - les uns que les autres comme par exemple les Stapleton, James Mortimer, Mr Frankland, Laura Lyons … L'un d'eux est-il coupable de la machination qui semble accabler la famille Baskerville ? Et si oui, pourquoi ? That is the question...
    On aura la réponse à la fin, bien sûr ; où Sherlock Holmes ne serait plus Sherlock Holmes… Mais je ne vous la dirai pas…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

> voir toutes (38)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par lecassin, le 23 décembre 2012

    C'était un chien, un chien énorme, noir comme du charbon, mais un chien comme jamais n'en avaient vu des yeux de mortel. Du feu s'échappait de sa gueule ouverte; ses yeux jetaient de la braise; son museau, ses pattes s'enveloppaient de traînées de flammes. Jamais aucun rêve délirant d'un cerveau dérangé ne créa vision plus sauvage, plus fantastique, plus infernale que cette bête qui dévalait du brouillard.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la citation

  • Par LydiaB, le 06 février 2013

    Lorsque le docteur Mortimer eut achevé sa lecture, il remonta ses lunettes sur son front et regarda Sherlock Holmes. Ce dernier bâilla, jeta le bout de sa cigarette dans le feu et demanda laconiquement :
    « Eh bien ?
    — Vous ne trouvez pas ce récit intéressant ?
    — Si ; pour un amateur de contes de fées. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 11 mai 2013

    M. SHERLOCK HOLMES se levait habituellement fort tard, sauf lorsqu’il ne dormait pas de la nuit, ce qui lui arrivait parfois. Ce matin là, pendant qu’il était assis devant son petit déjeuner, je ramassais la canne que notre visiteur avait oubliée, la veille au soir. C’était un beau morceau de bois, solide, terminé en pommeau. Juste au-dessous de ce pommeau, une bague d’argent qui n’avait pas moins de deux centimètres de haut portait cette inscription datant de 1884 : “A James Mortimer, M.R.C.S.(Member of the Royal College of Surgeons. N. du T.), ses amis du C.C.H.”. Une belle canne ; canne idéale pour un médecin à l’ancienne mode : digne, rassurante
    « Eh bien, Watson, que vous suggère cette canne ? »
    Holmes me tournait le dos, et je n’avais rien fait qui pût le renseigner sur mon occupation du moment.
    « Comment savez-vous que je l’examine ? Vous devez avoir des yeux derrière la tête !
    Non, mais j’ai en face de moi une cafetière en argent bien astiquée. Dites, Watson, que pensez-vous de la canne de notre visiteur ? Nous avons eu de la malchance de le manquer, nous ignorons le but de sa démarche : ce petit prend donc de l’importance. Allons, Watson, reconstituez l’homme d’après la canne ! Je vous écoute. » Je me mis en devoir de me conformer de mon mieux aux méthodes de mon ami. « Selon moi, dis-je, ce docteur Mortimer est un médecin d’un certain âge, à mœurs patriarcales, aisé, apprécié, comme en témoigne le geste de ceux qui lui ont offert cette canne.
    - Bon ! Excellent !
    - Je pense qu’il y a de fortes chances pour que le docteur Mortimer soit un médecin de campagne qui visite à pied la plupart de ses malades.
    - Pourquoi, s’il vous plaît ?
    - Parce que cette canne, qui à l’origine était très élégante, se trouve aujourd’hui dans un tel état que j’ai du mal à me la représenter entre les mains d’un médecin de ville. Le gros embout de fer est complètement usé ; il me paraît donc évident que son propriétaire est un grand marcheur.
    - Très juste !
    - D’autre part, je lis :“ses amis du C.C.H.”. Je parierais qu’il s’agit d’une société locale de chasse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 28 septembre 2013

    « …. …. …j’ai fait la connaissance d’un autre voisin, M. Frankland, de Lafter Hall, qui habite à quatre milles de nous, vers le sud.
    « C’est un homme âgé, rouge de teint, blanc de cheveux et colérique. La législation anglaise le passionne et il a dissipé en procès une grande fortune. Il plaide pour le seul plaisir de plaider. On le trouve toujours disposé à soutenir l’une ou l’autre face d’une question ; aussi ne doit-on pas s’étonner que cet amusement lui ait coûté fort cher.
    « Un jour, il supprime un droit de passage et défie la commune de l’obliger à le rétablir. Le lendemain, il démolit de ses propres mains la clôture d’un voisin et déclare la servitude prescrite depuis un temps immémorial, défiant cette fois le propriétaire de le poursuivre pour violation de propriété. Il est ferré sur les droits seigneuriaux et communaux et il applique ses connaissances juridiques, tantôt en faveur des paysans de Fenworthy et tantôt contre eux, de telles sorte que, périodiquement et selon sa plus récente interprétation de la loi, on le porte en triomphe dans le village ou on l’y brûle en effigie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par nanoucz, le 30 novembre 2009

    C'est le grand bourbier de Grimpen, déclara-t-il. Un faux pas là-dedans et c'est la mort assurée pour l'homme ou l'animal. Pas plus tard qu'hier j'ai vu un des poneys de la lande s'y aventurer. Il n'est jamais ressorti. Pendant un bon moment j'ai aperçu sa tête qui se tortillait au-dessus de la tourbière, avant de finir par se faire engloutir. Même en saison sèche la traversée n'est pas recommandée, mais après ces pluies d'automne l'endroit est comme qui dirait terrifiant. Et pourtant je sais comment m'y repérer pour en atteindre le centre, et en revenir vivant. Mon Dieu, voilà encore l'un de ces malheureux poneys !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

> voir toutes (44)

Videos de Arthur Conan Doyle

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Arthur Conan Doyle


MP 2014-03-13-051-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Arthur Conan Doyle - Visite sur les trois fronts.








Sur Amazon
à partir de :
1,88 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Le chien des Baskerville par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (4047)

> voir plus

Quiz