Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290049514
Éditeur : J'ai Lu (1999)


Note moyenne : 3.44/5 (sur 18 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

27 ans aujourd'hui. Français. Un grand-père mort pour la France. Un oncle assassiné par la police française en octobre 1961. Boxe, rage, bouquine, aimé. Fou d'amour pour Myriam, " princesse juive " : Fou de tendresse pour Daniel, " le... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Dridjo, le 10 août 2013

    Dridjo

    Paul SMÄIL, vous l'aurez compris, a soulevé mon enthousiasme. En se racontant il raconte aussi la discrimination de tous les jours, les dead-ends qui régissent certaines vies d'enfants de l'immigration, leur envie d'avoir une place, quelque part, n'importe où, les combats et leurs succès. Sans caricature excessive, même les personnages archétypaux servent là à enrichir le propos. Et surtout, l'écriture est superbe, drôle. le langage en monologue interne est celui d'un jeune homme moderne, bien dans son temps et instruit, loin des clichés d'une langue déstructurée et sans verser dans le pédant qui tuerait le réalisme du personnage.
    L'histoire dans l'histoire est également un énorme hommage à Oscar Wilde. “Le but de l'art est de cacher l'artiste et de réveler l'art”, Jack-Alain Léger a voulu rappeler au monde la pensée Wildienne, l'essence de la littérature doit rester la littérature. EN 1997, il a voulu mettre le monde médiatico-littéraire en France qu'elle avait perdu de vue la valeur artistique de la littérature, se contentant de mettre au panthéon du moment des œuvres avant tout voyeuristes, des œuvres où l'art vient en second et que les critiques littéraire ne lisent plus, se contentant de reprendre, en mouton, le marketing voyeur des éditeurs.
    Jack-alain LEGER a sorti ce "Vivre ma vie" sous le pseudonyme Paul SMAÏL et a "vendu" une belle histoire d'immigré maghrébin rejeté par le système et qui se bat pour s'en sortir. Une histoire d'ascenseur social bien dans l'air du temps Chiraquien. En parallèle, il publiait "Ma vie" sous son vrai nom. le même livre. le premier eut les lauriers des médias, pas le second. Une escroquerie de l'auteur pour montrer l'hypocrisie du monde médiatique de l'édition.
    J'ai fait comme l'aurait souhaité l'auteur, lu en me focalisant sur l'œuvre, oubliant l'auteur, son histoire et je dois dire que ...
    C'est le livre le plus puissant que j'ai lu sur un personnage dans la marginalité. Pas un livre sur la banlieue mais sur la discrimination, sur l'injustice, sur l'identité nationale déniée à certains, sur la famille, la fratrie, l'amitié, l'amour de la femme et de la boxe.
    Humour, chagrin, désespoir, littérature, émotions....
    Style, fond, pertinence, actualité du propos.

    « le seul moyen d'exister est de jouer un personnage. On ne te demande pas ta vérité en ce monde, mais de ressembler le mieux possible à l'image toute faite qu'on a de toi... À celui que tu serais dans un téléfilm. »

    (Chronique complète sur: http://www.loumeto.com/spip.php?article385)

    Lien : http://www.loumeto.com/spip.php?article385
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par annie, le 07 mai 2013

    La Malédiction de Rachid Mimouni comme livre de chevet : " Parce que c'est un raton, lui aussi ? Parce que c'est un melon ? J'en ai ma claque de votre connerie, putain ! Vous me faites chier ! Parce qu'alors, quoi ? Les ratons ne devraient lire que des bouquins de ratons, selon vous ? Proust, c'est seulement pour les pédés, alors ? Et Melville, aussi ? Et Virginia Woolf, pour les gousses ?... Un raton peut pas lire Dickens ! C'est ça que vous voulez, hein ? Chacun chez soi !Le Serbes avec les Serbes, les Croates avec les Croates, et les autres derrière les barbelés ! Qu'est-ce que j'en ai à foutre de la littérature arabe ? Pour moi, il y a les bons livres et les mauvais ! Point. "
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par annie, le 07 mai 2013

    « Je suis arabe. Un arabe n’a-t-il pas des yeux ? Un arabe n’a-t-il pas des mains, des organes, des proportions, des sens, des émotions, des passions ? … » Shakespeare revu et corrigé par Paul Smaïl.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Jack-Alain Léger

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jack-Alain Léger

La grande librairie 12/01/2012 sur France 5 de François Busnel, Jack-Alain Léger parle de son nouveau livre "Zanzaro Circus"








Sur Amazon
à partir de :

0,80 € (occasion)

   

Faire découvrir Vivre me tue par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (37)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 90 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.