Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2013216041
Éditeur : Hachette Jeunesse


Note moyenne : 3.82/5 (sur 34 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Cassiopée a presque 15 ans, une mère divorcée qui a un nouveau soupirant, des rêves qu'elle confie à un journal intime...
et un gros problème : elle ne veut pas se rendre au camp de vacances que ses parents ont choisi pour elle. Sur un coup de tête, Cassiopée déc... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

  • Par Ania-x, le 10 août 2010

    Ania-x
    Cassiopée n'aime pas que sa mère ait un nouvel amoureux. De plus, sa mère lui a déjà tout planifié son été. Elle ira à un camp de vacances pendant qu'elle elle partira en vopyage aec son amoureux. Mais Cassiopée refuse d'aller à ce camp. Alors, elle fugue ; direction New York, où son oncle, Jean-Claude, habite. Mais, malheur! Celui-ci est parti en voyage à Iowa! Alors, Cassiopée se voie prise au dépouvue... Un ami de Jean-Claude, qui s'occupe du courrier en son absence, voit le message que Cassiopée avait laissé à son oncle [...]
    --- lire la suite sur mon blog :) ---

    Lien : http://passion-lecture.kazeo.com/Amour/Cassiopee-1-Lete-polonais-par..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

  • Par LaurieHubert, le 07 décembre 2012

    LaurieHubert
    N'aime pas le nouvel amoureu de sa mère. Fait une fugue a new york, rencontre un polonais qui s'occupe du courier a son beau-père pendant son absence. Bref dans cette histoire nous pouvons voir qu'elle est très interessante, drôle plutôt roman d'amour. Raconte l'histoire d'une jeune fille.
    Rencontre un gars plutôt caché qui a perdu sa mère retourne au québec.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par laulau1999, le 06 octobre 2011

    laulau1999
    C'est très bon livre mais je ne lai pas lu au complet je le lit présentement alors je vous le conseille et si vous l'aimez lires la suite :)

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Cielvariable, le 28 février 2013

    Cielvariable
    Belle histoire pour adolescentes, très appréciée par les élèves du 1er cycle du secondaire.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cielvariable, le 13 avril 2013

    Des billets d'avion pour
    New York, départ le 16 avril. La fin de
    semaine de Pâques. Autrement dit, la fin
    de semaine prochaine. À ce moment-là,
    maman est entrée dans la cuisine. En
    voyant ce que j'avais dans les mains, elle a
    eu un air un peu bizarre. Moi, j'étais folle
    de joie, vous pensez bien.
    «On va aller à New York? Voir Jean-
    Claude? C'est génial, maman!»
    Là, j'ai vu que quelque chose clochait.
    Maman avait l'air de plus en plus bizarre,
    gênée avec quelque chose de triste dans les
    yeux.
    «On va aller à New York ensemble,
    Cass, je te le promets. Mais pas tout de
    suite. L'été prochain, peut-être. Ou à
    l'automne.
    – Ou à la Trinité, oui. Mais alors, ces
    billets-là, c'est quoi? C'est toi qui vas à
    New York? (Elle a fait oui de la tête.)
    Mais…avec qui?»
    C'est à ce moment-là qu'elle m'a sorti
    son histoire de l'ami pas plus, de la connaissance
    professionnelle et tout le tralala.
    Elle a dû me dire son nom, mais je
    ne l'écoutais plus tellement. Maman allait
    à New York sans moi. Pire: avec un
    homme. Il a bien fallu que je me rende à
    l'évidence: elle était en amour!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 13 avril 2013

    Quand j'ai le malheur de me plaindre de mon nom, maman me rappelle que j'ai quand même de la chance d'être une fille parce que, pour un garçon, elle et papa hésitaient entre Neptune et Triton. Bon, d'accord, j'ai échappé au pire. N'empêche que je suis affublée d'un nom que je traîne comme une malédiction. Cassiopée Bérubé-Allard. ABC à l'envers. J'en ai mal au ventre à chaque début d'année. Il faut voir la légère hésitation des profs avant de prononcer mon nom. Leur ton presque interrogateur. (Non, mais, c'est pas une blague ?) Et leurs yeux curieux qui fouillent la masse d'élèves effoirés devant eux. (À quoi peut bien ressembler une fille de douze, treize, quatorze ans qui porte un nom pareil ?) Dans ces moments-là, je regrette tellement de ne pas être grande, mince, avec des cheveux au moins bicolores, des vêtements aux couleurs électriques et des talons hauts comme ça. Pourquoi pas un fume-cigarette, tant qu'à y être ? Ou encore de longs cheveux vaporeux et un petit air romantique et mystérieux. Au lieu de ça, j'ai une tête (et tout le reste) à m'appeler Nathalie ou Isabelle. Grandeur moyenne, grosseur moyenne, cheveux bruns, yeux bruns, lunettes, ni très jolie ni particulièrement laide. Anonyme. Ajoutez à cela des résultats moyens à l'école (sauf en français, mais j'aime ça, je n'ai pas de mérite) et une timidité qui me fait dire des bêtises ou des banalités à peu près chaque fois que j'ouvre la bouche et vous aurez une image assez nette de moi. Déprimant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 13 avril 2013

    Pourtant, la semaine avait bien commencé.
    Enfin, comme d'habitude. Mais
    hier, jeudi si vous voulez savoir, ça s'est
    gâté. Un test de maths pourri, un feu sauvage
    en préparation (aujourd'hui il est là:
    j'ai un flair infaillible pour les prévoir, c'est
    même le seul domaine où je ne me trompe
    jamais), une chicane avec Suzie. Et, pour
    finir le plat, ma mère est en amour.
    Oh! elle dit que non, que c'est un ami,
    pas plus, une connaissance professionnelle.
    Ah oui? Et depuis quand elle va
    passer des fins de semaine à New York avec
    des «connaissances professionnelles»? Et
    qu'elle se donne la peine de renouveler sa
    garde-robe pour l'occasion? Elle a même
    acheté un soutien-gorge en dentelle et la
    petite culotte assortie. Hier soir, quand je
    suis tombée dessus en fouillant dans ses
    affaires, ça m'a donné un coup. C'était du
    sérieux. On n'achète quand même pas un
    soutien-gorge en dentelle pour visiter des
    musées et parler du temps qu'il fait. Je ne
    savais pas trop quoi dire, alors j'ai dit
    n'importe quoi, j'ai dit que j'espérais qu'elle
    n'avait pas oublié les jarretières, noires de
    préférence, ça a beaucoup de succès auprès
    des vieux, les jarretières. Elle n'a pas
    répondu. Elle s'est contentée de me faire
    son drôle de sourire tout croche avec les
    sourcils levés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 13 avril 2013

    Déjà que la période des examens n’est pas ce qui se fait de plus drôle, il a fallu que ma mère me déprime complètement en me parlant des vacances. Moi qui les attendais avec impatience, ces vacances, j’ai déchanté. Naïvement (niaiseusement, oui), je pensais qu’elles se dérouleraient comme les années passées : mois de juillet avec maman, et, en août, deux semaines avec papa et deux semaines dans un camp de vacances. Il ne fallait pas que j’aie réfléchi bien longtemps. Comment ai-je pu m’imaginer que maman lâcherait son Jacques pendant quatre longues semaines ? Je m’en veux tellement de ne pas y avoir pensé avant, je pourrais m’assommer.

    En gros, la situation est la suivante. Maman veut bien passer deux semaines avec moi (quel sacrifice! quelle abnégation!) dans un chalet des Laurentides (moi qui rêvais des Îles-de-la-Madeleine ou peut-être même de la Californie). Ensuite, elle part avec Jacques le long de la côte est des États-Unis pendant que moi (ô joie!) je vais sécher dans un camp de vacances américain (pour perfectionner mon anglais, n’est-ce pas). D’ailleurs, tant qu’à faire, je vais y rester un mois (un mois!), dans ce camp, avant d’aller rejoindre papa à Sutton. Des vacances de rêve quoi! J’en braillerais.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 21 mai 2012

    Le soleil revenu, Karol passe ses journées à Crescent Beach, un sifflet autour du cou et une crème blanche sur le nez. Il est tout bronzé et plus beau que jamais (si on oublie le nez). Malheureusement, je ne suis pas la seule à m'en être rendu compte. La plage semble peuplée de belles filles aux corps superbes et aux sourires radieux qui n'ont rien d'autre à faire que de s'enduire d'huile solaire et de tourner autour de Karol, collantes et ravissantes. Il y en a une, en particulier, que je voudrais bien voir se casser une jambe ou attraper la varicelle. Elle s'appelle Cindy…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

2,75 € (occasion)

   

Faire découvrir Cassiopée : L'été polonais par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    Rien n'est plus beau qu'un mot d'amour

    A quel roman cette citation appartient-elle ? « Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. »

    •   'Dom Juan' de Molière
    •   'Le Jeu de l'amour et du hasard' de Marivaux
    •   'On ne badine pas avec l’amour' de Musset
    •   'La double inconstance' de Marivaux

    11 questions - 53 lecteurs ont répondu
    Thème : amour , amours compliqués

    Créer un quiz sur ce livre.