Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2010021673
Éditeur : Hachette Jeunesse (2014)


Note moyenne : 4.14/5 (sur 464 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Maman, je suis allée au supermarché. Regarde dans le frigo. J'ai arrosé les plantes. J'ai nettoyé la cage de Jeannot Lapin. J'ai rangé le salon. Et la cuisine. Et j'ai fait la vaisselle aussi. Je vais me coucher. Ton esclave à domicile, Claire.
Une correspondance... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (191)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par missmolko1, le 09 avril 2013

    missmolko1
    Dans un première temps parlons du plus étonnant : la forme de ce roman. Il ne se compose que de post-it collés sur un réfrigérateur, composé de plein de petits mots échangés entre une mère et sa fille. Au delà des listes de courses, des demandes d'argent de poche, on sent tout l'amour et ce lien très fort qui les unit.
    Malheureusement dans la vie de tous les jours, elles ne font que se croiser, la maman étant prise par son travail et la jeune fille par l'école et par ses amis.
    Nous les suivons aux fils des mois, la mère souffre d'un cancer du sein et continue de se battre pour sa fille et la jeune Claire qui l'a soutient et l'épaule comme elle peut.
    On ne peut qu'être bouleversée en refermant ce court mais très intense roman. le plus touchant est sans aucun doute les lettres à la fin que Claire écrit pour sa maman récemment décédée. Pour moi qui n'ai plus ma maman cette fin a été très dure.
    En lisant certaines critiques, j'ai remarqué que certaines personnes se disent pas ou peu touchés par ce roman et malheureusement je les comprend. Je pense que tant que l'on a pas été confronté a la maladie ou la mort d'un proche, la douleur que cela procure est forcement très abstraite.
    En tout cas pour ma part, je ne parlerai pas de coup de cœur ou de livre de l'année mais juste parce qu'il traite d'un sujet difficile à merveille, je le recommande fortement.

    Lien : http://missmolko1.blogspot.ie/2013/04/ne-tinquiete-pas-pour-moi.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 42         Page de la critique

  • Par sylvie, le 25 juillet 2008

    sylvie
    Ce premier roman est déroutant par sa forme : il traite d'un sujet grave et poignant sur le ton anodin de post-it collés sur un réfrigérateur.
    J'avoue avoir été surprise au début par ce texte laconique à trou qui ne parle que des petites choses de la vie... Mais petit à petit, tous ces vides se sont remplis et sont devenus d'une incroyable densité...
    Nous imaginons bien à quelles situations les petits mots font référence et nous suivons pas à pas les émotions contrastées d'une mère en train de mourir d'un cancer et de son adolescente de fille qui l'accompagne comme elle peut.
    Ce livre sonne juste.
    Ce curieux procédé stylistique met en évidence le manque, le silence, l'absence, la difficulté d'être ensemble, de se parler et de communiquer... En même temps, il montre que ce peut-être un moyen de continuer à tisser des liens quand se parler devient trop difficile.
    Les deux femmes se croisent, toutes deux prises par des emplois du temps "over-bookés".
    C'est le métier de sage-femme de la mère et les tours de garde qu'il implique qui installe l'habitude des petits mots quotidiens collés sur le frigo dans cette famille monoparentale.
    A l'arrivée de la maladie, c'est par le biais de cette écriture concise et précise comme la liste des courses que se diront les craintes et les angoisses, que s'expliqueront les silences et que se dira l'amour qui unit la mère et la fille.
    Confronté directement à ces traces de rien qui finissent par devenir des concentrés d'essentiel, le lecteur est happé par l'émotion.
    Ce livre marque par sa force et son originalité.
    des liens sur http://sylvie-lectures.blogspot.com/2008/07/ne-tinquire-pas-pour-moi-alice-kuipers.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LinaBouquine, le 24 juin 2012

    LinaBouquine
    J'ai reçu une grosse claque dans la gueule. J'avais très envie de lire ce bouquin, et il m'attendait bien gentiment dans ma bibliothèque. Je le feuillette, et je réalise qu'il est... super court à lire. En effet, ce ne sont que des post-it collés sur le frigo qui alimenteront ma lecture tant convoitée. Ce système me plait, il est très original. C'est pourquoi j'ai décidé d'apporter ce livre à la plage. Grosse erreur. Se retrouver à la plage avec les larmes aux yeux, c'est pas top du tout.
    Ce livre est poignant, il est d'une vérité profonde qui m'a fait sourire car j'ai retrouvé les relations que j'ai avec ma mère ; pleine de douceur, d'amour, mais aussi de craintes, de doutes et d'agacement.
    Je conseille ce livre à toutes les mères et à toutes les filles, il nous apprend à quel point la relation mère/fille est importante et essentielle.
    La lecture est tellement rapide qu'on a du mal à réellement s'attacher aux personnages, et c'est peut-être le seul défaut de ce roman : j'aurai voulu qu'il ne se termine jamais, car c'est un véritable coup de cœur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 26         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par zazimuth, le 05 décembre 2014

    zazimuth
    Ce livre me tentait depuis quelques temps et sa forme est originale (même si on peut finalement la comparer au genre épistolaire). Claire et sa mère avec qui elle vit, communiquent par petits mots sur le frigo, ne se croisant que brièvement du fait des horaires et astreintes de la mère qui est médecin en obstétrique à l'hôpital. Il n'y a aucun texte descriptif ou informatif par ailleurs pour expliquer ce qui se déroule entre ces petits mots. C'est donc au lecteur de deviner l'implicite et combler les blancs. La première partie du récit laisse entrevoir la vie d'adolescente De Claire, ses amours et ses amitiés, sa vie scolaire mais aussi l'aide qu'elle apporte à la maison en s'occupant des courses, des repas et du lapin. Des responsabilités domestiques un peu plus lourdes que celles de la plupart des adolescents de son âge.
    L'année de ses seize ans, sa mère découvre qu'elle est atteinte d'un cancer du sein... et leur relation va alors se compliquer, ce mode de communication se prêtant mal à une question aussi douloureuse.
    J'ai trouvé très fort de réussir à faire passer tant de choses, tant d'émotion et faire comprendre des réactions psychologiques sans les expliciter.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mimipinson, le 20 septembre 2010

    mimipinson
    J‘ai pris ce livre, pensant y trouver une lecture "légère" pour une soirée de fin de semaine. Et Bien que vite lue, elle ne fut pas si légère que cela ; bien au contraire, c'est de l'émotion condensée, à ne pas lire n'importe quand, dans n'importe quelle situation. Il faut être en paix, avoir le moral bien solide, pour en apprécier toutes les finesses et rester objectif.
    Il s'agit d'une correspondance un peu particulière, puisque dans cet ouvrage, mère et fille communiquent entre elles par ces petits papiers que l'on colle un peu partout dans la maison en guise de pense bête.
    Ces petits écrits sont généralement très courts ; rares sont ceux de la valeur d'une page Ils sont le plus souvent composés de quelques mots voire quelques lignes.
    Claire est lycéenne, sa maman est médecin et travaille beaucoup ; elles se voient peu.
    Le lecteur entre tout doucement dans une correspondance, faite de banalités, listes de courses, recommandations maternelles...Petit à petit les échanges sont font plus graves et plus sérieux. C'est que la situation l'est devenue ; mais je n'en dirais pas plus.
    Au fur et à mesure de l'avancée de ma lecture, j'avais la nette impression que non seulement mère et fille ne se croisent jamais, mais surtout qu'elles n'arrivent pas à se parler normalement.
    "Je suis rentrée, j'ai lu ton mot, je suis allée à la porte de derrière, je t'ai regardée dans le jardin, et je n'ai pas pu te parler, Claire. (…)Mais je ne trouve pas la force de te répéter en face ce que m'a dit le médecin. Je suis désolée."
    Nous sommes devant une adolescente vraisemblablement confrontée pour la première fois à la Maladie, et de très près de surcroit. Elle semble parfois, au début tout du moins, comme pas tout à fait consciente, au regard de ses actes et ses propos. Mais qui le serait dans pareille situation ? Bien que pouvant être maladroite, Claire, crie son amour à cette mère qui s'en va. Elle n'a pu trouver autre chose que ces post-it collés sur le frigo. C'est déjà beaucoup.
    "Je n'ai pas besoin de grandes vacances. Je veux juste que tu ailles mieux. Je t'embrasse fort, Claire."
    La mère en fait de même.
    Toutes ces choses qu'on ne peut se dire de vive voix, les yeux dans les yeux, que l'on s'écrit. La peur de soi ? La peur de l'autre ? La pudeur ? A chacun sa manière de communiquer, de montrer son amour, d'exprimer ses regrets, et de laisser une lueur d'espoir aussi…..
    "Je reste optimiste tout en me préparant au pire, maman. Ça te semble bien, comme compromis ? "
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lecturejeune , le 01 septembre 2008
    Lecture jeune, n°127 - Claire et sa mère ne communiquent que par petits messages sur le frigo. Entre le travail à l’hôpital de l’une, le lycée, les copines et les week-ends chez son père de l’autre, ce mode d’échange leur apparaît comme étant le plus simple. Lorsque la maman multiplie les analyses, les visites à l’hôpital, et qu’elle entame une radiothérapie, leurs messages rendent compte peu à peu de la maladie.

    Le procédé d’écriture est original, tant il révèle le mode de vie hyperactif de notre société. Entre les mots, on devine les conflits, le besoin d’indépendance de la jeune fille mais aussi ses angoisses face à la maladie de sa mère. Cette dernière dissimule le plus possible son inquiétude et conserve un optimisme de façade. Toute la réussite de ce « roman » réside dans la brièveté des messages échangés par les deux femmes et la pudeur dont elles font preuve. Si le texte ne pose aucune difficulté de lecture, le sujet, quant à lui, ne rend pas forcément l’ouvrage accessible aux plus jeunes.

    Laurence Guillaume

> voir toutes (69)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par wer77, le 19 décembre 2014

    Marie dans le couran
    Notre seigneur dit :
    35…. la femme d,imran dit:”seigneur,je t,ai voué
    On toute exclusivité ce qui est dans mon ventre ,accepte-le donc,
    De moi .c,est toi certes l,audient et l,omniscient.
    36 puis, lorsqu,elle en eut accouché ,elle dit :seigneur,voilà que j,ai
    Accouché d,une fille, or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché,
    Le garçon n,est pas comme la fille.je l,ai nommée :Marie,et je la place,
    Ainsi que sa descendance,sous ta protection contre le diable,le banni
    37 son seigneur l,agréa alors du bon agrément,la fit croître en belle croissance,
    Et il en confia la garde à Zacharie,chaque fois que celui-ci entrait auprès d,elle
    Dans le sanctuaire ,il trouvait prèsd,elle De la nourriture .il dit :o Marie,d,où
    Te vient cette nourriture ?elle dit :cela me vient d,Allah.il donne certes la
    Nourriture à qui il veut sans compter…..
    45 rappelle-toi,quand les anges dirent :o Marie,voilà qu,Allah t,annonce une parole
    De sa part,son nom sera :Al-masih Issaa, fils de Marie,illustre ici-bas comme
    dans l,au-delà ;et l,un des rapprochés d,Allah….
    46 il parlera aux gens ,dans le berceau ,et en son âge mùr et il sera du nombre des
    Gens de bien.
    47 elle dit :seigneur,comment aurais-je un enfant,alors qu,aucun homme ne m,a
    Touchée ?c,est ainsi dit-il.Allah crée ce qu,il veut.quand il décide d,une chose,
    Il lui dit seulement :soi,et elle est aussitôt
    [Al-imran]
    Sirajeddine Abdelatif
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par cdicollegePMF, le 18 décembre 2014

    Je ne comprends pas pourquoi il a fallu que tu me sois enlevée ,ni pourquoi tu est tombée malade, ni comment tu as pu mourir aussi vite alors que d'autres femmes guérissent tout le temps. Comment cela a-t-il pu arriver ainsi? Comment as-tu pu partir, juste comme ça ?Comment as-tu pu me quitter ? J'ai l'impressionde t'en vouloir, maman.C'est pas idiot, ça?

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par HungerBooks, le 17 décembre 2014

    Ne t'inquiète pas pour moi un livre simple et touchant à la fois ...

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par TheHairdressersBooks, le 16 décembre 2014

    "Quand je te regarde Je vois la femme que je veux être Forte et courageuse Belle et libre Claire P.S. : Je t'aime"

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par cats26, le 16 décembre 2014

    Parfois, on dirait que c'est plus facile de poser les questions par écrit

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,90 € (neuf)

   

Faire découvrir Ne t'inquiète pas pour moi par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (822)

> voir plus

Quiz